Le Hezbollah menace le juge chargé de l’enquête sur l’explosion du port

Une vue du silo à grain qui a été endommagé lors de l’explosion du port de Beyrouth l’année dernière, pendant le coucher du soleil à Beyrouth, au Liban, le 29 juillet 2021. (Photo, Reuters)
Une vue du silo à grain qui a été endommagé lors de l’explosion du port de Beyrouth l’année dernière, pendant le coucher du soleil à Beyrouth, au Liban, le 29 juillet 2021. (Photo, Reuters)
Short Url
Publié le Mercredi 22 septembre 2021

Le Hezbollah menace le juge chargé de l’enquête sur l’explosion du port

  • «S’il dévie de sa trajectoire, nous le démettrons de ses fonctions», menace le chef de l’unité de liaison et de coordination du Hezbollah
  • Le juge Tarek Bitar continue à interroger et à convoquer d’anciens ministres et des députés actuels au sujet de l’explosion meurtrière du 4 août 2020

BEYROUTH: Le juge Tarek Bitar, en charge de l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth qui a eu lieu en août 2020, a reçu une menace de la part du groupe militant Hezbollah, selon les médias libanais.

Arab News a appris que le chef de l’unité de liaison et de coordination du Hezbollah, Wafic Safa, s’était entretenu lundi avec le procureur général, le juge Ghassan Oueidate, et le président du Conseil supérieur de la magistrature, le juge Souheil Abboud.

Les raisons de ces rencontres sont inconnues, mais M. Safa aurait déclaré: «Les performances de M. Bitar ont suscité l’ire (du Hezbollah) et nous surveillerons de près son travail jusqu’à la fin. S’il dévie de sa trajectoire, nous le démettrons de ses fonctions.»

En réaction à cette menace, M. Bitar a répondu: «Ce n’est pas grave, je ne me soucie pas de la façon dont ils vont me démettre de mes fonctions», a rapporté le journaliste Edmond Sassine de la Lebanese Broadcasting Corporation.

M. Bitar, qui a émis plusieurs mandats d’arrêt au cours des dernières semaines dans le cadre de son enquête, a fixé des dates d’audience pour interroger les anciens ministres et les députés actuels Ali Hassan Khalil, Ghazi Zeaiter et Nohad al-Machnouk sur leur connaissance des circonstances de l’explosion mortelle du port de Beyrouth.

Le juge a convoqué M. Khalil pour un interrogatoire le 30 septembre et MM. Zeaiter et Machnouk le 1er octobre. Il a profité de l’expiration du mandat extraordinaire du Parlement après que le gouvernement de Najib Mikati a obtenu le vote de confiance lundi lors d’une séance, et de la levée automatique des immunités parlementaires, en attendant le début du mandat régulier à la mi-octobre.

L’explosion du port de Beyrouth, le 4 août 2020, a fait plus de 200 morts et 6 500 blessés lorsque des milliers de tonnes de nitrate d’ammonium ont explosé en même temps que des quantités d’explosifs saisis. L’explosion meurtrière a détruit le front de mer de Beyrouth ainsi que les quartiers environnants.

M. Bitar a accusé les ex-ministres d’«intention présumée d’homicide» et de «négligence» car ils étaient au courant de la présence du nitrate d’ammonium et «n’ont pris aucune mesure pour éviter l’explosion».

Le Parlement avait précédemment refusé la demande du juge Bitar d’interroger les députés actuels et le Premier ministre Hassan Diab, sous prétexte que cela ne relève pas de sa compétence mais de celle du Conseil suprême pour le jugement des présidents et des ministres.

En août, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a interpellé M. Bitar, qui avait convoqué des responsables politiques et de sécurité pour un interrogatoire: «Où sont les preuves? Sur quelle base les accuse-t-il? Pourquoi le pouvoir judiciaire n’a-t-il pas publié les résultats de l’enquête technique?», a demandé M. Nasrallah.

