Eté 2021: Des incendies d'une ampleur inédite font rage à travers le monde

Un avion de Canadair largue de l'eau sur un feu de forêt dans le parc Thessalonique Seih Sou, qui surplombe la ville de Thessalonique, le 13 juillet 2021. Le risque de nouveaux incendies était considéré comme élevé, après plusieurs jours de températures élevées dans la majeure partie de la Grèce. (AFP)
Un avion de Canadair largue de l'eau sur un feu de forêt dans le parc Thessalonique Seih Sou, qui surplombe la ville de Thessalonique, le 13 juillet 2021. Le risque de nouveaux incendies était considéré comme élevé, après plusieurs jours de températures élevées dans la majeure partie de la Grèce. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 02 août 2021

Eté 2021: Des incendies d'une ampleur inédite font rage à travers le monde

  • De la Californie au Montana en passant par l’Arizona, le Nevada, l’Utah ou le Colorado, le «dôme de chaleur» a fait suffoquer des dizaines de millions d’Américains pendant une semaine
  • Des feux de forêts ravagent également la Sibérie. 1,5 millions d’hectares de forêts sont partis en fumée, alors que le mercure affiche des températures inhabituellement chaudes

BEYROUTH: Des Américains trouvant refuge dans des centres de refroidissement pour fuir le dôme de chaleur, des Chinois cloués dans une rame de métro où des volumes d'eau sont accumulés, au Canada, une ville, Lyton, disparaît dans les flammes.... Le réchauffement ne frappera pas plus loin ou plus tard. Nombreux phénomènes météo puissants ont secoué la planète en l’espace d’un mois. Cet été 2021, le dérèglement climatique s’installe partout. Et aucun pays n'est épargné. Chaque année, l'exceptionnel se reproduit. Des pays jusqu’ici relativement épargnés par les pics de chaleur ont été touchés.

Sécheresse aux Etats-Unis

Dès la mi-juin, c’est l’ouest des Etats-Unis qui a envoyé les premières alertes. Les températures élevées combinées avec le manque de précipitations depuis deux ans ont généré une sécheresse inédite.

photo
Des pins brûlent à flanc de colline au Dixie Fire, à Twain, en Californie, le 26 juillet 2021. Le Dixie Fire a pris un chemin plus incertain depuis son apparition à la mi-juillet. Sa circonférence s'étend sur au moins 130 kilomètres et a brûlé plus de 197 000 acres. (Photo, AFP)

De la Californie au Montana en passant par l’Arizona, le Nevada, l’Utah ou le Colorado, le «dôme de chaleur» a fait suffoquer des dizaines de millions d’Américains pendant une semaine. Plus de 55% du territoire du grand Ouest (composé de neuf Etats) a alors plongé dans un état de sécheresse «extrême» ou «exceptionnel».

photo
Soldat du feu depuis 35 ans, David Tikkanen assure combattre des incendies de plus en plus gros, un phénomène qu'il attribue au changement climatique. (AFP)

 

Le long chemin des sciences climatiques

Que se passerait-il si l'atmosphère de la Terre était enrichie en CO2? En 1856, l'Américaine Eunice Foote expérimentait, presque par hasard, les bases du changement climatique, apportant une brique aux sciences qui tentent aujourd'hui d'anticiper les effets du réchauffement de la planète.


La scientifique avait rempli des cylindres de verre avec différents mélanges gazeux et constaté que celui contenant du dioxyde de carbone (CO2) retenait plus la chaleur que les autres. "Une atmosphère constituée de ce gaz donnerait à notre Terre une température élevée", concluait-elle dans son étude publiée dans The American Journal of Science and Arts.


Ses recherches coïncident avec la date, 1850, qui sert aujourd'hui de référence pour calculer l'évolution des températures par rapport à la période pré-industrielle comme le font les experts climat de l'ONU, le GIEC, réunis actuellement.


Eunice Foote, dont les travaux ont été redécouverts récemment, s'inscrit dans la lignée des chercheurs ayant percé les mystères du climat et de l'influence humaine sur son évolution.


"Il n'y a pas eu de moment +Eureka+ avec une figure dominante, dans le domaine des sciences du changement climatique" mais une accumulation de savoirs, relève Alice Bell, une activiste climatique.


