Washington promet d'accueillir des milliers de réfugiés afghans supplémentaires

D'anciens interprètes afghans des forces américaines et de l'OTAN se réunissent lors d'une manifestation dans le centre-ville de Kaboul le 30 avril 2021, à la veille du début du retrait officiel des troupes de Washington – bien que les forces aient été retirées depuis des mois. (Photo, AFP)
D'anciens interprètes afghans des forces américaines et de l'OTAN se réunissent lors d'une manifestation dans le centre-ville de Kaboul le 30 avril 2021, à la veille du début du retrait officiel des troupes de Washington – bien que les forces aient été retirées depuis des mois. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 03 août 2021

Washington promet d'accueillir des milliers de réfugiés afghans supplémentaires

  • Deux premiers groupes de 400 personnes en tout sont arrivés vendredi et lundi aux États-Unis
  • Quelque 20 000 Afghans ayant travaillé pour l'armée américaine ont demandé à être accueillis aux États-Unis

WASHINGTON: Les États-Unis, déjà engagés dans une course contre la montre avant leur retrait d'Afghanistan pour évacuer les Afghans ayant travaillé pour l'armée américaine, ont assuré être prêts à accueillir des milliers d'autres personnes menacées par les talibans – sans cacher un certain sentiment d'impuissance.

Face à "la hausse de la violence de la part des talibans", le département d'État a annoncé lundi que certains de ces Afghans pourraient "bénéficier des programmes d'admission de réfugiés aux États-Unis".

Cette décision "étend la possibilité de relocalisation permanente aux États-Unis à plusieurs milliers d'Afghans et aux membres de leur famille immédiate qui pourraient être en danger en raison de leur proximité avec les Américains, mais qui ne sont pas éligibles aux visas d'immigration spéciaux" actuellement octroyés à une partie des interprètes, traducteurs et autres auxiliaires afghans de l'armée américaine, a-t-il précisé.

Le président américain Joe Biden a fixé au 31 août la date butoir pour le retrait total des forces américaines d'Afghanistan, juste avant le 20e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 qui avaient déclenché leur intervention.

Mais les talibans ont lancé une offensive généralisée, faisant craindre qu'ils ne s'emparent du pouvoir au départ des forces étrangères et qu'ils ne se vengent contre les Afghans qui ont travaillé pour ces dernières.

"Nous avons une responsabilité particulière à leur égard. Ils sont été à nos côtés, nous serons à leurs côtés", a promis le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken devant la presse, reconnaissant que "la peur de persécution et représailles" ne ferait qu'augmenter à la faveur du départ des soldats internationaux.

Pour les évacuer, la diplomatie américaine a commencé à leur fournir des visas d'immigration spéciaux. Deux premiers groupes de 400 personnes en tout sont arrivés vendredi et lundi aux États-Unis, sur 4 000 ayant franchi les étapes pour l'obtention de ce visa et qui sont attendues dans les prochaines semaines, selon le secrétaire d'État.

D'autres, dont le processus n'est pas aussi avancé, doivent être mis à l'abri dans des bases américaines à l'étranger le temps d'attendre leur visa.

Mais quelque 20 000 Afghans ayant travaillé pour l'armée américaine ont demandé à être accueillis aux États-Unis, selon la Maison Blanche, et leur nombre pourrait s'élever à 100 000 selon certaines estimations si l'on compte les membres de leurs familles. Et tous ne sont pas éligibles à ces visas spéciaux.

12 à 14 mois

D'autres Afghans qui ont travaillé pour des organisations non gouvernementales ou des médias américains sont aussi menacés sans pouvoir obtenir ces visas.

Le gouvernement Biden est donc sous pression, notamment d'élus républicains comme démocrates, pour en faire davantage.

D'où l'idée de les faire bénéficier d'un des programmes d'admission des réfugiés aux États-Unis.

Mais ce processus est long et complexe: les candidats au statut de réfugié doivent ainsi être recommandés par leur employeur actuel ou ancien. À l'inverse des demandeurs de visas spéciaux, Washington n'a pas prévu d'évacuer ces futurs réfugiés et ils doivent quitter l'Afghanistan par leurs propres moyens.

Ce n'est qu'une fois qu'ils auront rejoint un pays tiers que leur demande commencera à être examinée, ce qui prend ensuite douze à quatorze mois.

