Lâchée par ses alliés anglo-saxons, la France trouve en Inde un allié accueillant

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre indien Narendra Modi se donnent l'accolade lors de la visite de Modi en France, en juillet 2019. (Photo, AFP)
Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre indien Narendra Modi se donnent l'accolade lors de la visite de Modi en France, en juillet 2019. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 22 septembre 2021

Lâchée par ses alliés anglo-saxons, la France trouve en Inde un allié accueillant

  • Paris et New Delhi réaffirment leur volonté «d'agir conjointement» dans l’espace indo-pacifique, notamment face à la Chine
  • «Le pragmatisme de Modi pourrait jouer un rôle en aidant Macron à trouver le moment propice pour commencer à réduire l'affront», affirme un analyste

PARIS : L'Inde et la France main dans la main dans un espace indo-pacifique sous tension: Paris et New Delhi ont réaffirmé mardi leur volonté "d'agir conjointement", notamment face à la Chine, en pleine crise des sous-marins australiens et de froid diplomatique entre Paris et Washington.

tu
Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre indien Narendra Modi au Château de Chantilly lors de la visite de Modi en France, en juillet 2019. (Photo, AFP)

 

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre indien Narendra Modi se sont entretenus au téléphone, réaffirmant leur volonté de travailler ensemble "dans un espace indo-pacifique ouvert et inclusif", a annoncé l'Elysée.

Le chef de l'État français "a rappelé l'engagement de la France à contribuer au renforcement de l'autonomie stratégique de l'Inde, y compris sa base industrielle et technologique", a précisé la présidence française.

Cet entretien intervient alors que Paris ne décolère pas après l'annonce, le 15 septembre, d'une nouvelle alliance stratégique entre l'Australie, les Etats-Unis et le Royaume-Uni (AUKUS), qui a torpillé un méga-contrat de sous-marins français à Canberra.

dstyht
Le ministre indien de la Défense Rajnath Singh (au centre) en compagnie de la ministre française de la Défense Florence Parly (à droite) et du PDG de Dassault Aviation Eric Trappier lors de la cérémonie marquant la livraison du premier des 36 avions de combat Rafale à destination de l'Inde, le 8 octobre 2019 à l'usine Dassault Aviation de Mérignac. L'Inde est un partenaire industriel majeur de la France en matière d'armement et entend aller plus loin dans ce domaine avec Washington comme avec Londres et Canberra. (Photo, AFP)

 

Le communiqué de l'Elysée n'y fait pas allusion. Mais il souligne l'approche commune des deux pays, avec "pour ambition de promouvoir la stabilité régionale et la règle de droit, tout en écartant toute forme d'hégémonie" dans la région indo-pacifique, épicentre des tensions entre Chine et Etats-Unis.

Le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian devait par ailleurs rencontrer son homologue indien Subrahmanyam Jaishankar, mardi à New York, en marge de l'assemblée générale de l'ONU.

Dans un tweet, M. Modi a souligné avoir discuté avec Emmanuel Macron d'une "plus étroite collaboration entre Inde et France dans l'Indo-Pacifique", rendant hommage à "l'importance" du partenariat stratégique bilatéral.

Cette conversation permet à Paris de solliciter un allié essentiel dans la zone, après une multitude de signaux favorables: vente de Rafale à l'Inde, opérations militaires conjointes dans l'océan Indien, ouverture à la marine indienne des bases françaises à Djibouti, aux Emirats, à la Réunion...

De plus, l'Inde, moins alignée que l'Australie et le Japon sur les Etats-Unis, permet à Paris d'espérer trouver en Delhi un allié pour essayer de tracer une voie alternative à la confrontation avec Pékin voulue par Washington.

L'épisode des sous-marins "est évidemment choquant. Cela secoue votre foi dans le partenariat. Vous ne pouvez atteindre des objectifs communs dans la région Indo-Pacifique sans une plateforme commune, dans un esprit de transparence et de confiance", a expliqué à l'AFP un haut diplomate indien basé à Paris.

L'Inde souhaite collaborer avec les démocraties de la région, "cela constitue la seule façon de bâtir un équilibre des pouvoirs et une sécurité à l'échelle de la région", convient pour sa part Brahma Chellaney, professeur d'études stratégiques au Centre for Policy Research (CPR), think-tank privé basé à New Delhi.

