Deux cents malles d’artistes dont une boîte à merveilles pour les 200 ans de Louis Vuitton

La malle à merveilles de Zad Moultaka, recouverte du regard de Louis Vuitton (fournie)
La malle à merveilles de Zad Moultaka, recouverte du regard de Louis Vuitton (fournie)
La malle de Jean-Michel Othoniel (fournie)
La malle de Jean-Michel Othoniel (fournie)
La malle d'Alyssa Carson (fournie)
La malle d'Alyssa Carson (fournie)
La malle de NIGO (fournie)
La malle de NIGO (fournie)
La malle de Willo Perron (fournie)
La malle de Willo Perron (fournie)
Short Url
Publié le Samedi 21 août 2021

Deux cents malles d’artistes dont une boîte à merveilles pour les 200 ans de Louis Vuitton

  • La malle confiée aux artistes est une réplique du modèle créé par Louis Vuitton dans les années 1850
  • Zad Moultaka est particulièrement attiré par un portrait du fondateur dont il va utiliser le regard pour réinventer la « boîte à merveilles » de son enfance

BEYROUTH : Pour célébrer les 200 ans de son fondateur, né le 4 aout 1821, la maison Louis Vuitton lance une série d’initiatives sous le label « Louis 200 ». Entre un jeu vidéo baptisé Louis, The Game, qui va permettre aux usagers de collecter des jetons non fongibles (NDLR : certificats de propriété qui permettent d’obtenir une œuvre virtuelle ou un objet numérique), une biographie romancée écrite par Caroline Bongrand à paraître en octobre, un documentaire sur le parcours de Louis Vuitton sous le titre «Looking for Louis », diffusé sur Apple TV, ou un triptyque géant de l’artiste Alex Katz, la marque française met presque tous les arts à contribution pour ancrer l’histoire de Louis Vuitton dans l’imaginaire collectif. Mais le volet le plus spectaculaire de ce projet est sans doute la série de 200 malles commissionnées à 200 artistes internationaux pour décorer ses vitrines à travers le monde. L’un des heureux récipiendaires de la très convoitée « Lettre aux visionnaires du futur » est le Libanais Zad Moultaka.

La malle plate et l’œuf de Christophe Colomb

La malle confiée aux artistes est une réplique du modèle créé par Louis Vuitton dans les années 1850. Le fondateur de la marque culte, parti à 14 ans de son Jura natal pour faire carrière à Paris, a circulé à pieds pendant deux ans, travaillant d’escale en escale comme menuisier ou meunier, deux métiers que lui avait enseignés son père. Arrivé dans la capitale, il est embauché comme apprenti par Romain Maréchal célèbre malletier-layetier-emballeur, un métier qui accompagnait alors la frénésie de déplacements encouragée par la multiplication des bateaux à vapeur, l’extension des chemins de fer et la mode naissante du tourisme. Quelques années plus tard, Louis Vuitton s’installe à son compte, son talent lui ayant attiré l’amitié de l’impératrice Eugénie. Constatant la difficulté d’empiler le modèle de malle traditionnel avec son rabat bombé, il lance la malle plate qui deviendra une norme. La malle Vuitton est au voyage ce que l’œuf de Christophe Colomb est à la logique. Elle mesure 100x50x50 cm. Au lieu du cuir, elle est recouverte d’une toile cirée exceptionnellement résistante. Louis Vuitton sera ensuite rejoint par son fils Georges qui va inventer en 1896, pour protéger les produits de la marque de la contrefaçon, la toile Monogram : un semis de motifs floraux, végétaux et géométriques d'inspiration à la fois médiévale et japonisante, qui entoure les initiales L.V. Georges va aussi déposer un brevet de serrures qui ne peuvent s’ouvrir qu’avec une clé unique, et lancer le label Louis Vuitton à l’international.

