Pénuries, arrêts d'usines: le boulet des approvisionnements pèse sur la reprise

Camberley, à l'ouest de Londres, samedi. Des véhicules font la queue devant une station-service. Ces jours-ci, certains y ont passé la nuit. (Photo, AFP)
Camberley, à l'ouest de Londres, samedi. Des véhicules font la queue devant une station-service. Ces jours-ci, certains y ont passé la nuit. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 02 octobre 2021

Pénuries, arrêts d'usines: le boulet des approvisionnements pèse sur la reprise

  • «Le risque est que, malgré la réouverture des économies, la croissance ralentisse car on n'arriverait pas à produire ce que les gens réclament»
  • La Chine a vu son activité manufacturière se contracter en septembre pour la première fois depuis le début de l'année

PARIS : Des coupures d'électricité en Chine, le chaos dans les stations-service britanniques, des usines à l'arrêt... Pénuries et perturbations dans les chaînes logistiques menacent de freiner la reprise de l'économie mondiale, en plein rattrapage après la récession provoquée par la pandémie.


La semaine écoulée a montré de nouveaux exemples des difficultés d'approvisionnements touchant la planète: la Chine manque de charbon pour ses centrales électriques; le Royaume-Uni n'a pas assez de chauffeurs pour conduire ses camions et fait face à de multiples pénuries; un peu partout en Europe, les prix du gaz s'envolent car l'offre ne suffit pas à satisfaire la demande.


"Le risque est que, malgré la réouverture des économies, la croissance ralentisse car on n'arriverait pas à produire ce que les gens réclament", indique à l'AFP Niclas Poitiers, chercheur pour l'institut Bruegel à Bruxelles.


Les difficultés économiques actuelles sont déjà visibles sur les statistiques.


La Chine a vu son activité manufacturière se contracter en septembre pour la première fois depuis le début de l'année.


En France et dans la région de Chicago, elle a touché en septembre un plus bas depuis les prémices de 2021 (janvier et février). 


Et la production industrielle au Japon s'est repliée en août pour le deuxième mois de suite.


Toyota, Stellantis...

Les difficultés à se fournir en matières premières ou en composants pèsent sur les capacités de production des entreprises.


L'industrie automobile est particulièrement touchée face à la pénurie de certaines puces, de Toyota qui a revu à la baisse ses prévisions de production le mois dernier, à Stellantis (Peugeot, Fiat...) qui va fermer une usine allemande de sa marque Opel début 2022, citant une situation "exceptionnelle".


Le secteur pourrait ainsi perdre 210 milliards de dollars de chiffre d'affaires cette année, soit près du double des anticipations de début d'année, selon de récentes prévisions du cabinet Alixpartners.


L'alerte résonne aussi dans l'habillement, où le géant suédois H&M a évoqué jeudi dans ses résultats des "perturbations et des retards dans l'acheminement des produits" en septembre. 


Le suédois Ikea a pour sa part des difficultés à proposer certaines références en raison de pénuries de personnel dans le secteur du transport et du prix des matières premières.


Soumis à de fortes pressions liées à la reprise post-Covid, le coût du fret a été multiplié par cinq en un an pour un voyage de la Chine vers la côte Ouest des Etats-Unis, selon l'indice Freightos Baltic.


Il est difficile pour cette industrie des conteneurs de s'adapter rapidement aux chocs, les porte-conteneurs connaissant eux-aussi une grave pénurie, explique à l'AFP Jacob Kirkegaard, chercheur au Peterson Institute (PIIE) à Washington. 


Selon lui toutefois, il faut davantage analyser cette situation "comme un risque de retard dans la reprise économique. (...) Je ne pense pas que le choc soit suffisamment fort pour entraîner un retour en récession."


"La plupart de ces problèmes devraient être résolus à moyen terme", abonde Niclas Poitiers, évoquant la possibilité de plusieurs trimestres de perturbations encore. Ces difficultés pourraient être "plus importantes et plus longues qu'anticipé", a d'ores et déjà affirmé le patron de la Banque centrale américaine Jerome Powell.


D'ici là, certains ports aujourd'hui congestionnés, à l'image de celui de Los Angeles, pourraient voir leur trafic désengorgé. La situation pourrait aussi s'améliorer dans des centres névralgiques de production, comme au Vietnam tout juste sorti d'un confinement de trois mois à Hô Chi Minh-Ville, poumon économique du pays.


Mais dans l'immédiat, c'est le virus qui reste arbitre.


