Maroc: les islamistes font leur post-mortem après leur déroute électorale

Cette défaite «est à un tournant important où nous pouvons questionner nos choix» selon l'ex chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani. (Photo, AFP)
Cette défaite «est à un tournant important où nous pouvons questionner nos choix» selon l'ex chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 19 septembre 2021

Maroc: les islamistes font leur post-mortem après leur déroute électorale

  • Au pouvoir depuis dix ans, ce parti islamiste modéré s'est effondré à l'issue du scrutin législatif, passant de 125 sièges dans l'assemblée sortante à 13 sur un total de 395
  • Le PJD a décidé de convoquer un congrès extraordinaire «fin octobre» qui choisira une nouvelle direction après la démission collective de son secrétariat général au lendemain de la débâcle électorale

RABAT : Le parti islamiste marocain PJD s'est réuni samedi à huis clos pour tirer les enseignements de sa débâche historique lors des élections générales du 8 septembre au Maroc, après une décennie au pouvoir. 

Le Parti de la justice et du développement (PJD) "est à un tournant important où nous pouvons questionner nos choix (...) sans succomber à la psychologie de la défaite", a reconnu son secrétaire général démissionnaire, Saad Eddine El Othmani, lors d'une session extraordinaire du conseil national du parti, cité par le site pjd.ma.

"Nous sommes confrontés à une phase de remous mais pas à la fin de l'Histoire", a toutefois assuré le chef du gouvernement sortant au cours de cette réunion organisée par visioconférence.

Le PJD a décidé de convoquer un congrès extraordinaire "fin octobre" qui choisira une nouvelle direction après la démission collective de son secrétariat général au lendemain de la débâcle électorale.

Au pouvoir depuis dix ans, ce parti islamiste modéré s'est effondré à l'issue du scrutin législatif, passant de 125 sièges dans l'assemblée sortante à 13 sur un total de 395. 

L'ampleur inattendue de la défaite s'est confirmée avec les élections locales, tenues le même jour que les législatives: le parti a dégringolé de 5 021 élus à 777 aux communales et de 174 sièges à 18 aux régionales contre 174. 

"Nous sommes encore sous le choc. La situation du parti est difficile. C'est comme s'il était en réanimation, mais nous ambitionnons de le ressusciter", a promis samedi une responsable du PJD, Amina Maelainine. 

C'est le parti libéral du Rassemblement national des indépendants (RNI), considéré comme proche du palais royal, qui a triomphé lors des dernières élections, raflant 102 sièges à la Chambre des représentants.

Son patron, le milliardaire Aziz Akhannouch -- désigné depuis chef du gouvernement par le roi Mohammed VI --, a lancé cette semaine des tractations avec les partis politiques représentés au Parlement en vue de former une coalition gouvernementale. 

Mais le PJD n'a pas pris part à ces discussions, ayant décidé de retourner dans l'opposition.


L'Irak attend les résultats définitifs des législatives, mais après?

Des employés de la Haute Commission électorale indépendante d'Irak procèdent à un recomptage manuel partiel des voix pour les élections législatives du 10 octobre, dans la capitale Bagdad, le 23 novembre 2021. (Photo, AFP)
Des employés de la Haute Commission électorale indépendante d'Irak procèdent à un recomptage manuel partiel des voix pour les élections législatives du 10 octobre, dans la capitale Bagdad, le 23 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • La commission électorale a annoncé samedi avoir terminé le recomptage manuel de centaines d'urnes. Désormais, ce recomptage doit être validé par un comité judiciaire qui a jusqu'à dix jours pour le faire, selon un communiqué
  • Le grand vainqueur de ce scrutin est le courant du religieux chiite Moqtada Sadr, avec ses 70 députés

BAGDAD : L'Irak attend les résultats définitifs des législatives anticipées du 10 octobre dans un contexte de tensions larvées, les partisans de formations pro-Iran maintenant la pression en manifestant et en dénonçant des fraudes après leurs piètres résultats.

En coulisse, les négociations se poursuivent, mais deux camps s'opposent sur la formation du prochain gouvernement.

Pourquoi un tel retard? 

La commission électorale a annoncé samedi avoir terminé le recomptage manuel de centaines d'urnes. Désormais, ce recomptage doit être validé par un comité judiciaire qui a jusqu'à dix jours pour le faire, selon un communiqué.

La commission pourra ensuite, dans un délai de deux jours, annoncer le nom des vainqueurs et, dernière étape, les envoyer au Tribunal fédéral pour les entériner.