L'idée "d'aménager l'environnement pour que le climat soit plus agréable existe depuis très longtemps", explique Marie-Hélène Pépin, de Météo-France. "Quand les Romains ont conquis la Gaule, ils ont coupé les forêts pour pouvoir planter des champs, cultiver la vigne".

Pluies torrentielles et disette 
De l'époque de Christophe Colomb jusqu'au Siècle des Lumières, les colons européens ont justifié les traitements brutaux à l'égard des autochtones, "vus comme des "sous-hommes" parce qu’ils ne savaient pas aménager leur environnement", poursuit-elle.


En 1821, après des pluies torrentielles, des vagues de froid et des disettes en France, une étude est menée pour savoir si la déforestation avait joué un rôle, sans parvenir à une conclusion nette.


Quelques années plus tard, le physicien français Joseph Fourier "a réalisé que l'atmosphère jouait un rôle pour empêcher la chaleur d'être immédiatement dispersée dans l'espace", indique Roland Jackson, historien.


Vers 1860, le physicien irlandais John Tyndall creuse le sillon dessiné par Eunice Foote et démontre le principe de l'effet de serre, quand des gaz piègent le rayonnement du sol réchauffé par le rayonnement solaire.


En décembre 1882, une lettre parue dans la revue scientifique Nature fait référence à ses travaux. "Nous pouvons en conclure que la pollution croissante dans l'atmosphère aura une influence notable sur le climat mondial", dit cette lettre signée H. A. Phillips, établissant le lien entre les émissions issues des activités humaines et le changement climatique.


Dès la fin du XIXe siècle, le chimiste suédois Svante Arrhenius, ancêtre de l'activiste Greta Thunberg, met en garde contre la consommation d'énergie fossile et son influence sur l'augmentation du CO2 dans l'atmosphère. Mais à l'époque, les scientifiques s'intéressent plus aux périodes glaciaires.

«Un film de science-fiction»
Dans les années 1930, certains estiment même qu'un réchauffement climatique modéré pourrait être positif. "L'idée que cela modifie non seulement les températures, mais aussi d'autres aspects du climat ne leur est pas venue à l'esprit", selon Robbie Andrew, du centre CICERO pour la recherche internationale sur le climat.


En 1958, un programme télévisé américain, The Bell Telephone Science Hour, explique que le CO2 émis par les usines et les voitures pourrait réchauffer l'atmosphère et que cela touche "la vie elle-même". 


Mais les craintes d'un refroidissement du climat lié à une éventuelle guerre nucléaire et à la pollution aux aérosols occupent les esprits jusque dans les années 1980.


En 1975, le chercheur américain Wallace Broecker, dans un article paru dans la revue Science, "Changement climatique: sommes-nous au bord d'un réchauffement planétaire prononcé?", est le premier à utiliser ces termes passés dans le langage courant.


Au fil du temps, la science climatique est devenue plus pointue et a dû affronter le lobbying de l'industrie pour minimiser l'impact de la consommation d'énergies fossiles.


Avec des impacts du changement climatique de plus en plus visibles, les sociétés doivent agir, avertissent les scientifiques. "C'est comme si nous nous étions réveillés dans un film de science-fiction. Mais ce n'est pas de la science-fiction, c'est de la physique", résume l'historien Spencer Weart.

(AFP)

Dôme de chaleur au Canada

Fin juin, l’ouest du Canada est pris sous un «dôme de chaleur» provoqué par de fortes pressions emprisonnant l’air chaud. Le pays a battu plusieurs fois son record absolu de température, qui s’établit finalement à 49,6°C dans le village de Lytton, le 30 juin. Quelques jours après, la petite commune a été presque entièrement ravagée par les flammes. Les états américains de Washington et de l’Oregon ont aussi été touchés par les températures extrêmes.

photo
Cette photo fournie par le département des forêts de l'Oregon montre un camion-citerne de lutte contre l'incendie larguant un retardateur au-dessus de l'incendie de Grandview près de Sisters, dans l'Oregon, le 11 juillet 2021. (AFP)

Incendies en Amérique du Nord

Alimentée par une sécheresse alarmante, la saison des incendies ne fait que commencer dans l’Ouest américain et des milliers de pompiers combattent déjà près de 80 immenses brasiers. Ils avaient déjà consumé en début de semaine plus de 4 700 km² de végétation.

