Grâce à Merkel, les migrants syriens sont autorisés à choisir son successeur

Selon l’étude, la maîtrise de la langue et la situation socioéconomique sont deux facteurs déterminants de la participation des migrants, ainsi que la durée de leur séjour. (AFP)
Selon l’étude, la maîtrise de la langue et la situation socioéconomique sont deux facteurs déterminants de la participation des migrants, ainsi que la durée de leur séjour. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 20 septembre 2021

Grâce à Merkel, les migrants syriens sont autorisés à choisir son successeur

  • Les réfugiés nouvellement naturalisés ne sont pas tous aussi clairs que M. Saad sur leurs intentions de vote
  • Une étude montre que seulement 65 % de la population allemande issue de l’immigration avait voté en 2017

BERLIN : Tarek Saad souhaite aider d’autres réfugiés syriens qui ont fui la guerre dans leur pays à s’installer en Allemagne. Les élections fédérales du 26 septembre semblent être l’occasion idéale pour le faire. 

Dans son État d’adoption – le Schleswig-Holstein, sur la côte de la mer Baltique – M. Saad milite pour le parti social-démocrate qu’il a rejoint en 2016, deux ans après son arrivée en Allemagne. À l’époque, il avait survécu à deux blessures par balle en Syrie.

«Je me disais que ce qui me rend la vie difficile devait également être source de tourment pour les autres. Pour surmonter ces obstacles le plus rapidement possible, il faut intégrer un parti politique», affirme l’étudiant en sciences politiques, âgé de 28 ans.

«Nos parents ont vécu sous un système politique différent pendant de longues années (en Syrie). C’est l’occasion de former une nouvelle génération (en Allemagne)», poursuit Tarek Saad, qui, comme de nombreux réfugiés, votera pour la première fois en tant que citoyen allemand.

La décision de la chancelière Angela Merkel d’ouvrir les frontières allemandes à des centaines de milliers de réfugiés syriens en 2015 a été un enjeu déterminant de la dernière campagne électorale fédérale allemande en 2017.

Les réfugiés nouvellement naturalisés ne sont pas tous aussi clairs que M. Saad sur leurs intentions de vote. 

«Je me réjouis à l’idée de pouvoir voter mais je demeure prudent. Il se peut que je ne vote pas», déclare Maher Obaid, 29 ans, qui habite dans la ville de Singen à proximité de la frontière suisse.

M. Obaid, naturalisé en 2019, explique que le manque de clarté des partis en matière de politique étrangère, notamment en ce qui concerne la Syrie, est à l’origine de son hésitation.

S’IMPLIQUER

Le nombre de Syriens ayant acquis la nationalité allemande a augmenté de 74 % en 2020 pour atteindre 6 700, selon les statistiques fédérales. On estime que le nombre total de réfugiés syriens est beaucoup plus élevé – plus de 700 000 – mais obtenir la citoyenneté exige du temps et des efforts.

Une étude, menée en 2020 par le Conseil d’experts sur l’intégration et la migration, montre que seulement 65 % de la population allemande issue de l’immigration avait voté en 2017, contre 86 % des Allemands nés dans le pays. 

Selon l’étude, la maîtrise de la langue et la situation socioéconomique sont deux facteurs déterminants de la participation des migrants, ainsi que la durée de leur séjour.

«Plus une personne reste longtemps en Allemagne, plus elle a l’impression de comprendre la vie politique et de pouvoir y participer», rapporte l’étude.

Historiquement, les migrants venus du sud de l’Europe et de la Turquie en tant que travailleurs étrangers considéraient le parti social-démocrate comme celui qui servait au mieux leurs intérêts, indique une étude menée par l’Institut allemand d’études économiques (DIW).

En revanche, les Syriens sont plus susceptibles de soutenir le parti conservateur de Mme Merkel qui a modelé la politique migratoire entre 2013 et 2016 lorsque la majorité d’entre eux sont arrivés en Allemagne, constate l’étude.