"La commission veut prouver que les élections n'étaient pas truquées", indique à l'AFP le politologue irakien Ihsan al-Shamari: "Elle veut faire passer le message disant qu'elle s'assure qu'il n'y a eu aucune violation et que les procédures étaient minutieuses."

Car depuis plusieurs semaines, les partisans du Hachd al-Chaabi, anciens paramilitaires pro-Iran intégrés aux forces régulières, dénoncent des fraudes. 

Ils ont installé un sit-in à une entrée de l'ultra-sécurisée Zone verte, où se trouvent instances gouvernementales et ambassades. Ils ont tenté d'y pénétrer par la force.

L'alliance de la Conquête, qui représente ce camp politique, a perdu quasiment les deux-tiers de son bloc parlementaire, passant de 48 sièges à une grosse quinzaine au sein du Parlement de 329 députés, selon les estimations préliminaires, qui ne devraient que légèrement changer estiment des experts.

Le grand vainqueur de ce scrutin est le courant du religieux chiite Moqtada Sadr, avec ses 70 députés.

Pour Hamdi Malik, du Washington Institute, la commission électorale et le pouvoir judiciaire sont sous forte "pression".

"C'est devenu un sujet très sensible, qui pourrait mener à une sérieuse escalade militaire", explique le chercheur, ajoutant que des discussions ont lieu actuellement sur "la manière de gérer les plaintes des milices et autres partis".

Quel gouvernement?

Dans un Irak multiconfessionnel et multiethnique, la formation du gouvernement est précédée d'interminables tractations et les grands partis dominant la communauté chiite doivent traditionnellement arriver à un compromis, indépendamment du nombre de sièges au Parlement.

Les positions de M. Sadr sont diamétralement opposées à celles des formations pro-Iran, qui veulent perpétuer la tradition du compromis.

Répétant inlassablement que le futur Premier ministre sera désigné par son courant, Moqtada Sadr réclame un gouvernement "de majorité", composé des formations politiques ayant obtenu les scores les plus élevés.

Fait inédit, il pourrait chercher à construire sa propre majorité parlementaire en s'alliant à d'autres formations, hors de la communauté chiite: des analystes évoquent une possible coalition avec l'influent chef du Parlement, le sunnite Mohamed al-Halboussi et le Parti démocratique du Kurdistan (PDK, du leader kurde Massoud Barzani).

Quid du premier ministre? Plusieurs noms ont circulé parmi lesquels l'ex-chef du gouvernement, Haidar al-Abadi, ou encore l'actuel, Moustapha al-Kazimi.

Ce dernier a de bons rapports avec nombre d'acteurs de la scène politique irakienne, mais aussi avec l'Iran et les Occidentaux. Il est toutefois honni par les factions pro-Iran.

L'analyste irakien Abbas al-Jibbouri n'exclut pas "un premier ministre surprise" – à l'instar du coup de théâtre que représentait l'arrivée de M. Kazimi après cinq mois de vacance de son poste.

Risque d'escalade?

Pour M. Shamari, l'objectif principal des factions pro-Iran reste d'être "représentés au gouvernement" et de pouvoir "garder leurs armes" -- au moment où M. Sadr n'a de cesse de réclamer la dissolution des "milices".

Dans un pays où toutes les tendances politiques ou presque peuvent compter sur une faction armée, le risque d'escalade est toujours là.

Les tensions ont culminé avec une tentative d'assassinat du Premier ministre Kazimi, sorti indemne début novembre d'une attaque non revendiquée au drone contre sa résidence à Bagdad.

"Si les milices n'ont pas la garantie d'avoir une forte présence au Parlement et à l'exécutif pour protéger leurs intérêts, elles auront recours à des moyens militaires pour faire pression sur leurs rivaux", résume M. Malik.


L’Arabie saoudite condamne la visite du président israélien en Cisjordanie

La visite du président israélien, Isaac Herzog, a suscité de nombreuses critiques de la part des Palestiniens et des Israéliens de gauche. (AFP)
La visite du président israélien, Isaac Herzog, a suscité de nombreuses critiques de la part des Palestiniens et des Israéliens de gauche. (AFP)
Short Url
  • L’Arabie saoudite appelle la communauté internationale à prendre ses responsabilités afin de mettre fin aux atteintes continuelles du gouvernement israélien
  • Le président israélien a visité la mosquée Ibrahimi pour célébrer la fête juive de Hanoucca, déclenchant des échauffourées entre les forces de sécurité israéliennes et les manifestants

RIYAD: L’Arabie saoudite dénonce la visite du président israélien à la mosquée Ibrahimi en Cisjordanie, et qualifie cet acte de violation flagrante de l’intégrité du lieu saint.