Le plus impressionnant est le «Bootleg Fire», dans l’Oregon, qui a brûlé en deux semaines l’équivalent de la ville de Los Angeles en végétation et forêts.

Les incendies se multiplient aussi au Canada depuis près d’un mois suite aux fortes chaleurs. Des milliers d’habitants ont été sommés d’évacuer la Colombie-Britannique et l’état d’urgence a été décrété dans cette province de l’ouest du pays.

Depuis plusieurs jours, le sud de l'Europe est en proie aux flammes. Des centaines de personnes sont contraintes d'évacuer leurs habitations, des milliers d'hectares sont partis en fumée.

 

Grèce: Les pompiers continuent de lutter contre deux incendies importants

Les pompiers grecs continuaient lundi de lutter contre deux incendies importants sur l'île de Rhodes et dans le nord-ouest du Péloponnèse, alors que les températures caniculaires devaient dépasser les 40 degrés dans la journée.


Plus de 3 000 hectares de pinèdes et d'oliveraies ont brûlé en Achaïe, près de Patras, sur la péninsule du Péloponnèse, selon les estimations de l'Observatoire national d'Athènes, qui s'est appuyé sur des images du satellite environnemental européen Sentinel-2.


Cette surface pourrait encore augmenter car l'incendie, qui s'est déclenché samedi, n'était pas totalement maîtrisé lundi matin, ont indiqué les services météo à l'agence grecque ANA.


La canicule qui s'est abattue sur la Grèce rend le travail des autorités encore plus difficile dans cette région où la végétation est asséchée par la chaleur. On attend lundi des températures de 44 à 45 degrés dans l'ouest du Péloponnèse, selon les services de météo. 


A Rhodes, cependant, les autorités étaient optimistes, estimant que l'incendie qui s'est déclaré dimanche au centre de l'île était en déclin lundi, sous l'effet d'un renfort important dans la nuit des effectifs et des moyens de lutte contre le feu. 


Quatre avions et hélicoptères bombardiers d'eau ont commencé leur ballet très tôt lundi matin dans la région de Pandanassa où s'est déclenché l'incendie, selon la protection civile.


"L'aube trouve Rhodes bien mieux que la veille. Les (différents) fronts (de l'incendie) sont en récession" et "quasiment sous contrôle", a déclaré le gouverneur de la mer Égée du Sud, George Chatzimarkos, dans un communiqué publié lundi matin.


"Le premier objectif: la protection de la vie humaine, a été atteint" et "les dégâts sur le réseau électrique ont été réparés", s'est-il félicité, selon l'ANA.


Les pompiers ont évacué par précaution dimanche la "vallée des papillons", une zone arborée du centre de l'île du Dodécannèse, qui attire traditionnellement les randonneurs et les touristes.  


"Nous poursuivons notre travail ce matin (lundi), avec des forces renforcées et une endurance inépuisable. Il n'y a aucune raison de paniquer", a ajouté le gouverneur. 


Dans le Péloponnèse, à Rhodes, comme dans toute la Grèce, les pompiers font face à une nouvelle vague de chaleur, qui doit atteindre son pic lundi et mardi. Les service météorologiques ont prévu des températures de 40 à 42 degrés sur les îles, et de 41 à 43 degrés sur le continent, avec des maximales de 44 à 45 degrés dans le Péloponnèse et en Thessalie (nord). 


Dans le même temps, les températures minimales seront dans plusieurs régions supérieures à 26 à 27 degrés, intensifiant "la sensation d'inconfort", selon la météo.

 En Catalogne, la situation est critique

La situation est plus critique en Catalogne où 1 300 hectares de forêts ont été dévastés par les flammes dans l'incendie qui s'est déclaré entre Barcelone et Tarragone. Plus de 600 hectares sont partis en fumée dans un incendie qui s'est déclaré à Villarrasa, dans l'extrême sud de la province espagnole de Huelva. Une zone forestière protégée a été touchée.

photo
Un Canadair survole un incendie de forêt à Arico, à cinq kilomètres du parc national du Teide sur l'île canarienne de Tenerife, le 20 mai 2021. (AFP)

En raison de son climat chaud et sec, l'Espagne, est régulièrement frappée en été par d'importants feux de forêt qui, selon les experts, menacent de devenir plus fréquents et plus violents en raison du réchauffement climatique.  