Un parcours compliqué dans une région où les voisins de l'Afghanistan sont parfois jugés proches des talibans, comme le Pakistan, ou sont des ennemis des États-Unis, comme l'Iran.

"C'est incroyablement difficile", a reconnu sans détour Antony Blinken au sujet de ces personnes poussées à tout quitter.

Au-delà, ce sont des millions d'autres Afghans qui pourraient être en péril en cas d'arrivée des talibans au pouvoir mais ne sont pas concernés par les décisions annoncées par Washington -- le secrétaire d'État a lui-même évoqué "les femmes et les filles" qui "ressentent un sentiment aigu de menace, et de peur, pour leur avenir".

Mais, interrogé sur leur sort, il n'a pu que les inciter à s'exiler pour ensuite demander, par la voie traditionnelle qui offre beaucoup moins de garanties, l'asile aux États-Unis.


L'OMS fixe des critères plus contraignants sur la qualité de l'air

Le logo de l’Organisation mondiale de la santé, sur la porte d’entrée du siège de l’organisation à Genève. (Photo, AFP)
Le logo de l’Organisation mondiale de la santé, sur la porte d’entrée du siège de l’organisation à Genève. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Il n'y a rien de plus essentiel à la vie que l'air. Et pourtant, à cause de la pollution atmosphérique, le simple fait de respirer provoque 7 millions de décès par an»
  • Avec le changement climatique, la pollution de l'air est, selon l'OMS l'une des principales menaces environnementales pour la santé

GENEVE : Asthme, infections pulmonaires, AVC... La pollution de l'air fait 7 millions de morts prématurées par an, poussant l'OMS à établir des limites plus contraignantes pour les principaux polluants de l'air, dont les particules en suspension.


C'est la première fois que l'OMS met à jour ses lignes directrices mondiales sur la qualité de l'air depuis 2005. 


Depuis, de nouvelles données ont montré "à quel point la pollution atmosphérique affecte toutes les parties du corps - du cerveau au bébé en pleine croissance dans le ventre de sa mère, et ce à des concentrations encore plus faibles que celles observées précédemment", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse.


"Il n'y a rien de plus essentiel à la vie que l'air. Et pourtant, à cause de la pollution atmosphérique, le simple fait de respirer provoque 7 millions de décès par an", principalement dus à des maladies non transmissibles, a-t-il ajouté.


C'est pourquoi, l'OMS a abaissé la quasi-totalité de ses seuils de référence - juridiquement non contraignants - qui portent principalement sur les polluants dits classiques: les particules en suspension, l'ozone, le dioxyde d'azote, le dioxyde de soufre et le monoxyde de carbone.

Une des principales menaces environnementales

"La pollution de l'air est une menace pour la santé dans tous les pays, mais elle frappe surtout les population des pays à revenu faible ou intermédiaire", a souligné le Dr Tedros, alors que les pays défavorisés sont confrontés à des niveaux croissants de pollution atmosphérique, dopée par une urbanisation à grande échelle et un développement économique qui repose surtout sur l'utilisation de combustibles fossiles.


Pour le Dr Hans Henri Kluge, directeur régional de l'OMS pour l'Europe, "l'air pur devrait être un droit humain fondamental et une condition nécessaire à la santé et à la productivité des sociétés". 


Avec le changement climatique, la pollution de l'air est, selon l'OMS l'une des principales menaces environnementales pour la santé.


A quelques semaines du sommet décisif de la COP26 à Glasgow, Maria Neira, directrice du Département de l'environnement, des changements climatiques et de la santé de l'OMS, a souligné le lien entre la lutte contre le changement climatique et la pollution de l'air.


"L'OMS prépare un très grand rapport qui sera présenté à la COP26 soulignant l'importance d'agir davantage pour atténuer les causes du changement climatique car cela aura d'énormes effets sur la santé en réduisant les niveaux de pollution de l'air", a-t-elle dit aux journalistes.


Chez l'enfant, la pollution atmosphérique pourrait entraver le développement des poumons, provoquer des infections respiratoires et aggraver l'asthme. Chez l'adulte, les cardiopathies ischémiques et les accidents vasculaires cérébraux sont les causes les plus courantes de décès prématurés attribuables à la pollution de l'air extérieur.

