Misk Art Institute: documenter le travail des artistes arabes grâce à The Art Library

Abdelrahman Alsoliman, Memory of First Neighbourhood (al-Kut) III, 2014, acrylique sur toile, 90 × 90 cm, collection privée. (Fourni)
Abdelrahman Alsoliman, Memory of First Neighbourhood (al-Kut) III, 2014, acrylique sur toile, 90 × 90 cm, collection privée. (Fourni)
Short Url
Publié le Mercredi 25 août 2021

Misk Art Institute: documenter le travail des artistes arabes grâce à The Art Library

  • Chaque livre est illustré par des textes faciles à suivre – parfaits pour les novices en la matière et les connaisseurs désireux d’approfondir leurs connaissances de l’histoire de l’art du Moyen-Orient au XXe siècle
  • Rendre hommage aux artistes saoudiens et arabes est au cœur de la vision du Misk Art Institute, qui propose également des résidences d’artistes, des expositions, le Misk Art Grant, des discussions et la Misk Art Week, parmi d’autres initiatives

DUBAÏ: Le Moyen-Orient, une région riche en art ancestral et préhistorique, abrite également depuis longtemps des lieux dynamiques réservés à la culture et aux arts modernes et contemporains.

Au cours du dernier siècle, de talentueux artistes arabes ont voulu immortaliser le monde qui les entoure, notamment les principaux événements historiques qui ont façonné la région. Ils ont retracé le quotidien des gens dans leurs pays et villes même durant les moments de grand changement. Cependant, peu de choses ont été écrites au sujet de ces artistes arabes qui se sont servis de l’art pour « couvrir les événements du siècle écoulé.

Le Misk Art Institute, ou Misk, affilié à la Fondation du prince Mohammed ben Salmane, a l’intention de changer la donne grâce à The Art Library, une initiative visant à produire une série de livres d’art en arabe et en anglais sur les artistes saoudiens et arabes. La première série qui comporte deux ouvrages a été publiée en juin dernier par la célèbre maison d’édition Rizzoli Libri. On y retrouve le peintre saoudien contemporain d’après-guerre Abdelrahman Alsoliman, qui est actuellement installé à Dammam, et Adam Henein, le célèbre artiste égyptien décédé en mai 2020. Ce dernier était connu pour ses sculptures en bronze, en bois, en argile et en granit.

misk
Abdelrahman Alsoliman, Memory of First Neighbourhood (al-Kut) III, 2014, acrylique sur toile, 90 × 90 cm, collection privée. (Fourni

Les élégants ouvrages qui comprennent chacun 150 pages introduisent de manière informelle mais cependant concise et richement détaillée certaines des figures emblématiques de l’art arabe. Chaque livre est illustré par des textes faciles à suivre – parfaits pour les novices en la matière et les connaisseurs désireux d’approfondir leurs connaissances de l’histoire de l’art du Moyen-Orient au XXe siècle.

«Cela fait bien longtemps déjà que j’ai envie de publier un livre sur les artistes de notre région – une série qui ferait la lumière sur leur travail et leurs contributions à l’histoire de l’art arabe, mais également mettrait en vedette ceux dont le travail n’est pas documenté», se félicite la rédactrice en chef de la série, Mona Khazindar, dans un entretien à Arab News.

«Je me suis tournée vers le Misk Art Institute parce que cette organisation se consacre au développement de l’art saoudien et arabe», ajoute celle qui a été la première femme (et première Saoudienne) à occuper le poste de directrice générale de l’Institut du monde arabe à Paris, de mars 2011 à mars 2014. «En tant que rédactrice en chef, je suis ravie de travailler en étroite collaboration avec l’institut pour sélectionner les artistes et les écrivains et concevoir des expositions afin de soutenir le lancement des livres.»

misk
Abdelrahman Alsoliman, exposition solo dans le cadre du lancement de l’initiative The Art Library, Misk Art Institute, Riyad, 2021. (Fourni)

Signs and Symbols d’Abdelrahman Alsoliman explore la manière dont l’artiste crée ses peintures abstraites. Celle-ci a donné naissance à un style ornemental complexe empreint des traditions saoudiennes et arabes. Dans ce livre, les articles sont rédigés par de célèbres spécialistes et historiens de l’art arabe comme Roxane Zand, Farouq Youssef et Zain al-Saie. L’avant-propos est écrit par le prince Badr ben Abdallah ben Mohammed ben Farhane al-Saoud.

