Bérézina électorale des islamistes au Maroc

Saad-Eddine El Othmani, Premier ministre marocain et président du Parti islamiste pour la justice et le développement (PJD) vote le 8 septembre 2021 à Salé lors des élections législatives et locales. AFP
Saad-Eddine El Othmani, Premier ministre marocain et président du Parti islamiste pour la justice et le développement (PJD) vote le 8 septembre 2021 à Salé lors des élections législatives et locales. AFP
Short Url
Publié le Jeudi 16 septembre 2021

Bérézina électorale des islamistes au Maroc

  • Après dix ans au pouvoir, le PJD a déçu ceux qui ont voté pour lui à deux reprises, en 2011 et en 2016. Ceux-là même qui l’ont éjecté et l’ont condamné à une mise à mort politique
  • Conséquence de cet échec historique: les dirigeants du parti ont crié au complot et ont adopté la posture de la victimisation

CASABLANCA : Une débâcle historique. Le Parti de la justice et du développement (PJD), d’obédience islamiste, a essuyé une véritable défaite que les fins connaisseurs de la scène politique marocaine n’avaient pas prévue. Alors qu’il a, dix années durant, dominé la politique au Maroc, au gouvernement, au Parlement, dans les collectivités territoriales et les administrations marocaines, le PJD a subi une véritable chute libre. Il est arrivé huitième dans les élections législatives du 8 septembre 2021, avec seulement douze sièges au Parlement, soit dix fois moins qu’en 2016. Un nombre qui ne lui permettra même pas de former un groupe parlementaire. Jamais un parti politique marocain n’a été sanctionné par les urnes de la sorte.

Des candidats aux élections du PJD priés de «dégager»

Le parti islamiste, cantonné dans l’opposition depuis sa création, est arrivé pour la première fois au pouvoir en 2011. Il s’était positionné comme seule alternative et réponse aux revendications de la rue lors du Printemps arabe, appelant à un changement radical du paysage politique marocain et à une véritable justice sociale et dignité. Après deux mandats passés à la tête de l’exécutif, les islamistes, n’ayant pas tenu leurs promesses, ont été littéralement chassés par le peuple marocain qui a assisté, impuissant, à une détérioration de son niveau de vie. Lors de la campagne électorale, des candidats du PJD, notamment le chef du gouvernement, Saad Dine el-Otmani, également Secrétaire général du parti, ont été tout bonnement priés de «dégager».

Après dix ans au pouvoir, ce parti a été, en effet, une véritable déception pour ceux qui ont voté pour lui à deux reprises, en 2011 et en 2016. Ceux-là même qui l’ont éjecté et l’ont condamné à une mise à mort politique. Alors que dans la plupart des pays arabes, le départ des islamistes de la sphère du pouvoir s’est souvent fait dans la douleur (coups d’État, interventions militaires, protestations et révolutions…), au Maroc, il s’est fait via les urnes, confirmant encore une fois l’«exception» marocaine.

La fuite en avant des islamistes

Quelques jours après l’annonce des résultats de ces élections historiques au Maroc, le taux de participation ayant enregistré un niveau record de 50,35 %, les cadors du PJD ont refusé d’assumer leur échec. Contacté par Arab News en français, un militant du parti nous confie que les membres du bureau politique du PJD s’attendaient à une défaite, mais pas à une humiliation et une mise à mort. Au pire des cas, ils tablaient sur la quatrième position, mais en aucun cas la huitième. Les dirigeants du parti ont d’ailleurs crié au complot et ont adopté la posture de la victimisation. Selon eux, les autorités marocaines ont soutenu les candidats du Rassemblement national des indépendants (RNI), le parti arrivé au pouvoir, tout en menaçant et attaquant les militants du PJD.

