L'Algérie combat encore les feux de forêts, le bilan s'alourdit

Des villageois se rassemblent alors que de la fumée s'échappe d'un incendie dans les collines boisées de la région de Kabylie, à l'est de la capitale algérienne, Alger, le 12 août 2021.  (Ryad KRAMDI / AFP)
Des villageois se rassemblent alors que de la fumée s'échappe d'un incendie dans les collines boisées de la région de Kabylie, à l'est de la capitale algérienne, Alger, le 12 août 2021. (Ryad KRAMDI / AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 15 août 2021

L'Algérie combat encore les feux de forêts, le bilan s'alourdit

  • Des experts et des témoins pointent néanmoins du doigt le manque d'anticipation et de prévention des pouvoirs publics devant un phénomène récurrent chaque année en Algérie
  • Le président Abdelmadjid Tebboune a rendu visite samedi aux blessés, civils et militaires, hospitalisés à Alger, leur promettant de mettre en oeuvre tous les moyens nécessaires pour leur prise en charge

ALGER : Pompiers, militaires et volontaires continuent samedi d'éteindre les derniers feux de forêts qui ravagent le nord de l’Algérie, des incendies qui ont fait depuis lundi quelque 90 morts, parmi lesquels 33 militaires, selon des bilans des autorités locales.

Selon les dirigeants algériens, ces incendies sont en majorité d'origine "criminelle" et des pyromanes ont été arrêtés.

Des experts et des témoins pointent néanmoins du doigt le manque d'anticipation et de prévention des pouvoirs publics devant un phénomène récurrent chaque année en Algérie. 

En outre, ces feux de forêts sont avivés actuellement par des chaleurs extrêmes.   

Le ministère de la Défense a organisé samedi deux cérémonies pour honorer les 33 soldats qui ont péri en luttant contre les flammes, l'une à l'hôpital militaire d'Alger, en présence du chef d'état-major, Saïd Chenegriha, et l'autre à Constantine (nord-est).

"Ces héros ont sacrifié leurs âmes pour la patrie et pour sauver leurs concitoyens des incendies criminelles survenues dans différentes régions de notre pays", a déclaré le général Boualem Madi, directeur de la communication de la Défense lors d'une l'oraison funèbre, au troisième et dernier jour d'un deuil national.

Le président Abdelmadjid Tebboune a rendu visite samedi aux blessés, civils et militaires, hospitalisés à Alger, leur promettant de mettre en oeuvre tous les moyens nécessaires pour leur prise en charge.

En l'absence de nouveau bilan global officiel, les bilans rapportés par les autorités locales, la Protection civile et le ministère de la Défense font état au total de quelque 90 morts depuis lundi. 

La Protection civile a fait état de "42 incendies en cours dans 15 wilayas (préfectures)", dont 14 à Tizi Ouzou et 7 à Béjaïa, en Kabylie, la région la plus touchée. "Neuf feux maîtrisés dans 4 wilayas", a précisé la même source dans un  tweet.

Une centaine de feux avaient été recensés jeudi dans tout le pays.

"Les hélicoptères du Groupement aérien de la Protection civile et de l'Armée ont effectué 235 opérations de bombardement d'eau, sans compter 172 opérations par des bombardiers d'eau à Tizi-Ouzou, Béjaïa et Jijel", a indiqué la Protection civile.

Deux bombardiers d'eau français -- mis à disposition par Paris via l'Union européenne (UE) -- ainsi qu'un avion de liaison, sont intervenus massivement jeudi et vendredi en Kabylie.

Un bombardier d'eau espagnol est arrivé samedi et un second est attendu dans les prochaines heures, selon l'agence officielle APS.

Un troisième appareil devrait être déployé prochainement en provenance de Suisse, selon M. Tebboune. 

Solidarité

Au total, 43 foyers ont été éteints à travers 20 préfectures au cours des dernières 24 heures. 

Près de 7 500 agents de la Protection civile sont déployés avec 490 fourgons anti-incendie et trois hélicoptères.

Cinq hélicoptères lourds MI-26, d'origine russe, ont également été mobilisés par l'armée. 

Selon le site spécialisé Mena Défense, l'armée algérienne compterait acheter huit bombardiers d’eau russes Beriev Be-200. Trois d'entre eux devaient arriver samedi à Alger, selon des médias locaux.

La Russie a proposé de mettre à la disposition de l'Algérie quatre avions bombardiers d'eau, selon l'APS, qui explique que "faute d’autorisations de survol de la Grèce et de Chypre", leur arrivée a été retardée. Ils devraient arriver sur site "dans les prochaines heures". 