Un incendie a déjà ravagé au moins 400 hectares d'un parc naturel sur la côte catalane, près de la frontière franco-espagnole, où 350 personnes ont du être évacuées, ont annoncé samedi les pompiers.

L'Italie demande de l'aide à ses pays voisins

L'Italie a demandé dimanche l'aide des pays européens voisins pour combattre les incendies qui dévastent une partie de la Sardaigne où des centaines d'habitants ont été obligés de quitter leur domicile.

Après des incendies dévastateurs en Sardaigne le week-dernier, l'Italie a enregistré en cette fin de semaine plus de 800 départs de feu, essentiellement dans le sud du pays, ont indiqué les pompiers sur Twitter.

 La Russie subit toujours les incendies

Les incendies sont toujours actifs dans le nord-ouest de la Russie dans la République de Carélie. Des hélicoptères militaires participent à cette lutte contre les feux de forêt, 26 tonnes d’eau ont été déversées sur les feux les plus actifs. 

Des feux de forêts ravagent également la Sibérie. 1,5 millions d’hectares de forêts sont partis en fumée, alors que le mercure affiche des températures inhabituellement chaudes.

photo
Ivan Fyodorov, 65 ans, aide les pompiers à contrôler une tranchée de cinq kilomètres de long pour empêcher un feu de forêt d'atteindre leurs terres dans la région sibérienne de Yakoutie, le 26 juillet 2021. (AFP)

Turquie, Grèce, Italie et Espagne: des incendies sévissent depuis plusieurs jours

Dans le sud de la Turquie, les feux ont déjà fait huit morts. De nombreux villageois et touristes ont été évacués.

Des dizaines de villages et hôtels ont été évacués, dimanche 1er août, dans le sud touristique de la Turquie, face à la progression des incendies qui sévissent depuis cinq jours et ont déjà fait huit morts, pendant que plusieurs régions de Grèce, d'Italie et d'Espagne étaient elles aussi ravagées par le feu.

photo
Cette photographie aérienne montre des maisons entourées par un incendie de forêt qui a englouti une région balnéaire méditerranéenne sur la côte sud de la Turquie, près de la ville de Manavgat, le 30 juillet 2021. (Photo, AFP)

Ces pays du pourtour méditerranéen, très dépendants des recettes touristiques dont ils ont été privés à cause de la pandémie, sont confrontés cet été à des températures caniculaires et à des feux de forêts plus nombreux que d'habitude.

La Turquie subit actuellement les pires incendies depuis au moins une décennie, avec près de 95 000 hectares brûlés depuis janvier, contre une moyenne de 13 516.

photo
Des dizaines de villages et hôtels ont été évacués dimanche dans le sud touristique de la Turquie (Photo, AFP).

Maisons brûlées en Grèce

En Grèce, les pompiers luttaient aussi dimanche contre un incendie qui s'est déclaré la veille, par des températures caniculaires, dans le nord-ouest de la péninsule du Péloponnèse, près de la ville de Patras.

La Grèce fait face à une nouvelle vague de chaleur depuis vendredi, avec des températures oscillant entre 42 et 44 degrés Celsius, selon les services météorologiques. 

photo
La Grèce fait face à une nouvelle vague de chaleur depuis vendredi, avec des températures oscillant entre 42 et 44 degrés Celsius, selon les services météorologiques. (Photo, AFP)

Asséchées par la chaleur, les forêts grecques connaissent chaque été des incendies. Il y a quelques jours, un incendie a ravagé le mont Penteli, à proximité d'Athènes. 

Un immense incendie au Liban-Nord

Un immense incendie s’est déclaré mercredi dans la région de Kobayat, au Liban-Nord, et s’est propagé si rapidement que de nombreuses familles sont restées bloquées dans leurs propriétés.

