L'univers crypto joue sur le terrain des banques, au grand dam des régulateurs             

Début septembre, la plateforme d'échanges de devises numériques Coinbase a porté sur la place publique ses échanges avec le gendarme américain des marchés, la SEC, qui la menace d'une action en justice si elle ne renonce pas à lancer son offre de compte rémunéré.(AFP).
Début septembre, la plateforme d'échanges de devises numériques Coinbase a porté sur la place publique ses échanges avec le gendarme américain des marchés, la SEC, qui la menace d'une action en justice si elle ne renonce pas à lancer son offre de compte rémunéré.(AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 17 septembre 2021

L'univers crypto joue sur le terrain des banques, au grand dam des régulateurs             

  • En juillet, les procureurs de plusieurs Etats américains avaient déjà demandé à une autre plateforme, BlockFi, de renoncer à son propre compte rémunéré, qui annonce un taux d'intérêt allant jusqu'à 8% par an
  • Début septembre, la plateforme d'échanges de devises numériques Coinbase a porté sur la place publique ses échanges avec le gendarme américain des marchés, la SEC, qui la menace d'une action en justice si elle ne renonce pas à lancer son offre

NEW YORK: Comptes rémunérés ou prêts, de plus en plus de jeunes sociétés de l'univers des cryptomonnaies proposent des services proches de ceux des banques traditionnelles, une évolution pas du goût des régulateurs, qui veulent reprendre la main sur ce milieu peu régulé.


Début septembre, la plateforme d'échanges de devises numériques Coinbase a porté sur la place publique ses échanges avec le gendarme américain des marchés, la SEC, qui la menace d'une action en justice si elle ne renonce pas à lancer son offre de compte rémunéré.


Coinbase Lend permettrait à un utilisateur de mettre à disposition ses devises numériques moyennant intérêts, un service déjà proposé par d'autres acteurs "crypto" depuis plusieurs années.


En juillet, les procureurs de plusieurs Etats américains avaient déjà demandé à une autre plateforme, BlockFi, de renoncer à son propre compte rémunéré, qui annonce un taux d'intérêt allant jusqu'à 8% par an, quand la plupart des banques traditionnelles se contentent aujourd'hui de 0,01%.


"La crypto est un nouveau système bancaire parallèle", a déclaré au New York Times la sénatrice Elizabeth Warren. "Elle assure beaucoup des mêmes services, mais sans la protection des consommateurs ou la stabilité financière qui soutiennent le système traditionnel."


"Ils offrent des produits bancaires, mais la loi bancaire américaine ne s'applique pas à Coinbase", explique Dan Awrey, professeur de droit et de régulation financière à l'université Cornell.


Ces plateformes n'ont, en effet, pas le statut de banque ou d'établissement de crédit et ne sont pas rattachées à la Banque centrale américaine (Fed) ou sous la supervision de l'OCC (Office of the Comptroller of the Currency), principal régulateur bancaire.


En revanche, selon lui, les textes qui régissent la SEC s'appliquent bien aux plateformes de cryptomonnaies, ce que soutient le président de l'autorité de régulation, Gary Gensler.


Alors que les élus du Congrès n'en sont encore qu'à rédiger des propositions de lois et que les banquiers centraux s'interrogent, cet ancien banquier d'affaires de Goldman Sachs est à la manoeuvre.


Lors d'une audition devant la commission bancaire du Sénat, mardi, le responsable a dit s'intéresser "particulièrement aux prêts" de cryptomonnaies. "Franchement, pour moi, cela ressemble plus au Far West qu'à autre chose."

« Loi mal taillée »
"Ce n'est qu'une question de temps avant que les questionnaires de la SEC ne parviennent à toutes les sociétés" qui opèrent dans la cryptosphère, reconnaît Antoni Trenchev, co-fondateur de la plateforme Nexo, bien que sa société soit basée en Angleterre.


Nexo propose à ses utilisateurs de les rémunérer jusqu'à 12%, pour prêter leurs devises numériques, mais aussi d'emprunter de l'argent avec comme garantie leurs avoirs en cryptomonnaies.


