L'Amérique rouvre ses portes, au grand bonheur du secteur aérien

Le patron d'Air France-KLM, s'est dit prêt à déployer davantage d'appareils pour relier Europe et Etats-Unis. (Photo, AFP)
Le patron d'Air France-KLM, s'est dit prêt à déployer davantage d'appareils pour relier Europe et Etats-Unis. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 21 septembre 2021

L'Amérique rouvre ses portes, au grand bonheur du secteur aérien

  • Il s'agit d'un «grand pas en avant», qui va «doper la reprise de l'économie», a déclaré Willie Walsh, le directeur général de l'Association internationale du transport aérien IATA
  • Le secteur aérien européen avait espéré que la réouverture aurait lieu avant la très active saison estivale, mais les Américains n'avaient pas emboîté le pas à l'Europe

PARIS : Un ballon d'oxygène: le transport aérien, laminé depuis 18 mois par le Covid-19, a accueilli avec enthousiasme lundi la réouverture annoncée des frontières des Etats-Unis, les vols depuis et vers ce pays figurant traditionnellement parmi les plus rentables.

Une "nouvelle formidable", a déclaré le directeur général d'Air France-KLM, Benjamin Smith, résumant l'état d'esprit d'un secteur qui a subi des dizaines de milliards d'euros de pertes depuis que les gouvernements ont fermé leurs frontières pour tenter de freiner la pandémie, en mars 2020.

Pour les compagnies européennes historiques (Air France et KLM, mais aussi British Airways et Lufthansa), aux réseaux long-courrier très développés, les restrictions de voyage sur l'axe nord-atlantique ont été particulièrement dures à avaler: le groupe franco-néerlandais réalisait ainsi 40% de son chiffre d'affaires sur ces liaisons. Et chez Lufthansa, la moitié de la flotte long-courrier servait à réaliser des vols transatlantiques.

L'annonce de ce lundi représente un "moment historique", qui "verra nos deux pays (Etats-Unis et Royaume-Uni, NDLR) se réunir après 18 mois de séparation", a affirmé le directeur général de British Airways, Sean Doyle, pour qui "le monde s'ouvre à nouveau" à ses clients qui "peuvent réserver en confiance".

Un peu moins exposées à l'international (entre 25% et 30% de leur chiffre d'affaires), en raison de leur très important marché intérieur, les grandes compagnies américaines (United, Delta, American...) n'en ont pas moins salué "une étape positive dans le rétablissement de notre pays", selon le PDG de l'association professionnelle "Airlines for America", Nicholas Calio.

Son organisation soeur européenne, "Airlines for Europe", a quant à elle dit "applaudir" la décision de l'administration Biden, qui va "donner un élan particulièrement nécessaire au trafic et au tourisme transatlantiques, et réunir familles et amis". 

Il s'agit d'un "grand pas en avant", qui va "doper la reprise de l'économie", a renchéri Willie Walsh, le directeur général de l'Association internationale du transport aérien (Iata), qui fédère 290 compagnies aériennes du monde entier, représentant 82% du trafic mondial.

Flou sur les voyages d'affaires

L'Iata demandait depuis des mois une approche des restrictions de mouvement "fondée sur la science", en prenant notamment en considération le statut vaccinal des voyageurs, et a salué dans l'annonce de Washington "un changement important dans la façon de gérer les risques" de contagion.

Le secteur aérien européen avait espéré que la réouverture aurait lieu avant la très active saison estivale, mais les Américains n'avaient pas emboîté le pas à l'Europe, qui avait ouvert ses frontières pendant l'été. Cet été, le trafic transatlantique avait atteint moins de 50% des niveaux de 2019.

L'ouverture "intervient un peu plus tard que ce que nous attendions, étant donné ce que nous savons sur l'efficacité des vaccins", a remarqué Colin Scarola, analyste au cabinet CFRA Research.

Mais, même si M. Smith, le patron d'Air France-KLM, s'est dit prêt à déployer davantage d'appareils pour relier Europe et Etats-Unis, la reprise risque d'être lente, a prévenu George Dimitroff, analyste chez Ascend by Cirium, entreprise spécialiste des données sur le transport aérien.

"Nous ne nous attendons pas à voir les compagnies augmenter leurs rotations tout de suite, sauf les liaisons les plus fréquentées, car certains appareils sont encore sous-utilisés", a-t-il affirmé, voyant "des améliorations plus grandes en mars 2022 quand les compagnies aériennes vont préparer leurs programmes d'été".

"Si vous ne remplissez pas un appareil à 75 ou 80%, le vol ne sera pas rentable, il vous faut des passagers des deux côtés", a aussi prévenu Burkett Huey, analyste chez Morningstar.

M. Dimitroff a également évoqué un "redécollage au quatrième trimestre des voyages d'affaires", très rentables pour les compagnies, mais qui ont été réduits à la portion congrue par la pandémie et le recours aux visioconférences. 

