France: Macron, pas encore candidat, détaille son programme en matière de sécurité

Le président français Emmanuel Macron lors de sa visite à l'école de police de Roubaix, dans le nord de la France, le 14 septembre 2021 (Photo, AFP)
Le président français Emmanuel Macron lors de sa visite à l'école de police de Roubaix, dans le nord de la France, le 14 septembre 2021 (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 14 septembre 2021

France: Macron, pas encore candidat, détaille son programme en matière de sécurité

Le président français Emmanuel Macron lors de sa visite à l'école de police de Roubaix, dans le nord de la France, le 14 septembre 2021 (Photo, AFP)
  • Doublement des policiers sur le terrain d'ici 10 ans, budget supplémentaire de 500 millions d'euros en 2022 pour le ministère de l'Intérieur, mise en place d'une instance de contrôle parlementaire des forces de l'ordre
  • Le chef de l'État a promis une «simplification» de la conduite des enquêtes et a souhaité une mise en place de «la plainte en ligne» en 2023

ROUBAIX: Le président français Emmanuel Macron, pas encore officiellement candidat à sa réélection, a annoncé mardi une série de mesures dans le domaine de la sécurité, l'un des grands thèmes de la campagne pour l'élection présidentielle de 2022. 

Doublement des policiers sur le terrain d'ici 10 ans, budget supplémentaire de 500 millions d'euros en 2022 pour le ministère de l'Intérieur, mise en place d'une instance de contrôle parlementaire des forces de l'ordre... A sept mois de la présidentielle, M. Macron a détaillé son programme à l'école nationale de police à Roubaix (nord). 

Le chef de l'État s'exprimait devant des policiers et des gendarmes, mais aussi des élus de la région, dont un de ses rivaux, Xavier Bertrand, en tête des sondages parmi les candidats de droite à la présidentielle. 

Le chef de l'État a également promis une « simplification » de la conduite des enquêtes et a souhaité une mise en place de « la plainte en ligne » en 2023. 

Un centre de formation sur le maintien de l'ordre à destination des policiers sera créé, a aussi annoncé le chef de l'État, alors que l'action de ces derniers a été critiquée lors des manifestations, notamment pendant le mouvement des « gilets jaunes », marqué par des heurts et des violences. 

Le discours de M. Macron marquait la fin du « Beauvau de la sécurité », une vaste consultation lancée en février après le tabassage par des policiers d'un producteur de musique noir, Michel Zecler, en novembre 2020 à Paris. L'affaire avait relancé le débat récurrent en France sur les violences et le racisme dans la police. 

Après cette affaire, Emmanuel Macron avait reconnu l'existence de contrôles au faciès et des violences de la part des policiers. Des déclarations qui avaient fait hurler les syndicats de police. Le Beauvau avait été décidé pour répondre à leur colère. 

Le discours du président à Roubaix n'a pas convaincu ses opposants politiques. Emmanuel Macron « est passé à coté de la sécurité pendant tout son mandat », a déclaré Xavier Bertrand en qualifiant les propos du président de « discours de candidat ».  

« En quatre ans et demi rien n'a été fait et rien ne sera fait si c'est cinq ans de plus », a de son côté jugé Hugo Bernalicis, député de la gauche radicale. 

 

Les principales déclarations d' Emmanuel Macron

Bilan depuis 2017 et constat 

« Il y a un intolérable combat contre la police ». « La confiance est fragilisée entre une partie de nos concitoyens et ceux qui la protègent ». Il y a aussi « une perte de sens ». 

« La sécurité est la première des libertés ». « Tout n'a pas été parfait mais beaucoup a été fait ». 

Face à la menace terroriste qui « est là », c'est « une société de vigilance qu'il nous faut continuer à bâtir ». 

Il a rappelé que le budget de la mission sécurité avait augmenté de « 1,7 milliard d'euros » depuis le début du quinquennat et que les effectifs avaient progressé de 10 000 agents. 

« Nous n'avons pas simplement attendu la réflexion du Beauvau de la sécurité pour agir ». « Nous avons mené des actions qui ont conduit à des résultats ». 

« Violence » 

« Une violence latente s'est emparée de notre société ». « Face à cette transformation de la violence, nous n'avons droit à aucune complaisance, nous ne devons céder, ni au déni, ni à la facilité ». « Cette violence qui prend de plus en plus de place dans notre société appelle au contraire de prendre des décisions profondes, radicales ». 

Procédure pénale 

« Le formalisme, la lourdeur des procédures est l'ennemi commun de nos forces de sécurité et des magistrats ». Il y a des « procédures hors d'âge ». 

« A court terme, je demande au Garde des Sceaux d'élaborer sous un mois un bilan des mesures de simplification » engagées depuis le début du quinquennat et de »faire des propositions d'ici 3 mois (sur) un complément des mesures très concrètes.  