Un porte-parole de la Défense civile libanaise (DCL) a expliqué à Arab News que l’incendie était dû aux températures élevées, à l’humidité et aux vents, mais qu’il était «presque sous contrôle» après l’intervention de plus de 16 brigades de pompiers.

photo
Un hélicoptère de l'armée libanaise largue de l'eau sur un incendie de forêt dans la région de Qubayyat, dans la région reculée du Akkar, au nord du Liban, le 29 juillet 2021. (AFP)

Incendie dans l'Aude: 850 hectares et des coupures de courant jusqu'au Portugal

Un incendie, qui avait déjà parcouru samedi soir quelque 850 hectares de végétation dans la montagne d'Alaric (Aude), a entraîné des coupures de courant en France, en Espagne et au Portugal, a-t-on appris de sources concordantes.

photo
Un pompier tente d'éteindre un feu de forêt à Vale da Cuba près du village d'Isna, Castelo Branco, le 26 juillet 2020. (AFP)

Les réseaux espagnol et portugais d'électricité ont été touchés. "La péninsule ibérique a été déconnectée du réseau électrique européen", a indiqué dans un communiqué le réseau de transport d'électricité (RTE).


A Khartoum, appels au calme avant une cruciale journée de manifestation

Se détachant du canal historique FLC --qui continue de revendiquer un transfert complet du pouvoir aux civils--, une faction mobilise depuis samedi ses partisans et organise un sit-in annoncé comme "illimité" devant le palais présidentiel de Khartoum.
Se détachant du canal historique FLC --qui continue de revendiquer un transfert complet du pouvoir aux civils--, une faction mobilise depuis samedi ses partisans et organise un sit-in annoncé comme "illimité" devant le palais présidentiel de Khartoum.
Short Url
  • Le FLC - canal historique - prévoit une "manifestation d'un million de personnes", à Khartoum et dans les autres villes du Soudan, afin de réclamer la poursuite de la transition censée mener à des élections fin 2023
  • Se détachant du canal historique, une faction mobilise depuis samedi ses partisans et organise un sit-in annoncé comme "illimité" devant le palais présidentiel de Khartoum

KHARTOUM: Les organisateurs de manifestations rivales, pro et anti-militaires, ont appelé mercredi leurs partisans au calme, à la veille d'une journée déterminante pour la transition soudanaise à laquelle le militaire à la tête des autorités intérimaires s'est redit attaché.


Insistant pour la première fois sur "le partenariat entre civils et militaires", le général Abdel Fattah al-Burhane a semblé mercredi soir vouloir rassurer la Britannique Vicky Ford, en charge de l'Afrique pour la diplomatie de la Grande-Bretagne, ancienne puissance coloniale toujours influente au Soudan.


Car si en 2019, quand les Soudanais se sont soulevés contre Omar el-Béchir, l'union sacrée avait prévalu, elle semble aujourd'hui avoir fait long feu. 


Réunis au sein d'une coalition appelées les Forces pour la liberté et le changement (FLC), civils, partis, groupes rebelles et syndicats sont parvenus à pousser l'armée à démettre l'autocrate après 30 ans de dictature.


Aujourd'hui, les FLC sont divisées. 


Se détachant du canal historique --qui continue de revendiquer un transfert complet du pouvoir aux civils--, une faction mobilise depuis samedi ses partisans et organise un sit-in annoncé comme "illimité" devant le palais présidentiel de Khartoum.


Forte de milliers de partisans qui réclament "un gouvernement militaire", la faction comporte aussi des militants qui appellent à une reprise en main totale par le général Burhane.


Et les manifestants sont bien décidés à rester devant le palais présidentiel, jeudi y compris.


Or, jeudi également, le canal historique des FLC prévoit de son côté une "manifestation d'un million de personnes", à Khartoum et dans les autres villes du Soudan, afin de réclamer la poursuite de la transition censée mener à des élections fin 2023 pour former un gouvernement civil.


Ces deux démonstrations de force rivales font redouter des tensions dans un pays englué dans le marasme politique et économique, et déstabilisé par une tentative de putsch le 21 septembre.


Signe que la rivalité ne faiblit pas, les deux camps ont tenu mercredi des conférences de presse simultanées.


Le chef du Mouvement de libération du Soudan (MLS), Minni Minawi, désormais gouverneur du Darfour (ouest), l'un des chefs des pro-armée, a appelé à faire du "21 octobre une journée de tolérance et non d'incitation à la violence".


"Nous refusons fermement les attaques ou le recours à toute forme de violence", a renchéri le ministre des Finances Jibril Ibrahim, lui aussi chef des pro-armée.