Et, prévient d'ailleurs M. Scarola, la réouverture des frontières ne résout pas "l'incertitude sur les deux sujets majeurs pour une reprise des voyages d'affaires: comment la pandémie va-t-elle évoluer dans les prochains mois et est-ce qu'une grande partie des voyageurs vont avoir disparu à cause des outils de réunion virtuels désormais disponibles?"


Selon le PDG d’Emirates, la compagnie aérienne pourrait être cotée à la bourse de Dubaï

(Photo, Shutterstock)
(Photo, Shutterstock)
Short Url
  • La compagnie aérienne a enregistré une perte de 5,8 milliards de dirhams entre avril et septembre, contre une perte de 12,6 milliards de dirhams durant la même période l’année dernière
  • M. Clark estime que même si Emirates subit encore une perte cette année, celle-ci sera considérablement plus faible qu’au cours des douze mois précédents

DUBAÏ : Le gouvernement de Dubaï envisage d’introduire la compagnie aérienne Emirates en bourse, a annoncé lundi Tim Clark, président de la compagnie nationale, alors que les autorités s’efforcent de relancer l’activité sur le marché boursier local. 

Le gouvernement émirati prévoit d’inscrire à sa bourse dix entreprises soutenues par l’État et de créer un fonds de 2 milliards de dirhams (1 dirham émirati = 0,24 euro) pour encourager l’activité boursière. 

«Oui, il y a eu des discussions à ce sujet. Oui, il y a eu, peut-être un peu plus de détails sur le sujet que par le passé», a affirmé M. Clark dans une interview pour la prochaine conférence Reuters Next, lorsqu’on lui a demandé si une introduction en bourse était envisageable. 

«J’attends des consignes sur la manière dont cela va affecter le groupe Emirates. C’est au gouvernement de Dubaï de décider ce qu’il veut faire (...). Je ferai essentiellement ce qu’on me demandera de faire.» 

Le PDG d’Emirates, le cheikh Ahmed ben Saeed al-Maktoum, a déclaré au début du mois qu’il était possible de coter la compagnie aérienne ou ses filiales en bourse. 

Les gouvernements ont injecté des milliards de dollars dans les compagnies aériennes pendant la pandémie de coronavirus et la compagnie nationale Emirates a reçu environ 3,8 milliards de dollars (1 dollar = 0,86 euros) de fonds propres de Dubaï, dont 2 milliards injectés l’année dernière. 

La compagnie aérienne a enregistré une perte de 5,8 milliards de dirhams entre avril et septembre, contre une perte de 12,6 milliards de dirhams durant la même période l’année dernière. 

Toutefois, M. Clark a indiqué qu’il ne s’attendait pas à une aide supplémentaire du gouvernement au cours de l’année prochaine, pour autant que le nouveau variant du coronavirus ne cause pas trop de perturbations : «Nous rétablissons notre position de trésorerie à un rythme soutenu. Ceci est donc peu probable, nonobstant le variant omicron et ses effets (...). S’il n’est pas aussi grave qu’on ne le pense, nous n’envisageons pas d’autre recours pour que le propriétaire investisse dans l’entreprise.» 

M. Clark estime que même si Emirates subit encore une perte cette année, celle-ci sera considérablement plus faible qu’au cours des douze mois précédents. Pour 2022, il s’attend à ce que la compagnie aérienne atteigne le seuil de rentabilité ou réalise un bénéfice. 

«Je suis très heureux d’affirmer que notre rentabilité a déjà repris. Au cours des six ou sept dernières semaines, nous avons été rentables», a-t-il lancé. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Champ gazier de Jafurah: Aramco affecte 10 milliards de dollars à des sociétés locales et internationales

(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
Short Url
  • La compagnie a déclaré avoir signé 16 contrats de sous-sol et d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction (EPC)
  • Un total de 68 milliards de dollars devrait être dépensé au cours des dix premières années de développement du projet, a déclaré Aramco

DUBAÏ: Le géant pétrolier saoudien Aramco a signé des contrats d'une valeur de 10 milliards de dollars (un dollar = 0,88 euros) pour lancer le développement de son immense champ gazier non conventionnel à Jafurah. 

La compagnie a déclaré avoir signé 16 contrats de sous-sol et d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction, avec des entreprises locales et internationales, dont les sociétés américaines Schlumberger et Halliburton. 

Parmi les autres entreprises qui ont signé des contrats figurent Baker Hughes, NESR, Saudi Taqa, Sinopec, Larsen, Toubro et Saipem. 

Un total de 68 milliards de dollars devrait être dépensé au cours des dix premières années de développement du projet, a déclaré Aramco. Pour l’ensemble du projet, la compagnie prévoit d’investir investissement plus de 100 milliards de dollars. 