Zad Moultaka aux répétitions de son opéra Hémon (portrait par Klara Beck)
Zad Moultaka aux répétitions de son opéra Hémon (portrait par Klara Beck)

Un souvenir poétique

Moultaka reçoit donc la fameuse lettre. Musicien de formation, il sort régulièrement de son cadre pour explorer d’autres disciplines. En 2017, pour le pavillon libanais de la 57e Biennale de Venise, il crée SamaS, Soleil noir Soleil, une architecture sonore qui attire plus de 70 000 visiteurs. Et c’est sans doute en mars 2021, à l’Opéra national du Rhin, lors de la présentation d’Hémon, opéra sur un livret de Paul Audi dont il a composé la musique et conçu la scénographie, qu’il est repéré par les sélectionneurs de l’opération Louis 200. Lui dont l’univers n’a jamais croisé celui de la mode est un peu perplexe. Que faire avec une malle, autrement dit un coffre, qui prenne sens pour la marque sans égratigner son intégrité d’artiste ? Il demande à visiter la maison patricienne de la famille Vuitton à Asnières. Là se trouvent également le musée de la marque et l’atelier des commandes spéciales.

Là, sous les lambris Art nouveau, Zad Moultaka est particulièrement attiré par un daguerréotype du fondateur. Il raconte :

« Dans le village de ma grand-mère il y a une cinquantaine d’années, je me revois courir avec d’autres enfants, quelques sous serrés au creux de la main, derrière un vieux monsieur traînant sur une roulette une « caisse à merveilles ». Quelques sous pour un « ticket » qui nous donnait le droit de regarder par une lunette pendant quelques minutes, à l’intérieur de cette malle. Des images de toutes sortes défilaient lentement et nous transportaient en un voyage magique qui se déroulait devant nos yeux ébahis. C’est donc ce souvenir poétique qui se superpose à la malle. Aussitôt que je découvre le portrait, le projet trouve sa cohérence et sa forme finale. Les yeux de Louis Vuitton comme élément principal pour imaginer l’extérieur de la malle se sont imposés comme une évidence : qui dit « voyage » dit « regard », celui de Louis est persistant et profond. A travers sa multiplication, selon un rythme spécifique, surgit un sentiment de vertige et d’hallucination propre à la folie de certains rêves. Deux trous à la place des pupilles aiguisent notre curiosité de « voyeurs » et nous incitent à regarder et découvrir ce qui peut se passer à l’intérieur. Des paysages désertiques défilent lentement devant nos yeux, ils sont fait à partir de tissus, d’habits et autres affaires de voyageurs filmés en gros plans, devenant mer, dunes et montagnes énigmatiques. À l’ouverture de la malle, une petite mélodie se déclenche, telle une boîte à musique accompagnant la magie de cette traversée intime. »

Les malles ont déjà commencé leur voyage le 4 août, ornant l’une après l’autre les vitrines des principaux magasins Louis Vuitton des grandes capitales.


«Baalbek mon amour», un concert en hommage au Liban

Simon Ghraichy, le directeur artistique du concert «Baalbek mon amour» (Photo fournie)
Simon Ghraichy, le directeur artistique du concert «Baalbek mon amour» (Photo fournie)
Short Url
  • Ce projet, parrainé par François Hollande, est porté par le pianiste Simon Ghraichy et les artistes Nach (Anna Chedid), Camille el-Bacha, Rana Gorgani et Jacopo Baboni-Schilingi
  • Au moment où le pays du Cèdre traverse l’une des crises économique, sociale et politique les plus profondes de son histoire, ce concert se veut une note – musicale – d’espérance

PARIS: «Baalbek mon amour» est le titre du concert exceptionnel qui aura lieu ce soir à l’Institut du monde arabe (IMA) en hommage au Liban et en soutien au Festival de Baalbek. 

Ce projet, parrainé par François Hollande, est porté par le pianiste Simon Ghraichy et les artistes Nach (Anna Chedid), Camille el-Bacha, Rana Gorgani et Jacopo Baboni-Schilingi. 