Ce dernier a également accusé M. Bitar de «jouer un jeu politique», déclarant que s’il ne s’en tient pas à une enquête claire et technique, le pouvoir judiciaire devra trouver un autre juge.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le pilote Mick Schumacher évoque le «défi» que pose le Grand Prix de Djeddah

Mick Schumacher, pilote de l'équipe de Formule 1 Haas et membre de la Ferrari Driving Academy, en compagnie d’Arab News, lors du Ferrari Motorsport Festival de Riyad. (Photo Arab News/Faisal Aldakhil)
Mick Schumacher, pilote de l'équipe de Formule 1 Haas et membre de la Ferrari Driving Academy, en compagnie d’Arab News, lors du Ferrari Motorsport Festival de Riyad. (Photo Arab News/Faisal Aldakhil)
Short Url
  • Le pilote de l'écurie Haas F1 Team Mick Schumacher déclare qu'il est impatient, ce week-end, de participer au Grand Prix d'Arabie saoudite
  • Les stars internationales Justin Bieber et Jason Derulo seront les têtes d'affiche de deux concerts qui se tiendront après la course, au cours du week-end

RIYAD: Le pilote de l'écurie Haas F1 Team Mick Schumacher déclare qu'il est impatient, ce week-end, de participer au Grand Prix d'Arabie saoudite, une compétition qui fait partie du championnat officiel de formule 1. 

Membre de la Ferrari Driver Academy, Schumacher était à Riyad vendredi et samedi derniers dans le cadre du Ferrari Motorsport Festival. Il s’est ensuite rendu à Djeddah à l’occasion de la cinquième course nocturne de la saison. 

Le pilote allemand, né en Suisse, est l’un des deux enfants du septuple champion du monde de F1 Michael Schumacher. Il déclare à Arab News: «Je n'ai expérimenté [le circuit de la corniche de Djeddah] qu’avec le simulateur, donc ce sera différent dans la vraie vie. Cela semble être une piste très rapide.» 

Schumacher, qui concourt actuellement pour l'équipe américaine Haas, a piloté deux Ferrari historiques au festival de Riyad: la SF70H et la FXX, que son père Michael conduisait avant lui. «Ces voitures sont très spéciales, c'était génial d’être à leur volant et, même si la piste n’est pas grande ici, j’ai quand même pu apprécier les sensations», nous confie-t-il. 

1
Mick Schumacher au volant de la Ferrari FXX que son père Michael conduisait avant lui. (Photo Arab News/Zaid Khashogji) 

Le jeune Schumacher a commencé sa carrière avec le karting en 2008. Il est ensuite passé à la Formule 4 allemande Adac en 2015. Après avoir remporté le Championnat d'Europe FIA de Formule 3 en 2018, il est passé à la Formule 2 l’année suivante et a remporté le championnat en 2020. Aux côtés du pilote russe Nikita Mazepin, Schumacher a remplacé Kevin Magnussen et Romain Grosjean dans l'équipe Haas cette saison. 

Le Grand Prix de Djeddah, qui se courra le 5 décembre, est l'avant-dernière course de la saison 2021. Les fans attendent avec impatience le point culminant de cette compétition épique pour découvrir qui l’emportera: le septuple champion du monde Lewis Hamilton, sur Mercedes-AMG, ou le prometteur Max Verstappen, qui pilote une Red Bull Racing. 

«Je pense que la vitesse moyenne [de la piste de Djeddah] est de plus de 250 kilomètres/heure. Ce sera donc un défi, sans nul doute. J'espère que, avec un peu de brise océanique, nous pourrons faire une belle course», souligne Schumacher. 

1
Dans les coulisses avec Mick Schumacher et Arab News. (Photo Arab News /Abdelaziz Khashoggi) 

Situé sur la corniche qui longe la mer Rouge, le Grand Prix d'Arabie saoudite de Formule 1 STC est long de 6 175 kilomètres; c’est le deuxième circuit le plus long du calendrier F1 après Spa-Francorchamps, en Belgique, et le circuit urbain le plus long et le plus rapide de Formule 1, avec des vitesses moyennes de 252 kilomètres/heure et des vitesses maximales qui vont jusqu'à 322 kilomètres/heure entre les virages 25 et 27. 

Plusieurs équipes de Formule 1 sont déjà arrivées et ont reçu un accueil haut en couleur à l'aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah; d'autres devraient arriver dans les prochains jours, alors que le compte à rebours de la grande course est lancé. 

Les stars internationales Justin Bieber et Jason Derulo seront les têtes d'affiche de deux concerts qui se tiendront après la course, au cours du week-end. Ils seront rejoints par Tiësto, ASAP Rocky et David Guetta. 

Le village Formule 1 proposera aux visiteurs des loisirs de plein air sur ses nouvelles passerelles, ainsi que des pistes cyclables et des aires de jeux pour les enfants. 

