Face au retrait d'Afghanistan, Biden tente de reprendre la main sur la communication

Une "patrouille" des talibans dans une rue de Kaboul. Pendant l'offensive éclair des talibans à travers l'Afghanistan, qui a culminé avec la prise de Kaboul à la mi-août, l'administration Biden a eu l'air prise de court, comme tétanisée. (Photo, AFP)
Une "patrouille" des talibans dans une rue de Kaboul. Pendant l'offensive éclair des talibans à travers l'Afghanistan, qui a culminé avec la prise de Kaboul à la mi-août, l'administration Biden a eu l'air prise de court, comme tétanisée. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 24 août 2021

Face au retrait d'Afghanistan, Biden tente de reprendre la main sur la communication

  • Le président US veut passer un message, celui d'un retrait courageusement mis en œuvre pour tourner la page de la plus longue guerre des Etats-Unis, qui ne pouvait de toute façon plus continuer
  • Avec ses opérations efficaces d'évacuations émaillées d'images poignantes, l'armée semble tout faire pour redorer l'image du gouvernement

WASHINGTON : Interrogé sur le plongeon de sa popularité dans les sondages, Joe Biden a dégainé un grand sourire et ri. Le retrait chaotique d'Afghanistan ressemble peut-être à un désastre mais le président américain tient à se montrer confiant que l'avenir lui donnera raison.

"Je pense que lorsque tout cela sera fini, les Américains comprendront clairement ce que j'ai fait", a-t-il déclaré ce week-end.

"C'est mon travail", a-t-il lancé aux journalistes. "Mon travail consiste à prendre des décisions que personne d'autre ne peut ou ne veut prendre."

Pendant l'offensive éclair des talibans à travers l'Afghanistan, qui a culminé avec la prise de Kaboul à la mi-août, l'administration Biden a eu l'air prise de court, comme tétanisée.

A Kaboul, la panique régnait chez les milliers d'Afghans qui se pressaient vers l'aéroport, menant à des scènes terribles de civils s'agrippant à un appareil qui décollait ou tombant dans le vide.

Pendant ce temps aux Etats-Unis, Joe Biden semblait invisible, ce qui lui a valu un déluge de critiques dans l'opposition républicaine mais aussi chez certains de ses alliés.

Une semaine plus tard, la Maison Blanche tente de reprendre l'initiative.

Elle a été aidée par le Pentagone qui a, avec ses briefings quotidiens, tenté de compenser le silence initial de la Maison Blanche.

Mais de plus en plus, c'est le président de 78 ans qui mène la charge.

Son message? Les Américains ne sont pas en train d'assister à une débâcle mais bien à un retrait courageusement mis en oeuvre pour tourner la page de la plus longue guerre des Etats-Unis, qui ne pouvait de toute façon plus continuer.

Jusqu'ici, ces efforts de communication n'ont pas aidé sa popularité, déjà frappée par la flambée de l'épidémie de Covid-19 due au variant Delta.

Un sondage de la chaîne NBC publié dimanche lui donnait 49% de popularité, contre 53% en avril. Chez les démocrates, le mécontentement général a grimpé de 39% à 48% sur la même période. Et seuls 25% des sondés approuvent sa gestion de la situation en Afghanistan.

Mais Joe Biden, grand optimiste, s'est contenté de sourire lorsqu'il a été confronté à ces mauvais scores dimanche.

"Je n'ai pas vu ce sondage", a-t-il affirmé.

Avec ses opérations efficaces d'évacuations émaillées d'images poignantes, comme celles de militaires s'occupant de bébés, l'armée américaine semble tout faire pour redorer l'image du gouvernement Biden.

Plus de 37000 personnes ont été évacuées d'Afghanistan via l'aéroport de Kaboul depuis le 14 août, veille de la prise de Kaboul par les talibans, et 42000 depuis juillet.

Connu pour son empathie, Joe Biden s'était montré curieusement sec dans les premiers jours face aux images tragiques des évacuations. Mais il semble avoir retrouvé ses accents empreints de compassion ces derniers jours.

"Une opération incroyable", a-t-il lancé dimanche depuis la Maison Blanche.

Et il a récemment instillé un nouvel élément dans son discours: oui, les scènes sont peut-être chaotiques, reconnaît-il, mais le chaos est inévitable quand on se retire d'une guerre civile et ce retrait est l'unique objectif qui compte.

