Séisme, tempête et inondations: le calvaire sans fin des Haïtiens

Quelque 9 900 personnes ont été blessées par les secousses et leurs répliques. (Photo, AFP)
Quelque 9 900 personnes ont été blessées par les secousses et leurs répliques. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 18 août 2021

Séisme, tempête et inondations: le calvaire sans fin des Haïtiens

  • Au calvaire des sinistrés qui dorment dehors s'ajoutent mardi les averses charriées par la tempête tropicale Grace
  • Les précipitations risquent par endroits de provoquer «des inondations majeures», selon le Centre américain des ouragans

LES CAYES: Des habitants trempés, épuisés, sans autre choix que d'uriner et déféquer dans des rues menacées d'inondations: le sud-ouest d'Haïti plonge d'heure en heure dans le chaos, les sinistrés de son récent séisme étant mardi démunis face aux violentes intempéries d'une nouvelle tempête tropicale.

Dans la ville des Cayes, plus de 200 personnes commencent à bâtir, sous un vent et une pluie persistants, des abris précaires sur un terrain de football inondé. Tous sont sinistrés du tremblement de terre de magnitude 7,2 de samedi, qui en quelques secondes a réduit en poussière des dizaines de milliers d'habitations. Au moins 1 941 personnes ont été tuées, selon un bilan encore "très partiel" annoncé mardi par la protection civile haïtienne.

Alors que le déblaiement des décombres se poursuit dans cette ville, toujours avec l'espoir de trouver des survivants, un hélicoptère des gardes-côtes des États-Unis a organisé des rotations pour acheminer les patients en état critique.

Hélicoptères

Les États-Unis, qui ont évacué une quarantaine de personnes pour des soins urgents avec trois hélicoptères des gardes-côtes, ont affrété huit hélicoptères de l'armée depuis le Honduras, pour continuer les efforts d'évacuation médicale.

L'USS Arlington, un navire de transport de la marine américaine doit également arriver mercredi en Haïti avec à son bord, une équipe chirurgicale, a annoncé le Commandement sud du Pentagone.

L'aide médicale aux milliers de blessés s'organise aussi avec la montée de blocs opératoires de campagne dans quelques centres hospitaliers de la zone affectée par le séisme.

Sur le terrain de l'hôpital de l'Ofatma aux Cayes, les soldats américains ont déchargé des caisses de matériel avant d'accueillir dans leur appareil, en direction de Port-au-Prince, un homme sévèrement blessé sur une civière et Jéremy, 7 ans, porté dans les bras d'un travailleur de l'organisation d'évacuation médicale Hero Ambulance.

"Ce petit garçon a une hémorragie cérébrale et cela affecte son cerveau. Cela pourrait hypothéquer le reste de sa vie. Si on peut l'aider, il pourra avoir une enfance normale donc cela fait une différence", sourit Carolyn Davies, infirmière de l'ONG Canadian medical assistance, arrivée aux Cayes au lendemain de la catastrophe.

Après deux jours d'attente, ce soutien international est un soulagement pour l'équipe médicale de l'hôpital des Cayes qui n'en reste pas moins désabusée devant leur dénuement, et notamment l'absence de scanner, ou de personnes formées pour les faire fonctionner.

Extrême vigilance

Avec seulement un bonnet de douche pour se protéger des gouttes, Magalie Cadet est épuisée par les trois jours d'épreuves qu'elle vient de subir.

"Même pour faire nos besoins, on n'a aucun endroit, donc on doit chercher dans les rues pour se soulager", déplore cette femme de 41 ans, les nerfs usés par les incessantes répliques du tremblement de terre.

"Hier soir, je m'étais mise à l'abri près de l'église mais quand on a senti la terre trembler à nouveau, j'ai couru pour retourner ici", soupire-t-elle.

Quelque 9 900 personnes ont été blessées par les secousses et leurs répliques. Dans les décombres, les secouristes ont extrait 34 personnes vivantes au cours des dernières 48 heures ont indiqué les autorités.

Au calvaire des sinistrés qui dorment dehors s'ajoutent mardi les averses charriées par la tempête tropicale Grace. Les précipitations risquent par endroits de provoquer "des inondations majeures", selon le Centre américain des ouragans, basé à Miami.

Dans ces conditions, les autorités haïtiennes ont appelé à une "extrême vigilance" à l'égard des maisons fissurées, qui pourraient s'effondrer sous le poids de la pluie. 

Bricolant à la hâte des abris de fortune, les habitants sont dépités.

"Hier soir, nous avons passé un mauvais moment. Beaucoup de vent et puis la pluie. Je suis restée assise: à chaque fois, les rafales nous envoyaient de l'eau", confie Natacha Lormira tout en tenant d'une main le maigre morceau de bois auquel est attachée une bâche déchirée.