"Les accords de sécurité exclusifs (comme AUKUS, ndlr) militent contre cette vision", ajoute-t-il, relevant que la France constitue un allié "important" pour New Delhi, comme n'importe quelle autre démocratie.

Mais l'Inde devra jouer finement entre des équilibres complexes.

Car l'Australie aussi est un allié de New Delhi, qui ne saurait se laisser entraîner dans une dispute stratégiquement contre-nature et contre-productive. L'Inde est par ailleurs un partenaire industriel majeur de la France en matière d'armement et entend aller plus loin dans ce domaine avec Washington comme avec Londres et Canberra.

"Le pragmatisme de Modi pourrait jouer un rôle en aidant Macron à trouver le moment propice pour commencer à réduire l'affront" tel qu'il est vécu à Paris, estime Rory Medcalf, directeur du National Security College à l'Université Nationale d'Australie.

L'Inde, explique-t-il en substance, doit jouer sur les deux tableaux. Elle apprécie les volontés d'autonomie de la France et la solidité de la relation bilatérale.

Mais elle admet aussi la nécessité pour Canberra de se bâtir une dissuasion militaire forte face aux Chinois. Et garde dans ses petits papiers une alliance fondamentale avec les Etats-Unis de Joe Biden.

Le président américain réunit d'ailleurs vendredi à Washington les Premiers ministres australien, indien et japonais pour relancer un format diplomatique, le "Quad", qui végétait depuis plusieurs années. Une plateforme que Modi pourrait utiliser pour "soutenir le rôle des Français dans la région, tout en admettant de facto l'AUKUS comme une alliance digne d'intérêt", estime encore Rory Medcalf.  

Avec, en filigrane, la volonté de l'Inde de rester au cœur d'un jeu crucial pour sa sécurité.

Le sujet "viendra certainement dans nos conversations", a confirmé le diplomate indien en poste à Paris, selon lequel cette brouille ne saurait redéfinir des alliances éprouvées avec le temps, notamment entre la France et les Etats-Unis.

"Nous continuons d'espérer que tout cela va se résoudre convenablement", a-t-il assuré.


Tottenham plombe l’ambiance alors que Newcastle accueille les nouveaux propriétaires

Yasir Al-Rumayya, président de Newcastle United, aux côtés d’Amanda Staveley, copropriétaire, se félicitant tous les deux l’avantage de Newcastle. (Reuters)
Yasir Al-Rumayya, président de Newcastle United, aux côtés d’Amanda Staveley, copropriétaire, se félicitant tous les deux l’avantage de Newcastle. (Reuters)
Short Url
  • Alors que leTyneside reprend espoir, la situation sur le terrain demeure inchangée
  • Callum Wilson a marqué un but à la 107ème seconde du jeu mais Tottenham s’est imposée 3-2 à Newcastle

NEWCASTLE: Beaucoup de choses ont changé à Newcastle United au cours des 10 derniers jours. Toutefois, la situation sur le terrain, elle, est toujours la même. 

Alors que Tyneside reprend espoir – nouveaux propriétaires, nouvelle vision, passion renouvelée, flammes ranimées – la situation sur le terrain demeure inchangée.

Les 3 buts de la première mi-temps respectivement marqués par Tanguy Ndombele, Harry Kane et Son Heung-min ont été suffisants pour annuler le but d’ouverture de Callum Wilson et interrompre la fête de prise de contrôle des Magpies. Un but plus tard marqué par Eric Dier a réduit l’écart mais n’a pas changé le sort de l’équipe qui a mal commencé la saison. En effet, Newcastle vient de perdre son neuvième jeu en 2021/22, a encaissé le plus de buts durant la Premier League et occupe désormais l’avant-dernière place du classement. 

Les blessures se sont succédé au sein de l’équipe durant les premiers mois de la ligue. Au moins Steve Bruce, à qui l’on a accordé un sursis inattendu pour qu’il puisse gérer son 1 000ème jeu comme un coach professionnel, s’est ressaisi avec le retour du leader Wilson et du capitaine Jamaal Lascelles.

Les Spurs ont des années-lumière d’avance sur United en termes de qualité. Le public devra déployer des efforts monumentaux pour soulever Newcastle au-delà de son malaise de début de saison.

Pourtant, les terrasses bondées du parc St James inondent de positivité. Les Magpies ont, après tout, pris les devants – pour le plus grand plaisir des nouveaux propriétaires.

