Liban: l’impunité en guise d’identité?

Le 4 août 2020, ce n’est finalement rien de moins que le 11 Septembre des Libanais, avec cela en plus que la responsabilité de cette hécatombe n’impute à personne d’autre que les dirigeants du pays. (Photo ArabNews en français)
Le 4 août 2020, ce n’est finalement rien de moins que le 11 Septembre des Libanais, avec cela en plus que la responsabilité de cette hécatombe n’impute à personne d’autre que les dirigeants du pays. (Photo ArabNews en français)
Short Url
Publié le Mercredi 04 août 2021

Liban: l’impunité en guise d’identité?

  • «Tout le monde savait.» C’est ce qui se répète depuis le cataclysme qui a rayé le port de Beyrouth et la moitié de la capitale
  • «Tout le monde», en allusion aux responsables du gouvernement qui avaient été informés à plusieurs reprises que le nitrate d’ammonium était mal stocké dans le port

BEYROUTH: Ce n’est pas le nombre de victimes. Ce n’est pas non plus l’ampleur de la destruction. Le Liban, du haut de ses nombreuses années de guerre civile, en aura connu tellement d’autres. Ce qui prend à la gorge lorsqu’il faut aborder l’explosion du 4 août 2020, c’est l’énormité de la négligence qui a conduit à l’une des plus grandes explosions de l’histoire contemporaine, qui plus est en temps de paix.

Le 4 août 2020, ce n’est finalement rien de moins que le 11 Septembre des Libanais, avec cela en plus que la responsabilité de cette hécatombe n’impute à personne d’autre que les dirigeants du pays. L’explosion provoquée par la déflagration de 500 tonnes d’ammonium selon un rapport du FBI, cité quelques jours après le drame par le Premier ministre libanais de l’époque, Hassan Diab, est le fruit d’une négligence endémique qui sévit au Liban. Symbole s’il en est du degré d’intérêt des dirigeants locaux pour la chose publique.

liban
Photocollage réalisé par le collectif United Diaspora - Meghterbine Mejtmiin - avec les photos de tous les responsables qui avaient eu connaissance de l'existence du nitrate d'ammonium et de son mauvais stockage dans le port de Beyrouth. (Photo tirée du compte Instagram de United Diaspora).

«Tout le monde savait.» C’est ce qui se répète depuis le cataclysme qui a rayé le port de Beyrouth et la moitié de la capitale. «Tout le monde», en allusion aux responsables du gouvernement qui avaient été informés à plusieurs reprises et par différents interlocuteurs que le nitrate d’ammonium était mal stocké dans le port. Aucun d’entre eux n’a sourcillé, ni jugé utile d’entreprendre une quelconque action susceptible d’éviter une véritable catastrophe nationale.

 

L’explosion en quelques chiffres

L’explosion a tué 217 personnes et en a blessé 7 000 dont 150 souffrent à présent d’un handicap physique.

Cette explosion a également causé des préjudices psychologiques indicibles et endommagé 77 000 appartements, ce qui a entraîné le déplacement forcé de plus de 300 000 habitant(e)s.

Au moins trois enfants âgés de 2 à 15 ans en ont perdu la vie.

 

Si les Libanais ont toujours eu ce sentiment diffus que leurs gouvernants ne se souciaient pas vraiment des citoyens, l’hécatombe du 4 août leur en a apporté l’irréfutable preuve. Ils ont encore à l’esprit les images de leur président, les mains dans les poches, sur le lieu de la catastrophe.

Sur les réseaux sociaux, Michel Aoun avait alors essuyé des critiques au vitriol pour cette posture, jugée irrespectueuse pour les victimes et leurs proches, bien qu’ayant promis de faire toute la lumière sur le drame. «Nous sommes déterminés à mener l’enquête en toute transparence et à sanctionner lourdement les responsables impliqués dans l’explosion», avait-il affirmé le 5 août 2020 avant de rejeter deux jours plus tard toute «internationalisation de l’enquête», le 7 août 2020.

Déclaration qui a eu l’effet d’une douche froide pour les proches des victimes, car au Liban, l’impunité est presque devenue une… identité. Le nombre d’attentats et de crimes non élucidés se comptent par centaines et les coupables n’ont jamais été sanctionnés, même pour des crimes visant des présidents de la République en exercice. La perspective d’une internationalisation de l’enquête aurait au moins été de nature à offrir aux victimes et à leurs proches la perspective d’une certaine reddition de comptes.

