Inquiétudes autour des expulsions «indirectes» vers l'Afghanistan

Un garçon regarde par une fenêtre, alors que des familles de réfugiés afghans viennent d'arriver après leur évacuation de Kaboul à Villeurbanne, près de Lyon, le 31 août 2021 (Photo, AFP)
Un garçon regarde par une fenêtre, alors que des familles de réfugiés afghans viennent d'arriver après leur évacuation de Kaboul à Villeurbanne, près de Lyon, le 31 août 2021 (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 16 septembre 2021

Inquiétudes autour des expulsions «indirectes» vers l'Afghanistan

Un garçon regarde par une fenêtre, alors que des familles de réfugiés afghans viennent d'arriver après leur évacuation de Kaboul à Villeurbanne, près de Lyon, le 31 août 2021 (Photo, AFP)
  • Le gouvernement français avait annoncé le 12 août, soit trois jours avant la chute de Kaboul aux mains des islamistes, que la France avait suspendu depuis début juillet les expulsions d'Afghans déboutés de leur demande d'asile vers leur pays d'origine
  • «C'est scandaleux de tenter d'expulser les Afghans en ce moment vers un pays où l'on sait qu'ils sont vraiment en danger. Ce sont des tentatives d'expulsions par ricochet, vers l'Afghanistan», s'indigne Marion Beaufils

PARIS: La France continue-t-elle de renvoyer des Afghans dans leur pays, désormais tenu par les talibans ? Oui, par des « expulsions indirectes » vers d'autres États européens qui ne se sont pas émus du changement de paradigme à Kaboul, dénoncent associations et avocats défendant ces exilés.  

Le gouvernement français avait annoncé le 12 août, soit trois jours avant la chute de Kaboul aux mains des islamistes, que la France avait suspendu depuis début juillet les expulsions d'Afghans déboutés de leur demande d'asile vers leur pays d'origine, en raison de la situation sécuritaire dans le pays. Cette ligne n'a pas évolué depuis.  

Cela n'empêche pas les autorités de continuer à placer en centres de rétention administrative (CRA), voire de renvoyer vers d'autres pays européens des ressortissants afghans, racontent les associations présentes dans ces CRA, qui se sont réunies ces derniers jours sur le sujet.   

« C'est scandaleux de tenter d'expulser les Afghans en ce moment vers un pays où l'on sait qu'ils sont vraiment en danger. Ce sont des tentatives d'expulsions par ricochet, vers l'Afghanistan », s'indigne Marion Beaufils, responsable des questions de rétention pour La Cimade, en Ile-de-France.  

Dans les centres qu'elle gère, Marion Beaufils voit se multiplier ces cas: « Mais le simple fait de les placer en CRA est problématique, quand on dit publiquement qu'on n'entend plus les expulser », poursuit-elle, estimant que « la France se cache derrière son petit doigt ».  

Concrètement, les associations craignent que des pays comme l'Autriche, qui n'a pas caché son souhait de poursuivre les expulsions, renvoient à leur tour vers l'Afghanistan les ressortissants qui leur auront été transférés par la France.  

« Hypocrisie »   

« Ce sont des expulsions indirectes: la France n'expulse par directement vers l'Afghanistan, mais renvoie en Croatie, en Autriche... des pays qui eux vont exécuter les mesures d'éloignement et où il n'y a aucune garantie sur l'examen des demandes d'asile. C'est de l'hypocrisie totale », dénonce Me Ekaterina Sabatakakis, une avocate strasbourgeoise qui a eu plusieurs clients afghans en rétention ces derniers jours.   

Elle a dû se tourner vers la Cour européenne des droits de l'homme pour l'un d'eux, « alors que les préfets disposent d'un pouvoir discrétionnaire et peuvent donner accès à la procédure d'asile », ce qui permettrait « d'arrêter le ping-pong avec des Afghans exténués et stressés », relève-t-elle.  

Depuis le changement de régime en Afghanistan, « une vingtaine » de ces ressortissants ont été « transférés dans un autre pays européen dans le cadre du règlement de Dublin », qui confie le sort des demandeurs d'asile au premier pays d'entrée dans l'Union européenne (UE), confirme le ministère de l'Intérieur.  

