D'Oum Kalthoum à Dalida, les astres d'Orient célébrées à l'Institut du monde arabe

Des installations présentées dans le cadre de l'exposition « Divas » à l'Institut du monde arabe (IMA) à Paris le 19 août 2021. (Stephane de Sakutin/AFP)
Des installations présentées dans le cadre de l'exposition « Divas » à l'Institut du monde arabe (IMA) à Paris le 19 août 2021. (Stephane de Sakutin/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 20 août 2021

D'Oum Kalthoum à Dalida, les astres d'Orient célébrées à l'Institut du monde arabe

  • La courte vie d'Asmahan, la moins connue, a tout d'un roman, entre scandales - amants, alcool, poker, etc -, destin de star entre micro et écran sans oublier l'espionnage au service des alliés
  • Une place de choix est évidemment réservée à Oum Kalthoum, la "Quatrième Pyramide", la voix la plus célèbre du monde arabe

PARIS : Des monuments Oum Kalthoum ou Fairouz, à l'icône pop Dalida, l'Institut du monde arabe à Paris célèbre ces "Divas" à l'aura entre musique, politique et féminisme, de l'Égypte au Liban et au-delà.

"L'idée c'est de parler de personnalités exceptionnelles qui ont révolutionné la musique et le cinéma de l'âge d'or du monde arabe (en gros des années 1930 aux années 1970, ndlr) comme Oum Kalthoum, Fairouz, Warda ou Asmahan, des femmes devenues icônes, émancipées de la domination masculine, qui ont réussi par leur courage à vivre leur rêve", synthétise pour l'AFP Hanna Boghanim, une des commissaires de l'évènement.

"Divas", exposition enthousiasmante - qui mêle affiches, garde-robes, extraits de concerts immersifs, salons littéraires reconstitués et hologrammes sur fond d'électro - se tient jusqu'au 26 septembre.

Une place de choix est évidemment réservée à Oum Kalthoum, la "Quatrième Pyramide", la voix la plus célèbre du monde arabe. Ce n'est pas seulement un joyau égyptien. Quand elle meurt en 1975, une marée humaine au Caire porte son cercueil mais on la pleure de Bagdad à Casablanca. Du temps de ses récitals chaque premier jeudi du mois à la radio du Caire, c'est tout le monde arabe qui s'arrête pour l'écouter.

"L'Astre de l'Orient", autre surnom, a "cette folie, cette liberté, cette force de caractère et ce tempérament qui ont mis quasiment tout le monde arabe à ses pieds", décrit dans l'émission télé "Entrée libre" le trompettiste Ibrahim Maalouf, qui lui dédie un album, "Kalthoum".

- Panarabisme -

"Ce sont aussi des personnalités politiques, Oum Kalthoum a été l'incarnation du panarabisme avec Nasser (président égyptien emblématique), Warda a défendu la décolonisation algérienne à travers ses chansons, Fairouz (libanaise) a défendu la cause palestinienne et Asmahan (une princesse druze) travaille pour les alliés durant la Seconde guerre mondiale", éclaire Hanna Boghanim.

Si Oum Kalthoum a mis tout le monde arabe d'accord, Fairouz "a fait mieux", mettre "tous les Libanais" sur la même longueur d'onde, glisse malicieusement Ibrahim Maalouf dans "Divas", documentaire récent (Planète+). La chanteuse est un ciment national rare dans un pays toujours malade de ses fractures.

Fairouz est la seule de ces étoiles toujours en vie (86 ans). Retirée loin des feux médiatiques (en dehors de son entrevue avec Emmanuel Macron en août 2020), Fairouz n'a pas donné suite aux sollicitations des organisateurs de l'exposition, à leur grand regret.

Warda - dite aussi "Warda l'Algérienne" - a également cassé les codes. En 1972, elle remonte sur scène pour le 10e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie alors qu'elle avait cessé de chanter à la demande de son mari, officier de l'armée. Elle divorce alors pour reprendre une carrière entamée à l'âge de 11 ans au Tam Tam, le cabaret parisien de son père. Elle retourne ainsi en Egypte, pays où elle avait déjà étendu sa carrière au cinéma.