Son but est de lever les fonds qui garantiront la tenue de la prochaine édition du mythique Festival de Baalbek, emblème de la florissante vie culturelle libanaise d’antan. Au moment où le pays du Cèdre, réputé dans toute la région pour son effervescence culturelle, traverse l’une des crises économique, sociale et politique les plus profondes de son histoire, ce concert se veut une note – musicale – d’espérance. 

Simon Ghraichy est le directeur artistique de la soirée. Ce célèbre pianiste franco-libanais de 36 ans, que l’on présente souvent comme «la rock star du piano», fut l’un des premiers à militer pour la tenue de ce concert au profit du festival À quelques heures du concert, il répond aux questions d’Arab News en français

Comment est née l’initiative de ce concert? 

Elle est venue de l’ancien président de la république François Hollande, que je connais en dehors du monde politique et que je rencontre de temps en temps à titre personnel. Nous étions réunis à son bureau peu après l’explosion du 4-Août avec un groupe d’amis libanais. Le président a voulu que nous réfléchissions à un moyen pour soutenir le pays. D’où l’idée de ce concert. 

Pourquoi avez-vous choisi le Festival de Baalbek en particulier? 

Nous avons opté pour à la culture parce qu’elle est essentielle et c’est le domaine qui souffre le plus en temps de crise. J’ai donc suggéré cette initiative pour aider le Festival de Baalbek. Je me suis toujours senti proche de ce festival auquel j’ai participé en 2015, ce qui constitue le meilleur souvenir de toute ma vie. J’y avais interprété une création de Gabriel Yared avec l’Orchestre national libanais. Ce festival nous rappelle un peu ce qu’était le Liban d’antan. Ce pays, malgré toutes les difficultés qu’il a rencontrées, n’a jamais cessé de produire. Nous avons donc décidé de le soutenir pour le symbole qu’il représente sur le plan culturel. 

Comment se sont déroulés les préparatifs? 

Nous avons longtemps essayé de trouver une disponibilité, ce qui n’était pas chose aisée, notamment en raison de la pandémie et des restrictions qu’elle a entraînées. Nous avons contacté Jack Lang et l’Institut du monde arabe (IMA) nous a accueillis à bras ouverts, mettant à notre disposition les locaux et la logistique. Nous avons attendu la réouverture des salles. Il nous est alors apparu opportun, en fin d’année, avant Noël, de finir cette année en beauté avec un geste fort pour la culture et le Liban. Si l’organisation artistique de la soirée m’a été confié, l’idée n’était pas de donner un récital de piano, mais de proposer à d’autres artistes de se joindre à l’aventure. Et c’est ainsi que j’ai pu rassembler un groupe de cinq artistes formidables, certains libanais, d’autres non, avec lesquels je vais jouer. Certains ont eu carte blanche pour proposer ce qu’ils souhaitent. 

Pouvez-vous nous présenter ces artistes qui vous accompagnent? 

Nous ne jouons pas tous ensemble, mais en alternance – même si certains morceaux sont communs. Il y a un autre pianiste que moi, un Libanais, Camille El Bacha, le fils du célèbre pianiste franco-libanais Abdel Rahman El Bacha. Il interprétera ses propres compositions. 

Anna Chedid, la sœur de Mathieu Chedid, était également invitée. Cette chanteuse franco-libanaise devait chanter ses propres chansons mais elle ne pourra être présente, car elle est souffrante. Elle est remplacée par la chanteuse franco-grecque Dafné Kritharas. 

Jacopo Baboni-Schilingi se joindra également à nous. C’est un compositeur franco-italien qui mêle écriture et interactivité. Spécialement pour cet événement, il nous propose une pièce particulièrement belle. Il a aussi composé des interludes qui assureront la transition des artistes. 

La mezzo-soprano égyptienne Farrah el-Dibany interprétera pour sa part deux airs tirés de l’opéra Carmen ainsi que deux chansons de Fairouz. 

La chorégraphe Rana Gorgani proposera quant à elle plusieurs danses soufies. 

Quel message voulez-vous faire passer ce soir? 

