L'avocat de la famille Khashoggi qualifie le verdict de « juste et dissuasif »

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi a été tué au consulat du Royaume à Istanbul en 2018. (Photo AP).
Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi a été tué au consulat du Royaume à Istanbul en 2018. (Photo AP).
Short Url
Publié le Mardi 08 septembre 2020

L'avocat de la famille Khashoggi qualifie le verdict de « juste et dissuasif »

  • Huit personnes condamnées à des peines allant de sept à 20 ans de prison
  • "Le verdict est juste et dissuasif pour tout criminel… "

LE CAIRE: L’avocat de la famille, Jamal Khashoggi a déclaré  que le verdict rendu par un tribunal saoudien était «juste et dissuasif», selon le journal Al Sharq Al Awsat. 

Les médias d'État ont rapporté qu’un tribunal saoudien a condamné, huit personnes à des peines allant de sept à 20 ans de prison pour le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi en 2018, uatre mois après que sa famille ait pardonné à ses meurtriers et permis l'annulation de la peine de mort.

L'avocat de la famille Khashoggi, Mou’tasem Khashoggi , a déclaré au journal Al Sharq Al Awsat que la famille se félicite de la décision « juste et dissuasive » et qu'elle en était satisfaite.

« Le verdict est juste et dissuasif pour tout criminel … nous, en tant que famille, avons opté pour l’application des lois (islamiques) de la charia depuis le début et il n'y a aucun tribunal dans le monde qui applique les règles de la charia comme le fait  l'Arabie saoudite », a déclaré Khashoggi au journal Al Sharq Al Awsat.

« Nous avons délégué notre commandement à Dieu et à nos dirigeants, qui ont tenu leur promesse, tous nos remerciements, appréciation, gratitude et loyauté vont à eux », a t-il ajouté.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Les mines terrestres des Houthis ont tué 32 Yéménites cette année

Au moins 32 civils yéménites ont été tués et 42 autres blessés par des mines terrestres posées par les Houthis depuis le début de l'année, selon le Yemeni Landmine Records. (SPA/File)
Au moins 32 civils yéménites ont été tués et 42 autres blessés par des mines terrestres posées par les Houthis depuis le début de l'année, selon le Yemeni Landmine Records. (SPA/File)
Short Url
  • Les pertes civiles dues aux mines terrestres ont augmenté malgré la cessation des hostilités pendant la trêve négociée par les Nations Unies en avril
  • Hodeidah est la province qui compte le plus grand nombre de civils tués par des mines terrestres, avec 18 décès dont huit enfants

AL-MUKALLA, Yémen : Au moins 32 civils yéménites ont été tués et 42 autres blessés par des mines terrestres posées par les Houthis depuis le début de l'année, selon Yemeni Landmine Records - un groupe qui recense les décès de civils dus aux mines terrestres dans le pays.

Le groupe a déclaré avoir enregistré 41 explosions causées par des mines terrestres, des munitions ou d'autres engins explosifs qui ont tué 32 civils - dont quatorze enfants et une femme - et en ont blessé 42 autres, dont quinze enfants et une femme, en janvier.

Les pertes civiles dues aux mines terrestres ont augmenté malgré la cessation des hostilités pendant la trêve négociée par les Nations Unies en avril, ajoute le rapport.

Hodeidah est la province qui compte le plus grand nombre de civils tués par des mines terrestres, avec 18 décès, dont huit enfants et une femme, et 20 blessés, dont 11 enfants.

Viennent ensuite Jouf, Marib, Saada et Hajjah.

« L'intensité des activités militaires a diminué au cours des derniers mois, mais les mines et autres vestiges de guerre continuent de tuer et de blesser des gens. Ils ont aggravé la misère et empêché le retour de certaines familles déplacées dans leurs foyers et des agriculteurs à leur travail », a déclaré Fares Al-Hemyari, directeur exécutif de Yemeni Landmine Records, dans un communiqué.

L'organisation d'Al-Hemyari est l'un des nombreux groupes de défense des droits locaux et internationaux à affirmer que des milliers de civils yéménites ont été tués ou blessés depuis le début de l'expansion des Houthis, soutenus par l'Iran, à travers le pays après leur conquête militaire fin 2014.

Ils accusent les Houthis de poser au hasard des mines terrestres sur d'anciens champs de bataille et de refuser de remettre des cartes indiquant où elles se trouvent.

