Face à la crise du gaz, le Royaume-Uni fait tourner ses centrales à charbon

Un militant du groupe d'action climatique Extinction Rebellion est assis sur un bord d'herbe alors que des militants locaux bloquent l'entrée du site de la mine de charbon à ciel ouvert Bradley près du village de Leadgate, comté de Durham, au nord-est de l'Angleterre le 26 février 2020. (Paul Ellis/ AFP)
Un militant du groupe d'action climatique Extinction Rebellion est assis sur un bord d'herbe alors que des militants locaux bloquent l'entrée du site de la mine de charbon à ciel ouvert Bradley près du village de Leadgate, comté de Durham, au nord-est de l'Angleterre le 26 février 2020. (Paul Ellis/ AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 24 septembre 2021

Face à la crise du gaz, le Royaume-Uni fait tourner ses centrales à charbon

  • Les centrales au charbon, particulièrement polluantes, «ont joué un rôle essentiel en maintenant les lumières allumées alors que le système énergétique est soumis à une pression considérable»
  • Drax, qui exploite la plus grosse centrale à charbon du pays, avait prévu à l'origine d'arrêter ce combustible dès 2021 et de le remplacer par de la biomasse

LONDRES, Royaume-Uni : Le Royaume-Uni, confronté à la flambée des prix du gaz, a dû faire tourner ses centrales à charbon ces dernières semaines pour assurer l'approvisionnement du pays en électricité, alors que le pays s'est donné pour objectif de sortir totalement du charbon thermique dès 2024.

«Ces dernières semaines, un certain nombre de centrales au charbon ont dû fonctionner, y compris les unités de la centrale électrique de Drax», a indiqué l'énergéticien britannique Drax dans une déclaration transmise à l'AFP.

Les centrales au charbon, particulièrement polluantes, «ont joué un rôle essentiel en maintenant les lumières allumées alors que le système énergétique est soumis à une pression considérable», a-t-elle ajouté.

Drax, qui exploite la plus grosse centrale à charbon du pays, avait prévu à l'origine d'arrêter ce combustible dès 2021 et de le remplacer par de la biomasse.

Mais l'entreprise a indiqué qu'elle pourrait prolonger l'utilisation du charbon si nécessaire, pour aider à maintenir l'équilibre du réseau électrique, soumis à rude épreuve ces dernières semaines, indique le patron de l'entreprise au Financial Times jeudi.

Cela pourrait compliquer l'engagement du gouvernement britannique de renoncer complètement au charbon d'ici octobre 2024 alors que le pays organise en novembre à Glasgow la COP26, la conférence mondiale sur le climat, et vise la neutralité carbone en 2050.

S'il y a bien eu «une augmentation de l'utilisation de l'électricité issue du charbon ce mois-ci», l'utilisation du combustible reste limitée dans le pays, relativise Tony Syme, expert de l'école de commerce de l'Université de Salford.

Et la part du charbon a déjà diminué: il a ainsi fourni «moins de 2% de l'électricité au Royaume-Uni en 2020, contre 30 % en 2014», précise-t-il, alors qu'il n'y a «que trois centrales au charbon pour le moment et il n'en restera qu'une à la fin de l'année prochaine, selon les plans actuels».

- Faillites -

Mais pour se débarrasser du charbon et atteindre ses objectifs environnementaux, le Royaume-Uni, qui importe selon lui la moitié du gaz qu'il consomme, doit «investir davantage dans les sources alternatives et renouvelables de production d'électricité», faute de quoi «les prix de l'énergie continueront d'augmenter».

La flambée des prix de l'énergie concerne toute l'Europe, mais le Royaume-Uni est particulièrement sous pression à cause de sa forte dépendance au gaz naturel pour générer de l'électricité.

Les prix du gaz ont atteint la semaine dernière un record historique dans le pays, après un incendie ayant drastiquement réduit la capacité de l'interconnexion électrique avec la France.

L'hiver approchant, cette situation fait craindre de fortes hausses de prix pour les consommateurs et a déjà provoqué la faillite de plusieurs petits fournisseurs d'énergie ces dernières semaines.

Dernières en date, Avro Energy et Green Supplier, qui fournissaient 800.000 clients à elles deux, ont annoncé mercredi arrêter leur activité.

La situation sur le marché du gaz est «sans précédent», avait indiqué mercredi le directeur de l'autorité de l'énergie Ofgem, reconnaissant que des «centaines de milliers de consommateurs» au moins pourraient se retrouver avec un fournisseur d'électricité en faillite à l'orée de l'hiver.

L'Ofgem promet toutefois que les opérateurs défaillants seront remplacés sans interruption de service pour leurs clients.

La flambée du gaz avait entraîné il y a quelques jours l'arrêt de deux usines d'engrais appartenant au groupe américain CF Industries, qui produisent 60% du CO2 du Royaume-Uni, faisant craindre au secteur de l'élevage et aux industries agroalimentaires de fortes pénuries.

Un accord avait été finalement conclu mardi avec le gouvernement pour redémarrer sa production de ce gaz, moyennant un soutien financier de «plusieurs millions» de livres du contribuable britannique.