Certainement un message d’universalité, de pluriculturalisme, de solidarité et de soutien. Nous célébrons le Liban, celui des arts et de la culture, et un festival prestigieux qui possède de nombreuses facettes car il est extrêmement éclectique: il célèbre les arts et la musique de tous les styles. 

*Créé en 1956, le Festival de Baalbek a réuni pendant plus de soixante ans des artistes du monde entier au cœur d’un site archéologique exceptionnel. Parmi ceux qui ont foulé la terre de la «Cité du soleil» romaine, on peut citer Matthieu Chedid et toute sa famille, Jean-Michel Jarre, Ibrahim Maalouf, Carolyn Carlson, Ella Fitzgerald, Miles Davis, Oum Kalthoum, Fairouz, ou encore Deep Purple, l’Orchestre philharmonique de New York, Maurice Béjart, Rudolf Noureev, la troupe de la Comédie-Française… La dernière édition du festival, The Sound of Résilience, avait eu lieu sans public en raison de la crise sanitaire, mais elle a recueilli plus de 15 millions de vues sur YouTube. 


Riyadh Season, en Arabie saoudite, enregistre plus de 4,5 millions de visites

Season à Riyad 2021 a été lancée le 20 octobre et comprend quatorze  espaces. (SPA)
Season à Riyad 2021 a été lancée le 20 octobre et comprend quatorze  espaces. (SPA)
Short Url
  • Season de Riyad 2021 a été lancée le 20 octobre dernier
  • Les visiteurs de The Groves, l’une des zones de Season, ont ainsi pu découvrir le spa, les restaurants, les boutiques et les spectacles du site

DUBAÏ: Riyadh Season, en Arabie saoudite, a enregistré plus de 4,5 millions de visites en un mois, rapporte l'agence de presse officielle du pays, SPA, qui précise que plus de 122 000 emplois ont également été proposés par Season. 

The Groves, l'un des quatorze espaces de ce festival géant, a ouvert ses portes lundi dernier. Ses visiteurs ont ainsi pu découvrir le spa, les restaurants, les boutiques et les spectacles du site. 

The Groves associe travail et détente avec son espace appelé «The House», qui propose des salles de réunion d'affaires dans un environnement luxueux. 

Le festival Riyadh Season 2021 a été lancé le 20 octobre dernier et il comprend quatorze espaces: Boulevard Riyadh City, Via Riyadh, Combat Field, Al-Athriyah, Riyadh Oasis, The Groves, Riyadh Winter Wonderland, Riyadh Front, Al-Murabba, Riyadh Pulse, Riyadh Safari, arbre Al-Salam, Khalouha et le village de Zaman. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Le photographe qui relate l’Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo

Ramesh Shukla au Etihad Museum de Dubaï pose avec l'appareil photo Rolleicord. (Photo AN/Mohamed Fawzy)
Ramesh Shukla au Etihad Museum de Dubaï pose avec l'appareil photo Rolleicord. (Photo AN/Mohamed Fawzy)
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
Ramesh Shukla avec son appareil photo Rolleicord vintage. (Photo AN/Mohamed Fawzy)
Ramesh Shukla avec son appareil photo Rolleicord vintage. (Photo AN/Mohamed Fawzy)
Short Url
  • La Fête nationale des Émirats arabes unis, célébrée le 2 décembre de chaque année, marque l'unification des émirats en une fédération
  • Ramesh Shukla a documenté l'évolution des Émirats arabes unis, de communautés de cheikhs disparates à une nation ambitieuse et moderne

DUBAΪ: Le photographe Ramesh Shukla a vécu aux Émirats Arabes Unis (EAU) pendant près de cinq décennies. Il est arrivé de son Inde natale au moment où les anciens États de la Trêve approchaient de l'indépendance de la Grande-Bretagne et se lançaient dans une remarquable aventure de construction nationale.

Désormais âgé de 84 ans, il a été le témoin direct de l'évolution des EAU, passant d'un ensemble de communautés de cheikhs du désert et de villages de pêcheurs disparates à un centre d'affaires mondial synonyme de dynamisme entrepreneurial, de villes cosmopolites et d'horizons incroyables.