«Djeddah est ma ville natale et j'ai hâte de voir les voitures de Formule 1 rouler sur la corniche, au bord de la mer Rouge, là où je conduisais avant que les travaux ne commencent. J’ai attendu cela toute ma vie», confie un fan à Arab News. 


Macron aux Émirats arabes unis: importants contrats en perspective

Président Français Emmanuel Macron. (AFP)
Président Français Emmanuel Macron. (AFP)
Short Url
  • Emmanuel Macron sera accompagné des ministres Jean-Yves Le Drian (Affaires étrangères), Bruno Le Maire (Économie), Florence Parly (Armées) et Roselyne Bachelot (Culture)
  • Un contrat qui porte sur «une trentaine, voire une soixantaine» d'avions Rafale de Dassault Aviation pourrait être signé

ABU DHABI: Le président français, Emmanuel Macron, entame une tournée diplomatique dans le golfe Arabique ce vendredi 3 décembre.

Ce déplacement sera rapide, puisque le chef de l'État arrivera à Dubaï vendredi, avant se rendre au Qatar dans la soirée. Il terminera sa visite samedi à Djeddah, la grande ville portuaire d'Arabie saoudite. Aux Émirats arabes unis (EAU), ce déplacement devrait être notamment marqué par la signature d’importants contrats avec la France.

Emmanuel Macron sera accompagné des ministres Jean-Yves Le Drian (Affaires étrangères), Bruno Le Maire (Économie), Florence Parly (Armées) et Roselyne Bachelot (Culture). Seront également avec lui des femmes et des hommes d’affaires, quelques parlementaires, des patrons de grands groupes comme Airbus, Thales, Safran, Air Liquide, Engie ou EDF, des représentants des ETI (entreprises de taille intermédiaire, NDLR), ainsi que des personnalités du monde de la culture.

Sur le plan économique, un contrat qui porte sur «une trentaine, voire une soixantaine» d'avions Rafale de Dassault Aviation pourrait être signé, selon les informations publiées le 19 novembre par Challenges.

Un représentant de l'Élysée qui s’exprimait devant des journalistes a refusé de confirmer ou d’infirmer la signature d'un contrat portant sur des avions Rafale.

Côté émirien, le conseiller diplomatique du président des EAU, Anouar Gargach, a également choisi d’éluder la question: «Je ne veux pas dévoiler le cadeau de Noël», a-t-il ainsi répondu à l’agence Reuters.

Ce déplacement sera l'occasion pour le président Macron de promouvoir les entreprises françaises.

«Il s'agit d'une excellente relation et plusieurs accords seront signés. Après la visite du président, les rapports seront renforcés dans différents domaines», déclare Anouar Gargach, qui évoque le secteur des technologies et celui de la santé.

Lors de sa dernière visite aux EAU, les 21 et 22 novembre, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, avait annoncé une nouvelle ère de coopération économique avec le pays.

La France souhaite notamment initier de nouvelles collaborations dans les domaines de l'hydrogène, de l’espace (avec la création de lanceurs réutilisables), ainsi que dans les infrastructures et les ports, avait fait savoir le ministre.


Les candidats indépendants, la petite surprise des élections locales en Algérie

Une femme vote lors des élections locales algériennes dans un bureau de vote de la capitale Alger le 27 novembre 2021. RYAD KRAMDI / AFP
Une femme vote lors des élections locales algériennes dans un bureau de vote de la capitale Alger le 27 novembre 2021. RYAD KRAMDI / AFP
Short Url
  • Les résultats des candidats indépendants confirment la percée réalisée lors des législatives anticipées de juin où ils sont arrivés deuxième, derrière le FLN
  • Les indépendants matérialisent un désir de changement voulu par une partie de la population algérienne

ALGER: Les candidats indépendants ont créé la surprise en arrivant en troisième position lors des élections locales qui se sont déroulées le 27 novembre dernier en Algérie. Les citoyens ont placé ces candidats – jeunes diplômés, médecins, écrivains, professeurs, travailleurs sociaux, notables, etc., issus de la société civile – en haut des suffrages.

Selon les résultats préliminaires annoncés mardi dernier par le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie), Mohamed Charfi, le Front de Libération Nationale (FLN), était le grand gagnant de ce scrutin. L’ex-parti unique, classé premier, a obtenu 5 978 sièges au niveau national et la majorité absolue dans 124 communes sur les 1 541 que compte le pays.