Alors que Javier Manquillo a mené Wilson à marquer son troisième but de la saison, Mehrdad Ghodouissi, partenaire chez PCP Capital Partners, était assis à côté de sa femme, Amanda Staveley, et du gouverneur du Fonds d’investissement public, Yasir Al-Rumayyan¸ nouveau président non-exécutif du club.

img
Ce qui se passait sur le terrain n’était que trop familier pour les supporters de Newcastle qui souffrent depuis un moment

 

Les supporters avaient longtemps attendu ce moment, après deux ans de querelles juridiques et à peu près 15 ans d’agitation sous la direction de l’ancien propriétaire Mike Ashley. Cependant, la victoire n’a pas duré. 

Les Spurs de Nuno Espirito Santo n’étaient pas d’humeur et ont aussitôt égalé leurs adversaires quand Ndombele est passé devant le gardien de but Karl Darlow, le laissant figé sur place.

Si le premier but n’a pas plombé l’ambiance, le deuxième l’a certainement fait.

Kane a profité d’un appel de hors-jeu serré à la suite d’un examen VAR après avoir reçu une passe de Pierre-Emile Hojbjerg et a ainsi pris le dessus sur son rival Darlow.

Sans perdre son acharnement, Newcastle a trouvé un niveleur qui a réussi à égaliser le jeu : Allan Saint-Maximin. La passe de Joelinton a libéré le buteur Wilson mais, cette fois-ci, il était hors de portée du Français. 

En réalité, cela a marqué la fin de la victoire de Newcastle United puisque les Spurs se sont vite rattrapés.

Lucas Moura a pris la tête dans le coin de Son, a devancé Lascelles et a vu son effort revenir de la barre transversale.

C’était un autre avertissement dont les hommes de Bruce n’ont pas tenu compte. Peu de temps après, ils en ont payé le prix. Kane, qui n’avait pas encore marqué de buts pendant cette saison, a passé la balle à son complice, Son, lui permettant ainsi de marquer le dernier but du jeu.

Peu avant la fin de la première mi-temps, une urgence médicale est survenue. Un supporter de Newcastle a eu un malaise et a été pris en charge par l’équipe médicale du club, y compris le docteur Paul Catterson.

Si Dier et Sergio Reguilon n’avaient pas vite réagi et appelé Andre Marriner à réanimer le supporter à l’aide d’un défibrillateur, les conséquences auraient été graves.

La seconde mi-temps, comme la fin de la première, était assez conventionnelle et surtout caractérisée par des vagues d’attaques menées par les Spurs et rarement entrecoupées par les Magpies. 

 

img 2
Callum Wilson et Jamaal Lascelles réagissent à leur défaite au parc Saint-James (Photo, AP)

 

C’est le dernier coup de Ndombele qui a scellé le sort du match.

Les hôtes étaient réduits à 10 hommes après que Jonjo Shelvey a été expulsé. D’ailleurs, les statistiques n’étaient plus en leur faveur : elles avaient déjà baissé de 15%. 

Si les nouveaux propriétaires n’avaient pas pesé le poids de la tâche qui les attend, ils l’ont certainement fait pendant ce jeu. United a répandu une atmosphère joyeuse qui n’a pas duré longtemps.

La première décision majeure que doit prendre la nouvelle direction concerne l’avenir de Bruce et pèse lourdement sur le club. Le temps presse pour le sexagénaire.

img 4
Les supporters de Newcastle brandissent le drapeau saoudien depuis la prise de contrôle. (AN_Photo)

Les fans ont clairement exprimé leurs sentiments. Le refrain « Nous ne voulons plus de Brucey » ne cessait d’être répété. Après le carton rouge de Shelvey, l’agitation était plus claire.

Une énorme bannière déployée par un groupe de supporters, Wor Flags, portait l’inscription suivante : « Nous allons reconstruire tout ce qu’ils ont désespérément tenté de détruire, parce que notre ville est puissante et elle repose sur des piliers solides ».

Ces paroles, prononcées par l’ancien acteur de Georgie et le crooner Jimmy Nail dans la célèbre chanson « Big River », sont plus pertinentes qu’elles ne l’étaient avant le jeu. 

Newcastle est une ville puissante qui repose sur des piliers solides. Toutefois, une reconstruction est ce qu’il faut, même si les dégâts ne seront pas facilement défaits.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.