"Je ne veux pas aller sous une galerie ou un coin de mur car on a tous vu des gens mourir sous des pans de murs. Donc on se résigne: mieux vaut être mouillée que morte", déplore-t-elle.

«L'État ne règle rien»

Trempé par la pluie qui perdure, Vladimir Gilles tente de planter suffisamment profond quelques morceaux de bambou dans la pelouse pour protéger sa femme et son enfant.

"Ma maison est détruite, je n'ai nulle part où dormir. On a besoin d'une bâche plastique pour juste faire un petit somme au sec mais l'État ne règle rien", peste le jeune homme de 28 ans.

Le Premier ministre Ariel Henry a bien décrété l'état d'urgence pour un mois dans les quatre départements affectés par la catastrophe. 

Mais le pays le plus pauvre du continent américain est confronté à un chaos politique, un mois après l'assassinat de son président Jovenel Moïse, compliquant encore sa gouvernance.

L'Unicef a estimé mardi que 1,2 million de personnes, dont 540 000 enfants, étaient affectées par la crise. 

L'accès en eau reste aussi très restreint par endroits, comme dans la commune de Pestel, où plus de 1 800 citernes sont fissurées ou écrasées, faisant craindre une dégradation des conditions sanitaires. Quelques mois après le terrible séisme de 2010, qui avait coûté la vie à 200 000 personnes, une mauvaise gestion des eaux usées dans une base onusienne avait facilité la propagation du choléra dans le pays.


Le variant Omicron peut avoir attrapé un morceau de virus du rhume

Les nouvelles découvertes soulignent l'importance de recevoir les vaccins actuellement disponibles contre la Covid-19. (Photo, Shutterstock)
Les nouvelles découvertes soulignent l'importance de recevoir les vaccins actuellement disponibles contre la Covid-19. (Photo, Shutterstock)
Short Url
  • Cela pourrait signifier que le virus se transmet plus facilement, tout en ne provoquant qu'une maladie bénigne ou asymptomatique
  • «Vous devez vacciner pour réduire les risques que d'autres personnes immunodéprimées rencontrent le virus SARS-CoV-2»

NEW YORK : Le variant Omicron du virus qui cause la Covid-19 a probablement acquis au moins une de ses mutations en prélevant un extrait de matériel génétique d'un autre virus, probablement celui responsable du rhume, présent dans les mêmes cellules infectées, ont annoncé des chercheurs.

Cette séquence génétique n'apparaît dans aucune version antérieure du coronavirus, appelé SARS-CoV-2, mais elle est omniprésente dans de nombreux autres virus, notamment ceux qui causent le rhume, ainsi que dans le génome humain, ont déclaré les chercheurs.

En insérant cet extrait particulier en lui-même, Omicron pourrait se faire passer pour un virus «plus humain», ce qui l'aiderait à échapper aux attaques du système immunitaire humain, a révélé Venky Soundararajan de Cambridge, Massachusetts, société d'analyse de données, qui a dirigé l'étude publiée jeudi sur le site OSF Preprints.

Cela pourrait signifier que le virus se transmet plus facilement, tout en ne provoquant qu'une maladie bénigne ou asymptomatique. Les scientifiques ne savent pas encore si Omicron est plus infectieux que les autres variants, s'il provoque une maladie plus grave ou s'il dépassera Delta en tant que variant le plus répandu. Cela peut prendre plusieurs semaines afin d’obtenir des réponses à ces questions.

Selon des études antérieures, les cellules des poumons et du système gastro-intestinal peuvent héberger simultanément le SRAS-CoV-2 et les coronavirus du rhume. Une telle co-infection prépare le terrain pour la recombinaison virale, un processus au cours duquel deux virus différents présents dans la même cellule hôte interagissent tout en se reproduisant, générant de nouvelles copies contenant du matériel génétique des deux «parents».

Cette nouvelle mutation aurait pu se produire pour la première fois chez une personne infectée par les deux agents pathogènes lorsqu'une version du SRAS-CoV-2 a récupéré la séquence génétique de l'autre virus, ont expliqué Soundararajan et ses collègues dans l'étude, qui n'a pas encore été évaluée par des pairs.

La même séquence génétique apparaît plusieurs fois dans l'un des coronavirus qui provoque le rhume chez l'homme, connu sous le nom de HCoV-229E, et dans le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) qui cause le sida, a averti Soundararajan.

L'Afrique du Sud, où Omicron a été identifié pour la première fois, a le taux de VIH le plus élevé au monde, ce qui affaiblit le système immunitaire et augmente la vulnérabilité d'une personne aux infections par les virus du rhume et d'autres agents pathogènes. Dans cette partie du monde, a souligné le chercheur, il y a de nombreuses personnes chez qui la recombinaison qui a ajouté cet ensemble omniprésent de gènes à Omicron aurait pu se produire.

