La démarche historique de Macron envers les harkis et leurs souffrances

Une compagnie de harkis passe devant la tribune officielle à Alger le 8 mai 1957 pendant le défilé militaire commémorant la fin de la Seconde Guerre mondiale (Photo, AFP).
Une compagnie de harkis passe devant la tribune officielle à Alger le 8 mai 1957 pendant le défilé militaire commémorant la fin de la Seconde Guerre mondiale (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 23 septembre 2021

La démarche historique de Macron envers les harkis et leurs souffrances

  • En demandant solennellement pardon aux harkis, Emmanuel Macron a voulu tourner l’une des pages les plus sombres de l’histoire de la république
  • Les harkis ont été abandonnés aux représailles du Front de libération nationale (FLN), victorieux après l’indépendance, ou rapatriés en France dans des conditions honteuses

PARIS: Macron, tout comme un certain nombre de ses prédécesseurs, s’est donc penché sur le sujet brûlant des harkis, un dossier vieux de soixante ans.

En demandant solennellement pardon aux harkis, ces Algériens supplétifs de l’armée française massacrés en Algérie et maltraités en France, Emmanuel Macron a tenu à tourner l’une des pages les plus sombres de l’histoire de la république. Au cours d’une cérémonie organisée dans le palais présidentiel, en présence de trois cents personnes – des harkis ou leurs représentants –, le président français a franchi un pas déterminant vers la réparation du tort commis par les plus hautes autorités françaises à l’égard de ces combattants.

Ces derniers ont été abandonnés aux représailles du Front de libération nationale (FLN), victorieux après l’indépendance, ou rapatriés en France dans des conditions honteuses.

Le président Valéry Giscard d’Estaing avait été le premier à accorder aux harkis le statut d’anciens combattants, en 1974.

Son successeur, François Mitterrand, a campé sur une position de déni, estimant que la France n’avait rien à se reprocher. Quant au président Jacques Chirac, sensible aux douleurs mémorielles, il a instauré la Journée du souvenir du 25-Septembre.

C’est au début de sa présidence, au mois de juillet 2018, qu’Emmanuel Macron s’est emparé de ce dossier. Le rapport qu’il a commandé à Dominique Ceaux a permis la mise en place d’un système d’indemnisation, avec 40 millions d’euros alloués sur cinq ans à la deuxième génération des harkis.

Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, des hommages marqués furent rendu aux harkis en 2007 et en 2012.

Les Harkis sont accueillis à leur arrivée à Marseille, le 30 Juin 1985, au terme d'un périple de 1 300km commencé à Dunkerque (Photo, AFP).

François Hollande, lui, a rompu avec la position de son prédécesseur socialiste Mitterrand: il a reconnu la responsabilité des gouvernements français dans le calvaire enduré par les harkis.

C’est au début de sa présidence, au mois de juillet 2018, qu’Emmanuel Macron s’est emparé de ce dossier. Le rapport qu’il a commandé à Dominique Ceaux a permis la mise en place d’un système d’indemnisation, avec 40 millions d’euros alloués sur cinq ans à la deuxième génération des harkis.

Un travail de mémoire qui reste insuffisant

Le travail accompli depuis soixante ans est important, mais il reste insuffisant au regard de l’ampleur du préjudice subi; d’où la nécessité d’aller plus loin afin de clore le mieux possible cette page en procédant à une réparation.

Le but, selon Emmanuel Macron, est de «panser les plaies» pour aller de l’avant en attendant «la réconciliation».

Cette dernière se concrétisera par la rédaction d’un texte de loi «de reconnaissance et de réparation» qui permettra de mettre en évidence la singularité de la question harkie.

D’autre part, une commission nationale sera créée afin de «superviser le processus de recueil de témoignages» relatifs à cette période obscure, à commencer par ceux de la première génération.

Macron a reçu une délégation de harkis à l’Élysée le 10 mai dernier afin de les rassurer sur le fait que le rapport Stora ne constitue en rien un prétexte pour faire passer à la trappe le long chapitre de leurs souffrances.

L’exercice est particulièrement délicat, comme à chaque fois qu’il est question de dossiers mémoriels et de leurs lourdes charges affectives; mais, pour le président français, c’est une manière de regarder l’histoire en face.

L’Élysée a révélé la genèse d’une démarche qui s’est déroulée en deux temps, le premier «court» et le second «plus historique».

Ainsi, après la publication du rapport de l’historien Benjamin Stora sur la mémoire de la colonisation et la guerre d’Algérie, au mois de janvier dernier, des voix harkies se sont élevées pour exprimer leur inquiétude d’être «les oubliés de l’histoire».