 


L'extradition de Saab: «une des plus ignobles injustices» selon Maduro

Le président vénézuélien Nicolas Maduro. (Photo, AFP)
Le président vénézuélien Nicolas Maduro. (Photo, AFP)
Short Url
  • Considéré comme un important intermédiaire du pouvoir vénézuélien, Alex Saab est censé avoir sa première audition judiciaire lundi devant un tribunal de Floride
  • Auparavant, dans l'après-midi, les autorités avaient organisé un rassemblement en solidarité avec Saab pendant lequel son épouse Camilla Fabri, en pleurs, a lu une lettre de sa part

CARACAS : Le président vénézuélien Nicolas Maduro a estimé dimanche soir à la télévision que l'extradition vers les Etats-Unis de l'homme d'affaires Alex Saab, considéré comme un intermédiaire important du pouvoir, était "une des plus ignobles injustices des dernières décennies". 

C'est "une des plus ignobles et plus vulgaires injustices qui aient été commises lors des dernières décennies", a lancé le président Maduro. Il a assuré que le "Venezuela agissait aux Nations Unies à New York, à Genève chez les organismes de défense de droits de homme. Nous agissons à tous les niveaux".

Maduro a aussi donné sa version de ce qu'il qualifie "d'enlèvement": "Un avion est arrivé. Des voyous sont descendus, l'ont cherché et l'ont sorti en le frappant pour l'emmener sans prévenir ses avocats, sa famille ni personne".

Considéré comme un important intermédiaire du pouvoir vénézuélien, Alex Saab est censé avoir "sa première audition judiciaire lundi" devant un tribunal de Floride, après son extradition samedi par le Cap-Vert, a précisé le ministère américain de la Justice dans un communiqué.

Proche de M. Maduro, l'homme d'affaires colombien, 49 ans, et son partenaire Alvaro Pulido sont accusés aux Etats-Unis d'être à la tête d'un vaste réseau ayant permis au dirigeant socialiste et à son régime de détourner à leur profit de l'aide alimentaire à destination du Venezuela.

Ils sont soupçonnés d'avoir transféré quelque 350 millions de dollars (environ 302 millions d'euros) du Venezuela vers des comptes qu'ils contrôlaient aux Etats-Unis et dans d'autres pays.

Ils risquent jusqu'à 20 ans de prison. Alex Saab, qui a également la nationalité vénézuélienne et un passeport diplomatique vénézuélien, a été inculpé en juillet 2019 à Miami pour blanchiment d'argent, et arrêté lors d'une escale d'avion au Cap-Vert en juin 2020.

Auparavant, dans l'après-midi, les autorités avaient organisé un rassemblement en solidarité avec M. Saab pendant lequel son épouse Camilla Fabri, en pleurs, a lu une lettre de sa part.  

"J'affronterai mon procès avec une dignité totale (...) je veux être clair: je n'ai pas à collaborer avec les Etats-Unis. Je n'ai commis aucun crime", écrit M. Saab dans cette lettre. "Je déclare que je suis en pleine possession de mes moyens et je ne suis pas suicidaire au cas où on m'assassinerait pour dire ensuite que je me suis suicidé", précise-t-il.

De nombreux experts estiment qu'Alex Saab connaît tous les rouages financiers occultes de Caracas.

"Il peut révéler des choses sur les montages, la circulation des fonds, les surcoûts... C'était la cheville ouvrière des affaires du régime Maduro avec les pays alliés", estime notamment le journaliste Roberto Deniz, spécialiste du dossier. 

L'épouse de M. Saab s'est aussi exprimée sur l'extradition. "Tout a été fait dans le dos des avocats et dans notre dos. On a appris (l'extradition) par sa soeur (...) Elle s'est rendue à la maison et il n'y avait plus les 100 gardes qui l'entouraient. Un garde lui a dit +ils ont accéléré l'extradition+", a-t-elle dit.  

Mère de deux jeunes filles de 1 et 4 ans, Camilla Fabri a qualifié les autorités capverdiennes et américaines de "lâches". "Ce qui gêne le plus les Etats-Unis, c'est que mon mari ne pliera jamais! Jamais", A-t-elle lancé à la foule. "Il a la force de la vérité et de l'innocence". 