"Je ne vois pas ça comme une tentative de contrôler notre industrie", dit-il des mises en garde de régulateurs et autorités judiciaires. "C'est simplement un moyen de protéger les consommateurs, ce qui est leur raison d'être."


Pour l'entrepreneur, cela "montre que notre industrie est en train de devenir grand public", et si elle est "davantage régulée, elle pourra croître encore davantage."


Néanmoins, beaucoup regrettent que la SEC se soit, pour l'instant, bornée à refuser la mise sur le marché de certains produits.


"Dans un monde idéal, la SEC produirait des recommandations spécifiques" sur les services financiers offerts par les plateformes crypto, commente Hailey Lennon, avocate du cabinet Anderson Kill et ancienne juriste en charge des questions de régulation chez Coinbase. "Mais elle considère que les règles sont déjà claires."


Si le gendarme des marchés semble bien compétent, les mesures qu'il peut imposer sont limitées, selon Dan Awrey, et ne concernent principalement que la transparence, sur les risques principalement.


Pour Hailey Lennon, les acteurs des cryptomonnaies devraient davantage mettre en avant les risques que prennent leurs utilisateurs.


Mais ces règles ne sont pas adaptées à des épargnants qui voudraient utiliser ces plateformes comme un bon vieux compte épargne, lequel fait l'objet d'une protection des dépôts dans le système bancaire traditionnel, ce qui n'est pas du tout le cas ici, fait valoir l'universitaire.


"Il y a une loi mal taillée qui s'applique sans doute à Coinbase" et aux autres opérateurs de cryptomonnaies, plaide Dan Awrey, "et une loi qui serait tout à fait adaptée (la loi bancaire) mais qui n'est pas applicable".


Beaucoup de plateformes comme Nexo ne sont pas basées aux Etats-Unis et le modèle même des cryptomonnaies, décentralisé, nécessiterait donc une régulation mondiale.


Malgré tout, "le régulateur à suivre, en ce moment, c'est la SEC", souligne Antoni Trenchev. "Parce que si les Etats-Unis adoptent une législation sur les cryptomonnaies, beaucoup d'autres pays suivront."

                


Le Fonds public d'investissement d'Arabie saoudite (PIF) utilisera les plates-formes pétrolières pour attirer les touristes

«THE RIG.», un nouveau projet touristique, inspiré par des plateformes pétrolières offshore (Photo, Getty Images)
«THE RIG.», un nouveau projet touristique, inspiré par des plateformes pétrolières offshore (Photo, Getty Images)
«THE RIG.», un nouveau projet touristique, inspiré par des plateformes pétrolières offshore (Photo, Getty Images)
«THE RIG.», un nouveau projet touristique, inspiré par des plateformes pétrolières offshore (Photo, Getty Images)
Short Url
  • Situé dans le golfe, le projet s'étendra sur une superficie combinée de plus de 150 000 mètres carrés, selon un communiqué publié par le fonds souverain
  • Le divertissement devrait être un moteur crucial de la croissance économique saoudienne au cours des quatre prochaines années

RIYAD : Le Fonds d'investissement public d'Arabie saoudite (PIF) a lancé samedi «THE RIG.», première destination touristique du genre inspirée des plates-formes pétrolières offshore.

Situé dans le golfe, le projet s'étendra sur une superficie combinée de plus de 150 000 mètres carrés, selon un communiqué publié par le fonds souverain.

«THE RIG.» comportera un grand nombre d'attractions touristiques, dont trois hôtels, des restaurants de classe mondiale, des héliports et une gamme d'activités d'aventure, notamment des sports extrêmes, a révélé le PIF.

Le PIF a annoncé que pour assurer la préservation durable de l'environnement, le projet suivra les normes mondiales et les meilleures pratiques conformément aux efforts du Royaume dans le but de garantir la protection de l'environnement.

Le projet s'inscrit dans la stratégie du PIF 2021-2025 qui vise à moderniser les secteurs du tourisme et du divertissement en Arabie saoudite et à introduire des idées innovantes afin d’augmenter le nombre de touristes locaux, régionaux et internationaux dans le Royaume. 

Le divertissement devrait être un moteur crucial de la croissance économique saoudienne au cours des quatre prochaines années.