Dans le deuxième ouvrage, Adam Henein: Charcoal Drawings, on retrouve une sélection de dessins au fusain jamais publiés que l’artiste a élaborés au cours des deux dernières décennies de sa vie. Ces dessins expressifs et intimes ont joué un rôle primordial dans la création de ses sculptures avant-gardistes. Ce livre comprend un avant-propos écrit par Mona Khazindar et des essais rédigés par les spécialistes de l’art arabe Sacha Craddock, Salah Bisar et Nayra Zaghloul.

«L’initiative The Art Library comble directement l’absence de documentation et de publications sur les artistes saoudiens et arabes, et nous espérons qu’elle contribuera à favoriser le débat sur la riche histoire de l’art en Arabie saoudite et dans le monde arabe», confie Reem al-Sultan, PDG du Misk Art Institute, à Arab News.

misk
Adam Henein, sans titre, Paris, 1993, pigments naturels et gomme arabique sur papyrus, 59,3 × 81,9 cm, collection du musée Adam Henein, al-Harraneya. (Fourni)

«Nous tenons à raconter nos histoires. Nous tenons également à être la source et les narrateurs de nos propres histoires.»

Selon Al-Sultan, rendre hommage aux artistes saoudiens et arabes est au cœur de la vision du Misk Art Institute, qui propose également des résidences d’artistes, des expositions, le Misk Art Grant, des discussions et la Misk Art Week, parmi d’autres initiatives. «L’initiative The Art Library complète le rôle que joue l’institut dans le soutien des artistes saoudiens et arabes; c’est l’une de nos nombreuses façons de faire», ajoute-t-elle.

misk
Les deux premiers volumes de The Art Library (livres sur Alsoliman & Henein) sont vendus exclusivement au Store of Prince Faisal bin Fahad Arts Hall, Riyad, 2021. Image reproduite avec l’aimable autorisation du Misk Art Institute. (Fourni)

 

Indépendamment de ce qui se passe sur les plans social ou politique pour un lieu ou un peuple donné, c’est l’art qui perpétuera les histoires de cette culture. Comme le dit si bien la rédactrice en chef Khazindar: «Les livres survivront pour raconter les histoires des artistes saoudiens et arabes. Ils serviront de référence. Ils inspireront le public. Ces livres témoigneront de la longue histoire des pratiques artistiques dans la région et permettront de réfléchir sur les thèmes, les mouvements et les styles des artistes modernes et contemporains qui s’y sont adonnés.»

The Art Library est disponible sur Amazon et Rizzoliusa.com.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Un maillot du basketteur Michael Jordan proposé aux enchères pour 3 à 5 millions de dollars

Michael Jordan dans le Paddock avant le Grand Prix F1 de Miami (Photo, AFP).
Michael Jordan dans le Paddock avant le Grand Prix F1 de Miami (Photo, AFP).
Short Url
  • Un maillot porté par Michael Jordan avec les Chicago Bulls va être proposé aux enchères pour trois à cinq millions de dollars
  • La vente aura lieu à New York du 6 au 14 septembre et le fameux maillot rouge flanqué du numéro 23 des Chicago Bulls sera présenté au public à Monterey

NEW YORK: Un maillot porté par la légende de la NBA, le basketteur Michael Jordan, lors de sa dernière saison 1997-1998 avec les Chicago Bulls va être proposé aux enchères en septembre pour trois à cinq millions de dollars, a annoncé mercredi Sotheby's.