Car si le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) – mis en place à La Haye au lendemain de l’assassinat de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri par la Cour internationale de justice – a offert une promesse d’équité, les faits ont montré avec l’arrêt du financement du TSL, que «lorsque la volonté politique fait défaut, la recherche de la vérité en prend un coup également», comme aime à le noter le bâtonnier de l’Ordre des avocats de Beyrouth, Melhem Khalaf. Le TSL encourt actuellement le risque de fermer faute de financements nécessaires, le Liban – État techniquement en faillite – finançant le budget de ce tribunal international à hauteur de 49%.

melhem khalaf
Le bâtonnier de l’Ordre des avocats de Beyrouth, Melhem Khalaf. (Photo fournie).

Or, «un crime impuni est un crime récompensé», rappelle à cet égard Me Khalaf. Pour lui, «après le 4 août, il n’est tout simplement plus possible de récompenser des crimes». La population a selon lui pris conscience que l’État est délaissé par «des responsables irresponsables».

Le 4 août est-il un tournant dans l’histoire politique du Liban? Réussira-t-il à venir à bout du système féodal? Ce système-carcan dans lequel est figé le pays depuis des décennies et au nom duquel toutes les atrocités sont passées sous silence par des gouvernants qui s’arrogent, entre eux, un blanc-seing afin de continuer à s’accrocher à la chose publique.

Pour Me Khalaf, toute personne qui se veut «publique» devrait véhiculer un retour aux valeurs. «Les valeurs devraient être la boussole, le phare de toute personnalité publique et non pas, à la manière d’Iznogoud, pour être simplement calife à la place du calife et perpétuer la même façon de faire. Il faut instaurer une nouvelle mentalité dont la pierre angulaire ne peut être que la justice.»

«Sans justice, pas de lendemain»

«Sans justice pas de lendemain. Impossible de faire croire aux gens qu’il y a une possibilité de bâtir une nouvelle patrie. La justice doit être arrachée. Les juges doivent démontrer qu’ils ont revu leur mission et qu’ils veulent à présent établir cette confiance tant réclamée par les proches des victimes.» Pour l’heure, l’enquête piétine. Seuls ont été mis sous les verrous les employés du port de Beyrouth qui avaient, avant le drame, signalé l’existence du nitrate d’ammonium et sa dangerosité.

Tarek Bitar, le juge actuellement en charge du dossier, a demandé courant juillet la levée de l’immunité et la permission d’interroger, au sujet de l’explosion, des parlementaires et autres responsables hauts placés des services de sécurité, notamment le député et ancien ministre des Finances, Ali Hasan Khalil; le député et ancien ministre des Travaux publics, Ghazi Zeaiter; le député et ancien ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk; le directeur général de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim; et le directeur général de la Sécurité de l'État, le général Tony Saliba.

Le 2 juillet dernier, le ministre libanais de l'Intérieur, Mohammed Fahmi, déclarait sur la chaîne de télévision LBCI qu’il allait autoriser le juge d’instruction à engager des poursuites contre Abbas Ibrahim, mais il est par la suite revenu sur ses déclarations et a rejeté la demande du juge. Depuis, les familles des victimes manifestent pour réclamer une enquête impartiale et efficace.

liban
Une action du collectif United Diaspora à Paris. Les portraits des principaux responsables que le juge Bitar a demandé d'interroger dans l'affaire de l'explosion du port de Beyrouth, assortis de la mention "Wanted", comprendre "Avis de recherche". (Photo tirée du compte Instagram de United Diaspora).

Dans un rapport, Amnesty International met l’accent sur la nécessité de lever l’immunité politique des responsables. «Amnesty International soutient les victimes de l’explosion du port de Beyrouth dans leur combat pour la justice. Depuis la fin du conflit, le pays est marqué par une impunité solidement ancrée qui touche tous les aspects de la vie des personnes au Liban, a déclaré Lynn Maalouf, directrice adjointe pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International.

«Il est absolument essentiel qu’une enquête véritablement impartiale et indépendante soit menée sur l’explosion du port de Beyrouth, afin de bâtir un avenir meilleur pour le Liban, où les droits de l’homme seront protégés et où la justice prévaudra», poursuit Maalouf dans le rapport publié par Amnesty le 14 juillet dernier.

 

En Bref

Au Liban, il n’existe pas de précédent à proprement parler en ce qui concerne la levée de l’immunité politique.

La demande formulée par le juge d’instruction Tarek Bitar constitue une première, même si celle-ci est faite uniquement dans le cadre de l’instruction, qui ne constitue que la première étape du cheminement juridique, souligne à cet égard Melhem Khalaf.