"Au Royaume-Uni ou en Europe, on fait comme si la pandémie était terminée", observe Frances Coppola, auteure du blog financier Coppola Comment. Or "le commerce international ne peut pas retourner à la normale tant que dans certains pays des gens continuent à mourir du Covid."


Les autorités saoudiennes soulignent leurs engagements touristiques lors de la Semaine des Nations Unies pour le développement durable à New York

Al-Khateeb a déclaré que grâce à cet important événement de l’ONU, il espère que le Royaume pourra transmettre un message au monde sur la nécessité de préserver l’environnement. (SPA)
Al-Khateeb a déclaré que grâce à cet important événement de l’ONU, il espère que le Royaume pourra transmettre un message au monde sur la nécessité de préserver l’environnement. (SPA)
Short Url
  • Le ministre du Tourisme espère que le Royaume pourra aider à transformer le secteur en une industrie respectueuse de l’environnement qui soutient les communautés et les pays
  • L’Arabie saoudite est en tête de liste du tourisme mondial des Nations Unies en 2023 en termes de croissance du nombre de visiteurs internationaux parmi les principales destinations touristiques

NEW YORK : Le ministre saoudien du Tourisme a réitéré mardi l’engagement du Royaume en faveur du développement durable du secteur du voyage.

Ahmed Al-Khateeb a déclaré que sous la direction du roi Salmane et du prince héritier Mohammed ben Salmane, l’Arabie saoudite est devenue l’une des destinations de voyage mondiales les plus prometteuses et les plus attrayantes.

Il s’exprimait au début d’un événement au siège de l’ONU à New York qui vise à encourager une approche concertée pour améliorer la résilience du secteur au plus haut niveau et maximiser sa contribution à la durabilité.

L’événement, qui se déroule pendant la Semaine de la durabilité des Nations Unies, a été convoqué par le président de la 78e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, Dennis Francis, en coopération avec ONU Tourisme.

 

Dans le but de faire du tourisme sa deuxième source de revenus d’ici 2030 dans le cadre de l’initiative de diversification économique de l’Arabie saoudite, le Royaume prend des mesures audacieuses pour mettre en valeur son histoire, ses paysages et sa diversité culturelle. (SPA- Fournie)
Dans le but de faire du tourisme sa deuxième source de revenus d’ici 2030 dans le cadre de l’initiative de diversification économique de l’Arabie saoudite, le Royaume prend des mesures audacieuses pour mettre en valeur son histoire, ses paysages et sa diversité culturelle. (SPA- Fournie)

Al-Khateed a souligné les efforts du Royaume pour traiter les impacts environnementaux du secteur des voyages et du tourisme, et a noté que ces efforts avaient contribué à la création, avec le soutien saoudien, du World Travel and Tourism Council et du World Center for Sustainable Tourism.

Au cours des deux dernières années, l’Arabie saoudite a cherché, dans son rôle de président du conseil exécutif de l’ONU Tourisme, à améliorer la représentation du secteur du voyage et du tourisme dans les forums internationaux, a déclaré Al-Khateeb.

Cela a permis à ONU Tourisme et au Royaume de coopérer sur un ensemble d’initiatives pour aider à atteindre cet objectif, y compris un prix du meilleur village touristique, une initiative Tourism Opens Minds et un groupe de travail pour réinventer l’avenir du tourisme, a ajouté Al-Khateeb. Il a également noté les efforts de son pays pour s’assurer que le secteur du tourisme soit correctement représenté à l’ordre du jour de la Semaine des Nations Unies pour la durabilité. 

L’Arabie saoudite est en tête de liste du tourisme mondial des Nations Unies en 2023 en termes de croissance du nombre de visiteurs internationaux parmi les principales destinations touristiques. Il est également en tête de liste des pays du G20 en termes de nombre de touristes internationaux, accueillant plus de 27 millions l’année dernière, a déclaré Al-Khateeb. Il a ajouté que les autorités du Royaume élaborent des plans et des stratégies pour attirer plus de 70 millions de touristes internationaux par an d’ici 2030.

D’ici là, a-t-il dit, le Royaume vise à réduire les émissions de dioxyde de carbone de plus de 278 millions de tonnes par an, à désigner 30 pour cent du territoire terrestre et marin comme zones protégées et à planter plus de 600 millions d’arbres.

« Le Royaume a pris des mesures importantes pour lancer le Centre mondial du tourisme durable, dans le but d’accélérer la transition du secteur des voyages et du tourisme vers la neutralité climatique, de protéger la nature et d’autonomiser les communautés du monde entier », a déclaré Al-Khateeb.