D'ici à 2030, le géant pétrolier saoudien s'attend à ce que le site de Jafurah produise jusqu'à deux milliards de pieds cubes standard par jour de gaz pour la vente, 418 millions de scfd d'éthane, et environ 630 000 barils par jour de liquides et de condensats de gaz. 

La société Saipem basée en Italie construira un système de transport de l'eau lié à la séparation du gaz traité. Ce contrat représente une valeur d'environ 750 millions de dollars. 

L'accord inclut l'ingénierie, la fourniture de matériaux, la construction et la mise en service d'environ 835 km de canalisations pour le transport de gaz, de condensats et d'eau de production. 

«L'attribution de ce nouveau projet conforte une relation de longue date avec Aramco ainsi que le positionnement stratégique de Saipem au Moyen-Orient. L'accord confirme la confiance et la satisfaction de nos clients dans la capacité de gestion de projets, ainsi que dans les services d'ingénierie et les services technologiques de pointe que Saipem est en mesure d'offrir», a affirmé Francesco Caio, PDG de la compagnie. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Plus d'un tiers de la population mondiale pas connectée à internet

Plus d'un tiers de la population mondiale, soit 2,9 milliards de personnes, ne s'est toujours pas connectée à l'internet, même si la pandémie a démontré l'importance cruciale du réseau pour continuer à travailler ou étudier et a dopé les connexions, selon l'ONU. (AFP)
Plus d'un tiers de la population mondiale, soit 2,9 milliards de personnes, ne s'est toujours pas connectée à l'internet, même si la pandémie a démontré l'importance cruciale du réseau pour continuer à travailler ou étudier et a dopé les connexions, selon l'ONU. (AFP)
Short Url
  • L'augmentation inhabituellement élevée du nombre des utilisateurs laisse penser que la pandémie a encouragé à se connecter
  • L'organisation souligne que l'absence de connexion à internet n'est pas forcément liée à l'absence d'infrastructures. Selon elle, 95% de la population mondiale pourrait théoriquement avoir accès à un réseau mobile 3G ou 4G

GENEVE: Plus d'un tiers de la population mondiale, soit 2,9 milliards de personnes, ne s'est toujours pas connectée à l'internet, même si la pandémie a démontré l'importance cruciale du réseau pour continuer à travailler ou étudier et a dopé les connexions, selon l'ONU.


Environ 4,9 milliards de personnes ont surfé sur le net cette année, selon les nouvelles données collectées par l'Union internationale des télécommunications (UIT) publiées mardi. Ce sont 800 millions de personnes de plus qu'avant la pandémie.


La lutte contre le Covid-19 a forcé la fermeture d'innombrables entreprises et écoles à travers le monde, parfois de long mois et poussé les employés et écoliers, qui le pouvaient, à aller sur l'internet pour continuer à travailler et étudier. 


Pour autant, l'accès reste inégal. La quasi-totalité des personnes exclues habite dans un pays en développement, soit 96%. 


Et pour des centaines de millions d'autres, qui ont accès au réseau, ils ne peuvent le faire qu'avec des dispositifs qu'ils partagent avec d'autres et/ou ne peuvent avoir que du bas débit, qui limite drastiquement ce qu'ils peuvent faire sur internet.


"Il reste encore beaucoup à faire", selon le secrétaire général de l'UIT Houlin Zhao. 


L'augmentation inhabituellement élevée du nombre des utilisateurs laisse penser que la pandémie a encouragé à se connecter.


Depuis 2019, 782 millions de personnes ont ainsi accédé au net, soit un bond de 17%. La hausse est de 10% pour la première année de la pandémie, soit la plus forte progression annuelle "depuis une décennie", selon l'UIT.


L'organisation souligne que l'absence de connexion à internet n'est pas forcément liée à l'absence d'infrastructures. Selon elle, 95% de la population mondiale pourrait théoriquement avoir accès à un réseau mobile 3G ou 4G.


Le prix des équipements et services est trop souvent inabordable, souligne l'UIT.


Elle estime que pour être financièrement accessible, une connexion doit coûter environ 2% du revenu annuel par habitant d'un pays en développement. Or, dans certains des pays les plus pauvres du monde, le coût peut atteindre 20% ou plus.


Le manque d'éducation numérique est aussi un obstacle important.


De nombreuses personnes sont aussi confrontées à des problèmes comme la pauvreté et le manque d'électricité ou de savoir-faire numérique.


La différence d'accès entre hommes et femmes diminue mais les premiers restent largement majoritaires à se connecter (62%) par rapport au 57% de femmes. 


Dans les pays riches, le fameux fossé numérique entre zones urbaines et rurales et très peu marqué (89% des habitants des villes ont utilisé l'internet dans les trois derniers mois comparé à 85% en zone rurale).


Il en va autrement dans les pays pauvres où les habitants des villes se connectent deux fois plus que ceux des champs (72 contre 34%).