Le Nobel de littérature au romancier d'origine tanzanienne Abdulrazak Gurnah

En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 07 octobre 2021

Le Nobel de littérature au romancier d'origine tanzanienne Abdulrazak Gurnah

En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
  • Né en 1948, il est le premier auteur africain à recevoir la plus prestigieuse des récompenses littéraires depuis 2003, et le cinquième du continent au total
  • Son œuvre s'éloigne des «descriptions stéréotypiques et ouvre notre regard à une Afrique de l'Est diverse culturellement qui est mal connue dans de nombreuses parties du monde»

STOCKHOLM: Le Nobel de littérature a sacré jeudi le romancier Abdulrazak Gurnah, né à Zanzibar mais en exil au Royaume-Uni depuis un demi-siècle, pour ses récits sur l'époque coloniale et post-coloniale en Afrique de l'Est et les tourments de réfugiés coincés entre deux mondes. 

Connu notamment pour ses romans « Paradise » (« Paradis », 1994) et « By the sea » (« Près de la mer », 2001), l'écrivain a été récompensé pour son récit « empathique et sans compromis des effets du colonialisme et du destin des réfugiés pris entre les cultures et les continents », selon l'Académie suédoise qui décerne le prix. 

Agé de 72 ans, il est le premier auteur africain à recevoir la plus prestigieuse des récompenses littéraires depuis 2003, et le cinquième du continent au total. 

Ayant des origines de la péninsule arabique par sa famille, il a fui Zanzibar, archipel de l'océan Indien, pour l'Angleterre à la fin des années 60. La minorité arabe était alors opprimée, quelques années après l'indépendance et la formation de la Tanzanie. Abdulrazak Gurnah n'a remis les pieds à Zanzibar qu'en 1984, au chevet de son père mourant. 

S'il écrit depuis ses 21 ans, il n'a été publié qu'à partir de 1987, avec depuis dix romans et quelques nouvelles. Son dernier ouvrage, « Afterlives » (« Vies d'après, ndr), la suite de « Paradise », se déroule au début du XXe siècle à la fin de l'époque coloniale allemande en Tanzanie. 

Il écrit en anglais même si sa première langue d'origine était le swahili.  

« Pas les mains vides »  

Lors de sa première interview à la Fondation Nobel, le lauréat a dit sa « surprise » et appelé l'Europe à changer regard sur les réfugiés d'Afrique et la crise migratoire. 

« Ils ne viennent pas les mains vides », a affirmé l'écrivain, soulignant qu'il s'agissait « de gens talentueux et pleins d'énergie ». 

Si l'Académie le place dans la tradition littéraire de langue anglaise sous le patronage de Shakespeare et de V.S Naipaul, « il faut souligner qu'il rompt consciemment avec les conventions, bousculant la perspective coloniale pour mettre en valeur celle des populations locales », selon le jury Nobel. 

Son oeuvre s'éloigne des « descriptions stéréotypiques et ouvre notre regard à une Afrique de l'Est diverse culturellement qui est mal connue dans de nombreuses parties du monde », a-t-il expliqué. 

Jusqu'à sa récente retraite, il était professeur de littérature anglaise et post-coloniale à l'Université du Kent à Canterbury, où il était un fin connaisseur de l'oeuvre du Nobel de littérature nigérian Wole Soyinka et du Kenyan Ngugi wa Thiong'o, qui figurait parmi les favoris pour le Nobel cette année. 

« Aucun auteur aujourd'hui n'a si bien articulé les peines de l'exil et les récompenses de l'appartenance. Canterbury et le Kent sont à la fois sont à la fois son exil et sa maison », a salué Bashir Abu-Manneh, le directeur de son ancien département universitaire. 

Gurnah est aussi le premier auteur noir africain à recevoir la plus prestigieuse des récompenses littéraires depuis ce même Soyinka en 1986. 

« Une blague » 

Ce prix a déjoué tous les pronostics. Son propre éditeur en Suède, Henrik Celander, a expliqué qu'il n'aurait jamais imaginé qu'il décroche le Graal littéraire. 

Quand l'Académie a appelé, « j'ai cru à une blague », a confié Abdulrazak Gurnah. 

« Son écriture a parfois du cynisme, pour nous réveiller, nous dire la mémoire, la perte, et les migrants avant qu'on en parle tellement dans l'actualité », a souligné Emmanuelle Colas, qui a publié l'écrivain en France au sein des défuntes éditions Galaade. 

En sacrant une oeuvre centrée sur colonialisme et l'émigration, le Nobel consacre des questions très actuelles entre excuses mémorielles et crispations identitaires. 

Souvent critiqué pour son eurocentrisme, l'Académie cherche depuis 2019 à élargir ses horizons géographiques. Même si le président du comité Nobel avait pris soin de réaffirmer en début de semaine que le « mérite littéraire » restait « le critère absolu et unique ». 

Sur les 118 lauréats en littérature depuis la création des prix en 1901, 95, soit près de 80%, sont des Européens ou des Nord-Américains. 