La maison new-yorkaise, propriété depuis 2019 du magnat franco-israélien des télécoms Patrick Drahi, a déjà vendu des baskets ayant appartenu à la superstar mondiale Michael Jordan qui a aujourd'hui 59 ans, atteignant en 2021 près de 1,5 million de dollars.

La vente aura lieu à New York du 6 au 14 septembre et le fameux maillot rouge flanqué du numéro 23 des Chicago Bulls porté par Jordan sera présenté au public à Monterey, en Californie, du 17 au 20 août, puis à New York durant les enchères de septembre, selon un communiqué de Sotheby's.

"La saison 1997-1998 est peut-être l'une des préférées des fans de Jordan parce que Michael était au sommet de ses capacités tout en sachant que c'était sa dernière chance avec les Chicago Bulls pour le championnat de la NBA", a commenté le patron des objets modernes et vêtements de collection chez Sotheby's, Brahm Wachter.

Ce que les experts du basket et les auteurs d'un documentaire ESPN/Netflix de dix saisons en 2020 ont appelé la saison de la "dernière danse" ("The Last Dance") en 1997-1998 marque la deuxième retraite sportive de Michael Jordan: il a joué chez les Bulls de 1984-85 à 1997-98 -- avec une interruption d'une saison en 1993-1994 -- avant de rejoindre les Wizards de la capitale fédérale Washington de 2001 à 2003.

Estimé à entre trois et cinq millions de dollars, le maillot de l'arrière des Chicago Bulls a déjà atteint la mise aux enchères la plus élevée pour un maillot de Jordan et pour n'importe quel objet de collection du joueur, selon Sotheby's.

En octobre 2021 à Las Vegas, la maison new-yorkaise avait vendu pour 1.472.000 dollars une paire de baskets, les Nike Air Ships, portée par Jordan au début de sa carrière en 1984-85, établissant un record aux enchères pour des chaussures portées en match.

Un prix astronomique, pulvérisant le record de Nike Air Jordans vendues 615.000 dollars en août 2020 lors d'enchères organisées par la société concurrente Christie's.

Six fois champion NBA avec les Bulls de Chicago, inspirateur de la ligne de baskets Air Jordan de Nike, propriétaire des Charlotte Hornets, le natif de New York est considéré comme l'un des plus grands sportifs de tous les temps et aujourd'hui comme l'une des personnalités les plus en vue de l'industrie du sport.


Le Petoya Lounge est le «premier hôtel cinq étoiles pour chats» d'Arabie saoudite

L'établissement offre également une variété d'options alimentaires et de traitements pour ses résidents. (Twitter:@Petoyasa)
L'établissement offre également une variété d'options alimentaires et de traitements pour ses résidents. (Twitter:@Petoyasa)
Short Url
  • Selon le personnel, les animaux qui y séjournent seront caressés et feront de l’exercice plusieurs fois par jour
  • La fondatrice et propriétaire de l'hôtel, Houda al-Otaibi, a déclaré que ce premier établissement est destiné aux chats et aux chatons, mais que d'autres ouvriront bientôt pour d'autres animaux

RIYAD: Les propriétaires de chats d'Arabie saoudite peuvent désormais envoyer leurs animaux de compagnie bien-aimés en vacances au Petoya Lounge de Riyad, qui se décrit comme le premier hôtel cinq étoiles pour animaux de compagnie du pays.

Les chats et les chatons peuvent séjourner dans l'établissement quelques heures ou plusieurs jours. Le personnel affirme que les animaux seront régulièrement caressés, huit fois par jour, et qu'ils feront de l'exercice, trois fois par jour. Les propriétaires qui s'ennuient de leurs amis à quatre pattes peuvent même prendre de leurs nouvelles en regardant une vidéo en direct grâce à une application gratuite. L'établissement propose également une variété d'options alimentaires et de traitements pour ses résidents.

Dans une vidéo sur le Petoya Lounge publiée par Reuters, on voit une femme assise sur le sol entourée de plus de sept chats, dont certains mangent dans sa main. On peut également voir des chatons sauter sur les meubles et jouer avec des objets en bois, des tunnels et d'autres jouets fournis pour leur confort et leur divertissement. On voit aussi plusieurs parmi eux en train d'être placés dans de petits lits.

