Le Nobel de littérature au romancier d'origine tanzanienne Abdulrazak Gurnah

En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 07 octobre 2021

Le Nobel de littérature au romancier d'origine tanzanienne Abdulrazak Gurnah

En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
En sacrant un auteur dont l'oeuvre est largement centrée sur les questions coloniales et post-coloniales, et sur le thème de l'émigration, le Nobel consacre des thématiques très actuelles (Photo, AFP)
  • Né en 1948, il est le premier auteur africain à recevoir la plus prestigieuse des récompenses littéraires depuis 2003, et le cinquième du continent au total
  • Son œuvre s'éloigne des «descriptions stéréotypiques et ouvre notre regard à une Afrique de l'Est diverse culturellement qui est mal connue dans de nombreuses parties du monde»

STOCKHOLM: Le Nobel de littérature a sacré jeudi le romancier Abdulrazak Gurnah, né à Zanzibar mais en exil au Royaume-Uni depuis un demi-siècle, pour ses récits sur l'époque coloniale et post-coloniale en Afrique de l'Est et les tourments de réfugiés coincés entre deux mondes. 

Connu notamment pour ses romans « Paradise » (« Paradis », 1994) et « By the sea » (« Près de la mer », 2001), l'écrivain a été récompensé pour son récit « empathique et sans compromis des effets du colonialisme et du destin des réfugiés pris entre les cultures et les continents », selon l'Académie suédoise qui décerne le prix. 

Agé de 72 ans, il est le premier auteur africain à recevoir la plus prestigieuse des récompenses littéraires depuis 2003, et le cinquième du continent au total. 

Ayant des origines de la péninsule arabique par sa famille, il a fui Zanzibar, archipel de l'océan Indien, pour l'Angleterre à la fin des années 60. La minorité arabe était alors opprimée, quelques années après l'indépendance et la formation de la Tanzanie. Abdulrazak Gurnah n'a remis les pieds à Zanzibar qu'en 1984, au chevet de son père mourant. 

S'il écrit depuis ses 21 ans, il n'a été publié qu'à partir de 1987, avec depuis dix romans et quelques nouvelles. Son dernier ouvrage, « Afterlives » (« Vies d'après, ndr), la suite de « Paradise », se déroule au début du XXe siècle à la fin de l'époque coloniale allemande en Tanzanie. 

Il écrit en anglais même si sa première langue d'origine était le swahili.  

« Pas les mains vides »  

Lors de sa première interview à la Fondation Nobel, le lauréat a dit sa « surprise » et appelé l'Europe à changer regard sur les réfugiés d'Afrique et la crise migratoire. 

« Ils ne viennent pas les mains vides », a affirmé l'écrivain, soulignant qu'il s'agissait « de gens talentueux et pleins d'énergie ». 

Si l'Académie le place dans la tradition littéraire de langue anglaise sous le patronage de Shakespeare et de V.S Naipaul, « il faut souligner qu'il rompt consciemment avec les conventions, bousculant la perspective coloniale pour mettre en valeur celle des populations locales », selon le jury Nobel. 

Son oeuvre s'éloigne des « descriptions stéréotypiques et ouvre notre regard à une Afrique de l'Est diverse culturellement qui est mal connue dans de nombreuses parties du monde », a-t-il expliqué. 

Jusqu'à sa récente retraite, il était professeur de littérature anglaise et post-coloniale à l'Université du Kent à Canterbury, où il était un fin connaisseur de l'oeuvre du Nobel de littérature nigérian Wole Soyinka et du Kenyan Ngugi wa Thiong'o, qui figurait parmi les favoris pour le Nobel cette année. 

« Aucun auteur aujourd'hui n'a si bien articulé les peines de l'exil et les récompenses de l'appartenance. Canterbury et le Kent sont à la fois sont à la fois son exil et sa maison », a salué Bashir Abu-Manneh, le directeur de son ancien département universitaire. 

Gurnah est aussi le premier auteur noir africain à recevoir la plus prestigieuse des récompenses littéraires depuis ce même Soyinka en 1986. 

« Une blague » 

Ce prix a déjoué tous les pronostics. Son propre éditeur en Suède, Henrik Celander, a expliqué qu'il n'aurait jamais imaginé qu'il décroche le Graal littéraire. 

Quand l'Académie a appelé, « j'ai cru à une blague », a confié Abdulrazak Gurnah. 

« Son écriture a parfois du cynisme, pour nous réveiller, nous dire la mémoire, la perte, et les migrants avant qu'on en parle tellement dans l'actualité », a souligné Emmanuelle Colas, qui a publié l'écrivain en France au sein des défuntes éditions Galaade. 

