Face à des défis existentiels, l'UE craint le vide de l'après-Merkel

Angela Merkel, la cheffe de gouvernement à la plus grande longévité parmi les démocraties européennes, a joué un rôle tout à fait décisif dans l'UE, explique le politologue Janis Emmanouilidis du European Policy Centre (EPC). (AFP)
Angela Merkel, la cheffe de gouvernement à la plus grande longévité parmi les démocraties européennes, a joué un rôle tout à fait décisif dans l'UE, explique le politologue Janis Emmanouilidis du European Policy Centre (EPC). (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 23 septembre 2021

Face à des défis existentiels, l'UE craint le vide de l'après-Merkel

  • L'UE est confrontée à des défis historiques: reconstruire une économie forte après la pandémie, lutter contre le changement climatique, affirmer son rôle géopolitique face aux Etats-Unis et à la Chine
  • L'ancienne ministre espagnole des AE reproche à la chancelière sa «stratégie consistant à attendre que les situations désespérées appellent des mesures désespérées»

BRUXELLES: Le retrait d'Angela Merkel de la scène politique suscite la peur du vide au sein de l'Union européenne, confrontée à des chantiers décisifs pour sa survie, mais aussi l'espoir d'un vent de renouveau.

photo


Ces derniers mois, les dirigeants de l'UE ont multiplié hommages et remerciements à celle qui a dirigé l'Allemagne depuis 2005, presque aussi longtemps que le chancelier de la Réunification, Helmut Kohl (1982-1998).


Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a salué son "énorme autorité". La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a souligné à quel point l'esprit d'analyse de cette docteure en chimie avait été crucial pour débloquer les négociations européennes parfois interminables.


Angela Merkel, la cheffe de gouvernement à la plus grande longévité parmi les démocraties européennes, a joué un rôle tout à fait décisif dans l'UE, explique le politologue Janis Emmanouilidis du European Policy Centre (EPC). Elle tirera sa révérence quelques mois après les législatives allemandes de dimanche, le temps qu'un nouveau gouvernement soit formé.


"Bien sûr, son départ laisse un vide", a-t-il déclaré à l'AFP, évoquant "la fin d'une époque". Au cours de ses 16 années au pouvoir, Mme Merkel a dû faire face à une "crise permanente" de l'UE, de la crise financière de 2008 à la pandémie de coronavirus, en passant par le Brexit, rappelle cet expert.

De la rue au Bundestag, des militants du climat en quête de suffrages

C'est vêtue d'un déguisement de licorne couleur arc-en-ciel que Kathrin Henneberger s'est fait connaître lorsqu'elle occupait une forêt allemande menacée par les bulldozers. La jeune militante pour le climat aspire désormais à endosser le costume de député.


Cette activiste habituée aux opérations coups de poing a décidé, à 34 ans, de se présenter aux élections législatives qui se tiennent dimanche en Allemagne.


Un pas qu'a également franchi Jakob Blasel, l'un des organisateurs du mouvement Fridays for Future en Allemagne.


Ils veulent représenter une jeunesse qui se mobilise en masse pour le climat mais aimerait être davantage entendue par les politiques.


Il faut entrer dans "les lieux où les décisions sont prises", fait valoir Jakob Blasel, 20 ans et déjà plusieurs années de militantisme derrière lui.


Comme Kathrin Henneberger, il a choisi de s'engager chez les Verts, un "vieux" parti du paysage électoral en Allemagne qui pointe en troisième place dans les sondages nationaux.


Aucun programme électoral, même pas celui des Verts, n'est aujourd'hui compatible avec l'accord de Paris, qui vise à limiter le réchauffement "bien en deçà" de +2°C et si possible à +1,5°C, accuse Fridays for Future.

Inondations et glacier 

Mais activisme et politique "ne sont pas en contradiction, ça se complète parfaitement", affirme à l'AFP le jeune homme à la tignasse bouclée qui espère être élu député en Schleswig-Holstein (nord).


Il espère que les inondations meurtrières de juillet dans l'ouest de l'Allemagne auront fait prendre conscience à beaucoup d'électeurs que l'impact du dérèglement climatique frappe à leur porte.


Dans les Alpes bavaroises, les scientifiques tirent la sonnette d'alarme depuis plusieurs années.


Accrochée à une falaise désertique du Zugspitze, le plus haut sommet d'Allemagne, la station de recherche Schneefernhaus mesure, saison après saison, la fonte des glaciers.