"Il est impossible d'évacuer autant de gens sans souffrances et pertes, sans les images poignantes que vous voyez à la télévision. C'est un fait. Mon coeur souffre pour les gens que vous voyez", a-t-il insisté.

Si Joe Biden se dit confiant sur le résultat à plus long terme de ce retrait, le temps risque de jouer contre lui.

Dans l'immédiat, il est engagé dans un contre-la-montre pour terminer l'évacuation massive de Kaboul avant la date butoir du 31 août, acceptée par les talibans.

Le temps presse aussi pour sa capacité à faire avancer ses autres grandes priorités à Washington, où ses ennemis se font plus pressants et ses alliés plus nerveux.

Deux plans colossaux d'investissements dans les infrastructures et les dépenses sociales, censés couronner le premier mandat Biden, font l'objet d'intenses tractations et disputes internes chez les démocrates, qui ne disposent que d'une étroite majorité au Congrès.

Et à plus long terme, l'horizon des élections de mi-mandat en novembre 2022 ("midterms") s'annonce menaçant pour les démocrates, qui pourraient perdre leurs majorités, ce qui compliquerait grandement les deux dernières années de Joe Biden à la Maison Blanche.

Malgré tout, sa porte-parole Jen Psaki s'est voulue lundi aussi optimiste que le président.

"La gouvernance ne se mesure pas sur comment vous vous en sortez lors de vos plus beaux jours", a-t-elle assuré à la presse. "Il s'agit de savoir comment vous réagissez dans les plus moments difficiles."


Des images montrent les îles Tonga dévastées après une éruption et un tsunami

Une capture d'écran prise du satellite NOAA GOES-West le 15 janvier 2022 montre l'éruption volcanique qui a provoqué un tsunami aux Tonga. L'éruption a été si intense qu'elle a été entendue sous forme de "forts sons de tonnerre" à Fidji à plus de 800 kilomètres (500 miles). (Photo, AFP)
Une capture d'écran prise du satellite NOAA GOES-West le 15 janvier 2022 montre l'éruption volcanique qui a provoqué un tsunami aux Tonga. L'éruption a été si intense qu'elle a été entendue sous forme de "forts sons de tonnerre" à Fidji à plus de 800 kilomètres (500 miles). (Photo, AFP)
Short Url
  • Trois jours après l'éruption qui a provoqué le tsunami et fait trois morts, selon l'ONU, l'étendue des dégâts reste mal connue dans ce petit royaume de 100 000 habitants, coupé du monde après la rupture du câble le reliant au réseau internet
  • Des images satellitaires diffusées mardi par Maxar Technologies montrent une vaste étendue d'eau à l'endroit même où une grande partie du volcan s'élevait au-dessus de la mer avant l'éruption

WELLINGTON : Les îles Tonga apparaissent dévastées, avec des pans entiers de leur territoire couverts de cendres ou ravagés par un tsunami, montrent de nouvelles images satellitaires parues mardi, sur lesquelles le volcan qui a fait éruption samedi semble presque entièrement englouti dans l'océan Pacifique.

Trois jours après l'éruption qui a provoqué le tsunami et fait trois morts, selon l'ONU, l'étendue des dégâts reste mal connue dans ce petit royaume de 100 000 habitants, coupé du monde après la rupture du câble le reliant au réseau internet.

L'éruption volcanique, entendue jusqu'en Alaska (Etats-Unis), à plus de 9 000 km de là, a été la plus importante enregistrée depuis des décennies : un énorme champignon de fumée de 30 km de haut, qui a dispersé cendres, gaz et pluies acides à travers la région Pacifique, immédiatement suivi du déclenchement d'un tsunami.

img 4
Cette combinaison d'images satellites diffusées par Maxar Technologies le 18 janvier 2022 montre une vue rapprochée de la partie ouest du volcan Hunga-Tonga - Hunga-Haa'pai (photo du haut) le 10 avril 2021. (Photo, AFP)

Des vagues de 15 mètres de haut ont été enregistrées, a témoigné le gouvernement des Tonga dans un communiqué. Elles ont déferlé sur la capitale Nuku'alofa, dont les habitants ont fui vers les hauteurs, laissant derrière eux des maisons inondées, tandis que des roches et de la cendre tombaient du ciel.

Trois personnes ont été tuées et "un certain nombre" ont été blessées, a ajouté le gouvernement sur Twitter, qualifiant l'explosion du volcan de "désastre sans précédent".