Une fuite en avant d’un parti qui a perdu toute crédibilité auprès du peuple et qui justifie toujours ses échecs par les blocages du «Makhzen» (ensemble de l’administration marocaine), selon lui. Sauf que le peuple marocain lui a répondu par les urnes. Le taux de chômage qui grimpe, le taux de croissance qui peine à décoller, les chantiers et les réformes majeurs du pays qui tournent au ralenti et un pouvoir d’achat des Marocains qui s’effrite de manière dangereuse, en plus de la prolifération de la corruption. Telles sont les principales «réalisations» de ce parti qui a tourné le dos aux principales revendications de la rue qui l’avaient fait accéder au pouvoir en 2011. Et qui ont provoqué son effondrement brutal dix ans après.


La Grande Mosquée de La Mecque prête à recevoir les fidèles à pleine capacité

La Grande Mosquée de La Mecque avec la Kaaba au milieu et des fidèles effectuant leurs rituels
La Grande Mosquée de La Mecque avec la Kaaba au milieu et des fidèles effectuant leurs rituels
Short Url
  • Les visiteurs de la mosquée devront toujours porter des masques et faire des réservations via les applications appropriées
  • Des travailleurs de la mosquée ont été vus samedi en train de retirer des autocollants qui rappellent aux gens de faire la distanciation sociale

RIYAD : La Grande Mosquée de La Mecque est prête à recevoir les pèlerins et les fidèles à pleine capacité dimanche au moment où l'Arabie saoudite assouplit les restrictions liées à la Covid-19, a déclaré un responsable. 

Le secrétaire général adjoint aux affaires de la Grande Mosquée, le Dr Saad ben Mohammed Al-Muhaimid, a affirmé qu'un plan avait été mis en œuvre pour que la mosquée fonctionne à pleine capacité tout en assurant la sécurité de tous. 

Al-Muhaimid a ajouté que les visiteurs de la sainte mosquée devront toujours porter des masques et faire des réservations pour effectuer la Omra et les prières via les applications Tawakkalna (Allons de l'avant) et Eatmarna (Effectuons la Omra).

img

Samedi soir, des travailleurs de la Grande Mosquée ont été vus en train d’enlever les autocollants qui rappellent aux gens de faire la distanciation sociale, marquant la fin de la période ou des personnes dans le Royaume devraient faire les prières avec des écarts de 1 à 2 mètres entre eux en raison de la pandémie de coronavirus.

À partir de dimanche, la distanciation sociale ne sera plus obligatoire lors des rassemblements sociaux ou dans les lieux publics, notamment dans les transports publics et dans les restaurants, les cinémas et les centres commerciaux.

Les masques ne seront plus obligatoires en extérieur, à l'exception de certains endroits spécifiques dont les deux saintes mosquées.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les députés libanais se cachent par peur des assassins du Hezbollah

Un combattant du Hezbollah fait feu lors des funérailles le 15 octobre 2021 de membres tués lors d'affrontements dans la banlieue sud de Beyrouth, un jour plus tôt. (Photo, IBRAHIM AMRO / AFP)
Un combattant du Hezbollah fait feu lors des funérailles le 15 octobre 2021 de membres tués lors d'affrontements dans la banlieue sud de Beyrouth, un jour plus tôt. (Photo, IBRAHIM AMRO / AFP)
Short Url
  • La crise entoure l'enquête menée par le juge Tarek Bitar, qui veut interroger d'anciens ministres ainsi que des ministres en exercice liés au Hezbollah et à son allié, le parti Amal sur leur responsabilité dans l'explosion meurtrière du port de Beyrouth
  • Bassil, qui est le gendre du président Michel Aoun et dont on pense généralement qu'il cherche à le remplacer, fait l'objet de sanctions américaines pour corruption présumée et pour avoir des liens avec le Hezbollah

BEYROUTH : Des membres du parlement se sont cachés chez eux samedi de peur d'être assassinés par des hommes armés du Hezbollah alors que de nouveaux troubles au Liban risquent de devenir incontrôlables.