Dans le cadre des « états généraux de la justice », il demande de « repenser les grands équilibres de la procédure pénale et proposer une nouvelle écriture du code ». Il souhaite »une simplification drastique des cadres d'enquête », dénonçant « la multiplication des cadres » comme »l'enquête préliminaire, l'enquête de flagrance ». 

LOPSI 

Le ministre de l'Intérieur est chargé »de préparer l'élaboration » de cette loi de programmation et d'orientation, pour une présentation en « Conseil des ministres début 2022 ». 

« Du Bleu » et « plainte en ligne » 

Rappelant vouloir « plus de bleu dans la rue », il s'est engagé à « doubler sous dix ans la présence de policiers et de gendarmes » sur le terrain.  

Renforcement du taux d'encadrement avec un « commandement 24H sur 24 et 7 jours sur 7 ». Il souhaite la mise en place de la « plainte en ligne dès 2023 ». 

Budget 

Le budget 2022 de la sécurité sera augmenté de 1,4 milliard d'euros « dont 500 millions pour la mise en oeuvre des premières mesures du Beauvau de la sécurité ». Jean Castex avait annoncé il y a peu une augmentation du budget de 900 millions d'euros. 

Formation 

Confirmation de l'allongement de la formation initiale, portée de 8 à 12 mois. Hausse de « 50% de la durée de la formation continue pour les policiers et gendarmes ». « La formation d'officier de police judiciaire sera intégrée à la formation initiale » 

« Une partie des personnels administratifs et techniques agira comme des greffiers de police et de gendarmerie ». 

Matériels 

Il souhaite « le déploiement effectif de caméras embarquées dans les véhicules dès 2023 » avec une nouvelle écriture législative de cette mesure. Elle avait été censurée par le Conseil constitutionnel. 

Emmanuel Macron annonce un nouvel uniforme pour les policiers avec un « polo » et un « calot » à la place de la « casquette » pour le premier trimestre 2022. 

Maintien de l'ordre 

Le nouveau schéma de maintien de l'ordre, présenté « avant novembre », « permettra de consacrer la place et le rôle des journalistes mais aussi d'imposer à toutes les parties prenantes présentes dans la manifestation ou à l'issue de la manifestation ». 

Création en région parisienne d'un centre de formation au maintien de l'ordre pour les policiers.  

Contrôle des policiers et gendarmes 

« Les rapports de l'IGPN (Inspection générale de la police nationale) et de l'IGGN (gendarmerie) seront désormais rendus publics ».  

Il proposera aux présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat la création « d'une instance parlementaire des forces de l'ordre pour évaluer leur action », à l'image de la délégation au renseignement. 


Mélenchon considère Borne comme une «libérale jusqu'au bout des ongles»

Le leader du parti de gauche français La France Insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, lors d'une conférence de presse à Paris, le 19 mai 2022 (Thomas SAMSON / AFP).
Le leader du parti de gauche français La France Insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, lors d'une conférence de presse à Paris, le 19 mai 2022 (Thomas SAMSON / AFP).
Short Url
  • «Mme Borne a un casier de maltraitance sociale extrêmement chargé. Elle est libérale jusqu'au bout des ongles et elle va au bout de sa logique», a déclaré le chef de file LFI Jean-Luc Mélenchon
  • A ce titre, le leader insoumis a notamment rappelé que la nouvelle cheffe du gouvernement avait «changé le régime d'allocation chômage»

PARIS : Jean-Luc Mélenchon a considéré dimanche qu’Élisabeth Borne était "libérale jusqu'au bout des ongles", ironisant sur les commentaires visant à dépeindre la nouvelle Première ministre comme une femme de gauche.

"Mme Borne a un casier de maltraitance sociale extrêmement chargé. Je ne lui fais pas un procès d'intentions. Je pense que c'est une femme cohérente. Je la respecte. Elle est libérale jusqu'au bout des ongles et elle va au bout de sa logique", a déclaré le chef de file LFI au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

A ce titre, le leader insoumis a notamment rappelé que la nouvelle cheffe du gouvernement avait, dans ses précédents portefeuilles ministériels, "aboli le statut des cheminots" ou encore "changé le régime d'allocation chômage".

Alors que l'exécutif s'apprête à dévoiler de nouvelles mesures anti-inflation, M. Mélenchon, qui souhaite que les prochaines élections législatives lui permettent d'accéder à Matignon, a balayé les propositions de l'actuelle majorité pour tenter d'enrayer la hausse des prix.

En référence au chèque alimentation annoncé par l'exécutif, M. Mélenchon a considéré qu'il n'était "pas la réponse" sans pour autant le refuser en bloc. 

"Il y a des moments où c’est bien qu’il y ait des chèques (...) mais ce n'est pas la réponse", a déclaré M. Mélenchon car c'est "le trésor public qui alimente le trésor privé". 