C'est une transformation dont il a soigneusement documenté l'Histoire avec son appareil photo au fil des décennies.

photo
Cheikh Zayed signe une photo du jeune Ramesh Shukla. Photo fournie.

Son attachement au pays a commencé par accident après un voyage en bateau plutôt inconfortable depuis Mumbai en 1965. À l'époque, Ramesh Shukla travaillait pour le journal Times of India, mais l’appel du large était trop important pour y résister.

Emportant son bien le plus cher, un appareil photo Rolleicord et autant de rouleaux de film qu'il pouvait transporter, le jeune homme, alors dans la vingtaine, s'est lancé dans ce qui allait changer sa vie.

«C'est mon appareil photo», déclare Ramesh Shukla à Arab News au musée Etihad de Dubaï plus d'un demi-siècle plus tard, avec son Rolleicord désormais vintage.

«Quand j'avais 15 ans, mon père m'a demandé: “Quel cadeau d'anniversaire veux-tu?” J’ai répondu: “Papa, s'il te plaît, offre-moi un appareil photo.”»

photo
(Photo de Ramesh Shukla)

Peu de temps après le départ de son navire, le Dwarka, de Bombay, Ramesh Shukla souffre d’un horrible mal de mer qui freine son désir de découvrir le monde.

Épuisé par le balancement incessant des vagues, il débarque à Charjah, l'un des États de la Trêve qui à l'époque, constituaient collectivement un protectorat informel de l’Empire britannique.

Il y trouve un logement chez un habitant, qui incite le jeune visiteur à se rendre à l'hippodrome de Charjah pour assister à un grand événement de l'époque, une course de chameaux. Désireux de s’immerger dans les images et les sons authentiques de l'Arabie, Ramesh Shukla suit, appareil photo en main.

Accroupi sur le sol le long de l’hippodrome, il repère un groupe d'hommes qui allait fonder les EAU. Parmi eux, le cheikh Zayed ben Sultan al-Nahyane, qui deviendra bientôt le premier président du nouveau pays, fonction qu'il occupe jusqu'à sa mort le 2 novembre 2004.

photo
Ramesh Shukla avec son appareil photo Rolleicord vintage. (Photo AN/Mohamed Fawzy)

Ramesh Shukla fait douze photographies de cheikh Zayed regardant les courses et revient le lendemain pour lui présenter l'un de ses portraits. Le souverain d'Abu Dhabi, désormais communément appelé le «père de la nation», est tellement impressionné qu'il signe le cliché et offre son stylo à Ramesh Shukla.

«C'est là que la première connexion a lieu», déclare à Arab News le fils de Ramesh Shukla, Neel, son directeur artistique. «C'était la première fois qu'il rencontrait son altesse. Cheikh Zayed lui dit alors: “Ne quittez pas cette région. Restez.”»

Déterminé à rester, Ramesh Shukla fait venir sa femme et leur fils pour vivre avec lui dans son pays d'adoption, pendant ses années de formation.

«J'étais avec lui tout le temps», raconte Neel. «Avant de prendre une photo, il me prenait pour modèle pour s'assurer que la lumière était bonne, puis il prenait la photo.»

photo
(Photo de Ramesh Shukla)

Entièrement autodidacte, Ramesh Shukla développe un style de photographie caractéristique, capturant des scènes de la vie quotidienne sur film noir et blanc, soulignant la simplicité de la vie nomade dans le pays avant l'unification et le boom pétrolier.

Les sujets de ses premiers travaux tournent autour des Bédouins travailleurs, des troupeaux de chameaux, des bateaux traditionnels abras sur la crique de Dubaï et la tour de l'horloge de Deira, photographiée d'en haut. Il a également documenté les débuts du premier aéroport commercial de Dubaï et du premier musée de la ville.

