Retraite politique au goût amer pour Angela Merkel

Le leader de l'Union chrétienne-démocrate CDU et candidat à la chancelier Armin Laschet et la chancelière allemande Angela Merkel lors de leur rassemblement électoral à Aix-la-Chapelle, dans l'ouest de l'Allemagne, le 25 septembre 2021, un jour avant les élections fédérales allemandes. (Photo, AFP)
Le leader de l'Union chrétienne-démocrate CDU et candidat à la chancelier Armin Laschet et la chancelière allemande Angela Merkel lors de leur rassemblement électoral à Aix-la-Chapelle, dans l'ouest de l'Allemagne, le 25 septembre 2021, un jour avant les élections fédérales allemandes. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 26 septembre 2021

Retraite politique au goût amer pour Angela Merkel

  • Il n'est pas exclu que les conservateurs se retrouvent pour la première fois depuis 2005 dans l'opposition
  • Le parti pourrait éclater entre tenants d'une ligne économiquement plus libérale, représentée par Friedrich Merz, ou conservatrice plus traditionnelle, incarnée par le bavarois Markus Söder

BERLIN : Sortie ratée en vue pour Angela Merkel: selon toute probabilité son camp conservateur va enregistrer un score historiquement bas aux législatives de dimanche et se prépare à des lendemains difficiles.

Dans les derniers sondages, la famille démocrate-chrétienne allemande, composée des partis CDU et CSU, n'était créditée que de 23% des suffrages au mieux.

Fournisseur de cinq des huit chanceliers depuis 1949, le centre-droit allemand avait jusqu'ici toujours récolté plus de 30% des suffrages. Un seuil aujourd'hui qui paraît hors de portée.

Pire même, il n'est pas exclu que les conservateurs se retrouvent pour la première fois depuis 2005 dans l'opposition.

De quoi ternir la retraite politique annoncée après 16 ans de pouvoir d'Angela Merkel. 

"Débâcle historique attendue dans les urnes" pour la CDU, titre le magazine Der Spiegel, qui pointe d'abord du doigt le mauvais choix des conservateurs, qui ont désigné "le désastreux Armin Laschet" comme chef de file.

Il n'a jamais réussi à persuader l'opinion qu'il avait la carrure d'un chancelier et affiche une cote de popularité abyssale.

"La CDU ne ressemble plus au parti omnipotent qui tient d'une main de fer la chancellerie, mais plutôt à un groupe de discussions sans but, sans idées, ni solutions propres", lâche l'hebdomadaire.

Vide après Merkel

Dirigeant de la plus peuplée des régions allemandes, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest), il n'avait remporté la primaire à droite qu'aux forceps face au Bavarois Markus Söder, nettement plus populaire.

Il a vu sa cote s'éroder après les inondations meurtrières de mi-juillet, lorsqu'il a été filmé hilare pendant un discours empreint de gravité du président allemand Frank-Walter Steinmeier.

"La façon d'agir de Laschet -lors des inondations mais pas seulement- ont entraîné une perte de confiance et de réputation de la CDU. Tout à coup, elle s'est retrouvée dans une position de challenger à laquelle elle n'était pas préparée et l'a remarquée après coup", explique à l'AFP le politologue Thorsten Faas de l'Université libre de Berlin.

Il pointe aussi du doigt la responsabilité d'Angela Merkel qui n'a pas fait émerger de nouvelles personnalités derrière elle, "laissant de fait un grand vide, d'abord à la tête du parti, maintenant probablement aussi à la chancellerie".

Mais la CDU a également dû se battre contre ses propres démons, éclaboussée par des scandales qui ont conduit à la démission de deux députés et au retrait annoncé d'un troisième.

Un premier a été accusé d'avoir touché des pots de vin de la part de l'Azerbaïdjan pour faire la promotion de ce pays riche en hydrocarbures dans un journal. Deux autres ont été soupçonnés de malversations autour de l'achat de masques médicaux au début de la pandémie.

«Séisme»

S'y ajoute une perte de repères idéologiques. Durant les années Merkel, et après l'ère Helmut Kohl, la droite allemande s'est déplacée au centre, notamment sur les questions d'immigration, de société, voire même sociales. 

Ses électeurs les plus conservateurs sont partis pour l'extrême droite ou le parti libéral FDP.

"Toutes les années de gouvernement ont en partie gommé la spécificité programmatique" du parti CDU, analyse le politologue Karl-Rudolf Korte de l'Université de Duisbourg.