« Tous les États de l'UE sont signataires de la Convention de Genève qui consacre le principe de non-refoulement lorsque cela mettrait en danger la vie ou la liberté d'un individu. Ce principe est par ailleurs consacré par le droit de l'UE. Il n'y a donc pas de raison, a priori, pour interrompre les transferts Dublin », explique-t-on, Place Beauvau.   

« Nous examinons néanmoins chaque demande au cas par cas et continuons à militer pour un moratoire sur les éloignements au niveau européen pour clarifier les choses », ajoute le ministère.  

Car si la France, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Suède ou la Finlande ont indiqué clairement qu'ils cessaient ces expulsions, nombre d'autres membres des 27 ne se sont pas positionnés officiellement, entretenant une zone d'ombre sur l'avenir de ces migrants.  

L'Autriche a été plus loin, en affirmant que le pays continuerait à expulser ces ressortissants. Son ministre de l'Intérieur a même revendiqué mettre la pression sur l'UE pour qu'elle contribue à la mise en place de centres de rétention installés directement dans les pays voisins de l'Afghanistan, afin d'y détenir les Afghans expulsés d'Europe. Et donc les y renvoyer, à terme. 


L'équipe Macron a «trahi» Bayrou en 2017 et tenté de l'acheter, selon deux journalistes

Emmanuel Macron (g) et François Bayrou, à Pau, en janvier 2020. (Photo, POOL NEW / REUTERS)
Emmanuel Macron (g) et François Bayrou, à Pau, en janvier 2020. (Photo, POOL NEW / REUTERS)
Short Url
  • «Si vous n'avez le nombre de députés on peut vous garantir des ressources»
  • «Mais ce sont des pratiques que nous n'avalisons pas», a ajouté François Bayrou, précisant que pour lui, Emmanuel Macron «n'est pas dans les petites manoeuvres»

PARIS : Complété avec une citation de François Bayrou au JDD, selon laquelle son parti a "repoussé toute compensation financière" de LREM dans les négociations sur les circonscriptions en 2017


"Trahi" par l'équipe d'Emmanuel Macron sur la place du Modem à l'Assemblée en 2017, son allié François Bayrou s'est vu proposer un dédommagement financier qu'il a refusé, affirment les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme dans leur livre "Le traître et le néant".


Les auteurs, qui précisent avoir prévenu la centaine d'interlocuteurs qu'ils enregistraient leurs entretiens, citent François Bayrou expliquant qu'il a passé un accord avec Emmanuel Macron peu de temps après son élection en mai 2017 pour se répartir les 577 circonscriptions, dont 144 pour le Modem.


Mais le lendemain le secrétaire général du parti LREM Richard Ferrand n'annonce que 16 circonscriptions pour le Modem. François Bayrou voit rouge mais Emmanuel Macron reste silencieux. François Bayrou "est revenu à la charge et puis finalement il a grappillé" des circonscriptions et obtenu une cinquantaine de sièges de députés, résument les auteurs auprès de l'AFP.


Surtout, certains macronistes ont "sous-entendu qu'ils pouvaient payer, nous donner de l'argent pour compenser", écrivent Gérard Davet et Fabrice Lhomme en citant François Bayrou qui calcule, selon eux, la somme de "quatre millions d'euros".


Interrogé par l'AFP, l'entourage de Richard Ferrand, devenu depuis président de l'Assemblée nationale, dit qu'il n'est "pas au courant" qu'un tel marché ait pu être proposé.


"Il y a eu ce moment de tension autour du nombre de députés que nous allions avoir et en effet des mots malheureux ont été prononcés en disant +si vous n'avez le nombre de députés on peut vous garantir des ressources+", a de son côté expliqué mercredi François Bayrou, interrogé sur Europe 1.


"Mais ce sont des pratiques que nous n'avalisons pas", a-t-il ajouté, précisant que pour lui, Emmanuel Macron "n'est pas dans les petites manoeuvres" et qu'il revotera "évidemment" pour lui s'il se présente en 2022.


"Toute proposition de compensation financière, bien que commune et légale entre partis politiques, a été repoussée par nous sans discussion", a complété dimanche François Bayrou dans une interview au Journal du Dimanche.


