En Lituanie, les migrants attendent, les tensions montent

Migrants rest in a former school turned into a refugee facility, in Vydeniai village, Lithuania on July 29, 2021. (AFP)
Migrants rest in a former school turned into a refugee facility, in Vydeniai village, Lithuania on July 29, 2021. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 07 août 2021

En Lituanie, les migrants attendent, les tensions montent

  • Le gouvernement lituanien a renforcé sa législation pour permettre la détention des migrants et compliquer le processus d'appel contre le rejet des demandes d'asile
  • Bruxelles, qui a envoyé plusieurs dizaines de gardes à la frontière, presse l'Irak de juguler le flux des migrants en contrôlant les liaisons aériennes vers le Bélarus

VYDENIAI: Quand l'angoisse monte, Aman Mehari, un jeune Érythréen, se réfugie sur le terrain de basket de son nouveau foyer, l'école du village de Vydeniai, dans le sud de la Lituanie, transformée en hébergement temporaire pour migrants.

Comme des milliers d'autres ces derniers mois, pour la plupart originaires du Moyen-Orient ou d'Afrique, ce garçon de 16 ans a gagné l'Etat balte depuis le Bélarus.

"Quand tu te réveilles le matin, tu prends ton petit déjeuner. Après, tu ne peux rien faire, alors tu viens ici jouer au basket", raconte Aman Mehari à l'AFP.

Il attend toujours de déposer sa demande d'asile, car dans ce pays de 2,8 millions d'habitants où l'immigration était jusqu'à présent presque nulle, les autorités sont submergées.

Vivre dans cette incertitude est "très stressant" pour Aman Mehari, dont le seul espoir est que sa famille puisse le rejoindre en Lituanie pour "vivre une vie heureuse".

Représailles 
L'immigration clandestine en Lituanie grimpe en flèche. Depuis le début de l'année, le pays membre de l'Union européenne a enregistré plus de 4 000 migrants, pour la plupart des Irakiens, contre 81 pour l'ensemble de 2020.

Les autorités lituaniennes soupçonnent le Bélarus et son homme fort, le président Alexandre Loukachenko, de pousser les migrants à franchir illégalement la frontière en guise de représailles aux sanctions imposées par l'UE.

M. Loukachenko a nié ces accusations, soutenant plutôt que la Lituanie a provoqué elle-même le flux de migrants en annonçant en juillet une accélération du processus de traitement des demandes d'asile, qui devra être bouclé en 10 jours.

Les tensions entre Minsk et Vilnius se sont aggravées l'année dernière après que la Lituanie est devenue un pays d'accueil pour l'opposition bélarusse et sa chef Svetlana Tikhanovskaïa, adversaire de Loukachenko à l'élection présidentielle d'août 2020.

La répression des manifestations contre ces élections contestées avaient amené l'UE à sanctionner le régime.

Bruxelles, qui a envoyé plusieurs dizaines de gardes à la frontière, presse l'Irak de juguler le flux des migrants en contrôlant les liaisons aériennes vers le Bélarus.

«Des réfugiés, pas des criminels»
En Lituanie, l'afflux migratoire a semé l'inquiétude et provoqué des manifestations. 

De leur côté, les migrants protestent contre les conditions de vie dans les campements, dont celui installé dans le centre d'entraînement du ministère de l'Intérieur à Rudninkai. Les migrants y sont provisoirement logés dans des tentes de l'armée.

"Comment pouvons-nous dormir dans des tentes mouillées, comment pouvons-nous ne manger qu'une fois en 24 heures ? Ils nous traitent ici comme des animaux", déplore Amir Taher Mohammed, un Irakien de 29 ans.

"Nous voulons de la liberté, nous voulons des bonnes conditions. Nous voulons être appelés réfugiés, pas criminels", ajoute son compatriote Hussein Ali, 22 ans.

Les locaux se méfient de ces nouveaux arrivants.

"Ils sont trop nombreux. Je ne les ai pas vus, je ne sais rien d'eux, mais je ne pense pas que ce soit une bonne chose", explique Zofija, une habitante de 88 ans du village voisin.

«Pas facile pour eux»
Le gouvernement lituanien a renforcé sa législation pour permettre la détention des migrants et compliquer le processus d'appel contre le rejet des demandes d'asile.

Cette semaine, les garde-frontières ont commencé à repousser les migrants vers le Bélarus, et à les rediriger vers les postes-frontières ou les représentations diplomatiques pour déposer leur demande d'asile.

Une stratégie controversée qui semble fonctionner. Seuls 56 des quelques 700 migrants interceptés par les garde-frontières lituaniens entre mardi et vendredi ont été autorisés à entrer dans l'Etat balte.

Mardi, les garde-frontières bélarusses ont affirmé qu'une quarantaine de migrants, parmi lesquels des femmes et des enfants, étaient revenus au Bélarus avec "des lésions corporelles" après avoir été refoulés par la Lituanie. 

Mercredi, le président Loukachenko ordonnait une enquête sur la mort rapportée d'un Irakien à la frontière avec la Lituanie.

