Allemagne: des entreprises accusées de «profiter» du travail forcé de Ouïghours en Chine

Une personne tient un brin de coton alors qu'elle pose pour un selfie devant une exposition de produits de la région autonome ouïghoure du Xinjiang (ouest de la Chine) à la Foire internationale du commerce des services de Chine à Pékin. (Photo, AP)
Une personne tient un brin de coton alors qu'elle pose pour un selfie devant une exposition de produits de la région autonome ouïghoure du Xinjiang (ouest de la Chine) à la Foire internationale du commerce des services de Chine à Pékin. (Photo, AP)
Short Url
Publié le Lundi 06 septembre 2021

Allemagne: des entreprises accusées de «profiter» du travail forcé de Ouïghours en Chine

  • Sont visées les chaînes d'habillement Hugo Boss et C&A, et les chaînes de discount Lidl, Aldi Nord et Aldi Sud
  • Une plainte similaire a été déposée en France en avril par l'association anti-corruption Sherpa contre quatre multinationales de l'habillement, dont Uniqlo et Zara

BERLIN: Une ONG allemande a annoncé lundi le dépôt d'une plainte en Allemagne contre plusieurs entreprises, dont Lidl et Hugo Boss, qu'ils accusent de "profiter" du travail forcé de membres de la minorité musulmane ouïghour en Chine, ce qu'elles nient.

Le Centre européen pour les droits constitutionnels et les droits humains (ECCHR), organisation non gouvernementale basée à Berlin, a indiqué avoir "porté plainte contre plusieurs entreprises allemandes" pour "complicité présumée de crimes contre l'humanité".

Sont visées les chaînes d'habillement Hugo Boss et C&A, et les chaînes de discount Lidl, Aldi Nord et Aldi Sud.

L'association reproche à ces entreprises de "profiter et se rendre complices, directement ou indirectement, du travail forcé de la minorité ouïghour dans le Xinjiang" (ouest).

Pékin est accusé par les pays occidentaux d'enfermer massivement les membres de cette communauté à majorité musulmane et turcophone de l'ouest de la Chine, dans de vastes camps de travail.

De nombreuses usines, notamment textiles, sont situées dans cette région, et fournissent selon les activistes, des entreprises multinationales. 

Si l'ONG affirme qu'il est difficile d'obtenir des preuves tangibles de recours au travail forcé chez les fournisseurs de ces entreprises, "la question est de savoir si le fait d'entretenir des relations d'affaires n'est pas une façon d'aider et d'encourager ces crimes", interroge à l'AFP l'avocate Miriam Saage-Maass, directrice à l'ECCHR.

Selon elle, "ces cinq cas ne sont qu'un exemple d'un problème beaucoup plus vaste et plus systématique".

Dans des communiqués envoyés à l'AFP, C&A a affirmé ne pas "tolérer le travail forcé (...) dans (sa) chaîne d'approvisionnement", tandis qu’Aldi a assuré avoir "établi des normes contraignantes pour tout (ses) partenaires commerciaux" afin d'éviter ces problèmes.

Hugo Boss a de son côté rappelé avoir "demandé il y a plusieurs mois à (ses) fournisseurs de s'informer et confirmer que la production des biens dans la chaîne d'approvisionnement est effectuée conformément (...) aux droits humains" et donner une "priorité absolue" à la question.

Une plainte similaire a été déposée en France en avril par l'association anti-corruption Sherpa contre quatre multinationales de l'habillement, dont Uniqlo et Zara.

Celle-ci a mené à l'ouverture fin juin d'une enquête par le pôle "Crimes contre l'humanité" du Parquet national antiterroriste (Pnat).

Les États-Unis affirment que Pékin se livre à un génocide contre les Ouïghours et d'autres peuples turcs du Xinjiang, où les experts estiment que plus d'un million de personnes sont incarcérées.

Pékin nie le terme de génocide et décrit les camps comme des centres de formation professionnelle, une affirmation rejetée par les Ouïghours qui disent être forcés de renoncer à leurs traditions religieuses.


Burkina: situation confuse concernant le sort du président Kaboré

Des militaires annoncent la dissolution du gouvernement à la télévision. (Photo, AFP)
Des militaires annoncent la dissolution du gouvernement à la télévision. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les Etats-Unis ont appelé lundi l'armée du Burkina Faso à la «libération immédiate» du président Roch Marc Kaboré et à «respecter la Constitution» et «les dirigeants civils» du pays
  • L'Union européenne a appelé lundi à la libération «immédiate» du président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré

OUAGADOUGOU/ WASHINGTON/ BRUXELLES :

La situation était confuse lundi concernant le sort du président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré, dont des sources sécuritaires ont annoncé qu'il était détenu par des soldats qui se sont mutinés face à la dégradation dans leur pays en proie au violences jihadistes. 

Les Etats d'Afrique de l'Ouest ont indiqué suivre « avec une grande préoccupation » l'évolution de la situation au Burkina Faso, « caractérisée » depuis dimanche « par une tentative de coup d'Etat ». 