"Regardez, on peut voir à certains endroits qu'il n'y a plus de neige", pointe Inga Beck, 37 ans, porte-parole de la station, devant une fenêtre qui donne sur le glacier Schneefern Nord, le plus grand du pays. 


Un récent rapport ministériel estime que 250 litres d'eau s'écoulent du glacier toutes les 30 secondes. A ce rythme, celui-ci, ainsi que les quatre glaciers allemands, auront disparu d'ici à 2040.


Dans la région du Zugspitze, "les températures ont grimpé d'1,5 degrés ces trente dernières années", relate Hans Peter Schmid, directeur de l'institut de recherche KIT-Campus Alpin.

Rassembler jeunes et anciens 

Kathrin Henneberger a longtemps cru que la désobéissance civile était le principal moyen d'agir pour sauver la planète.


"J'ai occupé des mines, bloqué la construction de centrales, mais il y a une nouvelle jeune génération qui s'active", explique celle qui a adhéré à l'ONG Greenpeace à l'âge de 13 ans.


"On n'a plus besoin de moi ici, tandis que cette génération a besoin de députés qui la prennent au sérieux", observe-t-elle, soulignant : "l'industrie fossile est au Bundestag et y a une très grande influence."


Dans plusieurs régions allemandes, les écologistes sont déjà au pouvoir, parfois même aux côtés des conservateurs.


Les Verts, qui ont toutes les chances d'entrer au gouvernement, tentent de faire le pont entre les revendications, parfois radicales, des activistes et l'électorat plus traditionnel d'un pays où les plus de 60 ans représentent 38% des électeurs.


Parmi leurs propositions phares : avancer à 2030 la sortie du charbon prévue en 2038, et interdire à partir de cette date la vente de voitures équipés de moteurs à combustion.


Membre des Verts depuis près de quarante ans, Hajo Siemes accueille avec enthousiasme la nouvelle génération.


Cet élu local de 74 ans accompagnait récemment Kathrin Henneberger lors d'un déplacement de campagne en vélo dans sa circonscription de Möchengladbach (ouest) et se souvient de son propre parcours.


"Beaucoup d'entre-nous viennent du terrain et étaient dans la rue", observe ce vétéran de la lutte antinucléaire des années 1970.


Politiques, manifestants, activistes... "un mouvement vit de la diversité des acteurs", insiste Mme Henneberger.


"Nous ne pouvons pas imposer les 1,5 degrés en politique uniquement à travers des manifestations massives", explique la candidate, qui ne compte pas renoncer à descendre dans la rue.


Vendredi, l'avant-veille du scrutin, elle sera, comme Jakob Blasel, dans les cortèges appelés à "une grève mondiale" par le mouvement Fridays for Future.

Gestionnaire pragmatique 

Ses discours sur l'Europe n'entreront pas dans l'Histoire. Dépourvue de grande vision, la chancelière doit sa bonne image à ses talents de gestionnaire pragmatique qui lui ont permis de maintenir l'unité de l'UE dans l'adversité en forgeant les compromis nécessaires.


Elle a fait preuve de "continuité et de fermeté", ce que de nombreux Européens ont apprécié en période d'incertitude. "Le prochain chancelier devra d'abord prendre de l'envergure avant de pouvoir prétendre à la remplacer dans ce rôle", souligne-t-il. Peu importe qu'il s'appelle Armin Laschet (CDU), Olaf Scholz (SPD) ou Annalena Baerbock (Verts).


Selon une étude menée dans 12 pays de l'UE par le Conseil européen pour les relations internationales (ECFR), 41% des personnes interrogées affirment qu'elles voteraient pour Angela Merkel plutôt que pour Emmanuel Macron, s'il fallait élire un président pour l'Europe.


Pendant la crise de l'euro, au début des années 2010, elle avait pourtant suscité la colère après avoir tardé à venir en aide aux pays endettés, comme la Grèce, laissant craindre un moment une implosion de la monnaie unique.

photo

 

Allemagne : un mode de scrutin à la fois majoritaire et proportionnel

Les élections législatives allemandes qui ont lieu le 26 septembre se déroulent selon un système de vote complexe, qui allie scrutin uninominal direct à un tour et principe proportionnel.


Elles sont cruciales car l’Allemagne est une démocratie parlementaire où le/la chancelier/e est élu/e par les députés du Bundestag, la chambre basse du Parlement, dans le sillage du scrutin, et non directement par la population.