Les dernières victimes avérées des mines terrestres des Houthis sont deux enfants : Khalil Yahiya, 12 ans, et Saber Mohammed, 15 ans, de la ville de Hodeidah, selon Yemeni Landmine Records. Le groupe a également indiqué que quatorze civils yéménites avaient été tués ou blessés à Jouf, Hodeidah, Saada, Hajjah et Lahj dans les 48 heures précédant son annonce.

Le projet Masam, un programme de déminage au Yémen financé par l'Arabie saoudite, a indiqué que les Houthis avaient transformé le Yémen en le plus grand champ de mines terrestres du monde en y plantant des dizaines de milliers d'engins.

Masam a déclaré que ses démineurs avaient retiré 4 615 mines terrestres, munitions non explosées et autres engins d'environ 968 000 mètres carrés de sol en janvier, portant le nombre total de mines terrestres et autres engins explosifs désamorcés à 384 220 sur 43 612 000 mètres carrés de sol yéménite depuis le lancement du projet en 2018.

Les démineurs yéménites affirment que la majorité des décès récents de civils dans la province de Hodeidah se sont produits dans les régions tenues par les Houthis.

Salem Hemaid, chef de l'équipe de déminage de Masam, a déclaré samedi à Arab News qu'ils menaient une course contre la montre pour éviter les pertes humaines et permettre aux résidents déplacés de rentrer chez eux.

« L'absence de cartes, les vastes étendues de sol contaminé et la pose aveugle de mines terrestres sont nos plus grands obstacles », a déclaré Hemaid, ajoutant que les Houthis avaient posé des mines terrestres dans de nombreux districts de Hodeidah abandonnés par les forces conjointes du gouvernement yéménite fin 2021.

L'équipe de Hemaid a retiré plus de 25 000 mines terrestres en 2022 dans seize communautés de Hodeidah, a-t-il précisé.

« Les Houthis ont minutieusement miné le littoral, ainsi que les endroits et les barricades d'où les forces conjointes se sont retirées, de sorte que si elles revenaient, elles seraient soufflées par les mines », a dit Hemaid.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Mondial des Clubs : le Wydad tombe de haut, Al Hilal se qualifie en demi-finale

Les joueurs de Hilal célèbrent après avoir remporté la séance de tirs au but lors du match de football du deuxième tour de la Coupe du monde des clubs de la FIFA entre le Wydad AC du Maroc et Al-Hilal d'Arabie saoudite au stade Prince Moulay Abdellah de Rabat le 4 février 2023. (Photo, AFP)
Les joueurs de Hilal célèbrent après avoir remporté la séance de tirs au but lors du match de football du deuxième tour de la Coupe du monde des clubs de la FIFA entre le Wydad AC du Maroc et Al-Hilal d'Arabie saoudite au stade Prince Moulay Abdellah de Rabat le 4 février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Alors que le Wydad Casablanca se dirigeait vers une victoire, Al Hilal ont réussi à arracher les prolongations
  • Grâce à cette victoire, Al Hilal retrouvera Flamengo en demi-finale, avant d'espérer s’opposer au Real Madrid en finale

CASABLANCA : C’est une réelle désillusion pour le Wydad Casablanca. Jouant à domicile pour cette édition du Mondial des clubs, les rouges et blancs ont buté face à une équipe saoudienne d’Al Hilal très réaliste. 

Ce sont les Marocains qui ont été les plus offensifs, gâchant dans la foulée de nombreuses occasions de but. En début de seconde période, les champions d’Afrique ont enfin trouvé le chemin des filets grâce à une réalisation d’Ayoub El Amloud (52’).

Alors que le Wydad Casablanca se dirigeait vers une victoire sur la plus petite des marges, une main dans la surface de réparation marocaine, lors des derniers instants du match, permettra à Al Hilal d’arracher les prolongations, mais aussi de bénéficier de l’expulsion du joueur wydadi Yahya Jabrane.

Lors des prolongations, les deux équipes se sont neutralisées, d’autant que le club saoudien a dû lui aussi continuer la rencontre à dix, suite à l'expulsion de Mohammed Kanoon, celui-là même qui avait égalisé pour son équipe.

La séance des tirs aux buts a finalement souri aux Saoudiens. Le Wydad s’est raté dès son premier penalty ce qui a semé le doute dans l’esprit des joueurs, poussant un autre joueur du WAC à rater son tir au but. Al Hilal a su profiter de l'opportunité offerte et marquera tous ses penaltys. 