L’Arabie saoudite appelle la communauté internationale à prendre ses responsabilités afin de mettre fin aux atteintes continuelles du gouvernement israélien et de ses responsables envers les sanctuaires islamiques, selon un communiqué publié par le ministère saoudien des Affaires étrangères.

Le président israélien, Isaac Herzog, a visité le site dimanche pour célébrer la fête juive de Hanoucca, déclenchant des échauffourées entre les forces de sécurité israéliennes et les manifestants.

Le président affirme qu’il a visité le tombeau des patriarches, connu par les musulmans sous le nom de «mosquée Ibrahimi», à Hébron, pour célébrer le passé juif de la ville antique et promouvoir les relations interconfessionnelles. Cependant, sa visite de la ville, qui comprend une petite communauté de colons juifs ultranationalistes et où les conditions de vie sont difficiles pour les Palestiniens, a suscité de nombreuses critiques de la part des Palestiniens et des Israéliens de gauche.

(Avec Reuters)

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les responsables d'attaques chimiques doivent rendre des comptes, déclare le chef de l'ONU

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré que les auteurs d'attaques à l'arme chimique devaient être identifiés et tenus pour responsables. (Photo, Reuters)
Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré que les auteurs d'attaques à l'arme chimique devaient être identifiés et tenus pour responsables. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Au début de la conférence consacrée à un Moyen-Orient dénucléarisé, le Secrétaire général Antonio Guterres a également appelé toutes les parties à œuvrer pour sauver l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien
  • L'expansion des zones dénucléarisées existantes dans le monde conduirait à des normes de désarmement et de non-prolifération plus solides, a-t-il ajouté

NEW YORK : Les auteurs d'attaques à l'arme chimique doivent être identifiés et tenus responsables de leurs actes, a déclaré lundi le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

Ses commentaires interviennent lors de l'ouverture de la deuxième session de la Conférence sur la création au Moyen-Orient d'une zone exempte d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive.

Actuellement, 60% des États membres des Nations unies sont couverts par cinq zones exemptes d'armes nucléaires en Amérique latine et dans les Caraïbes, dans le Pacifique Sud, en Asie du Sud-Est, en Afrique et en Asie centrale. M. Guterres a déclaré que l'élargissement de ces zones conduirait à des normes plus solides en matière de désarmement et de non-prolifération.

« Cela est particulièrement le cas au Moyen-Orient, où les préoccupations concernant les programmes nucléaires persistent et où les conflits et les guerres civiles font de nombreuses victimes civiles et causent de grandes souffrances, sapant la stabilité et perturbant le développement social et économique », a déclaré le chef des Nations unies, appelant une nouvelle fois tous les acteurs de la région à faire preuve de retenue et à éviter l'escalade des conflits.

La deuxième session de la conférence annuelle, qui a été retardée d'un an en raison de la pandémie de COVID-19, a été présidée par Mansour al-Otaibi, le représentant permanent du Koweït à l’ONU, qui a été choisi pour hériter de la présidence de la Jordanie après la première session de 2019.

Conformément à une décision de l'Assemblée générale, l'objectif de la conférence est « d'élaborer un traité juridiquement contraignant » pour établir une zone au Moyen-Orient exempte d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive, sur la base « d'arrangements librement conclus par les États de la région ».

António Guterres a félicité le Koweït pour avoir « engagé activement les participants pendant la période intersessionnelle afin de tirer les leçons des autres zones exemptes d'armes nucléaires et de continuer à faire avancer le processus ».

Il a déclaré que la conférence représentait une chance de produire des résultats tangibles pour le Moyen-Orient et de rétablir le dialogue sur la mise en œuvre « complète et efficace » du Plan d'action global conjoint, également connu sous le nom d'accord sur le nucléaire iranien.

Il a exhorté « toutes les parties » à œuvrer pour sauver l'accord, signé en 2015 par les puissances mondiales et l'Iran, en vertu duquel Téhéran s'est engagé à mettre fin à ses efforts pour développer une arme nucléaire en échange de la levée des sanctions internationales.

L'ancien président Donald Trump a retiré les États-Unis de l'accord en 2018. Un sixième cycle de négociations visant à relancer le Plan d'action global conjoint a débuté lundi à Vienne.

« Votre forte volonté politique, ainsi que le soutien de la communauté internationale, peuvent transformer la vision d'un Moyen-Orient exempt d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive en une réalité », a déclaré Antonio Guterres aux participants.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru dans Arabnews.com