 


Maroc: la Banque centrale relève son taux directeur pour freiner l'inflation

Un homme tient des billets de dirham marocain, le 23 janvier 2018 à Casablanca. (Photo, AFP)
Un homme tient des billets de dirham marocain, le 23 janvier 2018 à Casablanca. (Photo, AFP)
Short Url
  • Elle survient dans un contexte de poussée inflationniste alimentée par la flambée des prix des matières premières au niveau mondial
  • Sur l'ensemble de l'année 2022, l'institution monétaire table sur une inflation de 6,3% (contre 1,4% en 2021). Elle reviendrait à 2,4% en 2023

RABAT: La Banque centrale du Maroc (BAM) a relevé mardi son taux directeur de 50 points de base, à 2%, afin de juguler une "forte accélération de l’inflation", selon un communiqué de l'institution.

Cette hausse, attendue, a été décidée pour "assurer les conditions d’un retour rapide à des niveaux en ligne avec l’objectif de stabilité des prix", précise le communiqué de la banque centrale publié à l'issue de la réunion trimestrielle de son conseil.

Elle survient dans un contexte de poussée inflationniste alimentée par la flambée des prix des matières premières au niveau mondial.

Ainsi l'indice des prix à la consommation a progressé de 8% en août sur un an, "tiré essentiellement par le renchérissement des produits alimentaires et des carburants", selon la BAM.

"Aujourd'hui, les prix brûlent les caddies des consommateurs et leurs portefeuilles. L'inflation est cruelle pour les revenus modestes", a averti lundi le quotidien L'Economiste dans son éditorial, affirmant que "la sortie de crise sera difficile".

Sur l'ensemble de l'année 2022, l'institution monétaire table sur une inflation de 6,3% (contre 1,4% en 2021). Elle reviendrait à 2,4% en 2023.

La croissance de l'activité économique accusera quant à elle un "net ralentissement" à 0,8% en 2022 (+7,9% en 2021), poussé par "un recul de 14,7% de la valeur ajoutée agricole et une décélération du rythme des activités non agricoles", ajoute la BAM qui prévoit une reprise de 3,6% en 2023 (à condition d'une bonne récolte céréalière).

Cette situation reste "marquée profondément par les séquelles de la pandémie (de Covid-19) et les implications de la guerre en Ukraine" mais également par "les répercussions d’une sécheresse particulièrement sévère", souligne son communiqué.

L'économie du pays maghrébin reste largement tributaire du secteur agricole et de la pêche qui représentait encore près de 12% du PIB en 2020.


Le plongeon de la livre, signe d'un retour au désordre économique des années 1980?

La devise britannique avait repris des couleurs en 1985 après une action concertée des gouvernements aux Etats-Unis, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et au Japon (Photo, AFP).
La devise britannique avait repris des couleurs en 1985 après une action concertée des gouvernements aux Etats-Unis, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et au Japon (Photo, AFP).
Short Url
  • La livre est certes considérée comme un baromètre de l'économie britannique, mais sa chute récente est, comme en 1985, en grande partie due à la vigueur du dollar
  • Pour l'instant, les dirigeants politiques ne semblent pas envisager de mesures similaires, note George Saravelos, de Deutsche Bank

LONDRES: Le déclin de la livre, tombée lundi à un record de faiblesse historique face au dollar, témoigne-t-il d'un Royaume-Uni aussi mal en point que dans les années 1970 ou 1980, quand la devise britannique avait touché ses précédents planchers?

Si le contexte économique actuel connaît des similitudes avec ces années-là, quand le Royaume-Uni était surnommé "l'homme malade de l'Europe", les maux d'aujourd'hui sont différents, et la situation outre-Manche n'est pas isolée.

Pendant les années 70, période de choc énergétique comme aujourd'hui, le gouvernement travailliste avait choisi de soutenir l'économie à coup de dépenses publiques, ce qui avait fait chuter la livre, flamber l'inflation, et entraîné une détérioration des finances publiques. Londres avait dû faire appel au Fonds monétaire international.

Aujourd'hui aussi, l'inflation s'envole à près de 10% - encore loin du pic de plus de 20% de 1975 -, les taux d'emprunt grimpent, la récession plane et les comptes publics se détériorent depuis la pandémie de Covid-19 et avec le programme d'aides massives aux factures d'énergie lancé par le nouveau gouvernement conservateur de Liz Truss.

Ce qui a toutefois pris de court les marchés, c'est la combinaison d'un soutien coûteux et de baisses d'impôts tous azimuts, annoncée vendredi par le chancelier de l'Echiquier (ministre des Finances) Kwasi Kwarteng.

Un cocktail jugé téméraire et risqué, d'autant que son financement reste flou, et qui a eu un effet révulsif sur les marchés. La livre a plongé, les taux d'emprunt ont flambé.

«Réformes bien moindres»

En outre, pendant les années 80, la politique d'austérité administrée en traitement de choc par la Première ministre conservatrice Margaret Thatcher et ses importantes baisses d'impôts s'était accompagnée de réduction drastique des dépenses publiques et de déréglementation.