Suivi par le Rassemblement national démocratique (RND), qui a acquis 4 584 sièges, et qui obtient la majorité absolue dans 58 Assemblées populaires communales (APC) et la majorité relative dans 331 communes.

Les candidats indépendants arrivent certes en troisième position avec 4 430 sièges et une majorité absolue dans 91 APC, mais ces résultats confirment ainsi la percée réalisée lors des législatives anticipées de juin où ils sont arrivés deuxième, derrière le FLN.

Le Dr Abdelkader Soufi, politologue, explique dans un entretien accordé à Arab News en français, que l’avancée des listes indépendantes confirme le nouveau schéma politique en Algérie d’une classe politique «jeune et compétente» qui est bien, selon lui, déterminée à s’imposer et à participer à l’édification d’un État de droit.

L’intervenant souligne en outre la nécessité de réviser les Codes communaux et des wilayas car «ces élus jouissent d’une indépendance relative et limitée, puisqu’ils sont soumis au contrôle des instances administratives centrales».

Le Dr Soufi appelle, dans ce contexte, à élargir les prérogatives des assemblées élues en leur accordant plus de liberté dans la prise de décision et à les délivrer des restrictions administratives. «Ces élus se retrouvent souvent balancés entre l'administration centrale et les procédures bureaucratiques d'une part, et le citoyen et ses diverses préoccupations d'autre part», précise le Dr Soufi.

Vraisemblablement, les indépendants matérialisent un désir de changement voulu par une partie de la population algérienne. Plusieurs mairies étaient bloquées car les maires issus des partis politiques étaient emprisonnés à cause de leur affiliation à la mafia locale ou à des hautes sphères du pouvoir. Une mafia politico-financière que la population a surnommé «El-Issaba», et dont elle voulait se débarrasser ainsi que de ses représentants à la tête des mairies. C’est ce qui explique cette percée d’indépendants symbolisant dans l'esprit des électeurs un certain espoir de changement.

Nouveau schéma politique…

Il faut dire que c’est la première fois que dans l’Histoire des rendez-vous électoraux qu’un nombre aussi élevé de candidats indépendants se mesurent aux dinosaures de la politique algérienne à l’instar du FLN, première force politique au Parlement algérien.

Par ailleurs, les indépendants issus pour leur majorité des organisations de la société civile espèrent assumer leurs missions à la tête des APC dans un cadre de légitimité politique basée sur la transparence, et la pratique démocratique, après avoir acquis les notions politiques de base. Cela a pu être constaté par la nature de la campagne électorale qu'ils ont menée, et qui a été caractérisée par un investissement dans un marketing politique de dimension techno-communicationnelle.

… Mais pas de réel bouleversement

Bien que l’historique FLN ait remporté la première place lors de ces échéances, cette victoire a été qualifié d’«étriquée» par la presse. Le FLN a ainsi perdu la majorité absolue dans 479 des 603 communes qu’il contrôlait lors du mandat précédent.

Il conserve toutefois une confortable majorité relative dans 552 communes, qu’il ne pourra administrer qu’avec le soutien de ses alliés du courant nationaliste, notamment le RND arrivé en deuxième position.

Pour le Dr Abdelkader Soufi, la cartographie politique n'a pas connu un bouleversement notable puisque l'ex-parti unique a encore confirmé son statut de première force politique en Algérie. Il explique que le FLN a opté cette fois encore sur la compétence et la bonne conduite comme critère de choix de ses candidats, pour participer à ces élections en proposant des listes formées de jeunes compétents en vue d’assurer une représentativité qualitative au sein des APC et des wilayas.

Le taux de participation à ces élections, pour lesquelles quelque 24 millions d’Algériens étaient appelés à voter, a plafonné autour des 35 %. Il est néanmoins en nette hausse par rapport aux taux de participation enregistré lors des législatives anticipées de juin, quand seuls 23 % des inscrits avaient voté.

Avec ces élections locales, les Algériens ont bouclé le cycle des échéances électorales sous le mandat du président, Abdelmadjid Tebboune. À noter qu'après l'élection présidentielle du 12 décembre 2019, le référendum sur la Constitution du 1er novembre 2020 et les législatives du 12 juin dernier, il ne restait plus que les élections locales pour mettre en place toutes les instances élues.