Ces harkis redoutaient de faire les frais d’une réconciliation des mémoires algérienne et française autour de la douloureuse période de la guerre d’Algérie.

Macron, qui a entendu ces craintes, a reçu une délégation de harkis à l’Élysée le 10 mai dernier afin de les rassurer sur le fait que le rapport Stora ne constitue en rien un prétexte pour faire passer à la trappe le long chapitre de leurs souffrances.

L’Élysée a qualifié cette rencontre de «longue, passionnante et émouvante». Les échanges, qui ont duré près de deux heures, ont mis en évidence la nécessité «d’accomplir un nouveau pas en direction des porteurs de la mémoire des harkis».

Il était temps pour la république «de sortir d’une ambiguïté mémorielle qui a oscillé depuis soixante ans entre non-dits» et déni, affirme l’Élysée.

Cette rencontre a donc forgé chez le président français la conviction d’être parvenu à un point d’aboutissement; il était nécessaire d’affirmer que le destin des harkis était un destin bien singulier.

Et, pour expliquer cette singularité, il faut remonter le cours de l’histoire jusqu’aux accords d’Évian, signés en 1962, qui mettent fin à la guerre d’Algérie et marquent le début du drame vécu par les harkis.

Le Premier ministre de l’époque, Georges Pompidou, réclame fermement leur rapatriement en France, mais cette opération a donné lieu à un accueil des plus indignes.

Le président de la République Valéry Giscard d'Estaing (5ème D) assiste, en avril 1977, à un méchoui organisé par des Harkis à Authon (Photo, AFP).

À cette époque, la position de la France vis-à-vis des 70 000 Algériens qui ont fait le choix de combattre aux côtés de ses soldats pendant la guerre d’Algérie variait entre plusieurs lignes.

La première d’entre elles considérait que les harkis étaient en grand danger en Algérie et qu’il fallait les rapatrier; la deuxième estimait que ce rapatriement était un facteur de danger, de nature essentiellement terroriste, «car on ne sait pas qui va arriver sur notre territoire». Le Premier ministre de l’époque, Georges Pompidou, réclame fermement leur rapatriement en France, mais cette opération a donné lieu à un accueil des plus indignes.

«Plus personne [ne] conteste [ce] caractère indigne», affirme l’Élysée. De fait, les harkis sont hébergés dans des camps, dans des hameaux, et se voient privés de leurs droits fondamentaux. On leur interdit de circuler et ils sont cantonnés dans des lieux d’accueil où leurs conditions de vie sont tout à fait déplorables.

À cette époque, leurs enfants n’étaient pas mieux lotis: ils n’avaient pas accès à l’école, ce qui laisse imaginer ce qu’a pu être la vie de ces enfants devenus adultes et les dégâts que cette situation a pu engendrer, souligne l’Élysée.

C’est ce chapitre du «manquement de la république française à ses propres valeurs», et à ce qui les fonde, que Macron cherche à clôturer en ouvrant le chantier de la réparation.

À sept mois de l’élection présidentielle, les détracteurs de Macron n’ont vu dans cette initiative qu’une manœuvre électorale à l’adresse des harkis, qui représentent 450 000 individus en France. Même si c’est le cas, cela n’enlève rien au caractère historique de la démarche présidentielle.


Dans le Loiret, Elisabeth Borne au chevet des agriculteurs touchés par la sécheresse

Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse (Photo, AFP).
Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse (Photo, AFP).
Short Url
  • Elisabeth Borne a rappelé le doublement de l'enveloppe à destination des agriculteurs désireux d'investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l'eau
  • Elle a assuré que son gouvernement allait «poursuivre le grand chantier de la réforme de l'assurance-récolte»

SANDILLON: Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse, a assuré que son gouvernement était "déterminé à agir pour éviter que la situation ne se dégrade" et "accompagner financièrement les agriculteurs".

En visite dans cette exploitation de 230 hectares, située entre la Beauce et la Sologne et spécialisée dans les céréales, les fraises et les asperges, la Première ministre a longuement échangé avec un jeune agriculteur qui lui a expliqué que "cette année, la sécheresse avait démarré de bonne heure". 

"Nous prenons des mesures pour gérer la ressource en eau et éviter que la situation ne soit ingérable cet été", a expliqué Mme Borne, qui était accompagnée du ministre de l'Agriculture Marc Fesneau et de la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin. 

Consigne a été donnée aux préfets "de préserver au maximum la ressource en eau", avec "des messages à tous les Français pour baisser leur consommation d'eau", et pour les situations les plus difficiles "des arrêtés sécheresse et donc des restrictions sur les usages non prioritaires", a-t-elle ajouté, précisant que 19 départements sont aujourd'hui concernés.