« Le président Kaboré, le chef du Parlement (Alassane Bala Sakandé) et des ministres sont effectivement aux mains des soldats », à la caserne Sangoulé Lamizana de Ouagadougou, a déclaré une source sécuritaire, information confirmée par une autre source au sein des services de sécurité. 

Mais une source gouvernementale a ensuite affirmé que le président avait été « exfiltré » de sa résidence dimanche soir par des gendarmes de sa garde « avant l’arrivée d’éléments armés qui ont tiré sur les véhicules de son convoi ». 

Un journaliste de l'AFP a vu dans la matinée près de la résidence du chef de l'Etat trois véhicules criblés de balles. Des traces de sang étaient visibles sur l'un d'eux. 

Selon cette source « la situation est confuse », une confusion alimentée par l'absence à la mi-journée lundi de toute déclaration de la part des soldats mutins ou de proches du chef de l'Etat. 

Sur le compte Twitter de M. Kaboré, un message posté en début d'après-midi, dont il était impossible de savoir s'il avait été écrit par lui directement, ni dans quelles circonstances, invite « ceux qui ont pris les armes à les déposer dans l'intérêt supérieur de la Nation ». « C'est par le dialogue et l'écoute que nous devons régler nos contradictions », ajoute-t-il. 

Au pouvoir depuis 2015, le président Kaboré, réélu en 2020 sur la promesse de faire de la lutte antidjihadiste sa priorité, était de plus en plus contesté par une population excédée par les violences jihadistes et son impuissance à y faire face. 


Tonga : la France envoie du fret depuis la Nouvelle-Calédonie

Vue aérienne d'équipes de nettoyage travaillant pour enlever le pétrole d'une plage annexée à la station balnéaire d'Ancon, au nord de Lima, le 22 janvier 2022.(AFP)
Vue aérienne d'équipes de nettoyage travaillant pour enlever le pétrole d'une plage annexée à la station balnéaire d'Ancon, au nord de Lima, le 22 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • Vendredi, le patrouilleur Arago a appareillé depuis la Polynésie avec près de 40 tonnes d'aide
  • Le fret contient notamment du matériel permettant de construire des abris d'urgence

NOUMÉA : L'armée française va acheminer depuis la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie un total de 50 tonnes de fret humanitaire aux îles Tonga, frappées le 15 janvier par une éruption volcanique suivie d'un tsunami, ont annoncé lundi les autorités françaises.

Sollicitée par les Tonga dans le cadre de l'accord de coopération FRANZ (France-Australie-Nouvelle-Zélande), la France a envoyé vers l'archipel des Tonga "deux patrouilleurs de la Marine nationale des forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) et des forces armées en Polynésie française (FAPF)", selon un communiqué du Quai d'Orsay.

Vendredi, le patrouilleur Arago a appareillé depuis la Polynésie avec près de 40 tonnes d'aide. Et ce lundi, le patrouilleur La Glorieuse a quitté la Nouvelle-Calédonie avec près de 10 tonnes de fret, détaille le ministère des Armées dans un communiqué distinct.

Le fret contient notamment du matériel permettant de construire des abris d'urgence (500 tentes, des cordages, des outils), des kits d'hygiène et des lampes solaires. Les navires transportent également 10 000 litres d'eau potable ainsi que 2 000 rations alimentaires.

A la demande du gouvernement tongien, un avion Falcon Guardian de surveillance maritime effectuera aussi mardi un vol de reconnaissance au-dessus des îles de l'archipel encore isolées. Un avion de transport Casa transportera du fret vers Tonga mercredi et vendredi, ont précisé les armées.

"D'autres missions, par avion cette fois, sont prévues dans les jours à venir", avait précisé plus tôt lundi le commandant supérieur des Forces armées de la Nouvelle-Calédonie, le général Valéry Putz.

"Du fret sera acheminé par avion" cargo et le Guardian des FANC "effectuera, là encore à la demande des Tonga, un vol de reconnaissance au-dessus de l'archipel, car la situation de l'ensemble des 175 îles n'est pas encore connue", avait-il annoncé.

L'envoi d'hommes n'est pas prévu à ce stade. Le royaume de Tonga étant exempt de Covid, l'accès au territoire est très limité.

L'aide humanitaire, notamment de l'eau, acheminée par des avions militaires australiens, néo-zélandais et japonais, a commencé à arriver jeudi aux Tonga après que la principale piste d'atterrissage de l'archipel a finalement été débarrassée de l'épaisse couche de cendres qui la recouvrait.

L'éruption le 15 janvier du Hunga-Tonga-Hunga-Ha'apai a provoqué un tsunami qui a affecté plus de 80% des quelque 100 000 habitants que compte l'archipel, selon les Nations unies.


Afghanistan : les talibans se félicitent de leur rencontre avec les Occidentaux à Oslo

Le ministre des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi. (Photo, AFP)
Le ministre des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi. (Photo, AFP)
Short Url
  • Une délégation de talibans emmenée par leur ministre des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, se trouve depuis samedi soir en Norvège
  • «De ces rencontres, nous sommes certains de retirer un appui dans les secteurs humanitaire, sanitaire et éducatif en Afghanistan» a dit Amir Khan Muttaqi

OSLO: En quête de reconnaissance internationale et d'argent, les talibans ont qualifié lundi à Oslo de  « réussite en soi » leur première visite en Europe depuis leur retour au pouvoir, consacrée notamment à la crise humanitaire en Afghanistan.  