En sacrant une oeuvre centrée sur colonialisme et l'émigration, le Nobel consacre des questions très actuelles entre excuses mémorielles et crispations identitaires. 

Souvent critiqué pour son eurocentrisme, l'Académie cherche depuis 2019 à élargir ses horizons géographiques. Même si le président du comité Nobel avait pris soin de réaffirmer en début de semaine que le « mérite littéraire » restait « le critère absolu et unique ». 

Sur les 118 lauréats en littérature depuis la création des prix en 1901, 95, soit près de 80%, sont des Européens ou des Nord-Américains. 

Mais l'Académie se plaît à honorer des écrivains de l'ombre qui méritent à ses yeux la lumière du monde, avec le million d'euros qui va avec. 

L'an passé, la méconnue poétesse américaine Louise Glück avait été sacrée par la plus célèbre des récompenses littéraires pour son œuvre « à la beauté austère ».  

Après les sciences en début de semaine, la saison Nobel se poursuit vendredi à Oslo avec le très attendu prix de la paix, pour s'achever lundi avec l'économie. 


«Chanson douce», prix Goncourt 2016, adapté en série avec Nicole Kidman

Nicole Kidman assiste à la première de "The Northman" au TCL Chinese Theatre le 18 avril 2022 à Hollywood, Californie. (Photo, AFP)
Nicole Kidman assiste à la première de "The Northman" au TCL Chinese Theatre le 18 avril 2022 à Hollywood, Californie. (Photo, AFP)
Short Url
  • HBO a conclu un accord avec la société de production Legendary Entertainment «pour développer et coproduire une série basée sur le livre de Leïla Slimani»
  • L'ouvrage, vendu à plus d'un million d'exemplaires en France et traduit dans le monde entier, a déjà été adapté au cinéma en France par la réalisatrice Lucie Borleteau

PARIS: Le roman "Chanson Douce" de l'autrice franco-marocaine Leïla Slimani, inspiré d'un fait divers survenu à New York en 2012 et couronné du prix Goncourt en 2016, sera adapté en série par la chaîne américaine HBO avec Nicole Kidman.

HBO a conclu un accord avec la société de production Legendary Entertainment "pour développer et coproduire une série basée sur le livre de Leïla Slimani +Chanson douce+ (The perfect nanny, en anglais, ndlr)", a annoncé samedi le géant américain de la télévision HBO dans un communiqué.

Au casting de la future série, la star australo-américaine Nicole Kidman et l'actrice américaine Maya Erskine, qui en seront également les coproductrices exécutives.

Il s'agit de la deuxième adaptation à l'écran du roman "Chanson douce" (éditions Gallimard) pour lequel Leïla Slimani avait obtenu en 2016 le prix Goncourt, le plus prestigieux des prix littéraires en France.

L'ouvrage, vendu à plus d'un million d'exemplaires en France et traduit dans le monde entier, a déjà été adapté au cinéma en France par la réalisatrice Lucie Borleteau avec dans les rôles principaux Leïla Bekhti et Karin Viard.

Le roman retrace l'assassinat de deux enfants en bas âge par leur nourrice, une femme expérimentée et étrange auxquels les parents des enfants s'étaient attachés. Il s'inspire d'un crime commis en octobre 2012 à New York qui avait coûté la vie à deux enfants de deux ans et six ans. La meurtrière a été condamnée en mai 2018 à la perpétuité.


Le festival de musique ULTRA d’Abu Dhabi lance sa première édition

(fournie)
(fournie)
Short Url
  • ULTRA Worldwide est une référence lorsqu’il s’agit d’offrir l’expérience de festival ultime, alliant des talents de premier plan, une technologie de pointe et des productions à grande échelle
  • Etihad Park est devenu l’une des destinations de loisirs et de divertissement à la croissance la plus rapide au monde

LONDRES : Le festival international de musique, ULTRA Worldwide, a annoncé les premiers headliners qui joueront lors de l’inauguration les 4 et 5 mars à Etihad Park.

«Afrojack, artiste multi-primé et ayant de nombreux disques de platine est familier avec le headlining des principales scènes ULTRA à travers le monde. Il sera au rendez-vous afin de livrer un set à indice d’octane élevé» ont déclaré les organisateurs.

«Responsable de certains des plus grands titres au monde, Calvin Harris, nominé aux Grammy Awards, fera revivre le beat à l’île de Yas pour l’un de ses plus gros sets (et) le patron de Dharma Worldwide, KSHMR, entrainera la foule dans une frénésie avec son croisement de cultures sonics.»

Le co-fondateur du label Gud Vibrations, NGHTMRE, apparaitra sur la scène principale avec son mélange signature de musique électronique. Quand au producteur Skrillex qui a remporté 8 Grammy Awards – plus que tout autre artiste de musique électronique – il apportera son ambiance sonore au festival.