En plus des nouveaux centres de divertissement annoncés par le PIF, plusieurs autres projets de grande envergure sont en cours, en particulier «Qiddiya Entertainment City», «The Red Sea Project», «AMAALA», «AlUla», «King Salman Park» et «Riyadh Sport Boulevard».

Les secteurs de la vente au détail et de l'hôtellerie devraient bénéficier du boom du divertissement, avec une surface totale de vente au détail dans la capitale qui devrait atteindre 3,5 millions de mètres carrés de surface locative brute d'ici 2024. D'ici 2024, le marché de détail de Djeddah devrait connaître une croissance considérable de l'offre, atteignant plus de 2 millions de mètres carrés. 

En 2019, le Royaume a reçu environ 59 millions de voyages touristiques et ces chiffres devraient continuer à augmenter pour atteindre 100 millions de voyages touristiques d'ici 2024.

Le secteur saoudien du divertissement et d’amusement devrait valoir $1,17 milliard d'ici 2030 et croître de 47,65% par an, selon un récent rapport de l'industrie.

L'étude Research and Markets basée aux États-Unis a souligné que la croissance se compare à seulement $23,77 millions en 2020. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le Brent franchit 85$, le ministre saoudien du Pétrole maintient sa stratégie

Tel a été le succès de l'OPEP+, d'autres marchés de matières premières devraient adopter des dispositions similaires (Getty Images)
Tel a été le succès de l'OPEP+, d'autres marchés de matières premières devraient adopter des dispositions similaires (Getty Images)
Short Url
  • le ministre saoudien de l'Energie a déclaré que l'OPEP+ comptait produire 400 000 barils supplémentaires par jour
  • Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que le baril de pétrole pourrait atteindre 100 dollars en raison de la hausse de la demande

RIYAD : Le Brent a franchi la barre des 85 dollars par baril et le West Texas Intermediate (WTI) a poursuivi sa progression hebdomadaire pour la huitième fois consécutive. Le ministre saoudien du Pétrole, Abdelaziz ben Salmane Al Saoud, a assuré que l'OPEP+ allait maintenir sa stratégie consistant à accroître la production de pétrole à un rythme régulier dans les mois à venir.

Le Brent a progressé de 1 % pour passer à 84,82 dollars le baril à 15 h 33, heure de Riyad, enregistrant ainsi une hausse hebdomadaire à hauteur de 3 %. Le baril avait auparavant frôlé les 85,10 dollars, son plus haut niveau depuis 3 ans. Le West Texas Intermediate (WTI) a lui aussi enregistré une hausse de 1 %, avec 82,12 dollars, soit une augmentation de 3,5 % par rapport à la semaine précédente.

Lors de la Semaine russe de l’énergie (Russian Energy Week), et plus précisément jeudi dernier, le ministre saoudien de l'Energie a déclaré aux délégués que l'OPEP+ (l'alliance dirigée par l'Arabie saoudite et la Russie, qui regroupe l'Opep et les pays producteurs de pétrole non-membres de cette organisation) comptait produire 400 000 barils supplémentaires par jour (bpj) en novembre et au cours des mois suivants.

L'OPEP estime que le marché retrouvera son équilibre vers la fin de l'année et qu'il enregistrera un excédent en 2022, en dépit des difficultés auxquelles il est confronté aujourd'hui.

Les résultats obtenus par l'approche de l’OPEP+ se manifestent par l'augmentation régulière du prix du pétrole observée cette année, alors que d'autres marchés ont subi de fortes fluctuations des prix, selon le ministre.

« Nous constatons aujourd'hui une augmentation différentielle (des prix) à hauteur de 29 % sur le marché du pétrole. En revanche, les prix du gaz (naturel) ont augmenté de 500 %, ceux du charbon de 300 %, ceux des NGL (liquides de gaz naturel) de 200 %... », explique-t-il. En tant que « régulateur du marché pétrolier », l'OPEP+ a accompli un travail « remarquable ».

 

Les résultats obtenus par l'OPEP+ sont si impressionnants qu’ils doivent inciter d'autres marchés de produits de base à adopter les mêmes mesures, a-t-il ajouté.