L'extradition de M. Saab a déclenché l'ire de Caracas qui a "suspendu sa participation au dialogue" entre pouvoir et opposition. Un quatrième round de pourparlers devait commencer dimanche à Mexico. 


Mali: la Cédéao délivre un «message ferme» à la junte sur les élections

Les autorités ont réservé une rencontre avec les médias à la seule presse d'Etat après des entretiens avec les dirigeants maliens au palais présidentiel, a rapporté un correspondant de l'AFP. (Photo, AFP)
Les autorités ont réservé une rencontre avec les médias à la seule presse d'Etat après des entretiens avec les dirigeants maliens au palais présidentiel, a rapporté un correspondant de l'AFP. (Photo, AFP)
Short Url
  • «L'objectif était de faire passer un message ferme. Et nous l'avons fait»
  • En septembre, la Cédéao avait demandé aux autorités de soumettre «au plus tard» fin octobre un calendrier des «étapes essentielles» en vue d'élections en février 2022

BAMAKO : Le président ghanéen Nana Akufo-Addo, président en exercice de la conférence des chefs d'Etat ouest-africains, s'est rendu dimanche au Mali pour délivrer à la junte au pouvoir un "message ferme" sur la tenue d'élections en février, a dit un membre de sa délégation.


Nana Akufo-Addo, dont le pays assure la présidence tournante de la Communauté des Etats ouest-africains (Cédéao), a effectué dimanche une visite de quelques heures, en plein doute sur le respect de ses engagements par la junte.


"Notre message est sans ambiguïté et nous l'avons clairement dit: il faut que les élections se tiennent aux dates prévues", a dit à l'AFP un membre de haut rang de la délégation après les entretiens.


"L'objectif était de faire passer un message ferme. Et nous l'avons fait", a-t-il dit sous le couvert de l'anonymat. Le chef de la junte et président de transition, le colonel Assimi Goïta, s'est livré pour sa part à "un plaidoyer pro domo", a-t-il dit sans plus de précision.


Une délégation de la Cédéao reviendra à Bamako avant fin octobre "en espérant obtenir des assurances", a-t-il dit.


En septembre, la Cédéao avait demandé aux autorités de soumettre "au plus tard" fin octobre un calendrier des "étapes essentielles" en vue d'élections en février 2022.


Les autorités ont réservé une rencontre avec les médias à la seule presse d'Etat après des entretiens avec les dirigeants maliens au palais présidentiel, a rapporté un correspondant de l'AFP.


Au même moment était organisée près du palais une manifestation de soutien aux autorités, derrière une banderole proclamant "Seul le choix du peuple souverain du Mali compte", une réponse aux pressions exercées par la Cédéao ou la France.


Cette visite a eu lieu dans un contexte sécuritaire et politique délicat dans un pays plongé dans la tourmente depuis 2012 et le début d'insurrections indépendantiste et salafiste dans le nord.


Les militaires, qui ont pris le pouvoir par la force en août 2020 et l'ont conforté par un nouveau putsch en mai 2021, se sont engagés sous la pression des voisins ouest-africains et d'une bonne part de la communauté internationale à céder la place aux civils après des élections programmées fin février 2022. Or, depuis des semaines, la junte et le gouvernement qu'elle a installé signalent de plus en plus clairement que l'échéance risque de ne pas être respectée.


Simultanément, la relation avec le partenaire français, qui déploie plus de 5.000 soldats au Sahel contre les jihadistes mais a décidé de réduire ses effectifs à 2.500-3.000 hommes d'ici à 2023, traverse sa plus grave crise depuis le début de l'engagement français en 2013. 


Paris estime que le recours possible de Bamako à la société privée Wagner, objet de discussions malgré les agissements décriés du groupe russe de mercenaires en Afrique ou ailleurs, est incompatible avec la présence française. Bamako invoque sa souvenaineté et a accusé Paris "d'abandon".


Les partenaires du Mali jugent minimes les progrès politiques accomplis sous la junte depuis août 2020. Le pays reste en proie aux violences, au centre et près des frontières avec le Burkina Faso, et s'inquiète de leur progression vers l'ouest et le sud.


Un soldat malien a été tué dimanche matin dans une attaque attribuée à des "éléments non encore identifiés" contre un poste à Acharane, dans la région de Tombouctou (nord), a indiqué l'armée. La riposte "vigoureuse" a tué au moins quatre assaillants, a-t-elle dit.