Il a également souligné les grands projets saoudiens tels que le développement de villes intelligentes NEOM et le projet de tourisme de la mer Rouge qui visent à s’assurer qu’ils ont des effets positifs sur le climat, l’environnement et les communautés locales.

Il a également exprimé l’aspiration du Royaume à ce que tous les pays fassent des efforts concertés, et soient ouverts à la coopération, pour atteindre l’objectif de développement durable dans le secteur mondial des voyages et du tourisme.

Al-Khateeb a déclaré que grâce à cet important événement de l’ONU, il espère que le Royaume pourra diffuser un message au monde sur la nécessité de préserver l’environnement, et peut aider à diriger et à soutenir la transformation du tourisme en une industrie respectueuse de l’environnement qui soutient les communautés et les pays du monde entier.

La Semaine de la durabilité de l’ONU a commencé lundi au siège de l’ONU à New York et se poursuit jusqu’à vendredi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 

 

 

 


Première promotion de l'Académie de Coiffure L'Oréal et l'Université Imam Abdulrahman Bin Faisal à Dammam 

Avec le lancement de nouvelles académies L'Oréal à Riyad, Damman et Khobar, L'Oréal vise à diplômer 100 coiffeurs saoudiens par an. (Photo: fournie)
Avec le lancement de nouvelles académies L'Oréal à Riyad, Damman et Khobar, L'Oréal vise à diplômer 100 coiffeurs saoudiens par an. (Photo: fournie)
Short Url
  • Il s'agit de la deuxième université avec laquelle L'Oréal Arabie Saoudite collabore pour préparer les futurs coiffeurs des femmes saoudiennes
  • Avec le lancement de nouvelles académies L'Oréal à Riyad, Damman et Khobar, L'Oréal vise à diplômer 100 coiffeurs saoudiens par an

DUBAÏ: L'Oréal Saudi, en partenariat avec l'Université Imam Abdulrahman Bin Faisal, annonce la réussite de la première cohorte de son programme de certification en coiffure. Spécialement conçu pour les femmes saoudiennes, ce programme souligne l'engagement de L'Oréal en faveur de l'autonomisation des femmes dans le secteur privé du Royaume grâce au développement des compétences dans l'industrie de la beauté. Neuf étudiantes dévouées ont suivi un programme intensif de six mois, totalisant 800 heures d'apprentissage théorique, de pratique et de stage dans les meilleurs salons de Dammam.

Avec 67 % des diplômés qui ont déjà obtenu des postes dans des salons renommés de Dammam, la réussite du programme démontre son efficacité dans l'autonomisation des femmes saoudiennes et leur offre des opportunités de carrière dans l'industrie de la beauté. Le programme est prêt à reprendre après le Ramadan 2024, poursuivant sa mission de doter les femmes saoudiennes d'un métier dans l'industrie de la beauté tout en aidant les salons locaux à améliorer leur taux de saoudisation.

"La remise des diplômes à la première cohorte de l'Université Imam Abdulrahman Bin Faisal marque une nouvelle étape dans notre démarche d'autonomisation des femmes saoudiennes et d'élévation des normes de l'ensemble de l'industrie de la beauté dans le Royaume. Grâce à un investissement continu dans le développement des compétences et l'éducation," a déclaré Mehdi Moutaoukil, directeur général de la division des produits professionnels de L'Oréal au Moyen-Orient.

Patricia Freiha, directrice de l'unité commerciale de la division des produits professionnels de L'Oréal en Arabie saoudite, a commenté : "Notre partenariat avec l'Université Imam Abdulrahman Bin Faisal souligne notre engagement à encourager les talents locaux et à favoriser une croissance durable dans le secteur privé. Cet engagement souligne la volonté de L'Oréal de favoriser un écosystème solide où les femmes saoudiennes non seulement excellent en tant que professionnelles, mais ont également la possibilité de devenir des leaders et des mentors au sein de l'industrie".

Par ailleurs, pour Fatimah Abdulrahman Alrawajeh, doyenne de l'Applied College de l'université Imam Abdulrahman Bin Faisal, "le partenariat avec l'Institut de coiffure L'Oréal souligne notre engagement à encourager les talents locaux et à favoriser une croissance durable dans le secteur privé. À l'université Imam Abdulrahman Bin Faisal, nous souhaitons offrir aux jeunes femmes saoudiennes davantage d'opportunités de devenir coiffeuses et entrepreneurs, et inspirer la nouvelle génération par leur travail artistique et technique."