Or, si les baisses d'impôts annoncées par le gouvernement Truss "sont d'une ampleur similaire" à celles des premières années Thatcher, "les réformes sont bien moindres", souligne Paul Dales, spécialiste du Royaume-Uni pour Capital Economics.

"Comparé à la privatisation, la réduction du pouvoir des syndicats et l'acceptation du marché unique dans les années 1980, les zones d'investissement prioritaires et des amendements aux critères de bénéfices sociaux pèsent peu", détaille M. Dales. Même si le Trésor a laissé entendre que d'autres réformes structurelles seraient annoncées lors d'une nouvelle déclaration budgétaire en novembre.

Au prix d'années de vaches maigres, entre choc de la concurrence de l'entrée dans la Communauté économique européenne (CEE) en 1973 puis les réformes de l'ère Thatcher, "le marché britannique était devenu beaucoup plus compétitif" et l'économie était repartie, fait valoir Jane Foley, de Rabobank, interrogée par l'AFP.

Au contraire, "le Brexit, la récession (qui s'annonce, ndlr) et une inflation très élevée laissent actuellement un goût amer en bouche pour les investisseurs", conclut Mme Foley.

Le plafond des factures énergétiques aura toutefois un effet calmant sur l'inflation à court terme. En outre, contrairement aux années 70, le chômage est au plus bas et le Royaume-Uni manque même de bras, conséquence de la pandémie et du Brexit.

De plus, la situation britannique n'est pas totalement isolée. Les autres pays européens font aussi face à une crise énergétique, avec des finances publiques détériorées et des taux d'intérêt qui montent en flèche.

Le Brexit complique la donne pour le Royaume-Uni, mais "l'Italie vient d'élire quelqu'un qui a des racines politiques revendiquées dans le fascisme, et l'Allemagne risque des pannes d'électricité cet hiver et une récession sévère", alors "il y a beaucoup de compétition aujourd'hui pour le titre d'+homme malade de l'Europe+", remarque Jonathan Portes, économiste à King's College, interrogé par l'AFP.

La livre est certes considérée comme un baromètre de l'économie britannique, mais sa chute récente est, comme en 1985, en grande partie due à la vigueur du dollar, monnaie refuge par excellence en période de turbulences comme actuellement, et qui écrase les autres devises, notamment l'euro.

La devise britannique avait repris des couleurs en 1985 après une action concertée des gouvernements aux Etats-Unis, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et au Japon, qui avaient signé les accords du Plaza pour déprécier le dollar.

Pour l'instant, les dirigeants politiques ne semblent pas envisager de mesures similaires, note George Saravelos, de Deutsche Bank.


Sonatrach et Engie sont en passe de signer «des contrats de moyen et long termes»

L’Algérie est le premier pays exportateur de gaz naturel en Afrique et le septième à l’échelle mondiale. Photo fournie
L’Algérie est le premier pays exportateur de gaz naturel en Afrique et le septième à l’échelle mondiale. Photo fournie
Short Url
  • Selon la direction du groupe Engie, les discussions s’inscrivent dans la continuité du contrat signé en juillet dernier
  • Des experts évoquent des contrats d’investissement dans la récupération du gaz de torchage qui s’effectue via l’utilisation des technologies de pointe

PARIS: Après la visite du président français, Emmanuel Macron, en Algérie, à la fin du mois d’août dernier, le groupe algérien Sonatrach, spécialisé dans la production d’hydrocarbures, et la société française Engie ont entamé des discussions qui portaient sur l’établissement de contrats relatifs à l’approvisionnement en gaz.

algerie
L’Algérie est le premier pays exportateur de gaz naturel en Afrique et le septième à l’échelle mondiale. Photo fournie.

«Nous ne parlons pas de l’hiver prochain. Les discussions en cours avec la Sonatrach portent sur des contrats de moyen et long terme», avait précisé Claire Waysand, directrice générale adjointe d’Engie, lors de la Rencontre des entrepreneurs de France (LaREF), organisée par le Medef, le patronat français.

Selon la direction du groupe, les discussions s’inscrivent dans la continuité du contrat signé en juillet, dont l’aboutissement – avec la signature d’un nouvel accord – devrait intervenir dans plusieurs semaines. D’après la radio française Europe 1, les discussions en cours concernent entre autres l’augmentation, de l’ordre de 50%, des importations françaises en matière de gaz naturel ou de gaz liquéfié (GNL) à partir de l’Algérie.

algerie
Le ministre algérien de l'Énergie et des Mines Mohamed Arkab reçoit Catherine MacGregor, directrice générale du groupe français Engie. Photo fournie.

En juillet dernier, le groupe énergétique algérien a annoncé qu’il avait conclu un accord afin d’augmenter la fourniture de gaz au distributeur d’énergie Engie. «Avec cet accord, les deux parties sont convenues de définir le prix de vente contractuel applicable sur une période trois ans – courant jusqu’en 2024 – afin de prendre en compte les conditions du marché.» La compagnie algérienne va «renforcer sa part dans le portefeuille d’approvisionnement d’Engie, ce qui permettra aux deux groupes de poursuivre leur diversification et de contribuer à la sécurité énergétique des clients européens», lit-on sur le document publié par Sonatrach.