Mais l'Académie se plaît à honorer des écrivains de l'ombre qui méritent à ses yeux la lumière du monde, avec le million d'euros qui va avec. 

L'an passé, la méconnue poétesse américaine Louise Glück avait été sacrée par la plus célèbre des récompenses littéraires pour son œuvre « à la beauté austère ».  

Après les sciences en début de semaine, la saison Nobel se poursuit vendredi à Oslo avec le très attendu prix de la paix, pour s'achever lundi avec l'économie. 


Facebook et Instagram suppriment les comptes d'une organisation anti-vaccins américaine

Robert Kennedy Jr., s'adresse aux médias après une réunion à la Trump Tower à New York (Photo, AFP).
Robert Kennedy Jr., s'adresse aux médias après une réunion à la Trump Tower à New York (Photo, AFP).
Short Url
  • Meta, a supprimé de ces deux plateformes les comptes de l'influente organisation américaine anti-vaccins
  • CDH, qui critique la sécurité des vaccins contre la Covid-19, accuse Meta de ne pas respecter son droit à la liberté d'expression

WASHINGTON: La maison mère de Facebook et Instagram, Meta, a supprimé de ces deux plateformes les comptes de l'influente organisation américaine anti-vaccins Children's Health Defense (CDH), dirigée par Robert Kennedy Jr, neveu de l'ancien président John Fitzgerald Kennedy.

"Nous avons supprimé les comptes Instagram et Facebook en question pour violations répétées de nos politiques sur la Covid-19", a indiqué jeudi à l'AFP Aaron Simpson, un porte-parole de Meta.

CDH, qui critique la sécurité des vaccins contre la Covid-19, accuse Meta de ne pas respecter son droit à la liberté d'expression, en s'alignant sur les autorités sanitaires américaines.

"Facebook agit ici comme un représentant de la croisade du gouvernement fédéral pour faire taire toute critique des politiques draconiennes du gouvernement", a déclaré le fondateur de l'organisation, Robert Kennedy Jr, dans un communiqué.

Neveu de l'ancien président assassiné en 1963 et fils d'un ancien ministre, également assassiné en 1968, il est une figure majeure de la galaxie anti-vaccin américaine.

CDH revendique "des centaines de milliers" d'abonnés sur ces deux comptes et a partagé, dans son communiqué, des captures d'écran montrant la suppression de ces comptes pour "désinformation".

Selon CDH, l'interdiction pourrait être liée à une action intentée par l'organisation à l'encontre de Meta, pour censure, devant la justice fédérale.

La chaîne YouTube de CDH avait été supprimée en septembre dernier.

Meta, qui se voit régulièrement reprocher de propager la désinformation, essaie depuis la dernière élection présidentielle américaine de s'éloigner des contenus politiques pour se concentrer sur les échanges entre proches et communautés d'intérêt.


La Commission saoudienne du patrimoine va faire des recherches archéologiques dans la mer Rouge

La Commission saoudienne du patrimoine a annoncé qu'elle mettrait en œuvre des plans pour aller à la recherche et à la découverte du patrimoine enfoui dans la mer Rouge. (SPA)
La Commission saoudienne du patrimoine a annoncé qu'elle mettrait en œuvre des plans pour aller à la recherche et à la découverte du patrimoine enfoui dans la mer Rouge. (SPA)
La Commission saoudienne du patrimoine a annoncé qu'elle mettrait en œuvre des plans pour aller à la recherche et à la découverte du patrimoine enfoui dans la mer Rouge. (SPA)
La Commission saoudienne du patrimoine a annoncé qu'elle mettrait en œuvre des plans pour aller à la recherche et à la découverte du patrimoine enfoui dans la mer Rouge. (SPA)
La Commission saoudienne du patrimoine a annoncé qu'elle mettrait en œuvre des plans pour aller à la recherche et à la découverte du patrimoine enfoui dans la mer Rouge. (SPA)
La Commission saoudienne du patrimoine a annoncé qu'elle mettrait en œuvre des plans pour aller à la recherche et à la découverte du patrimoine enfoui dans la mer Rouge. (SPA)
Short Url
  • La commission a affirmé qu’elle prévoyait d’explorer des eaux de la mer Rouge d'Umluj à Ras al-Sheikh Hamid jusqu’au 5 septembre
  • Dans le cadre de ce projet, des recherches ont déjà été effectuées sur plus de 25 parties spécifiques le long de la zone d'étude à l’aide de sonars

DJEDDAH: La Commission saoudienne du patrimoine a annoncé qu'elle mettra en œuvre des plans pour aller à la recherche et à la découverte du patrimoine enfoui dans la mer Rouge, en collaboration avec la King Abdullah University of Science and Technology (Kaust), la King Abdulaziz University et l'Université de Naples en Italie.

La commission a affirmé qu’elle prévoyait d’explorer des eaux de la mer Rouge, d'Umluj à Ras al-Sheikh Hamid, à la recherche de découvertes archéologiques, un projet qui avait initialement commencé le 13 juillet et se poursuivra jusqu'au 5 septembre.