Deux voix 
Chacun des 60,4 millions d'électeurs dispose de deux voix pour élire les députés, dont le nombre a été fixé à 598 au minimum. Le chiffre final devrait toutefois être supérieur et ne sera connu qu'à l'issue du scrutin.


La moitié des sièges (299) sont attribués par un scrutin uninominal direct à l'échelle des circonscriptions. Le candidat arrivé en tête, même s'il n'atteint pas les 50%, est élu. Ce qui favorise traditionnellement les grands partis, les petits n'ayant que très peu de députés élus directement.


Mais les électeurs disposent d'une deuxième voix, qu'il doivent attribuer à une liste de partis dans chaque Etat régional. C'est là qu'intervient le système proportionnel, mis en place sous l'influence des alliés après la guerre pour éviter un retour du totalitarisme, avec un seuil minimum de 5% des suffrages pour entrer au Bundestag. 

Sièges supplémentaires 

L'électeur peut voter deux fois pour le même parti ou différencier son choix. Les Allemands optent souvent pour cette dernière solution car ils sont habitués à être gouvernés par des coalitions, en raison du système proportionnel, et essaient d'influencer leur composition.


La deuxième voix a beaucoup d'importance: le score obtenu par chaque parti dans chaque Etat régional va en effet déterminer en grande partie le nombre d'élus envoyés au final au Bundestag, via un mode de calcul compliqué.


Si un parti obtient par exemple dans une région donnée (ou in fine au plan national) 30% des voix à la proportionnelle, il aura droit à coup sûr à 30% de tous les sièges alloués. 

Obésité? 

A ce stade, deux cas de figure: si le nombre d'élus directs au scrutin majoritaire représente un total inférieur à ce seuil de 30%, on complète avec les élus de la liste régionale. Si en revanche il est supérieur au score proportionnel, ces sièges directs supplémentaires restent et augmentent donc mécaniquement le nombre total de députés au Bundestag.


D'autant qu'en pareil cas, la Cour constitutionnelle allemande a imposé un rééquilibrage sous forme d'une attribution de sièges supplémentaires aussi aux autres petits partis, afin de préserver la dimension proportionnelle du scrutin.


Le nombre final d'élus a de ce fait enflé de scrutin en scrutin dans la période récente: ils sont déjà 709 députés dans le Bundestag sortant et pourraient, selon certaines projections dépasser cette fois 750. 


Plusieurs tentatives pour plafonner ce nombre ont eu lien dans le passé mais sans résultat probant.

photo

Attente et hésitations 

"Angela Merkel n'a pas sauvé l'Europe", affirme l'ancien président de la Commission, Jean-Claude Juncker. "C'est le narratif allemand qui voudrait qu'elle ait été à l'origine de toutes les solutions dans les crises graves", a-t-il déclaré au quotidien belge Le Soir. "Je ne sous-estime pas le rôle qu'elle a joué mais je suis loin de le surestimer pour avoir vécu ses propres hésitations durant cette période qui fut parmi les plus difficiles de la construction européenne".


Pour ce vétéran de la politique luxembourgoise, Merkel a cependant agi en "femme d'Etat" en ouvrant les frontières allemandes aux réfugiés en 2015 malgré les attaques dont elle a été la cible dans son pays, et "elle a bien réagi" durant la pandémie en acceptant un plan de sauvetage historique à 750 milliards d'euros qui a incarné la solidarité européenne.


L'ancienne ministre espagnole des Affaires étrangères, Ana Palacio, reproche à la chancelière sa "stratégie consistant à attendre que les situations désespérées appellent des mesures désespérées". Cette stratégie a "souvent profité à ceux qui enfreignent les règles", assure-t-elle, en référence aux tergiversations allemandes face au chef du gouvernement hongrois Viktor Orban dont le pays s'est éloigné des valeurs européennes.


Or, l'UE est confrontée à des défis historiques: reconstruire une économie forte après la pandémie, lutter contre le changement climatique, affirmer son rôle géopolitique face aux Etats-Unis et à la Chine... 


"Mme Merkel a peut-être habilement maintenu le statu quo sur le continent au cours des dernières années, mais les défis auxquels l'Europe est confrontée aujourd'hui exigent des solutions radicales, et non des changements cosmétiques. Ce dont l'UE a besoin aujourd'hui, c'est d'une Allemagne visionnaire", estime Piotr Buras, de l'ECFR.