Les services de sécurité ont conseillé aux députés du parti des Forces libanaises de ne pas s'aventurer au milieu des tensions croissantes concernant une enquête judiciaire sur l'explosion du port de Beyrouth en août 2020, qui a fait plus de 200 morts et dévasté des zones de Beyrouth. 

«Oui, ce conseil a été donné aux députés des Forces libanaises», a déclaré à Arab News, le chef des services médias du parti, Charles Jabbour. «On craint qu'ils ne soient exposés à des assassinats et à des meurtres, ce que le Hezbollah a pratiqué auparavant. La solution exige que le Hezbollah remette ses armes à l'État».

La crise entoure l'enquête menée par le juge Tarek Bitar, qui veut interroger d'anciens ministres ainsi que des ministres en exercice liés au Hezbollah et à son allié, le parti Amal sur leur responsabilité dans l'explosion meurtrière du port de Beyrouth. Les ministres affirment que les actions du juge sont purement politiques et ont refusé de coopérer.

Les tensions ont dégénéré en violence jeudi dernier, lorsque sept personnes ont été tuées après que des coups de feu ont éclaté lors d'une manifestation du Hezbollah et d'Amal contre l'enquête dans un quartier majoritairement chrétien du centre de Beyrouth.

Le ministre de la Justice Henry El-Khoury a déclaré samedi qu'il soutenait le juge Bitar, qui avait le droit de convoquer quiconque il voulait dans l'affaire. «Je soutiens l'enquêteur», a assuré El-Khoury. Il a affirmé qu'il n'avait pas le pouvoir de remplacer Bitar et qu'il n'avait subi aucune pression pour le faire.

Le ministre a eu des réunions de crise samedi dans le but de discuter de l'enquête avec le Premier ministre Najib Mikati, le président du Conseil supérieur de la magistrature Souhail Abboud et le procureur général Ghassan Oueidat. Ils ont également décidé d'inviter Bitar à une réunion du conseil mardi.

«Le juge Abboud est attaché à des approches judiciaires, et non politiques, pour résoudre le problème», a révélé une source judiciaire à Arab News. 

L'enquête de Bitar a de plus été soutenue par une source inattendue, l'ancien ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil, chef du Mouvement patriotique libre, le plus grand bloc chrétien du Liban.  «Le Mouvement patriotique libre est pour la poursuite de l'enquête, la révélation de la vérité et le jugement des coupables», a souligné Bassil samedi. 

Bassil, qui est le gendre du président Michel Aoun et dont on pense généralement qu'il cherche à le remplacer, fait l'objet de sanctions américaines pour corruption présumée et pour avoir des liens avec le Hezbollah.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Soudan: des milliers de pro-armée campent jusqu'à la «chute du gouvernement»

Des manifestants soudanais participent à un rassemblement exigeant la dissolution du gouvernement de transition, devant le palais présidentiel à Khartoum le 16 octobre 2021. (Photo, AFP)
Des manifestants soudanais participent à un rassemblement exigeant la dissolution du gouvernement de transition, devant le palais présidentiel à Khartoum le 16 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • À l'extérieur du palais présidentiel, les manifestants ont scandé: «Nous resterons là où nous sommes... nous voulons la dissolution de ce gouvernement»
  • Samedi soir, les manifestants ont dressé des tentes devant le palais présidentiel pour demander le renvoi du gouvernement du Premier ministre Abdallah Hamdok

KHARTOUM : Des milliers de Soudanais ont annoncé samedi soir qu'ils ne quitteraient les abords du palais présidentiel qu'une fois le gouvernement remplacé par des militaires, durcissant le bras de fer qui met en péril la transition post-dictature.

Dans une scène qui rappelle les rassemblements qui ont mis fin à 30 années de règne sans partage de l'ex-président Omar el-Béchir en 2019, des participants à ce sit-in annoncé comme illimité montaient des tentes aux portes du palais de Khartoum qui abrite désormais les autorités de transition.