Face au drame, les gestes de solidarité de la société civile se manifestent sur le terrain et l'aide internationale s'organise. 

"Nous recevons des aides de partout. J’ai vu défiler des camions et des fourgons de l’Algérie entière”, s'enthousiasme un jeune bénévole, cité par le quotidien francophone Liberté.

Les services météorologiques prévoient des températures allant jusqu'à 48 degrés, dans un pays qui souffre déjà de stress hydrique.

Pays le plus étendu d'Afrique, l'Algérie ne compte que 4,1 millions de hectares de forêts, avec un maigre taux de reboisement de 1,76%.

Chaque année, le nord du pays est touché par des feux de forêt. En 2020, près de 44 000 hectares de taillis sont partis en fumée.

Les incendies qui se multiplient à travers le globe sont associés à divers phénomènes anticipés par les scientifiques en raison du réchauffement de la planète.


Pourquoi l’Irak ne peut subvenir aux besoins de ses jeunes en matière d’emploi

Des Irakiens participent à des manifestations contre la corruption et le chômage. (Photo, AFP)
Des Irakiens participent à des manifestations contre la corruption et le chômage. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’Irak ne semble pas près de se libérer de sa dépendance de longue date vis-à-vis de son seul atout: le pétrole
  • La question de l’allégement du fardeau qui pèse sur les caisses de l’État et de l’orientation des travailleurs vers des entreprises privées créatrices de richesse est difficile à résoudre pour les gouvernements successifs

DUBAÏ: Lorsque des dizaines de milliers de jeunes sont descendus dans les rues de Bagdad et des villes du sud et du centre de l’Irak fin 2019, une revendication fondamentale a résonné plus fort que toutes les autres: les possibilités d’emploi. 

Le pays, qui venait tout juste de sortir de décennies de tyrannie, de blocus, de guerres et d’insurrections, n’a que très peu apporté à la génération de jeunes Irakiens ayant atteint l’âge adulte dans les années qui ont suivi la chute de Saddam Hussein en 2003. 

Deux ans après ces manifestations, qui se sont essoufflées avec l’apparition de la pandémie de Covid-19 au début de l’année 2020, et face à la répression infligée par les puissantes milices irakiennes, les jeunes Irakiens affirment que rien n’a changé. 

«En réalité, c’est même pire qu’avant», déclare Rachid Mansour, un coiffeur de l’ouest de Bagdad, à Arab News. «Mes cousins et moi ne pouvons nous permettre de rester ici. Nous travaillons tous à temps partiel. Tout comme le reste du pays, nous avons du mal à joindre les deux bouts», poursuit-il. 

Avec peu d’indicateurs de performance qui suggèrent le contraire, l’économie vacillante de l’Irak ne semble pas près de se libérer de sa dépendance de longue date vis-à-vis de son seul atout: le pétrole. 

Même si le pays s’est ouvert à l'ensemble de la région et au monde, après avoir assoupli les restrictions de visas pour les visiteurs, il n’existe pas beaucoup de possibilités d’investissement au-delà du secteur pétrolier dans les nombreuses autres industries et entreprises longtemps défendues par ses dirigeants. 

Les appels à diversifier l’économie du pays sont restés sans réponse, tandis que les autorités continuent de faire la sourde oreille quant aux demandes de rationalisation du secteur public pléthorique. Les efforts d’efficacité sont ouvertement raillés par les citoyens, tout comme les obstacles que les investisseurs doivent franchir pour créer des entreprises privées. 

Près de deux décennies après que l’invasion menée par les États-Unis a renversé le régime baasiste, l’Irak continue d’avoir l’un des plus grands effectifs au sein du secteur public par habitant au monde. Sur le papier, le pays emploie quelque 7 millions de personnes sur une population estimée à 39,3 millions. 

La question de l’allégement du fardeau qui pèse sur les caisses de l’État et de l’orientation des travailleurs vers des entreprises privées créatrices de richesse est difficile à résoudre pour les gouvernements successifs. Aucun n’a osé agir contre un district d’électeurs qui pourrait faire basculer le résultat d’une élection, ou contre un système qui a longtemps été au cœur de la manière dont le pays est dirigé. 