«Nous avons probablement raté de nombreuses générations de recombinaisons» qui se sont produites au fil du temps et qui ont conduit à l'émergence de l'omicron, a ajouté Soundararajan.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer les origines des mutations d'Omicron et leurs effets sur la fonction et la transmissibilité. Il existe également des hypothèses concurrentes selon lesquelles le dernier variant pourrait avoir passé un certain temps à évoluer chez un hôte animal.

En attendant, les nouvelles découvertes soulignent l'importance pour les personnes de recevoir les vaccins actuellement disponibles contre la Covid-19, a soutenu Soundararajan.

«Vous devez vacciner pour réduire les risques que d'autres personnes immunodéprimées rencontrent le virus SARS-CoV-2», a conseillé le chercheur.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


A Chypre, le pape dénonce l'«esclavage et la torture» lors d'une prière avec des migrants

Il a accusé une nouvelle fois la Turquie d'«instrumentaliser la migration à Chypre». (Photo, AFP)
Il a accusé une nouvelle fois la Turquie d'«instrumentaliser la migration à Chypre». (Photo, AFP)
Short Url
  • Le pape François s'exprimait lors d'une prière œcuménique avec des migrants dans une église de Nicosie au deuxième jour de sa visite sur l'île divisée de Chypre
  • Le pape, qui a mis la question migratoire au coeur de sa visite, doit emmener 50 migrants, dont 10 migrants en situation irrégulière détenus, avec lui en Italie

NICOSIE : Le pape a dénoncé avec force vendredi à Nicosie le traitement réservé à certains migrants en proie à l'"esclavage" et la "torture", estimant que leur sort rappelle des épisodes sombres de l'Histoire comme ceux des nazis ou de la dictature de Staline.

Le pape François s'exprimait lors d'une prière œcuménique avec des migrants dans une église de Nicosie au deuxième jour de sa visite sur l'île divisée de Chypre, porte vers l'Union européenne pour beaucoup de migrants. 

Le pape, qui a mis la question migratoire au coeur de sa visite, doit emmener 50 migrants, dont 10 migrants en situation irrégulière détenus, avec lui en Italie, selon Nicosie.  

Des dizaines de personnes, dont une majorité d'étrangers, se sont pressées devant l'église de la Sainte-Croix à Nicosie, située à quelques mètres de la zone tampon administrée par l'ONU, dans l'espoir peut-être de pouvoir être du voyage.

Bassel Ismail, un réfugié syrien d'une vingtaine d'années, à Chypre depuis environ sept mois attendait avec sa femme et son bébé. 

"Nous sommes venus voir le pape et peut-être il nous amènera avec lui au Vatican (...) On veut rejoindre mon frère" de 12 ans en Italie, a-t-il dit.

"Votre présence, frères et sœurs migrants, est très significative pour cette célébration", a dit le pape de 84 ans dans l'église.

Dieu nous appelle "à ne pas nous résigner à un monde divisé (...) mais à cheminer dans l’histoire attirés par le rêve de Dieu : une humanité sans murs de séparation, libérée de l’inimitié", a-t-il ajouté.

Le ministère de l'Intérieur a indiqué que deux Camerounais "bloqués dans la zone tampon" séparant les deux parties de l'île divisée figuraient parmi les migrants qui devaient partir avec le pape.

«Bénédiction»

Il a accusé une nouvelle fois la Turquie d'"instrumentaliser la migration à Chypre", appelant les "partenaires européens" à faire preuve de "solidarité" avec Nicosie face "aux difficultés liées au flux croissant de migrants".

Dans l'église, Marina Nouwo une Camerounaise de 33 ans, a exprimé son émotion de rencontrer le pape: "C'est une bénédiction que Dieu nous accorde".

Cette mère de quatre enfants a quitté son pays il y a un mois avec son mari et espère, elle aussi, pouvoir être accueillie en Italie.

"J'ai fui les violences, les bombes, la faim et la douleur", explique pour sa part un Sud-asiatique s'exprimant sous le couvert de l'anonymat. "J'ai dû me cacher dans des coffres de voitures et j'ai été jeté dans des embarcations qui prenaient l'eau. Déçu, exploité, oublié, ignoré… J'ai été forcé de migrer."

Le pape François a appelé à "ouvrir les yeux" devant l'"esclavage" et la "torture", que subissent les migrants dans les camps, dressant un parallèle avec la Seconde Guerre mondiale.

"Cela nous rappelle l'histoire du siècle dernier, des nazis, de Staline, et on se demande comment cela a pu se passer. Mais ce qui s'est passé autrefois est en train d'arriver aujourd'hui sur les côtes voisines (…) Il y a des lieux de torture, des gens qui sont vendus. Je le dis car c'est ma responsabilité d'ouvrir les yeux", a déclaré le pape dans une longue improvisation au cours de la prière œcuménique avec des migrants.