ULTRA Abu Dhabi accueillera également le concept techno et house underground RESISTANCE, présentant le fondateur de Drumcode et le titan de musique électronique suédoise Adam Beyer.

«La productrice et directrice du label EXHALE, Amélie Lens, reviendra au Moyen-Orient pour livrer un mélange fascinant de musique électronique, tandis que les légendes britanniques Sasha_John Digweed apporteront des décennies d’expertise sur les pistes de danse» ont-ils ajouté.

Situé sur l’île de Yas, Etihad Park est le plus grand site en plein air de la région. Il est également devenu l’une des destinations de loisirs et de divertissement à la croissance la plus rapide au monde.

«ULTRA Worldwide est une référence lorsqu’il s’agit d’offrir l’expérience de festival ultime, alliant des talents de premier plan, une technologie de pointe et des productions à grande échelle» indique le communiqué, ajoutant «Il n’est pas surprenant que le début de ce festival au Moyen-Orient soit l’un des évènements les plus attendus au Émirats arabes unis cette année, ULTRA étant une marque de festival de musique la plus international, proposant des évènements sur les six continents.»

Le festival de trois jours offrira une carte d’accès générale premium permettant le passage à travers des portes d’entrée dédiées, aux toilettes, vers des stands de nourriture et de boisson, ainsi qu’un salon privé. Il proposera également des cartes VVIP.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


3,7 millions de dollars pour un maillot de LeBron James aux enchères à New York

LeBron James # 6 des Los Angeles Lakers à Crypto.com Arena le 25 janvier 2023 à Los Angeles, Californie. (AFP)
LeBron James # 6 des Los Angeles Lakers à Crypto.com Arena le 25 janvier 2023 à Los Angeles, Californie. (AFP)
Short Url
  • Le prix n'en fait pas le maillot de sport le plus cher de l'histoire aux enchères
  • La vente intervient alors que LeBron James, qui évolue maintenant chez les Lakers, est en passe de devenir le meilleur marqueur de l'histoire de la NBA, devant Kareem Abduj-Jabbar

NEW YORK: Un maillot de LeBron James porté lors d'une finale de NBA où il enchaîna les prouesses avec les Miami Heat en 2013, a été vendu pour 3,7 millions de dollars aux enchères vendredi chez Sotheby's à New York, un record pour un maillot du joueur.

Le prix n'en fait pas le maillot de sport le plus cher de l'histoire aux enchères, des records battus en 2022 par celui, de couleur bleue, que portait le capitaine de l'Argentine Diego Maradona lors de la Coupe du monde de football en 1986 (9,3 millions de dollars) puis par un maillot du N. 23 des Chicago Bulls, Michael Jordan, qui l'avait revêtu lors de son dernier titre victorieux en NBA en 1998 (10,1 millions de dollars).

Avec 37 points et 12 rebonds, LeBron James avait été décisif au soir du 20 juin 2013, lors du septième et dernier match de finale de NBA, permettant aux Miami Heat de s'imposer sur les San Antonio Spurs, pour un deuxième titre d'affilée.

La vente intervient alors que LeBron James, qui évolue maintenant chez les Lakers, est en passe de devenir le meilleur marqueur de l'histoire de la NBA, devant Kareem Abduj-Jabbar (38.387 points). L'acheteur est "un collectionneur privé", a indiqué Sotheby's, sans autre détail.

Le marché des objets de collection de sport a le vent en poupe depuis quelques années. Cette nouvelle vente montre que la demande "n'a jamais été aussi forte", s'est félicité Brahm Wachter, qui dirige le département streetwear et objets de collections modernes chez Sotheby's.

Lors de la même séance vendredi à New York, une robe de bal aubergine qui fut portée par la princesse Diana, et créée par le designer Victor Edelstein, a été vendue 604.800 dollars, "après des tours d'enchères féroces", a indiqué Sotheby's sur twitter.

Estimée entre 80.000 et 120.000 dollars par Sotheby's, la robe était "notamment connue pour avoir fait partie d'une vente aux enchères de 80 robes" de la collection personnelle de la princesse pour des oeuvres caritatives en 1997, a expliqué la société.

Achetée à l'époque pour 24.150 dollars, "elle était restée dans les mêmes mains privées depuis", précise Sotheby's, sans donner d'information sur le nouvel acquéreur.

Le 18 janvier, la vedette américaine de la téléréalité et des réseaux sociaux Kim Kardashian avait acheté le crucifix d'Attalah, célèbre pendentif porté par la princesse Diana, lors d'enchères à Londres.