«Petoya est le premier hôtel cinq étoiles autorisé en Arabie saoudite pour les animaux de compagnie», a déclaré sa fondatrice et propriétaire Houda al-Otaibi, qui apparaît dans la vidéo en train de jouer avec un chaton, de le caresser doucement et de le nourrir.

«C'est notre première succursale, pour les chats, mais d'autres branches consacrées à d'autres animaux verront le jour prochainement.»

Elle ajoute que l'hôtel a pour objectif d'être «un établissement qui permet aux chats et leurs propriétaires de se reposer et se sentir à l'aise».

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


L'humoriste palestino-américain Mo Amer présente la bande-annonce de sa série Netflix Mo

La série de huit épisodes sera diffusée le 24 août. (AFP)
La série de huit épisodes sera diffusée le 24 août. (AFP)
Short Url
  • Le rappeur Tobe Nwigwe incarne Nick, l'ami le plus ancien et le plus fidèle de Mo, et l'actrice mexico-américaine Teresa Ruiz, Maria, la petite amie de Mo
  • «Je suis moins préoccupé par l'argent que par le fait de me surpasser. Créer un chef-d'œuvre est un parcours du combattant»

DUBAΪ: L'humoriste américano-palestinien Mo Amer a publié mardi la bande-annonce de son prochain spectacle Netflix Mo

La série en huit épisodes, qui sortira le 24 août, est centrée sur une famille d'immigrés palestiniens qui vit à Houston, au Texas. Elle suit Mo Najjar, joué par Amer, qui est à cheval entre deux cultures, trois langues et une demande d'asile en cours, tout en se démenant pour subvenir aux besoins de sa famille, notamment sa mère, sa sœur et son frère aîné. 

L'actrice jordanienne, koweïtienne et palestinienne Farah Bsieso incarne la mère de Mo, Yusra Najjar, tandis que l'acteur égypto-américain Omar Elba joue le rôle de Samir Najjar, le frère aîné de Mo, qui souffre d'anxiété sociale. 

Le rappeur Tobe Nwigwe incarne Nick, l'ami le plus ancien et le plus fidèle de Mo, et l'actrice mexico-américaine Teresa Ruiz, Maria, la petite amie de Mo. 

Amer est également producteur exécutif de la série, avec son ami et celui avec qui il partage la vedette, Ramy Youssef, lauréat d'un Golden Globe égypto-américain. 

En décembre, Amer a déclaré à Arab News qu'il était à un moment de sa carrière où il pouvait partager ses histoires avec un public plus large que jamais grâce à un support artistique qui permet aux téléspectateurs de découvrir son point de vue et celui du peuple palestinien de manière intime.

«C'est la raison pour laquelle je pense que l'art du stand-up est si libérateur. Il n'a jamais été question d'argent, déclare-t-il. Faire de l'argent, c'est bien, et je veux en faire autant que possible, mais il s'agit de raconter de grandes histoires. Je suis moins préoccupé par l'argent que par le fait de me surpasser. Créer un chef-d'œuvre est un parcours du combattant. C'est ce que je ressens. C'est là où j'en suis en ce moment avec mon stand-up et mon émission de télévision.»

Amer a commencé sa carrière dans la comédie au début de son adolescence et a rapidement découvert que personne ne relatait d'histoires sur son expérience ou celle des Arabes en général.

«Je suis monté sur scène pour la première fois à 14 ans et j'ai entamé les tournées à 17 ans. J’ai vite constaté qu'il y avait cet énorme fossé, déclare-t-il. Il n'y avait aucune représentation réelle d'Arabes ou de musulmans sur aucune de ces scènes. Je me suis dit: “OK, pourquoi ne pas l’introduire?”»

Avec Mo, Mo Amer: Mohammed au Texas, Mo Amer: The Vagabond et Ramy, l'humoriste a partagé les histoires de sa famille et de son peuple et continue de le faire.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com