Parmi les morts figure une Britannique âgée de 50 ans, Angela Glover, emportée par le tsunami après avoir essayé de sauver les chiens de son refuge.

Des images satellitaires diffusées mardi par Maxar Technologies montrent une vaste étendue d'eau à l'endroit même où une grande partie du volcan s'élevait au-dessus de la mer avant l'éruption. Seules deux îles volcaniques relativement petites restent émergées.

img 4
Une photo prise le 17 janvier 2022 et mise à disposition par 2022 Planet Labs PBC montre des cendres volcaniques recouvrant l'île d'Uiha aux Tonga, à la suite de l'éruption du volcan Hunga Tonga-Hunga Haʻapai. (Photo, AFP)

"Ce que nous voyions au-dessus de l'eau et qui est détruit maintenant, ce n'était que la pointe d'un volcan qui avait grandi sur le bord de l'énorme volcan sous-marin", a expliqué Heather Handley, vulcanologue à l'université Monash, en Australie.

Sur des images aériennes prises par un vol de surveillance néozélandais, la côte d'une île est bordée d'arbres passés du vert au gris sous l'effet des retombées volcaniques. Les cendres ont aussi recouvert les champs de l'île, selon d'autres images d'un avion de patrouille de l'armée australienne.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a souligné mardi dans un communiqué que son officier de liaison à Tonga, Yutaro Setoya, assurait la communication entre les agences onusiennes et le gouvernement local.

Téléphone satellitaire

"Les lignes téléphoniques internationales et la connexion internet étant toujours en panne, le téléphone satellite du Dr Setoya est l'un des rares moyens d'obtenir des informations", selon l'OMS.

L'officier de liaison "se tient littéralement debout à l'extérieur depuis l'aube jusqu'à tard dans la nuit ces derniers jours pour s'assurer que le téléphone puisse recevoir le signal satellite", a raconté Sean Casey, le coordonnateur santé de l'OMS pour le Pacifique.

img 4
Cette image satellite publiée par Maxar Technologies le 18 janvier 2022 et prise le 6 janvier 2022 montre de la fumée et des cendres libérées par le volcan Hunga-Tonga - Hunga-Haa'pai un peu plus d'une semaine avant qu'une éruption massive ne détruise la majeure partie de l'île le 15 janvier. (Photo, AFP)

L'OMS a ajouté qu'une centaine de maisons avaient été endommagées, dont 50 détruites sur la principale île des Tonga, Tongatapu, où cinq à dix centimètres de cendres et de poussière sont tombés.

En raison du risque de pollution par les résidus volcaniques, la Croix-Rouge a annoncé l'envoi de 2.516 conteneurs d'eau.

La capitale Nuku'alofa a été recouverte de deux centimètres de cendres et de poussières volcaniques, décrit l'Ocha dans un rapport d'urgence. L'électricité a été rétablie dans certains quartiers de la ville, de même que le réseau téléphonique local, mais les communications internationales sont interrompues.

img 4
Cette combinaison d'images satellites publiées par Maxar Technologies le 18 janvier 2022 montre des maisons et des bâtiments résidentiels dans une zone des Tonga le 19 décembre 2021 (photo du haut) et la même zone le 18 janvier 2022, recouverte de cendres suite à l'éruption de le volcan Hunga-Tonga - Hunga-Haa'pai le 15 janvier 2022. (Photo, AFP)

L'agence s'inquiète plus particulièrement de la situation sur l'île de basse altitude Mango, où des "dégâts immobiliers importants" ont été repérés et où un signal de détresse a été déclenché, ainsi que sur celle de Fonoi.

Des images satellites diffusées par le Centre satellitaire des Nations unies (UNOSAT) ont montré les conséquences de l'éruption et du tsunami sur la petite île de Nomuka, l'une des plus proches du volcan Hunga-Tonga-Hunga-Ha'apai.

Selon l'UNOSAT, 41 des 104 structures repérées dans la zone sans nuages étaient endommagées et presque toutes étaient recouvertes de cendres.

Marée noire au Pérou

L'Australie a expliqué attendre que la piste de l'aéroport soit nettoyée des cendres volcaniques avant d'y faire atterrir un avion militaire C-130.