Au-delà de cet épisode, les auteurs ont rencontré de nombreux interlocuteurs qui se sont sentis "trahis" par le chef de l'Etat, dont en premier lieu l'ex-président socialiste François Hollande, mais ils n'ont pas eu accès à Emmanuel Macron ni à sa garde rapprochée.


Dans leur enquête, ils soulignent les procédures judiciaires qui semblent "enterrées" sur la vente contestée d'Astom à General Electric quand Emmanuel Macron était ministre de l'Economie (2014-2016). Ils s'interrogent sur la nomination d'Eric Dupond-Moretti à la tête du ministère de la Justice sur fond d'"intérêts conjoints" de l'ex-président Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron.


Ils retiennent de leur enquête sur Emmanuel Macron "un opportuniste habité par son destin, comme dit Alain Minc" avec "une conception du pouvoir qui décrédibilise les contre-pouvoirs" et qui "atomise les oppositions".


Une conception qui accentue le phénomène "d'un pays déboussolé" qui n'a "plus qu'un choix qui sera entre l'extrême droite et un homme raisonnable", résument pour l'AFP les deux journalistes.


Selon eux, il y a les pro-Macron, comme Benjamin Griveaux qui "sont convaincus que cette stratégie est "brillantissime" car les électeurs "choisiront toujours le raisonnable". "Et puis vous avez tous les autres qui sont nombreux, qui nous disent: mais c'est hyper dangereux" parce que "si les gens en ont marre de toi, c'est le chaos".


Des milliers de manifestants contre les mesures anti-Covid

À Lausanne, entre 800 et 1000 personnes ont défilé samedi pour dire «non» au pass sanitaire. (Photo, AFP)
À Lausanne, entre 800 et 1000 personnes ont défilé samedi pour dire «non» au pass sanitaire. (Photo, AFP)
Short Url
  • Intitulée «Homo pandemicus, quo vadis», la manifestation avait aussi pour but de dire non à la loi Covid 19, qui est soumise au vote populaire le 28 novembre
  • Dans la capitale fédérale, ce sont quelque 300 personnes qui ont défilé sous le slogan «Solidaires pour sortir de la crise - solidaires contre la droite»

BERNE : Des milliers de manifestants ont défilé une nouvelle fois samedi dans plusieurs villes suisses pour protester contre les mesures anti-Covid mais Berne, la capitale, a accueilli une contre-manifestation.


Les rassemblements se sont déroulés sans heurt.


Le principal défilé a rassemblé quelque 3.000 personnes à Rapperswil-Jona dans le canton de Saint-Gall, à l'est de la Suisse rapporte l'agence ATS-Keystone, citant les chiffres de la police.


Des défilés se sont aussi déroulés à Lausanne en Suisse romande, à Lugano en suisse italophone ou encore à Baden, dans le canton d'Argovie en suisse alémanique.


"Berset (Alain Berset, le ministre fédéral de la santé Ndlr), ton pass on en veut pas", "Liberté" ont scandé les manifestants, sans masque, entre deux coups de sifflets à Lausanne au bord du Léman.


A Lugano, à l'appel de l'association "Amis de la Constitution", les opposants étaient environ 400.


Intitulée "Homo pandemicus, quo vadis", la manifestation avait aussi pour but de dire non à la loi Covid 19, qui est soumise au vote populaire le 28 novembre.


Dans la capitale fédérale, ce sont quelque 300 personnes qui ont défilé sous le slogan "Solidaires pour sortir de la crise - solidaires contre la droite". 


Ce groupe de gauche se voulait aussi un signal lancé aux manifestants -dont un certain nombre d'extrême droite- qui tentent de manifester tous les jeudi non loin du parlement fédéral, mobilisant semaine après semaine d'importantes forces de l'ordre.


Début septembre, face à une situation sanitaire difficile à cause du variant delta et d'un taux de vaccination insuffisant, le conseil fédéral avait décidé d'étendre largement l'obligation de pass sanitaire.


Il faut montrer son certificat Covid -que l'on obtient soit en se faisant vacciner soit en réalisant des tests peu avant d'en avoir l'usage- pour entrer au restaurant ou dans un bar, mais aussi pour aller voir une exposition, un film ou un événement sportif en intérieur. 