Maintenant que la chancelière se retire de la vie politique après seize ans au pouvoir, de nombreux Syriens réfléchissent de manière différente.

«Les Syriens doivent faire preuve d’intelligence. Les mesures prises par Mme Merkel sont justes mais que fait son successeur?», s’interroge Abdelaziz Ramadan, directeur d’une organisation d’intégration des migrants à Leipzig ayant été naturalisé en 2019.

Un sondage informel réalisé auprès des membres d’un groupe de migrants syriens sur Facebook montre qu’ils voteraient, en majorité, pour le parti social-démocrate. Le parti vert est en deuxième place et l’option «peu m’importe» en troisième place.

Mahmoud al-Kutaifan, un médecin vivant à Fribourg-en-Brisgau, dans le sud-ouest, fait partie des rares Syriens naturalisés à temps pour pouvoir voter lors des élections de 2017. 

«À l’époque, j’ai suivi mon cœur. J’ai voté pour Angela Merkel parce qu’elle était venue en aide aux réfugiés», déclare-t-il.

Bien qu’il n’ait pas regretté cette décision, il réfléchit – comme de nombreux autres électeurs allemands – à l’ère post-Merkel et ne sait pas pour qui voter cette fois-ci.

«Les élections approchent à grands pas mais, pour ne rien vous cacher, je n’ai toujours pas pris ma décision.»


L'Arabie saoudite et le Maroc signent un accord pour renforcer leur coopération dans le domaine du tourisme

Le ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb, assiste à la 117e session de la réunion du conseil exécutif de l'OMT. (Twitter/@Saudi_MT)
Le ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb, assiste à la 117e session de la réunion du conseil exécutif de l'OMT. (Twitter/@Saudi_MT)
Short Url
  • Le protocole a été signé en présence du ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb, et de Fatima-Zahra Ammor, ministre marocain du Tourisme, de l'Artisanat et de l'Économie sociale et solidaire
  • Al-Khateeb a déclaré que « l'Arabie saoudite et le Maroc ont un engagement commun à protéger les riches sites du patrimoine et les zones naturelles marines, montagneuses et désertiques des deux pays

RIYAD : L'Arabie saoudite et le Maroc ont signé vendredi un protocole d'entente visant à encourager et à développer la coopération dans le domaine du tourisme, ainsi qu’à coordonner les efforts pour parvenir au développement durable de cette industrie dans les deux pays, a rapporté l'Agence de presse saoudienne.

Le protocole a été signé en présence du ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb, et de Fatima-Zahra Ammor, ministre marocain du Tourisme, de l'Artisanat et de l'Économie sociale et solidaire, en marge de la 117e session du conseil exécutif de l'Organisation mondiale du tourisme.

Al-Khateeb a déclaré que « l'Arabie saoudite et le Maroc ont un engagement commun à protéger les riches sites du patrimoine et les zones naturelles marines, montagneuses et désertiques des deux pays, en plus de leur volonté d'accorder la priorité à la jeunesse dans leurs plans de développement ».

« La question de la durabilité occupe une place importante dans les ambitions touristiques saoudiennes, aussi la coopération avec des partenaires qui ont une vision similaire, comme le Maroc, permet de renforcer le secteur dans notre région et dans le monde entier, et contribue à consolider la durabilité, la flexibilité et l'inclusivité du secteur touristique au profit des particuliers et des sociétés. »

Le ministre marocain du Tourisme a précisé que « le protocole reflète les relations solides entre les deux pays et la vision commune vers le renforcement du partenariat et l'augmentation des perspectives de coopération dans le secteur du tourisme ».

« Il conduira à davantage d'initiatives conjointes et à l'échange d'expériences et de bonnes pratiques, permettant aux deux pays de développer leurs capacités dans le domaine du tourisme. »

L'accord contribuera également à augmenter les possibilités de formation et de partage des connaissances, et offrira de nouvelles ouvertures pour les investissements.