"Je suis pour le blocage des prix", a-t-il rappelé, insistant pour trouver la solution qui permettra d'arrêter "la spirale inflationniste" en particulier sur les carburants et les prix de l'énergie. 


Retraites : Borne fait le voeu de «ne pas mentir» aux Français

La Première ministre française et candidate à la députation Elisabeth Borne visite une ferme laitière à Bernières-le-Patry, le 21 mai 2022, lors d'une visite de campagne dans la 6e circonscription du Calvados (Photo, AFP).
La Première ministre française et candidate à la députation Elisabeth Borne visite une ferme laitière à Bernières-le-Patry, le 21 mai 2022, lors d'une visite de campagne dans la 6e circonscription du Calvados (Photo, AFP).
Short Url
  • La Première ministre Elisabeth Borne défend dimanche dans le JDD le projet de réforme des retraites
  • Pour la Première ministre annoncer aux Français qu’ils vont travailler moins, brandir la retraite à 60 ans, c’est leur mentir

PARIS: La Première ministre Elisabeth Borne défend dimanche dans le JDD le projet de réforme des retraites, insistant sur son voeu de "ne pas mentir" aux Français.

"Ceux qui voudraient faire croire (que la réforme des retraites) n’est pas indispensable ne disent pas la vérité aux Français", affirme la cheffe du gouvernement.

Emmanuel Macron a proposé pendant la campagne présidentielle de "décaler l'âge légal" de départ à la retraite "de 4 mois par an" pour le porter "en 2031 à 65 ans", avec un dispositif de "carrières longues" et un autre de "pénibilité".

"L’enjeu, pour notre pays, est d’assurer la force de notre modèle social, de poursuivre le progrès social et d’investir, notamment dans la santé et l’éducation", plaide Mme Borne : "Le président de la République a pris des engagements clairs : ni hausse d’impôts, ni augmentation de la dette. Or, nous vivons de plus en plus longtemps, le rapport entre le nombre d’actifs et le nombre de retraités diminue… Si on veut préserver le système de retraite par répartition, auquel nos concitoyens sont attachés, il faudra progressivement travailler un peu plus longtemps".

La retraite à 65 ans "n’est pas un totem", assure-t-elle, "mais il faut assurer le financement de notre modèle social. Et annoncer aux Français qu’ils vont travailler moins, brandir la retraite à 60 ans, c’est leur mentir. C’est ce qu’a fait le RN pendant des années. C’est aussi une mesure que l’on retrouve dans le programme de la Nupes et qui n’est pas crédible. Les promesses façon +demain, on rase gratis+, les Français n’y croient pas. Moi, je ne leur mentirai pas.".


France: manifestation contre un projet d'usine d'un groupe danois, jugée polluante

Cette vue générale montre une brume de pollution sur Lyon, dans le sud-est de la France, le 15 octobre 2021. (Photo, AFP)
Cette vue générale montre une brume de pollution sur Lyon, dans le sud-est de la France, le 15 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le projet avait pourtant reçu un avis défavorable après une enquête publique concluant aux nuisances du site, liées notamment à son impact environnemental
  • Samedi, 400 à 500 manifestants ont critiqué une usine «qui serait une des plus polluantes de France» et dénoncé un «déni de démocratie»

LILLE : Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi dans le nord de la France contre un projet d'une usine de laine de roche du géant danois Rockwool, dénonçant notamment la pollution de l'air qu'il génèrerait.

Leader mondial de la fabrication d'isolants en laine de roche, Rockwool a été autorisé l'an dernier de la préfecture de l'Aisne à exploiter l'usine à Courmelles, un village au sud de la ville de Soissons, dans le département de l'Aisne.

Le projet avait pourtant reçu un avis défavorable après une enquête publique concluant aux nuisances du site, liées notamment à son impact environnemental dans ce département essentiellement rural.

Samedi, 400 à 500 manifestants ont critiqué une usine "qui serait une des plus polluantes de France" et dénoncé un "déni de démocratie" mais aussi la production d'un produit utilisé pour l'isolation thermique "non durable, non recyclable, déjà obsolète", selon le collectif d'opposants Stop Rockwool.

Le conseil municipal de Courmelles s'est lui aussi prononcé, à l'unanimité, contre cette implantation, tout comme de nombreux riverains et un collectif de médecins qui alerte sur le rejet de substances toxiques dans l'atmosphère (particules fines, ammoniac, acide chlorhydrique...).

Dans ce bras de fer, les deux parties ont saisi le tribunal administratif.

Les associations s'opposant au projet ont déposé des recours contre l'arrêté préfectoral en juillet 2021 tandis que la préfecture de l'Aisne et la société Rockwool ont attaqué l'arrêté municipal refusant le permis de construire.

Sur son site internet, Rockwool explique transformer une ressource naturelle abondante en des produits qui répondent aux "plus grands défis de notre monde" en améliorant les performances thermiques des bâtiments.