90% de la population concernée

De nouvelles données, indique l'OMS, montrent que la pollution de l'air extérieur peut aussi être à l'origine du diabète et de maladies neurodégénératives.


En termes de charge de morbidité, la pollution atmosphérique est donc comparable selon l'OMS à d'autres facteurs de risques importants pour la santé, tels que la mauvaise alimentation et le tabagisme.


Malgré tout, en 2019, plus de 90% de la population mondiale vivait dans des régions où les concentrations dépassaient les seuils de référence fixés par l'OMS en 2005 concernant l'exposition prolongée aux particules fines PM2,5 (diamètre est inférieur à 2,5 micromètres). L'OMS a d'ailleurs réduit de moitié leur seuil de référence.


En 2019, c'est dans la région de l'Asie du Sud-Est et dans la région de la Méditerranée orientale que les concentrations annuelles de PM2,5 pondérées en fonction du nombre d'habitants étaient les plus élevées.


Ces particules peuvent pénétrer profondément dans les poumons (tout comme les PM10), mais aussi dans la circulation sanguine. Les particules fines proviennent essentiellement de la combustion de carburant dans différents secteurs, notamment les transports, l'énergie et l'industrie et l'agriculture.


La Lituanie met en garde contre l'usage de téléphones chinois

Un rapport estime que les téléphones Xiaomi sont capables de détecter et de censurer des phrases tels que «vive l'indépendance de Taïwan» ou «Tibet libre». (Photo, AFP)
Un rapport estime que les téléphones Xiaomi sont capables de détecter et de censurer des phrases tels que «vive l'indépendance de Taïwan» ou «Tibet libre». (Photo, AFP)
Short Url
  • Le ministère de la Défense s'inquiéte notamment de possibles failles de sécurité et de fuites de données
  • Les relations entre la Lituanie, membre de l'Union européenne, et la Chine sont notoirement tendues depuis plusieurs semaines

VILNIUS : Le ministère lituanien de la Défense a mis en garde mercredi les institutions publiques et les consommateurs du pays contre l'usage de téléphones chinois, s'inquiétant notamment de possibles failles de sécurité et de fuites de données.


"Les risques dont nous parlons sont réels", a déclaré à l'AFP le vice-ministre de la Défense Margiris Abukevicius.


Ces propos surviennent après que le Centre national de cybersécurité a détecté des risques sur certains modèles de téléphones des constructeurs chinois Huawei et Xiaomi.


Le vice-ministre lituanien de la Défense relève qu'environ 200 institutions publiques des États baltes utilisent des appareils de fabrication chinoise et il estime que le secteur public dans son ensemble "ne devrait pas faire usage" d'équipements chinois.


"C'est la meilleure mesure pour réduire les risques", a insisté le vice-ministre.


Un rapport du Centre national de cybersécurité estime notamment que les téléphones Xiaomi sont capables de détecter et de censurer des phrases tels que "vive l'indépendance de Taïwan" ou "Tibet libre".


Cité par la BBC, un porte-parole de Xiaomi a affirmé que les appareils du constructeurs "ne censuraient pas les communications vers ou en provenance de ses utilisateurs".


En ce qui concerne Huawei, le rapport affirme que les appareils de la marque constituent une menace car ils redirigent automatiquement les utilisateurs vers des boutiques d'applications tierces susceptibles d'héberger des programmes infectés par des virus.


Des critiques que Huawei a lui aussi rejetées, affirmant par la voix d'un porte-parole que les questions de cybersécurité et de confidentialité constituent pour lui "une priorité absolue".


"Huawei effectue des contrôles de sécurité réguliers pour s'assurer que l'utilisateur ne télécharge que les applications sécurisées", a-t-il ajouté.


Huawei a lancé au début de l'été son système d'exploitation maison pour ses smartphones, HarmonyOs, après avoir été privé de licence Android, propriété de Google, à la suite des sanctions américaines.


Les États-Unis, qui accusent le groupe de télécoms de pouvoir espionner pour le compte de Pékin, lui ont aussi interdit l'accès au marché américain.


Les relations entre la Lituanie, membre de l'Union européenne, et la Chine sont notoirement tendues depuis plusieurs semaines, notamment après que le premier a quitté en mai le forum "17+1" qui réunit Pékin et des pays d'Europe centrale et orientale, y voyant un facteur de division des Européens.