A Genève (Suisse), les agences de l'ONU ont déclaré mardi qu'elles tenteraient de garder les îles Tonga, qui sont un pays sans cas de Covid-19, à l'abri de la pandémie pendant les opérations d'aide.

img 4
Vue aérienne montrant des équipes de nettoyage travaillant pour enlever l'huile d'une plage de la province péruvienne de Callao le 17 janvier 2022. (Photo, AFP)

Le tsunami a eu des effets jusque sur les côtes japonaises et américaines.

Au Pérou, où deux femmes s'étaient noyées samedi dans de fortes vagues consécutives à l'éruption, les autorités ont fermé lundi trois plages touchées par une marée noire causée par les hautes vagues dans la province de Callao, non loin de Lima.


Mali: annonce de vols vers la Guinée, nouvel allié privilégié face aux sanctions

Sky Mali a été lancée en 2020 sur des fonds privés avec pour vocation première de desservir les aéroports nationaux de ce vaste pays. (Photo, AFP)
Sky Mali a été lancée en 2020 sur des fonds privés avec pour vocation première de desservir les aéroports nationaux de ce vaste pays. (Photo, AFP)
Short Url
  • Ce lancement coïncide aussi avec un intense effort de coopération ces derniers jours entre le Mali et la Guinée voisine, tous deux dirigés par des juntes arrivées au pouvoir par des coups d'Etat, et tous deux soumis à des sanctions de la Cédéao
  • La junte malienne a dépêché lundi une importante délégation à Conakry. Elle a fait de même mardi avec un autre voisin, la Mauritanie qui, elle, ne fait pas partie de la Cédéao.

BAMAKO : Sky Mali va inaugurer samedi une nouvelle liaison avec la Guinée, a indiqué la compagnie aérienne mardi, au moment où le Mali cherche à contrecarrer les effets de la fermeture des frontières par l'organisation des Etats ouest-africains Cédéao.

Ce lancement coïncide aussi avec un intense effort de coopération ces derniers jours entre le Mali et la Guinée voisine, tous deux dirigés par des juntes arrivées au pouvoir par des coups d'Etat, et tous deux soumis à des sanctions de la Cédéao.

La Guinée, membre de la Cédéao mais suspendue des organes de décision de l'organisation à la suite du putsch du 5 septembre 2021, a annoncé qu'elle n'appliquerait pas la fermeture des frontières aériennes et terrestres avec le Mali décidée par la Cédéao le 9 janvier.

La junte malienne a dépêché lundi une importante délégation à Conakry. Elle a fait de même mardi avec un autre voisin, la Mauritanie qui, elle, ne fait pas partie de la Cédéao.

Salifou Telly, directeur commercial de Sky Mali, a indiqué au téléphone à l'AFP que la compagnie opèrerait samedi son vol inaugural vers Conakry.

"Oui, c’est vrai, nous allons commencer cette ligne le samedi 22", a-t-il dit.

Sky Mali volera vers Conakry à raison de quatre fois par semaine, a-t-il dit.

Sky Mali a été lancée en 2020 sur des fonds privés avec pour vocation première de desservir les aéroports nationaux de ce vaste pays.

Elle a depuis mis en place des liaisons avec le Bénin et le Gabon. Mais elle en a annoncé la suspension "jusqu'à nouvel ordre" à la suite de la fermeture des frontières par la Cédéao.

La Cédéao et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) ont pris une batterie de mesures économiques et diplomatiques vigoureuses à l'encontre du Mali pour sanctionner les vélléités de la junte de se maintenir au pouvoir encore plusieurs années.

La fermeture des frontières mais aussi un embargo sur les échanges commerciaux et les transactions financières hors produits de première nécessité sanctionnent l'engagement révoqué par les colonels d'organiser le 27 février prochain des élections présidentielle et législatives qui auraient ramené des civils à la tête du pays plongé dans une grave crise sécuritaire et politique.

Face à ces sanctions, la junte a adopté une posture de résistance tout en disant rester ouverte au dialogue.


Barricades et manifestations au Soudan face au putsch

Des manifestants soudanais ont érigé des barricades en briques et en feu sur la 60e rue de la capitale Khartoum dans le cadre d'une campagne de désobéissance civile après le meurtre de sept manifestants anti-coup d'État, le 18 janvier 2022.(AFP)
Des manifestants soudanais ont érigé des barricades en briques et en feu sur la 60e rue de la capitale Khartoum dans le cadre d'une campagne de désobéissance civile après le meurtre de sept manifestants anti-coup d'État, le 18 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • Le général Burhane, seul aux commandes du pays après avoir écarté tous les pro-civils du pouvoir depuis son coup de force, a promis mardi une commission d'enquête
  • Depuis cette date, 71 manifestants ont été emportés par une répression qui ne faiblit pas, en dépit des appels au calme venus de l'étranger

KHARTOUM : Certains n'ont pas ouvert leur magasin, d'autres montent des barricades et des centaines d'autres encore manifestent: mardi le Soudan se mobilise pour dénoncer la répression sanglante de la veille avec sept manifestants hostiles au pouvoir militaire tués par balles.