La manifestation était organisée par une faction dissidente des Forces pour la liberté et le changement (FFC), une alliance civile qui a été le fer de lance des manifestations anti-Bachir et est devenue un élément clé de la transition. 

À l'extérieur du palais présidentiel, les manifestants ont scandé: "Nous resterons là où nous sommes... nous voulons la dissolution de ce gouvernement".

"On va rester", prévient Abdennabi Abdelillah, un manifestant venu de l'Est, l'une des régions les plus riches en ressources du pays et pourtant l'une des plus négligées. "On veut un gouvernement qui sait ce qui se passe dans l'Est", martèle-t-il à l'AFP. "Et le limogeage du gouvernement actuel".

Samedi soir, les manifestants ont dressé des tentes devant le palais présidentiel pour demander le renvoi du gouvernement du Premier ministre Abdallah Hamdok, un ancien économiste des Nations unies dont les réformes soutenues par le FMI ont appauvri de nombreux Soudanais.

Depuis la chute de l'autocrate soudanais en 2019, militaires et civils ont formé un Conseil souverain et un gouvernement censés mener le pays à des élections -- un horizon repoussé pour le moment à fin 2023. 

Armée, justice et égalité

Mais l'union sacrée de la "révolution" a fait long feu et les fractures se creusent désormais, entre les deux camps et en leur sein même.

Pour le Premier ministre Abdallah Hamdok -- déjà fragilisé par un coup d'Etat manqué le 21 septembre, ces "divisions profondes" sont la "crise la plus dangereuse" pour la transition et menacent la voie du Soudan vers la démocratie.

Signe que la hache de guerre est déterrée même entre civils, les appels à manifester samedi contre le gouvernement de ce technocrate en place depuis 2019 ont été lancés par une faction séditieuse des Forces pour la liberté et le changement (FLC, coalition civile de la "révolution") emmenée par deux anciens chefs rebelles, dont son ministre des Finances.

Leurs partisans veulent un "gouvernement militaire" pour sortir le Soudan du marasme politique et économique. "C'est l'armée qui nous donnera notre pain", ont-ils scandé.

"Le cabinet actuel a échoué et seule l'armée peut nous apporter la justice et l'égalité", a expliqué à l'AFP Abboud Ahmed, un agriculteur qui se décrit comme "pauvre".

"Il n'y a aucune stabilité et la vie est trop chère", poursuit l'homme de 50 ans dans un des pays les plus pauvres au monde, pris en étau entre une inflation avoisinant les 400% et une austérité décrétée par le Fonds monétaire international (FMI).

Et le coup d'Etat manqué de septembre, le premier officiellement annoncé par les autorités, n'est pas le premier depuis le début de la transition, ne cessent de souligner les Soudanais.

Manifestations rivales

L'impopularité du gouvernement actuel est bien réelle. Elle n'a cessé d'enfler, dans le sillage d'une inflation galopante et d'une suppression des subventions sur les denrées de premières nécessités exigée par le FMI pour effacer la dette du Soudan, au ban de l'économie mondiale sous Béchir parce que Washington l'accusait de soutenir le "terrorisme".

Ce sont les zones rurales ou lointaines de Khartoum qui sont les plus affectées et de nombreux manifestants étaient samedi venus de loin jusqu'à la capitale, à bord de pick-ups partis de diverses villes, selon l'agence officielle Suna. 

Des manifestants convoyés, accusent leurs opposants, par militaires et nostalgiques de l'ancien régime. 

Dès vendredi, le canal historique des FLC estimait que "la crise actuelle n'a rien à voir avec le limogeage du gouvernement" mais qu'elle était plutôt le fait de certains voulant "faire revenir les partisans de l'ancien régime".

Le prochain round du bras de fer se durcit, les militants réclamant un transfert complet du pouvoir aux civils ayant, de leur côté, déjà appelé à "une manifestation d'un million de personnes" jeudi.