Une vague de témoignages d'étudiantes droguées à leur insu inquiète au Royaume-Uni

Des gens assis à des tables à l'extérieur pour manger et boire dans des bars et restaurants rouverts, dans la rue du quartier de Soho à Londres, le 16 avril 2021, à la suite de la deuxième étape de la feuille de route du gouvernement sur le troisième verrouillage national de l'Angleterre.  (Niklas Halle'n/AFP)
Des gens assis à des tables à l'extérieur pour manger et boire dans des bars et restaurants rouverts, dans la rue du quartier de Soho à Londres, le 16 avril 2021, à la suite de la deuxième étape de la feuille de route du gouvernement sur le troisième verrouillage national de l'Angleterre. (Niklas Halle'n/AFP)
Short Url
  • Une vague de témoignages d'étudiantes droguées à leur insu inquiète au Royaume-Uni
  • Zara Owen, étudiante en première année, avait expliqué s'être réveillée après une soirée avec des souvenirs flous et une douleur aiguë dans la jambe, où elle avait repéré une piqûre

LONDRES : Après du GHB dans les boissons, les piqûres: une vague de témoignages d'étudiantes droguées à leur insu par des injections en boîte de nuit inquiète au Royaume-Uni, où la police a été saisie de plus de 100 cas et a procédé à de premières arrestations.

Cela fait des années qu'est connue la pratique qui consiste à introduire des drogues dans la boisson d'une victime. Mais ces derniers jours, de nombreuses jeunes femmes et quelques jeunes hommes ont dénoncé des agressions dans des bars ou boîtes de nuit à l'aide d'aiguilles hypodermiques, provoquant l'effroi au Royaume-Uni.

Les témoignages se sont multipliés après que deux étudiantes de l'Université de Nottingham ont pris la parole dans les médias britanniques, affichant leurs marques d'aiguilles et leurs ecchymoses sur la peau.

Zara Owen, étudiante en première année, avait expliqué s'être réveillée après une soirée avec des souvenirs flous et une douleur aiguë dans la jambe, où elle avait repéré une piqûre.

Sarah Buckle, en deuxième année, avait elle été emmenée à l'hôpital par ses amis après s'être brusquement effondrée lors d'une sortie nocturne. Elle a ensuite découvert sur sa main une ecchymose avec une marque sombre au centre, qu'elle a montrée à la chaîne télévisée Channel 4 News.

Depuis septembre, la police britannique a déclaré avoir reçu 140 rapports sur des incidents impliquant des boissons droguées et 24 impliquant des piqûres.

"Il est clair que ces rapports sont très préoccupants", a déclaré le chef de police adjoint Jason Harwin, responsable de la branche drogue au sein de la fédération (NPCC) qui coordonne les différents organismes policiers.

-Trois arrestations-

Selon lui, le NPCC travaille "à un rythme soutenu" pour "comprendre l'ampleur de cette délinquance", établir tout lien entre ces allégations et traduire les responsables en justice.

Vendredi, la police de Nottinghamshire, dans le nord de l'Angleterre, a annoncé avoir arrêté deux hommes dans le cadre de son enquête sur des incidents de "piqûres" survenus dans la ville.

Les jeunes gens, âgés de 18 et 19 ans, sont soupçonnés d'avoir planifié de droguer des personnes "avec l'intention de leur nuire, de les importuner ou de les blesser", ont indiqué les forces de l'ordre.

Dans la région voisine du Lincolnshire, la police a arrêté tôt dans la matinée un homme de 35 ans, soupçonné de posséder des drogues avec l'intention de les administrer, après avoir reçu l'aide du personnel d'une boîte de nuit. Mais sans que cela n'implique une aiguille.

Depuis le début du mois, la police du Nottinghamshire a reçu 15 signalements de "piqûre présumée par un objet pointu" de la part de 14 femmes et d'un homme, et 32 signalements en tout d'administration de drogues depuis début septembre.

Et cela concerne d'autres régions d'Angleterre. La police du Devon et des Cornouailles affirme enquêter sur "un incident au cours duquel une femme a été agressée avec une aiguille" dans une boîte de nuit d'Exeter. Un cas a aussi été rapporté dans les West Midlands.