 

Si le bâtonnier de l’Ordre des avocats de Beyrouth reconnaît la lenteur dans le traitement du dossier, il estime cependant que «le jour où le juge prend des mesures concrètes, il ne faut pas lui faire de procès d’intention. Il ne faut pas minimiser les efforts fournis pour parvenir à la reddition de comptes». La levée des immunités est un vrai défi, reconnaît l’avocat, «mais si le juge fait son travail, il faut savoir dire oui et l’encourager, lui dire de persévérer dans cette voie. Car seule cette démarche pourra restaurer la confiance de la population dans le système judiciaire national». Pour lui, la volonté de reddition de compte reste la pierre angulaire de la justice, quel que soit l’organe chargé de rendre justice.

À l’heure où familles et victimes s’apprêtent à commémorer ce jour funeste, des voix s’élèvent au Liban pour dénoncer ce silence assourdissant des autorités. Dans un souci de se protéger, certains responsables ont choisi de sortir de leur mutisme en faisant des déclarations totalement en décalage avec la soif de justice qui sévit actuellement à Beyrouth. Ainsi, l’ancien commandant en chef de l’armée Jean Kahwagi a dit «ne pas se rappeler» d’avoir signé le document autorisant l’entrée du bateau chargé de nitrate d’ammonium au port de Beyrouth, sous prétexte qu’il signe «des tas de papiers tous les jours». De son côté, le ministre de l’Intérieur de l’époque, Nouhad Machnouk, est allé jusqu’à affirmer qu’il ignorait «ce qu’est le nitrate» au moment où il a signé lesdits documents…

Pour les proches des victimes, ce premier anniversaire ne peut être qu’amer.


Objectif zéro carbone pour l’Arabie saoudite, annonce Mohammed ben Salmane

(AN)
(AN)
Short Url
  • L’Arabie saoudite vise une réduction de ses émissions de carbone de 278 millions de tonnes par an d'ici 2030, a déclaré le prince héritier, soulignant que l'économie circulaire du carbone -basée sur le zéro déchet- aidera le royaume à y parvenir
  • Le prince héritier a par ailleurs annoncé que le Royaume planterait 450 millions d'arbres et réhabiliterait 8 millions d'hectares de terres dégradées d'ici 2030

RIYAD : Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a déclaré que le Royaume visait à atteindre la neutralité carbone nette d'ici 2060, lors d'un discours prononcé samedi à l’ouverture du forum de l'Initiative verte saoudienne (Green initiative) à Riyad.

Le prince héritier a déclaré que l'Arabie saoudite vise à réduire ses émissions de carbone de 278 millions de tonnes par an d'ici 2030. L'adoption de l'économie circulaire du carbone – basée sur le zéro déchet – aidera le royaume à atteindre cet objectif.

Le Royaume se joindra également au Global Methane Pledge pour contribuer à réduire les émissions mondiales de méthane de 30 % d'ici 2030, dans le cadre de son engagement à offrir un avenir plus propre et plus vert.

Le prince héritier a déclaré que le Royaume planterait 450 millions d'arbres et réhabiliterait 8 millions d'hectares de terres dégradées d'ici 2030, réduisant ainsi 200 millions de tonnes d'émissions de carbone et d'autres initiatives seront annoncées dans les années à venir.

Pour amplifier davantage sa protection des environnements terrestres, marins et côtiers, le prince héritier a annoncé que l'Arabie saoudite rejoignait la Global Ocean Alliance, créant la Ocean Exploration Foundation. Le prince héritier a par ailleurs annoncé un certain nombre d'initiatives, notamment la création d’un Centre mondial pour la durabilité du tourisme.

Il a ajouté que cette première série d'initiatives représente un investissement plus de 700 milliards de rials saoudiens en contribution à la croissance de l'économie verte.

Le prince héritier a déclaré : « L'Initiative verte saoudienne offrira d'énormes opportunités d'investissement au secteur privé, des opportunités d'emploi de qualité pour la prochaine génération de dirigeants du Royaume et des relations internationales renforcées qui auront un impact positif sur la région et le monde.