Mercredi, Alain Berset a annoncé une offensive vaccinale pour tenter de convaincre les indécis, car le vaccin est "notre porte de sortie de la crise". 


Un million de personnes doivent toutefois encore être vaccinées avant que toutes les mesures puissent être levées, a estimé M. Berset.


Actuellement, la Suisse fait figure de mauvais élève en Europe. Le taux de vaccination complète était de seulement 61,52% le 15 octobre.


Robert Ménard implore Zemmour et Le Pen de s'unir pour la présidentielle

L'essayiste phare des médias d'extrême droite français Eric Zemmour (g) est accueilli à son arrivée à Béziers par le maire Robert Ménard lors d'une visite dans le cadre de sa tournée promotionnelle pour son livre "La France n'a pas dit son dernier mot" le 16 octobre 2021. (Photo, AFP)
L'essayiste phare des médias d'extrême droite français Eric Zemmour (g) est accueilli à son arrivée à Béziers par le maire Robert Ménard lors d'une visite dans le cadre de sa tournée promotionnelle pour son livre "La France n'a pas dit son dernier mot" le 16 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Faire l’union des droites, c'est être capable de faire passer la France avant l’ego des uns et des autres», a plaidé M. Ménard devant 1.200 personnes réunies dans une salle de Béziers pour voir Éric Zemmour»
  • Après son intervention, Éric Zemmour, dont la candidature à l'élection présidentielle est toujours hypothétique, a remercié Robert Ménard de ses «sages conseils»

BEZIERS : Le maire d'extrême droite de Béziers (Hérault) Robert Ménard, qui avait invité le polémiste Eric Zemmour samedi, l'a imploré, ainsi que Marine Le Pen (RN), à "se retrouver en février prochain" pour s'unir avant la présidentielle.


"Faire l’union des droites, c'est être capable de faire passer la France avant l’ego des uns et des autres", a plaidé M. Ménard devant 1.200 personnes réunies dans une salle de Béziers pour voir Éric Zemmour.


"Je demanderai, je souhaiterai, j’implorerai, que vous deux, toi et Marine, Marine et toi, de se retrouver en février prochain, chacun sait que c'est à ce moment-là que les choses se cristallisent", a-t-il demandé.


Robert Ménard, qui avait déjà promis de soutenir Mme Le Pen en 2022, a demandé qu'à cette échéance de février "celui qui à ce moment-là sera derrière l’autre accepte de se retirer".


Après son intervention, Éric Zemmour, dont la candidature à l'élection présidentielle est toujours hypothétique, a remercié Robert Ménard de ses "sages conseils".


"Mais nous sommes en octobre, nous ne sommes pas encore en février", a-t-il ajouté. "J’ai un peu de mal à me retirer alors que je ne me suis pas encore présenté".


"Ce n'est pas mon sujet. Mon sujet, c'est défendre mes idées et être entendu par un maximum de gens. Je ne suis pas dans une logique partisane. L'élection présidentielle au suffrage universel ce n'est pas une élection pour être Premier ministre", a-t-il ensuite développé devant un groupe de journalistes qui l'interrogeaient sur l'appel que lui a lancé Robert Ménard.


"Quand je dis Marine Le Pen ne gagnera jamais, je dis ce que tout le monde sait (...) Avant que je ne sois pris en compte par les sondages, on avait une Marine Le Pen très haut mais incapable de gagner le second tour et on avait un candidat de droite incapable d'atteindre le second tour car Marine Le Pen était trop haute. Et M. Macron attendait tranquillement son second tour (...) et il allait gagner. C'est ça que ma présence a bouleversé", a-t-il ajouté, sans vouloir dire s'il sera ou non candidat.


Eric Zemmour talonne Marine Le Pen dans le sondage Ifop Fiducial pour le Figaro publié vendredi, derrière Emmanuel Macron, toujours en tête dans les intentions de vote.


Lundi, plusieurs personnalités du Rassemblement national (RN) avaient appelé Éric Zemmour à "ne pas diviser le camp national" face au "fossoyeur" Emmanuel Macron.


Fréquemment poursuivi en justice pour des déclarations controversées, Éric Zemmour a été plusieurs fois relaxé mais aussi condamné pour provocation à la discrimination raciale en 2011 et pour provocation à la haine envers les musulmans en 2018.