- Amants, alcool, poker -

La courte vie d'Asmahan, la moins connue, a tout d'un roman, entre scandales - amants, alcool, poker, etc -, destin de star entre micro et écran sans oublier l'espionnage au service des alliés. Avec, pour couronner le tout, une mort précoce à 27 ans (comme Kurt Cobain ou Amy Winehouse) dans des circonstances encore floues après la découverte de sa voiture dans le Nil...

D'autres femmes clé sont évoquées dans l'exposition, comme l'Egyptienne Samia Gamal, dont la rivale n'est autre qu'une certaine Dalida dans le film "Un verre, une cigarette" (1954), production du Caire devenu cet "Hollywood sur Nil" ou "Nilwood".

"Dalida permet de faire le lien avec le grand public, qui connaît moins toutes ces divas arabes, souligne Hanna Boghanim. On voulait la montrer dans son contexte égyptien, depuis ce film de 1954 jusqu'au film dramatique, +Le sixième jour+ qu'elle jouera pour Youssef Chahine en 1986". Elle meurt l'année suivante.

 


Le texte manuscrit du tube «Starman» de David Bowie vendu plus de 200 000 livres

David Bowie à la Film Society of Lincoln Center rend hommage à Susan Sarandon, à New York en 2003 (Photo, Shutterstock).
David Bowie à la Film Society of Lincoln Center rend hommage à Susan Sarandon, à New York en 2003 (Photo, Shutterstock).
Short Url
  • L'acheteur est un collectionneur privé dont l'identité n'a pas été révélée
  • Le texte manuscrit faisait partie d'une vente plus large intitulée «David Bowie et le Glam Rock»

LONDRES: Le texte de "Starman", tube de 1972 de David Bowie, écrit de la main de l'artiste, s'est vendu aux enchères mardi pour la somme de 203 500 livres (près de 227 000 euros), selon la société Omega Auctions, spécialiste des ventes liées au monde de la musique.

La chanson, incluse dans l'album "Ziggy Stardust", succès phénoménal du chanteur britannique, évoque "Starman qui attend dans le ciel" et souhaite rencontrer des humains.

Le texte vendu mardi, initialement mis à prix à 40 000 livres (environ 44 600 euros), est écrit à l'encre bleue sur une feuille à petits carreaux de format A4. On y voit les modifications apportées par Bowie ainsi que des fautes d’orthographes corrigées par le chanteur.

Le document avait été exposé lors d'une rétrospective au Victoria & Albert Museum consacrée en 2013 au chanteur, décédé en janvier 2016 à 69 ans.

L'acheteur est un collectionneur privé dont l'identité n'a pas été révélée.

Le texte manuscrit faisait partie d'une vente plus large intitulée "David Bowie et le Glam Rock", comprenant notamment des affiches et des disques vinyles.


Albert de Monaco rend hommage à sa mère Grace Kelly, «princesse de Hollywood»

Le prince Albert II de Monaco, fils de Grace Kelly, pose avant la projection du film "La Main au collet" (Photo, AFP).
Le prince Albert II de Monaco, fils de Grace Kelly, pose avant la projection du film "La Main au collet" (Photo, AFP).
Short Url
  • Une centaine de spectateurs assistaient à cette séance à laquelle l'actuel souverain de la Principauté avait été invité
  • «Ma mère est ravissante dans ce film»

NICE: Le prince Albert II de Monaco a rendu hommage mardi soir à sa mère Grace Kelly pour le 40e anniversaire de sa disparition en assistant à Nice à la projection de La Main au collet, tourné en 1954 par Alfred Hitchcock.

Ce film (To catch a thief, en anglais), où Grace Kelly tient le rôle titre en compagnie de Cary Grant, est diffusé à la cinémathèque de la ville dans le cadre d’une rétrospective des onze films tournés par la défunte princesse de Monaco.

Une centaine de spectateurs assistaient à cette séance à laquelle l'actuel souverain de la Principauté avait été invité par la ville de Nice.

"Ma mère est ravissante dans ce film, c’est un euphémisme, et puis ce sont des images superbes qui évoquent Monaco et la Côte d’Azur, et c’est aussi une belle histoire", a expliqué après la séance le prince Albert, qui avait lui-même choisi de revoir ce long métrage, en confiant avoir jusqu’à présent "vu davantage de fois Le train sifflera trois fois".