Dans le cadre de ce projet, des recherches ont jusqu'à présent été effectuées sur plus de 25 parties spécifiques le long de la zone d'étude, notamment à Ras al-Sheikh Hamid, Douba, Al-Wajh et Umluj, à l'aide de sonars. Les appareils établiront une cartographie sous-marine, et prendront des photos de haute qualité de cette zone.

Le PDG de la Commission du patrimoine saoudien, le Dr Jasir al-Herbish, a indiqué que cette annonce était conforme à la politique de la commission d'informer les agences de presse, le grand public, et les personnes intéressées par l'archéologie, des plans et des efforts déployés en collaboration avec des institutions scientifiques et des organisations internationales pour découvrir ces sites historiques.

L’objectif de cette initiative est de développer le domaine de la plongée archéologique et de partager les résultats des études de sites historiques afin d'informer le public à propos des zones de la mer Rouge riches en patrimoine culturel, tout aussi importantes que les découvertes archéologiques sur la terre ferme.

Al-Herbish a mis en relief les efforts déjà en cours, comme un centre spécialisé pour la protection du patrimoine culturel subaquatique dans la mer Rouge et le golfe Arabique.

Il a indiqué que les eaux de la mer Rouge et du golfe Arabique renfermaient encore de nombreux secrets sur le patrimoine culturel du Royaume. Le centre espère contribuer à leur découverte.

«Dans les laboratoires de la Kaust, nous étudions avec nos partenaires les secrets de la mer Rouge en utilisant des technologies marines pointues et en développant des capacités avancées», a affirmé le vice-président et associé principal de la Kaust, le Dr Najah Achry, selon l’Agence presse saoudienne.

La zone de l'épave d'Umluj a déjà été étudiée dans le cadre d'une collaboration entre la commission et une équipe italienne de l'Université de Naples en 2015 et 2016, qui a établi que l'épave remontait à plus de cent ans.

Certaines des découvertes de cette recherche comprenaient un certain nombre de poteries trouvées à côté de l'épave, des centaines de pièces de porcelaine chinoise de haute qualité, ainsi qu’une coquille de noix de coco et divers métaux.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La styliste japonaise Hanae Mori est morte à l'âge de 96 ans

Cette photo d'archive prise le 21 juillet 1998 montre la créatrice japonaise Hanae Mori applaudie par ses mannequins à la fin de sa collection haute couture automne/hiver 1998/99 à Paris. (AFP)
Cette photo d'archive prise le 21 juillet 1998 montre la créatrice japonaise Hanae Mori applaudie par ses mannequins à la fin de sa collection haute couture automne/hiver 1998/99 à Paris. (AFP)
Short Url
  • Hanae Mori était surnommée «Madame Butterfly» pour les motifs de papillons qui avaient fait sa marque de fabrique
  • Au fil des décennies, ses luxueuses créations faites main ont été portées par Nancy Reagan, Grace Kelly et de nombreuses autres personnalités

TOKYO: La styliste japonaise Hanae Mori, reconnue mondialement comme membre de l'élite de la haute couture, est morte le 11 août à son domicile de Tokyo à l'âge de 96 ans, ont annoncé jeudi plusieurs grands médias nippons.

Hanae Mori était surnommée "Madame Butterfly" pour les motifs de papillons qui avaient fait sa marque de fabrique. Au fil des décennies, ses luxueuses créations faites main ont été portées par Nancy Reagan, Grace Kelly et de nombreuses autres personnalités.

Hanae Mori était l'une des rares Japonaises à la tête d'une entreprise internationale, et demeurait en cela une pionnière de l'émancipation des femmes dans son pays.

Son décès a été confirmé par son bureau à l'agence de presse Kyodo, tandis que d'autres médias japonais rapportaient que ses obsèques s'étaient déjà tenues dans l'intimité familiale.

Sa carrière d'avant-garde l'a conduite de Tokyo - où elle avait débuté dans l'après-guerre en confectionnant des costumes pour le cinéma - à New York et Paris où, en 1977, sa marque est devenue la première maison d'Asie à rejoindre les rangs de la très sélect Chambre syndicale de la haute couture parisienne.

Sa première collection à l'étranger - à New York en 1965 - célébrait le thème de la rencontre entre "l'Orient" et "l'Occident".

Les autres grands noms de la mode japonaise comme Yohji Yamamoto, Rei Kawakubo, Kenzo Takada (mort en 2020 à 81 ans) ou encore Issey Miyake (décédé le 5 août à 84 ans) ont suivi ses pas.

Malgré le démantèlement de l'empire commercial de Hanae Mori au début des années 2000 face à des difficultés financières et la fermeture de son atelier parisien en 2004 à l'issue de son dernier défilé dans la capitale française, des boutiques à son nom existent toujours au Japon et ses parfums continuent à être vendus dans le monde entier.