La cheffe du gouvernement a par ailleurs rappelé que 400 millions d'euros seront alloués "aux éleveurs qui peuvent avoir du fait de la sécheresse des difficultés sur l'alimentation animale", dans le cadre du plan d'aide exceptionnelle mis en place suite à la guerre en Ukraine et à l'envolée des prix de ces aliments. 

"Le guichet de mise en place de cette aide ouvrira dès lundi", a-t-elle annoncé.

Elisabeth Borne a également rappelé le doublement de l'enveloppe (de 20 à 40 millions d'euros) à destination des agriculteurs désireux d'investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l'eau, et les 100 millions d'euros supplémentaires mis à disposition des agences de l'eau pour aider les filières agricoles à s'adapter ou créer des retenues d'eau.

"Par ailleurs, partout où ça se justifiera nous activerons cette année le dispositif des calamités agricoles pour les fourrages", a-t-elle ajouté.

Enfin, elle a assuré que son gouvernement allait "poursuivre le grand chantier de la réforme de l'assurance-récolte", afin que "le nouveau dispositif s'applique à partir du 1er janvier 2023".

"Je veux le dire très clairement aux agriculteurs, mon gouvernement est à leurs côtés pour les accompagner dans cette transition", a conclu Mme Borne.


Adhésion à l'Otan: Macron appelle Erdogan à « respecter le choix souverain» de la Finlande et la Suède

« Il a souhaité que les discussions se poursuivent pour trouver une solution rapide» à l'opposition turque aux deux candidatures, a précisé la présidence française. (Photo d'illustration, AFP)
« Il a souhaité que les discussions se poursuivent pour trouver une solution rapide» à l'opposition turque aux deux candidatures, a précisé la présidence française. (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
  • « Le président de la République a souligné l'importance de respecter le choix souverain de ces deux pays, résultant d’un processus démocratique et intervenant en réaction à l'évolution de leur environnement de sécurité», a indiqué l'Elysée
  • Les deux pays nordiques, rompant avec une longue tradition de neutralité, ont décidé d'adhérer à l'Otan en réaction à l'offensive lancée par la Russie en Ukraine le 24 février

PARIS : Le président français Emmanuel Macron a appelé jeudi son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à "respecter le choix souverain" de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'Otan, et souhaité qu'une "solution" soit rapidement trouvée pour lever la menace de veto turc.

"Le président de la République a souligné l'importance de respecter le choix souverain de ces deux pays, résultant d’un processus démocratique et intervenant en réaction à l'évolution de leur environnement de sécurité", a indiqué l'Elysée à l'issue de l'appel entre les deux dirigeants qui a duré une heure. 

"Il a souhaité que les discussions se poursuivent pour trouver une solution rapide" à l'opposition turque aux deux candidatures, a ajouté la présidence française.

Les deux pays nordiques, rompant avec une longue tradition de neutralité, ont décidé d'adhérer à l'Otan en réaction à l'offensive lancée par la Russie en Ukraine le 24 février.

Mais la Turquie menace de bloquer leur entrée dans l'Alliance, qui requiert l'unanimité des Etats membres de l'organisation.

Ankara accuse notamment les deux pays d'abriter des militants kurdes du PKK, le Parti des Travailleurs du Kurdistan qu'elle considère comme une organisation terroriste, et demande leur extradition. 

La Turquie envisage par ailleurs une nouvelle opération contre les Kurdes dans le nord de la Syrie, qui risque de susciter de nouvelles tensions au sein de l'Otan, notamment avec la France.

Les présidents français et turc ont évoqué en outre "l'urgence de rendre possibles les exportations de céréales ukrainiennes", bloquées par la guerre dans les ports du sud du pays, ce qui menace d'entraîner une crise alimentaire mondiale. Emmanuel Macron va poursuivre "dans les jours qui viennent les contacts à ce sujet avec les acteurs internationaux pertinents". 

Ils ont discuté des "différentes voies possibles pour acheminer" ces récoltes, en lien avec les Nations Unies, et sont "convenus de rester en contact afin de trouver une solution rapidement".

Une des pistes étudiées est la mise en place d'un corridor naval depuis Odessa, en mer Noire, dont la Turquie pourrait être un acteur important.

Les deux dirigeants ont par ailleurs dit "leur préoccupation face à la dégradation de la situation en Libye".

Après plus d'une décennie de chaos consécutif à la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi, la Libye, minée par les divisions entre institutions concurrentes dans l'Est et l'Ouest, compte depuis début mars deux gouvernements rivaux, comme entre 2014 et 2021, alors en pleine guerre civile.