«C'était la vie aux EAU; il n'y avait rien. Il n'y avait ni lumière ni eau dans ma maison», raconte Ramesh Shukla, soulignant le contraste entre les équipements limités disponibles à l'époque et les infrastructures avancées du pays aujourd'hui. Même l'eau dont il avait besoin pour développer ses photos devait être puisée à côté.

Bien que son style de vie soit modeste, Ramesh Shukla noue de solides relations avec les dirigeants des EAU, ce qui lui vaut le titre informel de «photographe royal». Son accès privilégié aux cours royales fait que ses photographies sont très recherchées, en particulier par les médias indiens.

photo
Ramesh Shukla avec sa photo emblématique des pères fondateurs des Émirats arabes unis. (Photo AN/Mohamed Fawzy)

Une grande partie de la collection de Ramesh Shukla a été préservée pour la postérité grâce à sa femme, Tarulatta, qui a soigneusement archivé les négatifs de son mari, les protégeant de l'humidité et de la poussière, dans leur modeste maison de Deira, qui se composait d'une chambre noire, d'une cuisine et d'une chambre à coucher. Les archives offrent un témoignage fascinant des cinquante ans de parcours des EAU en tant que nation.

«Il a continué à documenter l’Histoire», déclare Neel. «Nous sommes très soucieux de la collection. Nous ne la commercialisons pas, c'est de l'Histoire. C'est pourquoi il est très aimé, parce qu'il préserve le sacré à ses côtés.»

photo
(Photo de Ramesh Shukla)

La carte de visite de Ramesh Shukla comporte une impression miniature d'une photographie dont il est particulièrement fier. Le 2 décembre 1971, il assiste à la cérémonie historique au cours de laquelle les dirigeants de Dubaï, d’Abu Dhabi, de Charjah, d’Ajman, de Fujaïrah et d’Oumm al-Qaïwaïn se réunissent pour marquer leur indépendance de la Grande-Bretagne et la création de leur propre pays unifié. Ras al-Khaimah rejoindra l’union le mois suivant.

C'est à ce moment que Ramesh Shukla saisit ce qui allait devenir une photo emblématique des cheikhs se tenant sous le drapeau national de leur nouveau pays. Le mât du drapeau se dresse encore à ce jour dans le quartier de Jumeirah à Dubaï.

«Il y avait beaucoup de bonheur», déclare Ramesh Shukla, se souvenant du jour, il y a un demi-siècle, où il a pris la photo sous le même mât de drapeau. «Les EAU sont nés avec une seule famille.»

Union House, où a été signé l'accord qui a permis la création des EAU, se trouve à proximité. Ramesh Shukla était là, bien sûr, pour capturer devant la caméra le moment historique où cheikh Zayed appose sa signature sur le document. Sa photo des cheikhs rassemblés est devenue le logo de l’«esprit de l’Union», qui a été largement utilisé lors de la quarante-cinquième Fête nationale des EAU, il y a cinq ans.

De nombreuses photos de Ramesh Shukla sont affichées dans les stations le long de la ligne de métro de Dubaï. Plus récemment, sa photo de cheikh Zayed signant l'accord syndical a figuré dans les passeports de l'Expo 2020 Dubaï.

photo
Ramesh Shukla avec son fils et directeur artistique, Neel Shukla. (Photo AN/Mohamed Fawzy)

En reconnaissance de sa contribution remarquable à l'Histoire nationale des EAU, le photographe a été parmi les premiers membres de la communauté créative de Dubaï à recevoir le très convoité Golden Visa, qui accorde aux détenteurs des droits de résidence à long terme sans avoir besoin d'un parrain national, et la propriété à 100 % de leurs propres entreprises.

Ramesh Shukla a certainement mené une vie riche, documentant l’Histoire d'une nation depuis sa création, notamment son patrimoine naturel et culturel, ses moments les plus importants et les plus dignes, et même la vie de ses chefs d'État.

Pourtant, il ne croit pas à la retraite malgré un travail si dur pendant de nombreuses années.

«La vie commence après 100 ans», conclut-il.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com