Le parcours de la L'Oréal Hairdressing Academy a commencé à Riyad en 2021 à l'Université Princesse Nourah bint Abdulrahman, où elle a depuis diplômé 23 étudiants, affichant un taux d'emploi impressionnant de 80 %. Ce programme permanent a permis d'offrir de précieuses opportunités au sein de l'industrie locale de la coiffure.

Forte de ce succès, L'Oréal Arabie Saoudite a procédé à l'enregistrement commercial officiel de ses activités de formation, ce qui lui permet de délivrer des certificats de coiffure aux femmes saoudiennes dans ses académies L'Oréal situées à Riyad, Jeddah et Khobar. Le programme, d'une durée de six mois, vise à former et à autonomiser au moins 100 coiffeuses saoudiennes par an.


Le FMI relève ses prévisions de croissance pour l'économie saoudienne à 6 % en 2025

Le FMI a également noté que la production du Royaume augmentera de 2,6 % en 2024 ( Shutterstock)
Le FMI a également noté que la production du Royaume augmentera de 2,6 % en 2024 ( Shutterstock)
Short Url
  • Plus tôt en avril, la Banque mondiale a également relevé les perspectives de croissance de l'économie du Royaume à 5,9 % en 2025, contre une projection précédente de 4,2 %.
  • Toutefois, le FMI a prévenu qu'il était encore trop tôt pour crier victoire dans la lutte contre l'inflation. 

RIYADH : Le Fonds monétaire international a relevé ses prévisions de croissance économique pour l'Arabie saoudite en 2025 à 6 %, contre 5,5 % prévus plus tôt cette année. 

Dans son dernier rapport, le FMI a également noté que la production du Royaume augmentera de 2,6 % en 2024, soit une baisse de 0,1 % par rapport à la projection précédente. 

L'institution financière a ajouté que la croissance économique globale de la région du Moyen-Orient et de l'Asie centrale devrait atteindre 2,8 % et 4,2 % en 2024 et 2025, respectivement. 

Plus tôt en avril, la Banque mondiale a également relevé les perspectives de croissance de l'économie du Royaume à 5,9 % en 2025, contre une projection précédente de 4,2 %.

La maîtrise de l'inflation doit être une priorité

Selon le FMI, la croissance économique mondiale, estimée à 3,2 % en 2023, devrait se poursuivre au même rythme en 2024 et 2025. 

Le rapport souligne également que l'inflation globale mondiale devrait baisser de 5,9 % cette année, après une moyenne de 6,8 % en 2023. 

Toutefois, le FMI a prévenu qu'il était encore trop tôt pour crier victoire dans la lutte contre l'inflation. 

"Ramener l'inflation à son niveau cible doit rester la priorité. Bien que les tendances de l'inflation soient encourageantes, nous n'y sommes pas encore. Il est quelque peu inquiétant de constater que les progrès vers les objectifs d'inflation se sont quelque peu interrompus depuis le début de l'année. Il pourrait s'agir d'un recul temporaire, mais il y a des raisons de rester vigilant", a déclaré Pierre-Olivier Gourinchas, conseiller économique au FMI. 

Il a ajouté : "La plupart des bonnes nouvelles concernant l'inflation proviennent de la baisse des prix de l'énergie et de l'inflation des biens. Cette dernière a été favorisée par l'atténuation des frictions dans la chaîne d'approvisionnement, ainsi que par la baisse des prix des exportations chinoises. Mais les prix du pétrole ont augmenté récemment, en partie à cause des tensions géopolitiques, et l'inflation des services reste obstinément élevée." 

La reprise économique mondiale diffère selon les régions

Selon le rapport, l’économie mondiale a fait preuve de résilience en 2023, mais ces gains ont été ressentis différemment, car les pays à faible revenu ont continué de subir les contrecoups de la pandémie. 

« Nous estimons maintenant qu’il y aura plus de cicatrices pour les pays en développement à faible revenu, dont beaucoup ont encore du mal à tourner la page de la pandémie et des crises du coût de la vie », a déclaré Gourinchas. 

Le FMI a également appelé les pays à reconstituer leurs marges de manœuvre budgétaires pour aider à protéger leurs niveaux de dette souveraine, ce qui les aidera à inverser la baisse des perspectives de croissance à moyen terme. 

« À l’avenir, les décideurs devraient accorder la priorité aux mesures qui aident à préserver ou même à améliorer la résilience de l’économie mondiale. La première de ces priorités est de reconstituer les marges de manœuvre budgétaires. Même si l’inflation recule, les taux d’intérêt réels restent élevés et la dynamique de la dette souveraine est devenue moins favorable », a-t-il ajouté. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com