"Il est difficile aujourd'hui, au-delà de la capacité à gérer les situations de crise qui se présentent, de savoir quelle est l'essence" du mouvement, estime-t-il, précisant que dans son domaine de prédilection, l'économie, il "a désormais du mal à se distinguer des sociaux-démocrates auprès des citoyens".

Si les conservateurs ne parviennent pas à rester au pouvoir, "ce sera synonyme de séisme interne au sein du parti", avertit le groupe de presse régional RND.

"Je ne pense pas que Laschet serait capable de tenir le coup si son camp termine loin derrière le SPD. Ses détracteurs viendront alors en force et diront: +nous avons besoin d'un nouveau départ maintenant+", affirme le politologue Oskar Niedermayer de l'Université libre de Berlin.

Le parti pourrait alors éclater entre tenants d'une ligne économiquement plus libérale, représentée par Friedrich Merz, ou conservatrice plus traditionnelle, incarnée par le bavarois Markus Söder. 


Migrants: au moins 8 morts et 17 disparus au large de l'Espagne

La route vers les Canaries, dans l'Océan atlantique, est particulièrement meurtrière car au moins 785 personnes sont mortes en tentant de rallier cet archipel depuis l'Afrique occidentale entre janvier et août 2021, toujours selon l'OIM. (Photo, Reuters)
La route vers les Canaries, dans l'Océan atlantique, est particulièrement meurtrière car au moins 785 personnes sont mortes en tentant de rallier cet archipel depuis l'Afrique occidentale entre janvier et août 2021, toujours selon l'OIM. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Selon les rescapés, 28 personnes au total se trouvaient initialement dans le bateau sans qu'on connaisse leur nationalité ni leur point de départ
  • L'ONG Caminando Fronteras, qui se base sur les témoignages de migrants ou de leurs familles, estime elle que plus de 2.000 personnes sont mortes ou ont disparu en tentant de rallier les Canaries en 2021

BARCELONE : Les corps sans vie de quatre migrants ont été retrouvés samedi, portant à au moins huit morts et 17 disparus le bilan d'un naufrage au large de Cadix, dans le sud de l'Espagne près du Maroc, a annoncé le secours en mer espagnol.


"Au cours de la journée d'aujourd'hui, quatre corps ont été retrouvés", a précisé un porte-parole du secours en mer espagnol dont les recherches doivent se poursuivre dimanche, dans cette zone proche du Cap de Trafalgar.


Le bateau se trouvait à environ 60 km à l'ouest du Cap de Trafalgar, quand les sauveteurs ont commencé à intervenir, après avoir reçu une alerte jeudi soir.


Trois survivants avaient alors pu être secourus peu avant 21H00 (19H00 GMT) alors que leur embarcation de fortune était en train de couler.


Deux hommes se trouvaient à bord de l'embarcation aux côtés du cadavre d'une troisième personne, tandis qu'une femme était secourue dans l'eau et trois cadavres repêchés.


Selon les rescapés, 28 personnes au total se trouvaient initialement dans le bateau sans qu'on connaisse leur nationalité ni leur point de départ.


Les drames de l'immigration sont récurrents au large des côtes de l'Espagne que les migrants essaient de rejoindre, malgré le danger, depuis les côtes marocaines ou algériennes notamment. L'Espagne n'est en général qu'une étape pour ces migrants dont la destination finale est souvent la France.


Au total, 27.136 migrants sont arrivés par la mer en Espagne continentale ou dans les archipels des Baléares ou des Canaries entre janvier et fin septembre, selon les derniers chiffres du ministère de l'Intérieur. Soit un bond de 53,8% par rapport à la même période de 2020.


Et selon des chiffres communiqués par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) fin septembre, 2021 constitue "l'année la plus meurtrière sur la route migratoire vers l'Espagne" avec au moins 1.025 personnes mortes dans leur tentative de rallier l'Espagne ou ses archipels.


La route vers les Canaries, dans l'Océan atlantique, est particulièrement meurtrière car au moins 785 personnes sont mortes en tentant de rallier cet archipel depuis l'Afrique occidentale entre janvier et août 2021, toujours selon l'OIM.


L'ONG Caminando Fronteras, qui se base sur les témoignages de migrants ou de leurs familles, estime elle que plus de 2.000 personnes sont mortes ou ont disparu en tentant de rallier les Canaries en 2021.