-Boycott des bars-

Cette vague de dénonciations intervient quelques mois seulement après la mort très médiatisée de deux jeunes femmes dans les rues de la capitale, qui avait créé une émotion considérable au Royaume-Uni et relancé le débat sur la sécurité des femmes dans l'espace public.

Sarah Everard, une Londonienne de 33 ans, avait été attaquée en pleine rue puis tuée début mars par un policier tandis qu'elle rentrait chez elle. Sabina Nessa, enseignante de 28 ans, avait disparu le 17 septembre alors qu'elle sortait de chez elle pour se rendre à un bar situé à cinq minutes à pied. Son corps avait été retrouvé le lendemain dans un parc, caché sous un tas de feuilles.

Pour protester face à cette nouvelle atteinte à leur sécurité, les étudiantes et leurs camarades masculins préparent une série de boycotts des discothèques et bars, refusant de sortir un soir déterminé à l'avance dans chaque ville pour réclamer une meilleure protection.

Plus de 163.000 personnes ont ainsi signé une pétition demandant au gouvernement de rendre obligatoire la fouille minutieuse des clients à l'entrée des boîtes de nuit.

La commission parlementaire en charge des affaires intérieures a examiné mercredi les témoignages des victimes, sa présidente Yvette Cooper qualifiant ces attaques à l'aiguille de "crimes ignobles".


Avec Scholz au pouvoir, Merkel «dormira tranquille»

Le ministre allemand des Finances, vice-chancelier et candidat des sociaux-démocrates (SPD) à la chancelière Olaf Scholz prononce un communiqué de presse au siège du parti à Berlin le 27 septembre 2021, un jour après les élections générales. (Odd Andersen/AFP)
Le ministre allemand des Finances, vice-chancelier et candidat des sociaux-démocrates (SPD) à la chancelière Olaf Scholz prononce un communiqué de presse au siège du parti à Berlin le 27 septembre 2021, un jour après les élections générales. (Odd Andersen/AFP)
Short Url
  • «Il y aura des différences politiques, ça va de soi», a expliqué la chancelière dans une interview au journal Süddeutsche Zeitung. «Mais je peux dormir tranquille», a assuré Angela Merkel
  • En passant le relais à son actuel ministre des Finances, la dirigeante conservatrice n'attend pas de changement radical dans la politique budgétaire allemande, marquée par la rigueur et l'aversion pour la dette

FRANCFORT, Allemagne : Angela Merkel a assuré vendredi être sereine à l'idée de passer le relais au social-démocrate (SPD) Olaf Scholz et pouvoir «dormir tranquille» avec l'arrivée probable à la chancellerie de ce centriste, vainqueur des législatives de septembre.

«Il y aura des différences politiques, ça va de soi», a expliqué la chancelière dans une interview au journal Süddeutsche Zeitung. «Mais je peux dormir tranquille», a-t-elle assuré.

Angela Merkel devrait quitter ses fonctions avant la fin de l'année, après 16 ans au pouvoir, si les pourparlers aboutissent pour former une coalition entre SPD, Verts et libéraux du FDP.

Les trois partis veulent finaliser leurs discussions d'ici fin novembre et installer Olaf Scholz aux commandes début décembre.

En passant le relais à son actuel ministre des Finances, la dirigeante conservatrice n'attend pas de changement radical dans la politique budgétaire allemande, marquée par la rigueur et l'aversion pour la dette.

«Je n'ai jamais eu l'impression que M. Scholz dépense facilement», a-t-elle déclaré.

Son successeur prendra la tête d'un pays où «le climat politique est devenu plus rude», selon Mme Merkel.

«Quand je suis devenue chancelière, les smartphones n'existaient pas. Facebook avait un an, Twitter a été inventé seulement un an plus tard. Nous vivons dans un monde médiatique complètement transformé, et ça y contribue», explique-t-elle au «SZ».

Réputée pour son aptitude au dialogue et son sens du compromis, la dirigeante a dit craindre de voir «de plus en plus de problèmes pour parvenir à l'élaboration de compromis, indispensables en démocratie».

Celle qui est devenue en 2005 la première chancelière du pays estime qu'en Allemagne, «nous n'avons pas encore réussi à passionner assez de femmes pour la politique», appelant à «continuer le travail pour que les femmes aient davantage confiance en elles».

«Je ne peux qu'encourager les femmes à s'engager», a-t-elle ajouté. «Seulement des hommes, cela ne correspond plus à notre époque.»