Eviter l'affrontement 

Au même moment, Ali Ammar, porte-parole des Comités de résistance des quartiers résidentiels, une organisation qui a joué un rôle-clé dans la "révolution" de 2019, a annoncé le choix d'un itinéraire pour la manifestation pro-civils afin d'éviter les heurts.


"Nous n'irons ni aux abords du palais présidentiel ni près du bâtiment du gouvernement", où la police a récemment dispersé des pro-armée, "pour éviter tout affrontement avec le sit-in comme certains (le) voudraient", a-t-il dit.


Alors que le gouvernement soudanais a déjà mis en garde contre toute "escalade" lundi, l'ambassade américaine à Khartoum a dit mercredi "encourager les manifestants au pacifisme".


Sur Twitter, elle a également "rappelé le soutien ferme des Etats-Unis à la transition démocratique au Soudan".


Depuis plusieurs jours, Khartoum --dont la transition semble de plus en plus fragilisée-- connaît un véritable ballet diplomatique.


Mercredi, le haut diplomate américain Payton Knopf a rencontré le Premier ministre Abdallah Hamdok qui lui a redit vouloir "aller au bout des objectifs de la révolution", selon un communiqué.


Et cela avant une visite en fin de semaine de l'émissaire des Etats-Unis pour la Corne de l'Afrique, Jeffrey Feltman, selon l'agence officielle Suna.


A Mme Ford, comme avant elle à d'autres diplomates, le général Burhane, chef du Conseil de souveraineté qui dirige la transition, a redit vouloir "le succès de la transition vers un gouvernement civil élu".


C'est actuellement ce Conseil de souveraineté composé de militaires et de civils qui supervise la transition avec le gouvernement emmené par le technocrate Abdallah Hamdok, un ancien économiste de l'ONU.


Si au début les slogans l'épargnaient, mercredi, entre les tentes du sit-in pro-armée son immense portrait a été déployé... barré d'une immense croix rouge.


Le prochain ambassadeur US à Pékin ne fait «pas confiance» à la Chine

Nicholas Burns s'exprimait mercredi devant la commission des Affaires étrangères du Sénat, qui doit confirmer sa nomination au poste d'ambassadeur américain en Chine. (Photo, AFP)
Nicholas Burns s'exprimait mercredi devant la commission des Affaires étrangères du Sénat, qui doit confirmer sa nomination au poste d'ambassadeur américain en Chine. (Photo, AFP)
Depuis qu'il a pris les rênes de la République populaire, Xi Jinping a adopté une politique agressive aussi bien à l'intérieur de son pays qu'au niveau international. (Photo, AFP)
Depuis qu'il a pris les rênes de la République populaire, Xi Jinping a adopté une politique agressive aussi bien à l'intérieur de son pays qu'au niveau international. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au sujet de Taiwan, Nicholas Burns recommande de vendre davantage d'armement à l'île pour renforcer ses défenses
  • Le diplomate a eu des mots très durs pour le régime communiste en rappelant le génocide ouïghour, la mainmise sur Hong Kong et les conflits avec les pays limitrophes

WASHINGTON : Le prochain ambassadeur à Pékin, le diplomate de carrière Nicholas Burns, a estimé mercredi qu'il ne fallait "pas faire confiance" à la Chine sur Taïwan, et recommandé de vendre davantage d'armement à l'île pour renforcer ses défenses.

M. Burns s'exprimait devant la commission des Affaires étrangères du Sénat, qui doit confirmer sa nomination. Il a dénoncé les récentes incursions aériennes chinoises dans l'espace aérien taïwanais, les qualifiant de "répréhensibles".

Evoquant la situation de Taïwan, il a déclaré: "il est certain que nous ne pouvons pas faire confiance aux Chinois sur cette question". "Notre responsabilité est de faire de Taïwan un adversaire coriace", en continuant à lui fournir des armements pour renforcer ses défenses, a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis reconnaissent depuis 1979 la République populaire de Chine, mais le Congrès américain impose parallèlement de fournir des armes à Taïwan pour son autodéfense.

L'île a son propre gouvernement depuis la victoire des communistes sur la partie continentale de la Chine en 1949, mais Pékin considère ce territoire comme une de ses provinces et menace de recourir à la force au cas où l'île proclamerait formellement son indépendance.

Le président chinois Xi Jinping a cependant réaffirmé récemment sa volonté de parvenir à une réunification "pacifique".