Liban: deux ans après la contestation, l'opposition mise sur les législatives

Dans cette photo d'archive prise le 10 novembre 2019, des manifestants libanais brandissent des drapeaux nationaux lors des manifestations antigouvernementales en cours au cœur de Beyrouth. Deux ans après qu'un mouvement de protestation aujourd'hui disparu a secoué le Liban, les militants de l'opposition espèrent que les sondages parlementaires remettront en cause la mainmise de l'élite dirigeante sur le pays. (Anwar Amro / AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 10 novembre 2019, des manifestants libanais brandissent des drapeaux nationaux lors des manifestations antigouvernementales en cours au cœur de Beyrouth. Deux ans après qu'un mouvement de protestation aujourd'hui disparu a secoué le Liban, les militants de l'opposition espèrent que les sondages parlementaires remettront en cause la mainmise de l'élite dirigeante sur le pays. (Anwar Amro / AFP)
Short Url
  • Le 17 octobre 2019, des centaines de milliers de Libanais étaient descendus dans les rues pour réclamer le départ des dirigeants en place depuis la fin de la guerre civile en 1990
  • Au lieu de l'affaiblir, la crise a par ailleurs renforcé le clientélisme, les partis traditionnels distribuant des aides en tous genres à leurs partisans

BEYROUTH, Liban : Deux ans après un mouvement de contestation inédit au Liban, les militants de l'opposition espèrent que les législatives du printemps prochain pourront ébranler la classe politique traditionnelle, même s'ils reconnaissent que les chances d'un changement notable sont minces.

Le 17 octobre 2019, des centaines de milliers de Libanais étaient descendus dans les rues pour réclamer le départ des dirigeants en place depuis la fin de la guerre civile en 1990, accusés d'incompétence et de corruption.

Mais les manifestations monstres se sont progressivement estompées sur fond de répression musclée, de crise économique sans précédent, aggravée par la pandémie de Covid-19, et après l'explosion dévastatrice au port de Beyrouth l'an dernier.

Pour sa part, la classe dirigeante reste soudée malgré ses divergences, notamment pour faire obstacle à l'enquête sur l'explosion qui a fait plus de 200 morts et dévasté des quartiers entiers de la capitale.

Le 14 octobre, le puissant mouvement chiite Hezbollah a fait défiler ses partisans et ceux de son allié, le mouvement Amal, au coeur de Beyrouth pour réclamer le remplacement du juge chargé de l'enquête. Des manifestants ont soudainement essuyé des tirs, déclenchant des violences qui ont fait sept morts.

- Unifier les groupes de l'opposition -

"Nous avons tout essayé face à cette classe politique: les manifestations, les sit-in, la poursuite des ministres et des députés dans les cafés et les restaurants, les blocages de route...Rien n'y fait", affirme à l'AFP Firas Hamdane.

Cet avocat, défenseur de militants arrêtés lors des protestations, a eu le coeur transpercé par une balle lors de la répression d'une manifestation au lendemain de l'explosion au port le 4 août 2020.

Pour lui, "les élections législatives constitueront une étape très importante dans la confrontation" entre "ceux qui veulent édifier un État" et une classe politique "formée de voleurs et d'assassins qui ne connaissent que le langage des armes, de la destruction et du sang".

La contestation a donné naissance à une multitude de mouvements et de partis embryonnaires, ralliant également des partis traditionnels qui se sont désolidarisés de la classe au pouvoir, comme le parti Kataëb, dont trois députés ont démissionné à la suite de l'explosion au port.

Même si tous appellent à un changement politique, ces groupes ne sont pas d'accord sur le moyen d'y parvenir, et divergent sur plusieurs questions fondamentales, comme celle des armes du Hezbollah pro-iranien.

Zeina Helou, membre du bureau politique d'un groupe nouvellement créé par des militants, Lana (Pour nous), estime qu'il est nécessaire d'entamer une nouvelle étape visant à unifier les groupes de l'opposition en vue des élections.

Elle explique que les législatives prévues au printemps 2022 constitueront "une nouvelle bataille dans la guerre ouverte" contre le pouvoir.

"La confrontation sera difficile", reconnaît la militante, et "ne se déroulera pas à armes égales", l'opposition ne disposant pas des moyens matériels et logistiques du pouvoir qui profite également d'une loi électorale taillée sur mesure.

Certains reprochent toutefois aux groupes de l'opposition leur manque de coordination et de mobilisation en vue des élections.

- Fatigue sociale -

Depuis l'automne 2019, les Libanais sont soumis à des restrictions bancaires draconiennes qui les empêchent d'avoir librement accès à leur argent, tandis que la monnaie locale a perdu plus de 90% de sa valeur par rapport au dollar sur le marché noir. Près de 80% de la population vit désormais dans la pauvreté sur fond d'une inflation galopante et de graves pénuries de médicaments, de carburant et de courant.

Au lieu de l'affaiblir, la crise a par ailleurs renforcé le clientélisme, les partis traditionnels distribuant des aides en tous genres à leurs partisans.