Une délégation de talibans emmenée par leur ministre des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, se trouve depuis samedi soir en Norvège où elle rencontre pendant trois jours des membres de la société civile afghane et des diplomates de pays occidentaux, lesquels lient une reprise de leur aide financière au respect des droits humains.   

« Le fait d'être venus en Norvège (...) est une réussite en soi car nous avons partagé la scène internationale », a dit M. Muttaqi à la presse lundi, en marge d'entretiens avec des représentants des Etats-Unis, de France, du Royaume-Uni, d'Allemagne, d'Italie, de l'Union européenne et de Norvège.  

« De ces rencontres, nous sommes certains de retirer un appui dans les secteurs humanitaire, sanitaire et éducatif en Afghanistan », a-t-il dit en pachto.  

Ces discussions, qui ne font pas l'unanimité, se déroulent à huis clos jusqu'à mardi dans l'hôtel Soria Moria, sur une colline enneigée près d'Oslo.   

A un moment où plus de la moitié de la population est menacée par la faim dans un pays privé d'aides internationales et touché par plusieurs sécheresses, les talibans espèrent un déblocage des moyens financiers et une forme de reconnaissance.   

Aucun Etat n'a pour l'instant reconnu le régime des islamistes chassés du pouvoir en 2001 mais redevenus maîtres de l'Afghanistan en août dernier après une offensive éclair.  

La Norvège a souligné que les discussions d'Oslo ne constituaient « pas une légitimation ni une reconnaissance », mais que, face à l'urgence humanitaire, il était nécessaire de « parler aux autorités qui dirigent de facto le pays ».  

« Tout en cherchant à régler la crise humanitaire (...), nous poursuivrons une diplomatie lucide avec les talibans (dictée par) notre intérêt constant pour un Afghanistan stable, respectueux des droits et inclusif », a tweeté, de son côté, l'émissaire américain pour l'Afghanistan, Thomas West, dimanche.  

Nombre d'experts et de membres de la diaspora afghane ont critiqué l'invitation faite aux fondamentalistes arrivés dans un jet privé affrété par la Norvège et des manifestations ont eu lieu devant le ministère des Affaires étrangères à Oslo.  

A Kaboul, Wahida Amiri, une militante qui manifeste régulièrement depuis le retour des talibans, a dit être « désolée qu'un pays comme la Norvège organise ce sommet, s'asseye avec les terroristes et passe des accords ».  

L'aide internationale qui permettait de financer environ 80% du budget afghan s'est arrêtée en août et les Etats-Unis ont gelé 9,5 milliards de dollars d'avoirs de la Banque centrale afghane.  

Le chômage a explosé et les salaires des fonctionnaires ne sont plus payés depuis des mois.   

La faim menace aujourd'hui 23 millions d'Afghans, soit 55% de la population, selon l'ONU, qui a réclamé 4,4 milliards de dollars auprès des pays donateurs cette année.  

Militantes disparues  

La communauté internationale attend cependant de voir comment les islamistes gouvernent l'Afghanistan, après avoir piétiné les droits de l'homme à leur premier passage au pouvoir entre 1996 et 2001.  

Malgré les promesses, les femmes sont largement exclues des emplois dans le secteur public et les écoles secondaires pour filles restent pour la plupart fermées.  

Deux militantes féministes ont disparu la semaine dernière à Kaboul après avoir participé à une manifestation. Les talibans ont nié toute responsabilité dans cette affaire.  

Avant leurs entretiens avec les talibans, les diplomates occidentaux ont rencontré lundi des membres de la société civile afghane, des militantes féministes et des journalistes notamment, qui ont eux-mêmes eu des discussions sur les droits de l'homme avec les fondamentalistes dimanche.  

Lundi, une de ces militantes, Mahbouba Seraj, a affirmé que les talibans les avaient « reconnues » et « écoutées ». « J'ai espoir. J'espère une forme de compréhension réciproque », a-t-elle dit à la presse.  

Dans ce qu'il a présenté comme une « déclaration commune », le porte-parole taliban, Zabihullah Mujahid, a tweeté dimanche que « la compréhension et la coopération » étaient « les seules solutions à tous les problèmes de l'Afghanistan ».   

Parmi les 15 membres de la délégation - exclusivement masculine - figure Anas Haqqani, un des chefs du réseau Haqqani.  

Sa présence à Oslo est particulièrement critiquée. Il est responsable de plusieurs attentats meurtriers en Afghanistan et son clan est considéré par les Etats-Unis comme un groupe « terroriste ». 

Selon les médias norvégiens, une plainte contre Anas Haqqani a été déposée à Oslo pour crimes de guerre. « Cela fait mal. C'est comme si Anders Behring Breivik (le néonazi norvégien qui a tué 77 personnes en 2011) se rendait dans un pays » en tant que délégué, a dit l'auteur de la plainte, Zahir Athari, à la radiotélévision NRK.