Les autorités lituaniennes ont nié avoir fait usage de la force. Mais les ONG lituaniennes estiment que le refoulement des migrants viole les droits de l'Homme. 

"Cela restreint le droit humain fondamental à demander l'asile dans un état sûr", a déclaré Akvile Krisciunaite, chercheuse de l'ONG Diversity Development Group. 

"Le Bélarus n'est pas un pays sûr et on sait que les droits de l'Homme y sont gravement bafoués", a-t-elle déclaré à l'AFP cette semaine.

Perez, un Camerounais de 30 ans assis sur des marches près de l'école de Vydeniai, dit comprendre les Lituaniens.

"Les choses ne sont pas faciles pour nous, mais ne le sont pas non plus pour eux. On a appris que des personnes arrivent tous les jours", dit-il. "Nous, on est juste là, à attendre".


Bangladesh: des Rohingyas plaident pour leur sécurité auprès de Bachelet

La Haute-commissaire des droits humains de l'ONU, Michelle Bachelet, visite un camp de réfugiés rohingyas à Ukhia le 16 août 2022 (Photo, AFP).
La Haute-commissaire des droits humains de l'ONU, Michelle Bachelet, visite un camp de réfugiés rohingyas à Ukhia le 16 août 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Deux dirigeants de la communauté rohingya ont récemment été abattus dans un de ces camps où la sécurité est un problème récurrent
  • Des dizaines de meurtres, d'enlèvements et de rafles policières visant les réseaux de trafic de drogue se sont déroulés dans les camps

KUTUPALONG: La Haute-commissaire des droits humains de l'ONU, Michelle Bachelet, s'est rendue mardi dans des camps de Rohingyas dans le sud du Bangladesh, où des réfugiés ont plaidé pour leur sécurité après une série de meurtres et la hausse de la criminalité.

Selon les autorités, Mme Bachelet a passé plusieurs heures dans le dédale des camps de Rohingyas dans le district de Cox's Bazar, et rencontré des dirigeants de cette communauté, dans le cadre de sa visite de quatre jours dans ce pays d'Asie du Sud.

Environ 750 000 Rohingyas ont fui les exactions de l'armée en Birmanie et cherché asile en 2017 au Bangladesh voisin, où se trouvaient déjà plus de 100 000 réfugiés, victimes de précédentes violences.

Deux dirigeants de la communauté rohingya ont récemment été abattus dans un de ces camps où la sécurité est un problème récurrent.

Mme Bachelet "voulait s'informer sur des meurtres commis dans les camps. Nous en avons discuté", a raconté à l'AFP par téléphone, Maulvi Zafar, un imam de 30 ans.

"Nous avons parlé du renforcement de la sécurité des camps. Nous avons exigé la sécurité", a-t-il ajouté.

Des dizaines de meurtres, d'enlèvements et de rafles policières visant les réseaux de trafic de drogue se sont déroulés dans les camps.

En septembre dernier, Mohib Ullah, un chef rohingya et militant pacifiste, avait été assassiné. Une manifestation de quelque 100 000 réfugiés, qu'il avait organisée pour marquer les deux ans de leur exode, avait fait sa renommée.

La police n'a pas nommé de suspects, mais des sources rohingyas ont déclaré à l'AFP que l'insurrection de l'Arakan Rohingya Solidarity Army (ARSA), qui opère à la fois dans l'État de Rakhine (ouest de la Birmanie) et dans les camps du Bangladesh, était à l'origine des meurtres de ces dirigeants.

En juin, la police a inculpé 29 Rohingyas, dont plusieurs cadres de l'ARSA, pour le meurtre de Mohib Ullah.

Le commissaire aux réfugiés du Bangladesh, Shah Rezwan Hayat, a déclaré à l'AFP que Mme Bachelet s'était enquise de certains incidents survenus dans les camps, et qu'il avait assuré que "toutes sortes de mesures avaient été prises par le gouvernement" pour améliorer la sécurité.

Il a ajouté que la Haute-commissaire avait également abordé le sujet de l'éducation et des moyens de subsistance des Rohingyas qui n'ont pas le droit de travailler. Il a assuré dans ce cadre que le gouvernement allait progressivement développer la scolarisation de tous les enfants réfugiés dans les camps.

Michelle Bachelet doit s'adresser à la presse mercredi, à Dacca, la capitale. L'ancienne présidente du Chili, âgée de 70 ans, doit quitter ses fonctions à l'ONU à la fin du mois.


En manque de bébés, la Chine annonce de nouvelles aides aux jeunes parents

 Cette photo d'archive prise le 2 août 2022 montre une femme poussant un chariot avec des jumeaux dans une rue de Pékin. (AFP).
Cette photo d'archive prise le 2 août 2022 montre une femme poussant un chariot avec des jumeaux dans une rue de Pékin. (AFP).
Short Url
  • Mardi, le ministère de la Santé a appelé le pouvoir central et les autorités locales à dépenser davantage dans la santé reproductive et à améliorer les services de garde d'enfants
  • Le pays le plus peuplé de la planète est confronté à une crise démographique, avec une population active vieillissante

PEKIN : La Chine a annoncé mardi de nouvelles mesures destinées à encourager les familles à avoir plus d'enfants, alors que son taux de natalité est au plus bas et que sa population devrait diminuer d'ici 2025.