1
Un Irakien fume la chicha sous une peinture murale féministe qui porte le slogan arabe: «Ainsi sont nos femmes.» (Photo, AFP) 

«L’Irak se retrouve dans un cercle vicieux», confie à Arab News Ahmed Tabaqchali, stratège du fonds AFC pour l’Irak et chercheur principal à l’Institut de recherche sur les politiques Iris Mideast. «D’autres pays, à l’image de l’Arabie saoudite, prennent des initiatives comme le projet Vision 2030. C’est une bonne façon de mettre fin à la dépendance au pétrole. Mais en Irak, c’est différent. Il n’existe pas de gouvernement central puissant, mais plutôt de multiples sources de pouvoir.» 

«Les revenus pétroliers jouent un rôle primordial. Ils permettent de payer les retraites et les salaires du secteur public et ils offrent une sécurité sociale. C’est un défi d’en sortir. Il existe un accord tacite entre le gouvernement et le peuple. Les gens s’attendent à recevoir des services en échange de leur acceptation du gouvernement au pouvoir et un emploi dans le secteur public constitue l’un de ces services.» 

«Aucun parti ne veut se lancer seul dans les réformes car cela affaiblirait son pouvoir. L’Irak a besoin d’une classe politique engagée dans des plans à long terme, parce que c’est la seule façon de s’en sortir. Le secteur privé a besoin de temps pour se développer.» 


Début de l’entraînement naval entre l’Arabie saoudite et l’Égypte

Les exercices navals conjoints Morgan-17, entre les marines saoudienne et égyptienne, ont commencé en Arabie saoudite. (Porte-parole de l’armée égyptienne)
Les exercices navals conjoints Morgan-17, entre les marines saoudienne et égyptienne, ont commencé en Arabie saoudite. (Porte-parole de l’armée égyptienne)
Short Url
  • Les exercices Morgan-17 «visent à renforcer la coopération entre les marines des deux pays»
  • Les exercices Taboul-5 en cours dans le Royaume impliquent les forces spéciales saoudiennes et égyptiennes, l’infanterie, des véhicules blindés et diverses armes spécialisées

LE CAIRE: Un entraînement conjoint entre les marines saoudienne et égyptienne a commencé et durera plusieurs jours. 

Les exercices Morgan-17 comprennent «de nombreux séminaires et conférences de formation, et la mise en œuvre de plusieurs activités pratiques, telles que des exercices de tir tactique par les forces spéciales des marines des deux parties avec diverses armes légères, des exercices de tir d’artillerie sol-sol sur une cible, des exercices de tir sol-air sur une cible aérienne, et l’exécution de formations de navigation», précise le porte-parole de l’armée égyptienne, Gharib Abdel Hafez. 

Les exercices Morgan-17 «visent à renforcer la coopération entre les marines des deux pays, à unifier leurs concepts opérationnels dans les méthodes d’exécution des tâches navales contre diverses menaces, et à former les équipages aux tâches de diverses guerres navales et à celles des forces spéciales. Cela permet d’accroître l’efficacité au combat des marines des deux pays», ajoute-t-il. 

Les exercices Taboul-5 en cours dans le Royaume impliquent les forces spéciales saoudiennes et égyptiennes, l’infanterie, des véhicules blindés et diverses armes spécialisées. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Le cabinet des ministres saoudien se réunit en personne pour la première fois en deux ans

Le roi Salmane d'Arabie saoudite préside une réunion hebdomadaire du Conseil des ministres à Riyad. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite préside une réunion hebdomadaire du Conseil des ministres à Riyad. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite préside une réunion hebdomadaire du Conseil des ministres à Riyad. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite préside une réunion hebdomadaire du Conseil des ministres à Riyad. (SPA)
Short Url
  • Le Cabinet a réaffirmé sa condamnation des attaques houthies contre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis
  • Il a également discuté des résultats de la récente visite du président sud-coréen dans le Royaume

RIYAD: Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans, en raison de la pandémie de coronavirus. 

Au cours de la réunion, le Cabinet a réaffirmé sa condamnation des attaques houthies contre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU). 

Le Cabinet a souligné l’urgence pour la communauté internationale, en particulier le Conseil de sécurité de l'Organisation des nations unies (ONU), d'agir contre la milice houthie en mettant fin à ses agressions contre la paix et la sécurité mondiales. 

1

Il a également discuté des résultats de la récente visite du président sud-coréen dans le Royaume, de ses entretiens avec le prince héritier, Mohammed ben Salmane, ainsi que des accords conclus dans divers domaines. 

Un protocole d'accord entre le Royaume et le Koweït pour une coopération visant à encourager les investissements directs a également été approuvé lors de la réunion. 

1

Un projet de mémorandum de coopération entre le Royaume et la Malaisie sur la reconnaissance mutuelle des certificats halal pour les produits locaux a également été discuté. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com