L'Ouzbékistan et les talibans discutent commerce et aide humanitaire

A gauche, Abdul Salam Hanafi. (Photo, AFP)
A gauche, Abdul Salam Hanafi. (Photo, AFP)
Short Url
  • Ces pourparlers ont eu lieu dans la ville frontalière de Termez, en Ouzbékistan
  • L'Ouzbékistan et le Turkménistan, pays voisin, ont adopté une attitude pragmatique face au retour au pouvoir des talibans

TACHKENT: Des émissaires des talibans afghans se sont rendus en Ouzbékistan voisin samedi pour y mener des négociations sur le commerce et sur l'envoi d'aide humanitaire, a indiqué le ministère des Affaires étrangères de ce pays d'Asie centrale.

Ces pourparlers ont eu lieu dans la ville frontalière de Termez, en Ouzbékistan, entre une délégation talibane menée par Abdul Salam Hanafi, numéro deux du nouveau gouvernement de Kaboul, et le vice-Premier ministre ouzbèke Sardor Oumourzakov.

Selon un communiqué du ministère ouzbèke, les discussions ont porté sur "les questions liées au commerce et aux relations économiques, sur la sécurité de la frontière, la coopération dans le domaine de l'énergie, le transport cargo international et le transit".

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a annoncé cette semaine que trois lots d'aide humanitaire seraient prochainement expédiés par avion à Termez avant d'être acheminés par camion en Afghanistan.

L'Ouzbékistan et le Turkménistan, pays voisin, ont adopté une attitude pragmatique face au retour au pouvoir des talibans, les deux gouvernements ayant établi des canaux de discussion directs avec le groupe ces dernières années afin de garantir la sécurité de projets d'infrastructure transfrontaliers.

Un troisième pays d'Asie centrale, le Tadjikistan, a lui évité les pourparlers officiels avec les talibans. 

En début de semaine, les talibans ont tenu des négociations avec une délégation conjointe des États-Unis et de l'Union européenne au Qatar, Bruxelles s'étant engagé à verser un milliard d'euros d'aide à l'Afghanistan.


Selon l'ONU, les talibans vont «bientôt» annoncer un «cadre» pour l'éducation des filles

Cette photo prise le 20 septembre 2021 montre de jeunes filles fréquentant une classe à l'école Gawhar Shad Begum à Herat. (Photo, AFP)
Cette photo prise le 20 septembre 2021 montre de jeunes filles fréquentant une classe à l'école Gawhar Shad Begum à Herat. (Photo, AFP)
Short Url
  • Depuis des semaines, les talibans disent qu'ils vont permettre aux filles de retourner à l'école dès que possible
  • Le groupe islamiste fondamentaliste, revenu au pouvoir en Afghanistan à la mi-août, a autorisé les filles à aller à l'école primaire mais pas encore à l'école secondaire

NATIONS UNIES : Les talibans doivent "bientôt" annoncer un "cadre" permettant aux filles de retourner à l'école secondaire en Afghanistan, a affirmé un haut responsable de l'ONU, quatre semaines après que les garçons ont été autorisés à y suivre des cours mais pas les filles.

"Le ministre de l'Education de facto nous a dit qu'ils travaillaient sur un cadre, qu'ils annonceront bientôt, qui permettra à toutes les filles d'aller dans les écoles secondaires, et nous nous attendons à ce que cela se produise très bientôt", a déclaré vendredi le directeur général adjoint de l'Unicef, Omar Abdi, aux Nations unies à New York.

Depuis des semaines, les talibans disent qu'ils vont permettre aux filles de retourner à l'école dès que possible. 

Le groupe islamiste fondamentaliste, revenu au pouvoir en Afghanistan à la mi-août, a autorisé les filles à aller à l'école primaire mais pas encore à l'école secondaire.

Les talibans disent que ce ne sera le cas que lorsque leur sécurité ainsi qu'une stricte séparation des sexes seront assurées, et qu'ils ont besoin de temps pour mettre cela en place.

M. Abdi a déploré que "des millions de filles en âge d'aller à l'école secondaire soient en train de passer à côté de leur éducation pour le 27e jour consécutif".

Selon lui, l'ONU a exhorté les talibans à "ne pas attendre" davantage.

"Lors de toutes mes rencontres, l'éducation des filles a été le premier sujet que j'ai évoqué", a affirmé le responsable onusien, qui s'est rendu en Afghanistan la semaine précédente et s'est entretenu avec les autorités talibanes.

Il a dit avoir reçu des assurances sur l'engagement des talibans à laisser toutes les filles aller à l'école.

En ce qui concerne l'école secondaire, il a dit qu'elles n'y étaient autorisées "que dans cinq provinces", mais a ajouté que l'ONU poussait pour que ce droit soit étendu à tout le pays.