Le pays le plus peuplé de la planète est confronté à une crise démographique, avec une population active vieillissante, une économie au ralenti et une croissance du nombre d'habitants la plus faible depuis des décennies.

Et même si les autorités ont mis fin en 2016 à leur stricte politique de l'enfant unique, puis ont autorisé l'an dernier jusqu'à trois enfants par couple, les naissances n'ont cessé de baisser au cours des cinq dernières années.

Mardi, le ministère de la Santé a appelé le pouvoir central et les autorités locales à dépenser davantage dans la santé reproductive et à améliorer les services de garde d'enfants.

Ces services sont largement insuffisants dans le pays.

Les autorités locales doivent "mettre en place des mesures de soutien actif à la fertilité", via des subventions, des déductions fiscales et de meilleures assurances santé, ainsi que des aides dans l'éducation, le logement et l'emploi destinées aux familles, préconise le ministère.

Les provinces doivent aussi s'assurer de disposer d'un nombre suffisant de garderies, d'ici la fin de l'année, pour les enfants de deux à trois ans.

Les villes chinoises les plus riches ont déjà mis en place des crédits immobiliers, des avantages fiscaux, des aides à l'enseignement et même des subventions pour encourager les femmes à avoir plus d'enfants. Les directives publiées mardi semblent vouloir étendre cette politique à l'ensemble du territoire.

Le taux de natalité en Chine a chuté l'an dernier à 7,52 naissances pour 1.000 habitants, au plus bas depuis le début de la série statistique en 1949, année de la fondation du Parti communiste chinois, selon le Bureau national des statistiques.

Le coût plus élevé de la vie et une évolution culturelle en faveur de familles plus petites sont parmi les raisons citées pour cette baisse des naissances.

Début août, les autorités sanitaires ont prévenu que la population chinoise reculerait d'ici 2025.


Covid en Chine: scènes de panique dans un Ikea... après un cas contact

Des personnes portant des masques faciaux visitent un magasin IKEA à Pékin, le 18 mars 2020. (AFP).
Des personnes portant des masques faciaux visitent un magasin IKEA à Pékin, le 18 mars 2020. (AFP).
Short Url
  • La Chine applique une stricte stratégie sanitaire face à la Covid-19: placement en quarantaine des personnes testées positives, confinements ciblés ou encore tests PCR généralisés et obligatoires
  • Samedi pour un seul cas contact dans un magasin Ikea, les autorités ont tenté de retenir tous les clients du géant suédois de l'ameublement, en vue d'une quarantaine

PEKIN : La crainte d'un confinement pour un seul cas contact a provoqué le week-end dernier des scènes de panique à Shanghai dans un magasin Ikea, selon des images virales vérifiées par l'AFP.

La Chine applique une stricte stratégie sanitaire face à la Covid-19: placement en quarantaine des personnes testées positives, confinements ciblés ou encore tests PCR généralisés et obligatoires.

Au printemps, la capitale économique Shanghai avait été confinée durant deux longs mois, en réponse alors à la pire flambée épidémique dans le pays depuis deux ans.

Samedi pour un seul cas contact dans un magasin Ikea, les autorités ont tenté de retenir tous les clients du géant suédois de l'ameublement, en vue d'une quarantaine.

Des vidéos largement partagées sur les réseaux sociaux montrent des familles bloquées dans le magasin par des portes vitrées.

Sur d'autres images, on peut voir des clients s'enfuir en catastrophe par ce qui semble être une issue de secours du magasin Ikea du district de Xuhui.

Des agents de sécurité débordés par la foule peinent à maintenir les portes fermées.

Ce genre de scène n'est pas inhabituel en Chine.

A Shanghai toujours, des employés ont pris vendredi la poudre d'escampette après un cas contact dans un immeuble de bureaux du district de Huangpu, selon des images vérifiées par l'AFP.

Les mesures draconiennes pour lutter contre le virus, dont le placement systématique des cas positifs en centres de quarantaine, provoquent ces derniers temps en Chine l'exaspération d'une partie de la population.

Au début du mois, 80 000 touristes ont été confinés sur l'île tropicale de Hainan (sud), une destination très prisée en Chine à cette période de l'année.

Si certains ont depuis pu regagner leur ville d'origine, des dizaines de milliers de vacanciers restent pris au piège sur l'île.

Exaspérés, une partie a protesté le week-end dernier, exigeant une rencontre avec des responsables locaux, selon des images vérifiées par l'AFP.

La Chine a fait état mardi de 2 368 nouveaux cas positifs locaux de Covid-19.

Depuis 2020, le pays maintient ses frontières fermées pour les touristes étrangers, en raison de la pandémie.