« Les marchés du gaz, du charbon et d'autres sources d'énergie doivent être soumis à une règlementation, et les responsables doivent imiter le travail de l'OPEP et les réalisations de l'OPEP+ », ajoute le ministre saoudien.

Par ailleurs, le vice-premier ministre russe Alexandre Novak a fait savoir jeudi que l'Arabie saoudite a suggéré à la Russie de considérer une éventuelle coopération sur le marché du gaz naturel, selon l'agence de presse russe Tass.

Dans ce contexte, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a publié jeudi des prévisions de demande à la hausse, prévoyant que la pénurie d'énergie stimulera la demande de pétrole brut à raison de 500 000 barils par jour.

Cela engendrerait un déficit de quelque 700 000 bpj jusqu'à la fin de l'année, en attendant que l'OPEP+ accroisse sa production en janvier, comme prévu.

La courbe des contrats à terme du Brent fait apparaître une « prime de rareté » qui a atteint cette semaine son niveau le plus élevé depuis 2013. Cette situation montre que le marché qui soutient la reprise du secteur pétrolier est extrêmement tendu, dans un contexte de pénurie d'énergie accrue alors que les économies se remettent de la pandémie de Covid-19.

Vendredi dernier, une hausse de 8,13 dollars par baril a été enregistrée entre le contrat immédiat sur le Brent et celui fixé pour le mois de décembre 2022. Cette hausse a atteint 8,30 dollars lundi. Selon les données de la plate-forme d'analyse financière Refinitiv Eikon, la valeur enregistrée lundi est la plus élevée depuis 2013.

Lors de la Semaine russe de l'énergie, M. Poutine a également affirmé qu'il était « fort probable » que les prix du pétrole dépassent les 100 dollars, compte tenu de la hausse de la demande pour l'énergie.

Dans un entretien accordé lors du forum, il a par ailleurs nié que la Russie utilise le gaz comme une arme géopolitique. Il a en revanche affirmé que son pays était prêt à aider l'Europe en lui fournissant davantage de ressources énergétiques.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Nissan sommé de payer 354 millions de dollars à Al-Dahana pour rupture d'accord

Al-Dahana a été fondée par des associés de l'ancien président de Nissan Carlos Ghosn en 2018. (Getty Images)
Al-Dahana a été fondée par des associés de l'ancien président de Nissan Carlos Ghosn en 2018. (Getty Images)
Short Url
  • L'affaire a été portée en justice par Al-Dahana contre Nissan et Nissan Middle East en 2019 pour rupture présumée de contrat
  • Le tribunal de Dubaï a émis une ordonnance de saisie conservatoire sur les biens et effets mobiliers, ainsi que les comptes bancaires des deux sociétés, selon le communiqué

RIYAD: Nissan Motor Co. Ltd. et Nissan Middle East ont été sommées de payer plus de 1,3 milliard de dirhams (environ 305 millions de dollars), intérêts compris, à Al-Dahana FZCO, à la suite de la plainte déposée par cette dernière en 2019, a affirmé Al-Dahana dans un communiqué.

L'affaire visait à obtenir réparation pour les dommages subis en raison d'une rupture de contrat présumée avoir été commise par le constructeur automobile japonais Nissan, sa filiale Nissan Middle East, et deux directeurs désignés, à la suite de l'arrestation à Tokyo de l'ancien président de Nissan Carlos Ghosn.

Le tribunal de Dubaï a émis une ordonnance de saisie conservatoire sur les biens et effets mobiliers, ainsi que les comptes bancaires des deux sociétés, selon le communiqué.

Al-Dahana a été fondée en 2008 pour aider à promouvoir les ventes de véhicules Nissan dans la région du Golfe. Elle est détenue conjointement par le milliardaire saoudien Khaled Juffali et Nasser Watar, un homme d'affaires libanais, a rapporté Bloomberg.

Le constructeur automobile japonais Nissan a déclaré à Bloomberg que le partenariat avait pris fin en 2019 après s'être pleinement conformé à ses obligations contractuelles, et que des procédures judiciaires étaient en cours dans l'Émirat.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com