"Le rôle dont elle était la plus fière, c’était peur-être celui qu'elle a interprété dans Une fille de la campagne, où elle était peut-être moins attendue", a indiqué aussi Albert II au public. Ce rôle a valu à Grace Kelly un Oscar à Hollywood.

"Tout le monde connaît la princesse de Monaco par coeur, mais tout le monde ne connaît pas forcément l’actrice, donc j’ai voulu que la cinémathèque de Nice rendît hommage à la princesse d’Hollywood", a indiqué l’écrivain et journaliste Henry-Jean Servat, également adjoint au cinéma à la ville de Nice.

Les onze films où figure Grace Kelly ont été tournés en l’espace de cinq ans, entre 1951 et 1956, avant que cette dernière, devenue princesse de Monaco à la suite de son mariage avec le prince Rainier, n’arrête toute collaboration avec le cinéma.

D’autres propositions de films lui ont été faites après son mariage, notamment de la part d’Alfred Hitchcock pour son thriller Pas de printemps pour Marnie.

"Elle avait envie de cette aventure mais finalement la raison l’a emporté", a expliqué le prince Albert.

La Main au collet a été réalisé en majeure partie sur la Côte d'Azur en 1954. Le bal costumé de la scène finale a été tourné dans les studios de la Victorine, à Nice, qui ont prêté pour l’occasion à la Cinémathèque les fauteuils utilisés par Grace Kelly, Cary Grant et Alfred Hitchcock pendant le tournage.

Le prince Albert s’est prêté au jeu des photographes en posant devant ces pièces présentées dans le hall de la cinémathèque pour l'occasion. Elles sont soigneusement conservées au magasin des accessoires de ces studios de tournage que la ville de Nice, qui les a pris en régie, tente de faire revivre.


Astérix et Obélix, l’Empire du milieu: les irréductibles Gaulois de retour au cinéma début 2023

Le film «Astérix et Obélix : l'empire du Milieu» sortira en salle le 1er février 2023.  (Photo, Pathé Films)
Le film «Astérix et Obélix : l'empire du Milieu» sortira en salle le 1er février 2023. (Photo, Pathé Films)
Short Url
  • Guillaume Canet, le réalisateur des nouvelles aventures d’Astérix et Obélix a dévoilé sur Instagram le 25 septembre le premier teaser de son film, qui sortira le 1er février
  • Le casting comprend une série de stars, notamment le footballeur Zlatan Ibrahimović dans le rôle d’Antivirus

MONTRÉAL: Cela fait dix ans qu’on les attendait! Les deux irréductibles gaulois préférés des Français reviennent sur les écrans pour de nouvelles aventures le 1er février 2023. Il faudra donc patienter encore un peu pour découvrir Astérix et Obélix: l’Empire du milieu, mais Guillaume Canet, le réalisateur de la nouvelle franchise made in France, a dévoilé sur Instagram le 25 septembre le premier teaser de son film. 

Guillaume Canet, qui a déjà sept long-métrages à son actif, se lance dans le projet le plus colossal de sa carrière, avec un budget de 65 millions d'euros, ce qui en fait l’un des films français les plus chers jamais produits. Il jouera lui-même le rôle d’Astérix et a fait appel à un casting XXL pour l’accompagner. Son comparse, Obélix, sera joué par Gilles Lellouche, le redoutable César par Vincent Cassel, et sa Cléopâtre sera l’actrice Marion Cotillard. Le film affiche en outre une pléthore de stars francophones dans des rôles secondaires: les rappeurs OrelSan (Titanix) et Bigflo et Oli (Abdelmalix et Toufix) les youtubeurs McFly et Carlito (Radius et Cubitus), Pierre Richard (Panoramix), Philippe Katerine (Assurancetourix Le Barde), Angèle (Falbala), Jérôme Commandeur (Abraracourcix Le Chef), Audrey Lamy (Bonemine), Jonathan Cohen (Graindemaïs), José Garcia (Biopix) et Gérard Darmon (le narrateur). Le casting prévoit aussi une surprise: le footballeur Zlatan Ibrahimović dans le rôle d’Antivirus