Dans la matinée, le pape a célébré une grande messe dans le grand stade de la capitale chypriote devant des milliers de personnes.

«Rester unis»

"Si nous ne nous rassemblons pas, nous ne dialoguons pas (...) nous ne pourrons pas guérir pleinement de nos aveuglements", a-t-il lancé, en présence du président chypriote Nicos Anastasiades et d'un important dispositif de sécurité et face aux fidèles agitant des drapeaux libanais, argentins ou encore philippins.

Parmi eux, des membres de la communauté catholique latine de Chypre, composée d'environ 25.000 membres, aujourd'hui majoritairement des travailleurs immigrés asiatiques et des réfugiés africains.

Dans le stade, Janine Daou, 39 ans, a fait le voyage depuis le Liban "malgré les difficultés économiques", afin de "demander de l'aide" au pape pour son pays.

Jeudi, le pontife argentin de 84 ans avait lancé un vibrant appel à l'"unité", déplorant la "terrible lacération" de l'île divisée depuis l'invasion turque de 1974.

"Le chemin de la paix, qui guérit les conflits (...), est balisé par un mot: dialogue", a-t-il déclaré, alors que les pourparlers avec l'autoproclamée République turque de Chypre Nord (RTCN, reconnue uniquement par Ankara) pour la réunification de l'île sont au point mort depuis 2017.

Aux portes d'une région minée par les conflits et la crise migratoire, le pape a de nouveau mis en garde le continent européen contre "les murs de la peur" et les "intérêts nationalistes".


Peng Shuai: des Chinois percent des trous dans la censure

Peng Shuai. (Photo, AFP)
Peng Shuai. (Photo, AFP)
Short Url
  • Pour contourner la censure, les internautes ont d'abord commencé à utiliser les initiales ("PS") de l'ex-numéro une mondiale du double
  • Un subterfuge vite répéré et censuré

PÉKIN : Expressions codées, références aux "pastèques" ou à une certaine "PS": l'affaire de la tenniswoman Peng Shuai est passée sous silence en Chine mais des internautes font preuve d'ingéniosité pour contourner la censure des réseaux sociaux.

Dans un message publié en ligne début novembre, la championne évoquait longuement sa relation compliquée avec l'ancien vice-Premier ministre chinois Zhang Gaoli et évoquait un rapport sexuel avec lui qu'elle s'est sentie "forcée" d'accepter.

Le texte est resté seulement quelques minutes sur le compte officiel de la joueuse de 35 ans sur le réseau social chinois Weibo, avant d'être effacé par les censeurs. 

Depuis, l'affaire est totalement passée sous silence dans les médias chinois. Et les censeurs redoublent d'efforts pour effacer toute allusion au scandale sur les réseaux sociaux.

La majorité des Chinois ne sont ainsi pas au courant de l'affaire, d'autant plus que la plupart des sites internet de médias étrangers sont bloqués en Chine.

Mais l'information circule tout de même via les messageries privées et le bouche-à-oreille.

Pour contourner la censure, les internautes ont d'abord commencé à utiliser les initiales ("PS") de l'ex-numéro une mondiale du double. Un subterfuge vite répéré et censuré.

D'où l'apparition d'un ingénieux mot-dièse "codé": "#Peng Yuyan est super beau", une référence à Peng Yuyan, un acteur taïwanais populaire en Chine. 

"Beau" se disant "shuai" en mandarin, le hashtag a donc pour premier et dernier caractère chinois "Peng" et "Shuai" -- soit le nom de la championne.

D'autres utilisateurs de Weibo se sont rendus sur la page consacrée au tennis pour y évoquer une "grosse pastèque" ayant fait les gros titres de l'actualité.

En chinois, l'expression "manger de la pastèque" signifie s'intéresser aux nouvelles racoleuses ou qui attirent l'oeil.

"Même quand je dors, je me réveille pour manger de la pastèque", écrivait un utilisateur de Weibo dans un message depuis supprimé. Il n'évoquait pas nommément Zhang Gaoli mais en parlait comme de "la personne sensible politiquement".

Sur le compte Weibo de la WTA, l'instance internationale gérant le circuit féminin de tennis, certains affichaient leur "soutien" à l'organisation qui a décidé d'annuler ses tournois en Chine, ceci sans mentionner explicitement Peng Shuai.

Les internautes se réfugient aussi parfois dans les recoins les plus insoupçonnés du web.

Certains commentaient ainsi l'affaire sur le site de critiques de films Douban, à la page consacrée à une série sud-coréenne au nom évocateur: "Le Premier ministre et Moi"...

Ces différentes astuces n'ont pas tenu bien longtemps face à la vigilance des censeurs.