L'Arabie saoudite est actuellement l'un des plus grands partenaires commerciaux du Maroc dans le monde arabe. En 2020, le Royaume a investi 26,6 millions de dollars dans les secteurs immobilier, touristique et agricole.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Mondial: la Pologne et Lewandowski se réveillent face à l'Arabie saoudite

Les joueurs saoudiens saluent les fans après avoir été battus 2-0 par la Pologne lors du match de football du groupe C de la Coupe du monde Qatar 2022 entre La Pologne et l'Arabie saoudite au Education City Stadium d'Al-Rayyan, à l'ouest de Doha, le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Les joueurs saoudiens saluent les fans après avoir été battus 2-0 par la Pologne lors du match de football du groupe C de la Coupe du monde Qatar 2022 entre La Pologne et l'Arabie saoudite au Education City Stadium d'Al-Rayyan, à l'ouest de Doha, le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • La Pologne peut remercier son gardien Wojciech Szczesny, décisif à plusieurs reprises
  • Juste avant la mi-temps, l'équipe d'Hervé Renard a obtenu un penalty, mais le capitaine saoudien Salem Al-Dawsari s'est heurté à Szczesny

DOHA: La Pologne de Robert Lewandowski, enfin buteur dans une Coupe du monde, a fait un pas vers la qualification en battant 2-0 l'Arabie saoudite, qui n'est pas parvenue à rééditer son exploit contre l'Argentine, samedi au stade Education City à Doha lors du Mondial-2022 au Qatar.

Tenus en échec par les Mexicains en ouverture (0-0), les Polonais se sont imposés grâce à Piotr Zielinski (39e) et au premier but à ce niveau de leur star Robert Lewandowski (82e). Muet en quatre matches de Coupe du monde (trois en 2018 et un en 2022), l'attaquant du FC Barcelone s'est enfin libéré.

La Pologne peut aussi remercier son gardien Wojciech Szczesny, décisif à plusieurs reprises. Elle compte désormais quatre points dans le groupe C et reprend espoir dans la course aux huitièmes de finale.

Victorieux des Argentins à la surprise générale lors du premier match (2-1), les Saoudiens peuvent avoir quelques regrets après avoir raté l'égalisation sur penalty juste avant la pause.

Les Saoudiens ont été les premiers à se montrer dangereux quand Mohamed Kanno a vu sa frappe être déviée sur la transversale par Wojciech Szczesny (13e). Puis c'est l'attaquant saoudien Saleh Al-Shehri, buteur face à l'Argentine, qui a sauvé les siens en repoussant une tête puissante de Krystian Bielik (26e).

Une relance rapide de Szczesny a permis aux Polonais de se projeter vers le but saoudien. Le joueur de Lens Przemysław Frankowski, lancé côté droit, a centré pour Robert Lewandowski qui a servi Piotr Zielinski, dont la frappe en force n'a laissé aucune chance au gardien saoudien (39e).

Double parade de Szczesny

Juste avant la mi-temps, l'équipe d'Hervé Renard a obtenu un penalty, après recours à la VAR, pour un léger contact de Bielik sur le mollet d'Al-Shehri. Mais le capitaine saoudien Salem Al-Dawsari, auteur d'un but splendide face à l'Argentine, s'est heurté à Szczesny. Le gardien de la Juventus, impérial, a repoussé dans la foulée la tentative de Mohammed Al-Bureik qui avait suivi (45+1).

Sûrement remotivés par Hervé Renard à la pause, comme lors du match contre l'Argentine, les Saoudiens ont à nouveau semé la panique dans la surface polonaise, mais Al-Dawsari n'est pas parvenu à frapper (55e).

A l'issue d'une nouvelle action dans un petit périmètre, le joueur d'Al Hilal a expédié une frappe au dessus de la cage (60e).

Dans ce match très animé, les Polonais ont tenté de doubler la mise mais la transversale a repoussé une tête d'Arkadiusz Milik (63e), puis une frappe involontaire du genou de Lewandowski (66e).