La Nasa vise février pour Artémis 1, la première des missions de retour sur la Lune

Le véhicule de lancement (LVSA) pour la mission Artemis-1 est déchargé d'une barge à la base aérienne de Cape Canaveral en Floride avant le lever du soleil le 30 juillet 2020. (Gregg Newton/AFP)
Le véhicule de lancement (LVSA) pour la mission Artemis-1 est déchargé d'une barge à la base aérienne de Cape Canaveral en Floride avant le lever du soleil le 30 juillet 2020. (Gregg Newton/AFP)
Short Url
  • Cette mission, qui était initialement prévue avant la fin de l'année, signera le réel lancement du programme Artémis, qui doit permettre aux États-Unis de renvoyer des humains sur la Lune, dont la première femme
  • Artémis 1 a plusieurs objectifs: montrer la capacité d'Orion à revenir depuis la Lune, à opérer dans l'espace lointain où il fait « bien plus froid que dans l'orbite terrestre basse », ainsi que récupérer avec succès le vaisseau

WASHINGTON, États-Unis : Après des années d'attente, le calendrier se précise: la Nasa a annoncé vendredi viser février pour le décollage de sa mission Artémis 1, la première du programme américain de retour sur la Lune.

Cette mission, qui était initialement prévue avant la fin de l'année, signera le réel lancement du programme Artémis, qui doit permettre aux États-Unis de renvoyer des humains sur la Lune, dont la première femme.

Ce premier vol test se fera sans astronaute à bord: la nouvelle fusée géante de la Nasa, nommée SLS, devra propulser vers la Lune la capsule Orion, avant que celle-ci ne revienne sur Terre.

"La fenêtre de lancement en février s'ouvre le 12 et notre dernière opportunité en février est le 27", a déclaré lors d'une conférence de presse Mike Sarafin, chargé de la mission.

En cas de besoin, notamment si l'engin n'est pas prêt à temps, d'autres fenêtres de lancement sont prévues en mars (du 12 au 27) et en avril (du 8 au 23).

La fusée a été entièrement assemblée mercredi, avec Orion à son sommet, au Centre spatial Kennedy, à Cap Canaveral en Floride. Elle est haute de quasiment 100 mètres.

"C'est une étape très importante. Cela montre que nous sommes dans la dernière ligne droite de la mission", a commenté Mike Sarafin.

Début janvier, le lanceur sera amené sur le pas de tir pour une répétition générale. Les réservoirs du véhicule seront remplis de carburant, et un faux compte à rebours sera effectué.

Après ce test, la date exacte du décollage sera annoncée.

S'il a lieu durant la première moitié de la fenêtre de lancement en février, alors la mission durera environ six semaines. Mais si c'est la deuxième moitié, le vaisseau ne passera qu'environ quatre semaines dans l'espace, a précisé M. Sarafin.

- Selfies avec la Lune -

En mars, SLS avait effectué avec succès un test statique de ses moteurs (appelé "hot fire") dans le Mississippi, avant que l'engin ne soit transporté vers la Floride.

Orion a quant à elle déjà volé dans l'espace une première fois, en 2014, lancée à l'époque par une fusée Delta IV. Elle avait effectué deux tours de la Terre, notamment pour tester son bouclier thermique lors du retour dans l'atmosphère.

Mais cette fois, "quand nous reviendrons de la Lune, ce sera bien plus vite et la température sera bien plus élevée", a souligné Mike Sarafin.

Artémis 1 a plusieurs objectifs, a-t-il détaillé: montrer la capacité d'Orion à revenir depuis la Lune, à opérer dans l'espace lointain où il fait "bien plus froid que dans l'orbite terrestre basse", ainsi que récupérer avec succès le vaisseau.

Des objectifs "bonus" sont aussi prévus, comme étudier les radiations pour les prochains astronautes qui se rendront si loin, ou encore... prendre un selfie de la capsule avec la Lune en arrière-plan.

Les responsables de la Nasa n'ont pas voulu dire vendredi si le calendrier de la mission Artémis 2 serait revu.

Pour le moment, cette deuxième mission doit avoir lieu en 2023, et comportera cette fois des astronautes à bord. Mais ils n'aluniront pas.

Ce n'est que lors d'Artémis 3 que des astronautes mettront de nouveau le pied sur le sol lunaire. La date prévue était initialement 2024, une échéance qui semble désormais quasi impossible à tenir.