La chute libre de l'économie, l'insécurité et l'effondrement des services publics de base ont aussi poussé un grand nombre de familles et de jeunes à l'émigration.

Pour Hilal Khachan, professeur de sciences politiques à l'Université américaine de Beyrouth, "les gens vivent une période de fatigue sociale et ont compris que le changement ne viendrait pas facilement" alors que le pouvoir "reste solide".

Et la chercheuse et professeure Rima Majed renchérit: tant que le pays est aux mains de "ceux qui détiennent les armes, l'argent et les milices, ceux qui pensent que les élections changeront le système se trompent".


Le Pentagone annonce avoir tué un dirigeant d'Al-Qaïda en Syrie

Le dirigeant d'Al-Qaïda a été tué dans une frappe d'un drone "MQ-9", surnommé "Reaper" ("la faucheuse" en anglais). (Photo, AFP)
Le dirigeant d'Al-Qaïda a été tué dans une frappe d'un drone "MQ-9", surnommé "Reaper" ("la faucheuse" en anglais). (Photo, AFP)
Le "Reaper" peut être armé de plusieurs munitions air-sol. (Photo, AFP)
Le "Reaper" peut être armé de plusieurs munitions air-sol. (Photo, AFP)
Equipé d'un radar et d'une caméra infrarouge, il transmet en direct les images et les coordonnées de la cible. (Photo, AFP)
Equipé d'un radar et d'une caméra infrarouge, il transmet en direct les images et les coordonnées de la cible. (Photo, AFP)
Vers les "pilotes" installés confortablement dans le quartier général du Centcom en... Floride. (Photo, AFP)
Vers les "pilotes" installés confortablement dans le quartier général du Centcom en... Floride. (Photo, AFP)
Short Url
  • La frappe a été menée par un drone MQ-9 armé, a précisé le Centcom. Elle intervient deux jours après l'attaque contre une base du sud syrien utilisée par la coalition anti-EI menée par les USA
  • «Son élimination affectera la capacité d'Al-Qaïda à planifier et mener des attentats contre des citoyens américains, nos partenaires et des civils innocents»

WASHINGTON : L'armée américaine a annoncé vendredi avoir tué un dirigeant d'Al-Qaïda dans une frappe de drone en Syrie, deux jours après l'attaque contre une base du sud syrien utilisée par la coalition antijihadiste menée par les Etats-Unis.


"Une frappe aérienne américaine menée aujourd'hui dans le nord-ouest de la Syrie a tué le haut dirigeant d'Al-Qaïda Abdul Hamid al-Matar", a indiqué le commandant John Rigsbee, un porte-parole du commandement central de l'armée américaine (Centcom) dans un communiqué.


La frappe a été menée dans la région de Soulouk, dans le nord de la Syrie sous contrôle turc.


"Nous n'avons constaté aucun signe de victimes civiles à la suite de la frappe, qui a été menée par un drone MQ-9", a-t-il précisé en référence au drone armé surnommé "Reaper" ("la faucheuse" en anglais).


Le porte-parole n'a pas précisé si la frappe avait été menée en représailles après l'attaque de mercredi contre la base d'al-Tanf, utilisée par la coalition antijihadiste près des frontières syriennes avec la Jordanie et l'Irak, qui n'a pas fait de victime.


Selon Centcom, cette attaque "délibérée et coordonnée" avait été menée avec des drones et des tirs d'artillerie.


"Al-Qaïda continue de représenter une menace pour les Etats-Unis et nos alliés", a-t-il simplement indiqué. Le groupe "utilise la Syrie comme une base de repli pour se reconstituer, se coordonner avec ses affiliés et planifier des opérations à l'étranger".


"L'élimination de ce haut dirigeant d'Al-Qaïda affectera la capacité de l'organisation terroriste à planifier et mener des attentats contre des citoyens américains, nos partenaires et des civils innocents", a-t-il ajouté.


Le Pentagone avait éliminé fin septembre un autre "haut dirigeant d'Al-Qaïda" en Syrie, Salim Abou-Ahmad, lors d'une frappe aérienne près d'Idleb, dans le nord-ouest du pays. 


Il était "responsable de la planification, du financement et de l'approbation d'attentats trans-régionaux" perpétrés par l'organisation jihadiste, selon Centcom.


Quelque 900 soldats américains restent déployés dans le nord-est syrien, où ils continuent de coopérer avec les Forces démocratiques syriennes (FDS), et sur la base d'al-Tanf dans le sud, aux confins de l'Irak et la Jordanie.