En fin de match, les Saoudiens ont poussé pour arracher l'égalisation, en vain, à l'image de la tentative lointaine de Sahud Abdulhamid, passée à côté de la cage (78e).

Mais Robert Lewandowski est venu enterrer les espoirs saoudiens en profitant d'une erreur défensive d'Abdulelah Al-Malki pour ouvrir enfin son compteur (82e). L'ancien avant-centre du Bayern Munich a même eu l'occasion de s'offrir un doublé, mais sa balle piquée n'a pas trompé le gardien Mohammed Al-Owais.

La Pologne jouera mercredi sa qualification face à l'Argentine, dos au mur après sa défaite inaugurale et qui affronte le Mexique en soirée.

Les Saoudiens, qui rêvent de se qualifier en huitièmes comme lors de l'épopée du Mondial-1994, devront réagir face à ces mêmes Mexicains.


Syrie: tirs de roquette contre une base américaine dans le Nord-Est selon le Centcom

Sur cette photo d'archive prise le 21 janvier 2018, des troupes de l'armée turque se rassemblent près de la frontière syrienne à Hassa, dans la province de Hatay. (AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 21 janvier 2018, des troupes de l'armée turque se rassemblent près de la frontière syrienne à Hassa, dans la province de Hatay. (AFP)
Short Url
  • L'attaque, qui a ciblé les forces de la coalition internationale vers 22H30 (21H30 GMT), n'a fait ni victime ni dégât dans la base
  • Quatre soldats américains avaient été blessés jeudi dans une attaque à la roquette contre une base utilisée par la coalition antijihadiste dans la région de Deir Ezzor, dans le nord-est syrien

BEYROUTH: Deux tirs de roquettes ont visé vendredi soir la base américaine d'al-Chaddadeh dans le Nord-Est de la Syrie, au sud du gouvernorat de Hassaké, a annoncé samedi le commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom).

L'attaque, qui a ciblé les forces de la coalition internationale vers 22H30 (21H30 GMT), n'a fait ni victime ni dégât dans la base, selon la même source.

Centcom n'a pas précisé l'origine des tirs, intervenant alors que des positions kurdes du nord de la Syrie ont été visées par une série de raids aériens de la Turquie depuis dimanche dernier.

«Les attaques de cette sorte mettent en danger la population civile et les forces de la coalition et fragilisent la sécurité et la stabilité durement acquises de la Syrie et de la région», a estimé le porte-parole de Centcom, le colonel Joe Buccino.

Le 17 novembre, l'armée américaine avait rapporté une attaque à la roquette contre une base de la coalition, à al-Omar (Est), où se trouve le plus grand champ pétrolifère de Syrie. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), basé en Grande-Bretagne, avait estimé que l'attaque provenait «d’une base de milices pro-iraniennes».

Mardi, une frappe turque contre une base conjointe des forces kurdes et de la coalition internationale antijihadiste, dans le Nord-Est de la Syrie, a mis les forces américaines en danger, selon le Centcom. Un drone turc a bombardé la base, faisant deux morts parmi les combattants kurdes.

Les tirs d’artillerie turcs ont aussi repris vendredi contre la province de Hassaké, selon l'OSDH, qui n'a pas fait état de victimes.

La Turquie dit être décidée à sécuriser sa frontière, affirmant que l'attentat ayant fait six morts et 81 blessés au coeur d'Istanbul le 13 novembre, a été commandité de Kobané, dans le Nord de la Syrie, ce que les Kurdes ont démenti.

Ankara indique cibler depuis le 20 novembre des positions du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et de ses alliés des Unités de protection du peuple (YPG), composante dominante des Forces démocratiques syriennes (FDS, une alliance dominée par les Kurdes).

Appuyées par la coalition internationale menée par les Etats-Unis, les FDS avaient été le fer de lance de la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) chassé de ses fiefs en Syrie en 2019.