Un gouvernement formé par l'ex-ministre de l'Intérieur Fathi Bachagha, approuvé par le Parlement siégeant dans l'Est, est en concurrence avec l'exécutif à Tripoli dirigé par Abdelhamid Dbeibah, issu des accords politiques parrainés par l'ONU.


La France à la découverte de Yanbu, exemple de la légendaire hospitalité saoudienne

L’ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, s’est rendu mercredi à Yanbu (Photo, fournie).
L’ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, s’est rendu mercredi à Yanbu (Photo, fournie).
Short Url
  • «Le potentiel touristique de Yanbu est impressionnant, autant pour l’architecture traditionnelle de son quartier historique, que pour la beauté de ses côtes et de ses fonds marins exceptionnels»
  • «L'accueil que j’ai reçu des autorités et de la population confirme, si besoin était, la légendaire hospitalité saoudienne»

L’ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, s’est rendu mercredi à Yanbu, la ville portuaire antique sur la côte de la mer Rouge, à l’ouest de l’Arabie saoudite. À quelques heures de Médine, Yanbu est la deuxième plus grande ville au bord de la méditerranée après Djeddah.

Reçu par le gouverneur de Yanbu, M. Saad al-Suhaimi, avec le consul général de France à Djeddah, Mostafa Mihraje, ils ont abordé le sujet du développement industriel et touristique du gouvernorat et le renforcement des liens avec la France. M. Pouille révèle à Arab News en français que «le potentiel touristique de Yanbu est impressionnant, autant pour l’architecture traditionnelle de son quartier historique que pour la beauté de ses côtes et de ses fonds marins exceptionnels, ainsi que les montagnes qui l’entourent et qui offrent de prometteuses perspectives d’écotourisme». Ludovic Pouille n’a pas oublié de souligner bien sûr «la gastronomie de la région de Yanbu qui propose les meilleurs poissons frais du pays et le délicieux riz brun Sayadieh».

L’ambassadeur s’est ensuite rendu à la Commission royale de Yanbu, où il a rencontré son président, le Dr Fahad Dhaifallah al-Qurashi et son équipe.

L’ambassadeur s’est ensuite rendu à la Commission royale de Yanbu, où il a rencontré son président, le Dr Fahad Dhaifallah al-Qurashi et son équipe (Photo, fournie).
L’ambassadeur s’est ensuite rendu à la Commission royale de Yanbu, où il a rencontré son président, le Dr Fahad Dhaifallah al-Qurashi et son équipe (Photo, fournie).

M.  Pouille et le Dr Al-Qurashi ont exploré la contribution des entreprises françaises au développement économique de la grande ville industrielle de l’ouest.

M. Pouille a également rencontré le maire de Yanbu, Eng Yasser al-Rifai. Ils ont discuté des perspectives impressionnantes de développement de la ville, dans les domaines industriel, énergétique, culturel et touristique. Selon M. Pouille, et dans le cadre de la vision saoudienne 2030, «les plans de développement industriel de la ville et du port, qui devraient doubler dans les quinze prochaines années, sont autant d’opportunités de renforcement des relations économiques franco-saoudiennes».

Ludovic Pouille a clôturé son premier jour dans la vieille ville de Yanbu par une visite «très agréable» au souk nocturne traditionnel, où sont notamment vendus des produits artisanaux créés par les coopératives de femmes de la région, dans le cadre de la politique d’autonomisation des femmes menée par le gouvernorat.

M.  Pouille et le Dr Al-Qurashi ont exploré la contribution des entreprises françaises au développement économique de la grande ville industrielle de l’ouest (Photo, fournie).
M.  Pouille et le consule ont exploré la contribution des entreprises françaises au développement économique de la grande ville industrielle de l’ouest (Photo, fournie).

Toujours dans le cadre de sa visite à Yanbu, M. Pouille s’est rendu le jeudi au port industriel et commercial de King Fahad, l’un des plus importants ports de la mer Rouge. Remerciant le capitaine Ali Salem al-Mehwari, le directeur général du port, pour son accueil chaleureux, M. Pouille révèle à Arab News en Français qu’il a découvert avec énormément de plaisir et d’intérêt la ville portuaire de Yanbu, l’un des plus anciens ports de la région et désormais le premier port industriel de la mer Rouge. «L'accueil que j’y ai reçu des autorités et de la population confirme, si besoin était, la légendaire hospitalité saoudienne», souligne-t-il.

L’ambassadeur de France en Arabie a clôturé sa tournée à Yanbu en visitant la cité industrielle où il a rencontré l’ingénieur et PDG de la raffinerie Yasref, Hicham al-Adel, qui a noué un partenariat stratégique avec Air Liquide Group dans le domaine de la production d'hydrogène.