"Magasin fermé pour cause de deuil", proclament des affichettes collées sur les rideaux baissés des échoppes d'al-Sajane, énorme marché de gros pour les matériaux de construction de Khartoum totalement à l'arrêt mardi. L'un de ses commerçants, Othmane el-Chérif, a été tué par balles lundi, au cours d'une des journées les plus sanglantes depuis le coup d'Etat du général Abdel Fattah al-Burhane le 25 octobre.

Depuis cette date, 71 manifestants ont été emportés par une répression qui ne faiblit pas, en dépit des appels au calme venus de l'étranger. La police, elle, affirme que des manifestants ont poignardé à mort un de ses généraux.

Lundi, les forces de sécurité avaient pour la première fois sorti leurs armes lourdes et n'ont pas hésité à ouvrir le feu, selon les témoins sur place et l'ensemble des chancelleries occidentales, même si la police a réaffirmé mardi n'avoir jamais tiré.

Barricades

Le général Burhane, seul aux commandes du pays après avoir écarté tous les pro-civils du pouvoir depuis son coup de force, a promis mardi une commission d'enquête qui devra rendre ses conclusions "sous 72 heures", a-t-il annoncé. 

Mais déjà, c'est sous sa direction qu'une réunion du Conseil de Défense a décidé lundi de créer une nouvelle "force spéciale anti-terroriste", faisant redouter une aggravation de la répression des opposants.

Pour dire "Non aux tueries de manifestants pacifiques", comme l'affirment leurs pancartes, ils étaient mardi des centaines à bloquer des routes avec des barricades de fortune à Khartoum et dans ses banlieues mais aussi à manifester à al-Damazine, dans le sud-est du pays, à el-Obeid, dans le sud, ou à Kassala, dans l'est, selon des témoins dans ces différentes provinces.

Dans le turbulent quartier de Bourri, dans l'est de la capitale, les forces de sécurité tentent de briser les barricades avec des tirs de grenades lacrymogènes, sans pour autant empêcher les jeunes manifestants de revenir sur leurs barrages de branchages et de pierres.

"On manifeste pacifiquement mais les militaires nous répondent avec des balles, donc il faut que tous les Soudanais et que tous les révolutionnaires montent des barricades", affirme à l'AFP l'un d'eux, Tareq Hassan. "Il faut entrer en désobéissance civile jusqu'à ce que les putschistes tombent".

« Justice », « massacre »

Tous n'ont qu'un mot d'ordre: "justice" pour les victimes de ce qu'ils appellent le "massacre du 17 janvier".

Les sept morts de lundi ont également poussé l'Université de Khartoum, la plus grande du pays, et l'Université soudanaise des Sciences et technologies à annoncer l'interruption de tous les cours, examens et activités pendant deux jours pour observer le deuil et la désobéissance civile "au putsch des traîtres".

Le 21 novembre, le Premier ministre civil, Abdallah Hamdok, avait accepté de coopérer avec les généraux, pour "faire cesser l'effusion de sang". Il a finalement jeté l'éponge début janvier, alors que des manifestants continuaient d'être tués dans les rues.

Aujourd'hui, dans un pays sans Parlement ni gouvernement ni aucune institution élue, c'est la communauté internationale qui tente de remettre la transition vers la démocratie sur les rails.

Le groupe des "Amis du Soudan" -- les Américains, les Européens, les institutions financières mondiales et les Emirats arabes unis et l'Arabie saoudite -- discute mardi de la récente initiative de dialogue de l'ONU. 

Son émissaire à Khartoum, Volker Perthes, s'est déjà dit "très inquiet des violences" de lundi. "Le soutien au processus politique doit aller de pair avec un soutien actif à la fin des violences", a-t-il plaidé sur Twitter.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a lui estimé qu"'en recourant à une force disproportionnée et en continuant à emprisonner militants et journalistes, le pouvoir militaire montre qu'il n'est pas prêt à trouver une solution négociée et pacifique".