Nicholas Burns, diplomate accompli, a occupé des fonctions de responsabilité sous plusieurs administrations, aussi bien républicaines que démocrates. Il a eu mercredi des mots très durs pour le régime chinois, qu'il a accusé d'avoir "été un agresseur contre l'Inde le long de leur frontière himalayenne, contre le Vietnam, les Philippines et d'autres en mer de Chine méridionale, contre le Japon en mer de Chine orientale".

"Pékin a lancé une campagne d'intimidation contre l'Australie, et même récemment contre la Lituanie", qui a reconnu Taïwan, a-t-il ajouté. "Le génocide de la République populaire de Chine dans le Xinjiang, ses violences au Tibet, sa répression de l'autonomie et des libertés à Hong Kong et son harcèlement de Taïwan sont injustes et doivent cesser".

Mais il a souligné que la puissance de la Chine ne devait pas être surestimée.

"Nous ne devrions pas exagérer leurs atouts ni sous-estimer ceux des Etats-Unis", a-t-il noté. "Ce dont nous avons besoin, c'est d'avoir confiance en nous."

La Chine a "très peu d'amis" et "pas de réels alliés", a-t-il conclu.


Privé de Twitter, Trump lance son propre réseau social

L'ancien président américain Donald Trump lors de la Conférence d'action politique conservatrice (CPAC) à Dallas, Texas, le 11 juillet 2021. (Photo d'Andy Jacobsohn / AFP)
L'ancien président américain Donald Trump lors de la Conférence d'action politique conservatrice (CPAC) à Dallas, Texas, le 11 juillet 2021. (Photo d'Andy Jacobsohn / AFP)
Short Url
  • L'ex-président a été banni des principaux réseaux sociaux du monde en guise de punition pour avoir provoqué la foule qui a saccagé le Congrès le 6 janvier
  • «Nous vivons dans un monde où les talibans sont très présents sur Twitter, mais votre président américain préféré a été réduit au silence. Cela est inacceptable»

WASHINGTON: L'ancien président américain Donald Trump a annoncé mercredi son intention de lancer sa propre plate-forme sociale appelée «TRUTH Social», qui devrait commencer son lancement bêta pour les «invités» le mois prochain.

La plate-forme tant attendue appartiendra au Trump Media & Technology Group (TMTG), qui a également l'intention de lancer un service de vidéo à la demande par abonnement qui proposera des programmes de divertissement continus, a indiqué le groupe dans un communiqué.

«J'ai créé TRUTH Social et TMTG pour m’opposer à la tyrannie des grandes firmes technologiques», a révélé Trump, qui a été banni de Twitter et Facebook à la suite de l'insurrection du Capitole menée par ses partisans le 6 janvier dernier, selon le communiqué.

«Nous vivons dans un monde où les talibans sont très présents sur Twitter, mais votre président américain préféré a été réduit au silence. Cela est inacceptable», a-t-il poursuivi.

Le Trump Media & Technology Group fusionnera avec la société de chèque en blanc Digital Acquisition Corp. pour faire de TMTG une société cotée en bourse, selon le communiqué.

«La transaction valorise le Trump Media & Technology Group à une valeur d'entreprise initiale de 875 millions de dollars américains (1 dollar américain = 0,86 euro), avec un complément de prix potentiel de 825 millions de dollars en actions supplémentaires (à la valorisation qui leur est accordée) pour une valorisation cumulée pouvant atteindre 1,7 milliard de dollars, en fonction de la performance du cours de l'action après le fusionnement des entreprises», a ajouté le communiqué.

Depuis qu'il a été banni des principaux réseaux sociaux du monde en guise de punition pour avoir provoqué la foule qui a saccagé le Congrès le 6 janvier, Trump cherche à récupérer sa plate-forme Internet.

En mai, Trump a lancé un blog intitulé «From the Desk of Donald J. Trump», qui a été présenté comme un nouveau débouché important.

Mais Trump, qui a également été banni d'Instagram, YouTube et Snapchat à la suite du chaos au Capitole, a annulé le blog un mois plus tard.

L'ancien assistant de Trump, Jason Miller, a lancé un réseau social appelé «Gettr» plus tôt cette année, mais Trump ne l'a pas encore rejoint.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com