Grâce à cette victoire, Al Hilal retrouvera Flamengo en demi-finale, avant d'espérer s’opposer au Real Madrid en finale.

 


Liberté de la presse au Maroc: la résolution du PE «n'engage pas la France» selon son ambassadeur

Christophe Lecourtier vient de prendre ses fonctions fin décembre en tant qu'ambassadeur de France au Maroc. (Photo, AFP)
Christophe Lecourtier vient de prendre ses fonctions fin décembre en tant qu'ambassadeur de France au Maroc. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Nous, on est comptables des décisions des autorités françaises, le Parlement européen est loin de notre autorité, ce sont des personnalités qui ont été élues. On y trouve une diversité de groupes et de courants d'idées»
  • « Sur la question des visas, il a été jugé qu'il fallait revenir à la situation antérieure (...). J'ai été envoyé ici pour tourner la page», souligne M. Lecourtier dans son entretien avec Tel Quel

RABAT: Une récente résolution du Parlement européen condamnant la détérioration de la liberté de la presse au Maroc "n'engage pas la France", selon son ambassadeur au Maroc, alors que Paris est accusé d'avoir orchestré une campagne anti-marocaine à Bruxelles.

"La résolution du Parlement européen n'engage aucunement la France", affirme Christophe Lecourtier dans une interview, à la Une ce week-end, de l'hebdomadaire francophone Tel Quel, après que le vote européen a déclenché un nouveau coup de froid entre Rabat et Paris.

"Nous, on est comptables des décisions des autorités françaises, le Parlement européen est loin de notre autorité, ce sont des personnalités qui ont été élues. On y trouve une diversité de groupes et de courants d'idées", explique le diplomate qui vient de prendre ses fonctions fin décembre.

"Le gouvernement français ne peut pas être tenu pour responsable des eurodéputés", insiste M. Lecourtier.

Le Parlement européen a adopté, le 19 janvier, à une large majorité une résolution enjoignant aux autorités marocaines de "respecter la liberté d'expression et la liberté des médias" et de mettre fin au "harcèlement de tous les journalistes".

Plusieurs journalistes indépendants et opposants ont été condamnés pour des accusations à caractère sexuel, lesquelles, selon des ONG de défense des droits humains, ont été "fabriquées" par les autorités marocaines. Pour ces dernières, ces cas "n'ont rien à voir" avec la liberté d'expression.

Le texte des eurodéputés --non contraignant-- fait également état de l'implication présumée de Rabat dans le scandale de corruption qui ébranle le Parlement européen depuis décembre.

Depuis le vote, la classe politique marocaine et les médias proches du pouvoir ne décolèrent pas contre Paris.

Un parlementaire, Lahcen Haddad, a dénoncé "l'Etat profond français" selon lui à l'origine dans les coulisses de la résolution, regrettant qu'"un proche de la présidence française", Stéphane Séjourné, chef du groupe centriste Renaissance (Renew) à Bruxelles, en ait été "l'un des architectes".

Paris a réfuté jusqu'à présent l'existence de toute crise avec Rabat, même si la perspective annoncée d'une visite d'Etat du président Emmanuel Macron dans le royaume chérifien paraît s'éloigner.

Au-delà du vote des députés européens, il est reproché à la France de traîner des pieds sur la question du Sahara occidental contrairement aux Etats-Unis et à l'Espagne qui ont reconnu la "marocanité" de ce territoire, "cause nationale" au Maroc.

En outre, le rapprochement entre Paris et Alger, rivale régionale du Maroc, suscite des aigreurs à Rabat.

Ces nouveaux sujets de crispations surviennent alors que les deux pays semblaient avoir apaisé les tensions nées de la crise des visas qui empoisonnait les relations bilatérales depuis septembre 2021.

Selon l'ambassade de France à Rabat, l'activité consulaire a repris à un rythme normal après la fin de la décision de Paris de réduire de moitié les permis d'entrée accordés aux Marocains, arguant de la réticence du royaume à réadmettre ses ressortissants en situation irrégulière dans l'Hexagone.

"Sur la question des visas, il a été jugé qu'il fallait revenir à la situation antérieure (...). J'ai été envoyé ici pour tourner la page", souligne M. Lecourtier dans son entretien avec Tel Quel.