Mi-août, la Chine a de son côté rappelé son ambassadeur en Lituanie après le feu vert du pays balte à l'ouverture d'une représentation de Taïwan, que Pékin considère comme une de ses provinces.


Pékin a également ordonné à Vilnius de rappeler son ambassadrice en poste en Chine.


Trump porte plainte contre sa nièce et le New York Times

L'ancien président américain Donald Trump le 12 janvier 2021. (Photo, AFP)
L'ancien président américain Donald Trump le 12 janvier 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'enquête du NYT, récompensée en 2019 par le prix Pulitzer, évoquait comment l'ancien promoteur, qui affirme s'être fait tout seul, avait bâti sa fortune
  • L'ex-président américain avait estimé l'article «à charge» et qualifié son contenu d'«ennuyeux» et «déjà vu»

NEW YORK : L'ex-président américain Donald Trump a porté plainte contre sa nièce Mary Trump et le New York Times, les accusant d'un "complot sournois" pour obtenir ses documents fiscaux et publier en 2018 une enquête qui a valu un prix Pulitzer au quotidien.


La plainte de 27 pages, estimant à 100 millions de dollars les dommages subis, a été déposée mardi dans le comté de Dutchess, dans l'Etat de New York. Elle accuse trois journalistes du New York Times --Susanne Craig, David Barstow et Russell Buettner-- d'avoir mené "une vaste croisade pour obtenir des dossiers fiscaux confidentiels de Donald J. Trump".


Elle reproche aux mis en cause, "motivés par une vendetta personnelle", "un complot sournois pour obtenir des documents confidentiels et hautement sensibles qu'ils ont exploités pour leur seul bénéfice et utilisés comme moyen de légitimer leurs travaux publiés".


L'enquête du New York Times, récompensée en 2019 par le prix Pulitzer, évoquait comment l'ancien promoteur qui affirme s'être fait tout seul avait bâti sa fortune. Elle assurait que Donald Trump avait en réalité reçu de son père, sur plusieurs années, l'équivalent de 413 millions de dollars actuels qui auraient en partie été transférés par le biais d'une société écran, leur permettant d'échapper à l'impôt.


Donald Trump avait estimé l'article "à charge" et qualifié son contenu d'"ennuyeux" et "déjà vu".


Sa publication avait néanmoins débouché sur l'ouverture d'une enquête par l'administration fiscale de l'Etat de New York.


«C'est l'affolement»

Le ministère de la Justice a également ordonné en août au Trésor de fournir des déclarations d'impôts de l'ex-président républicain réclamées par une commission de la Chambre des représentants, sur les six ans précédant son arrivée au pouvoir en 2017.


Mary Trump a révélé avoir été la principale source de l'enquête du New York Times, dans son livre paru en 2020 "Too Much and Never Enough: How My Family Created the World's Most Dangerous Man" ("Trop et jamais assez" dans la version française).


Son père, le frère aîné de M. Trump, Fred Trump Jr, est décédé en 1981 à l'âge de 42 ans d'une crise cardiaque que sa famille a liée à l'alcoolisme dont il souffrait depuis plus de dix ans, ayant mal vécu la pression familiale le poussant à travailler aux côtés de son père dans la promotion immobilière alors qu'il voulait devenir pilote.


La plainte de Donald Trump affirme que les journalistes du New York Times ont "poursuivi sans relâche sa nièce, Mary L. Trump, et l'ont convaincue de faire sortir les dossiers du cabinet de son avocat et les remettre au Times".


"J'ai frappé à la porte de Mary Trump. Elle l'a ouverte. Je pense qu'on appelle ça du journalisme", a tweeté mercredi matin la journaliste Susan Craig.


La plainte estime que Mary Trump a violé un accord de non-divulgation signé en 2001 après le règlement de la succession du père de Donald Trump, Fred Trump Sr.


Mary Trump a qualifié son oncle de "perdant", dans un communiqué cité par NBC. "C'est l'affolement. Les murs se referment et il jette dessus tout ce qu'il pense pouvoir y rester collé", a-t-elle ajouté. "Comme toujours avec Donald, il va essayer et puis changer de sujet".