Retour de l'électricité au Liban grâce à l'initiative du gazoduc arabe?

Des manifestants sont rassemblés devant le siège de la compagnie d'électricité du Liban à Beyrouth, alors que des crises successives menacent de plonger ce pays qui traverse une grande difficulté financière dans l'obscurité totale. (AP)
Des manifestants sont rassemblés devant le siège de la compagnie d'électricité du Liban à Beyrouth, alors que des crises successives menacent de plonger ce pays qui traverse une grande difficulté financière dans l'obscurité totale. (AP)
Short Url
Publié le Mardi 12 octobre 2021

Retour de l'électricité au Liban grâce à l'initiative du gazoduc arabe?

  • L'accord sur le gazoduc arabe conclu avec l'Égypte, la Jordanie et la Syrie apporte aux Libanais une lueur d'espoir
  • Dimanche dernier, le réseau public d'électricité s'est complètement effondré au Liban, pour la deuxième fois depuis le début du mois

DUBAÏ: Le Liban est plongé dans l'obscurité cette semaine. Deux grandes centrales électriques du pays ont cessé de fonctionner avant que l'armée ne fasse un don de gasoil de ses stocks. Cette coupure de courant est le dernier épisode de la série de catastrophes qui s’abat sur l'ensemble des infrastructures du pays, et notamment sur le secteur de l'électricité.

Dans ce pays dont les besoins en énergie sont estimés à 3 000 mégawatts (MW), la production d'énergie est tombée sous la barre des 200 MW. Ainsi, le Liban a été plongé dans le noir. Un mois s’est écoulé depuis que la compagnie d'électricité du pays, Électricité du Liban (EDL), a averti qu’une panne d'électricité «totale et intégrale» se produirait si de nouvelles provisions de carburant n'étaient pas assurées.

Par ailleurs, cette baisse de la production d'électricité survient quelques semaines après l'accord des ministres de l'Énergie égyptien, jordanien, libanais et syrien qui vise à acheminer du gaz naturel de l'Égypte vers le Liban. Si elle se concrétisait, cette initiative fournirait au pays une alimentation en électricité qui pourrait atteindre dix-sept heures par jour.

À l'heure actuelle, les Libanais subissent des interruptions de courant allant jusqu'à vingt-deux heures par jour, alors que leurs dirigeants déploient d’importants efforts dans le but de réunir les capitaux étrangers nécessaires pour importer du carburant. Les opérateurs des générateurs privés sont, eux aussi, minés par la hausse vertigineuse des coûts du gasoil et des réparations.

«Nous espérons importer du gaz dans les plus brefs délais. Nos pays ont coopéré par le passé et cette coopération est pour nous une chose naturelle», déclarait le mois dernier l'ancien ministre libanais de l'Énergie Raymond Ghajar.

À l’issue d'une réunion qui s’est tenue au début du mois au Caire avec son homologue égyptien Tarek al-Moulla, M. Ghajar a précisé que l'Égypte avait proposé de fournir des quantités supplémentaires de gaz. De son côté, M. Moulla a suggéré qu'un accord pourrait voir le jour «dans les semaines à venir».

Cette initiative s'inscrit dans le cadre des actions menées par les États-Unis pour acheminer le gaz naturel via le gazoduc arabe qui part d'Arich, dans la péninsule du Sinaï, en Égypte, traverse la Jordanie et la Syrie et rejoint le Liban.

photo
L'ancien ministre libanais de l'Énergie Raymond Ghajar, la ministre jordanienne de l'Énergie, Hala Zawati, le ministre syrien du Pétrole et des Ressources minérales, Bassam Tohme, et son homologue égyptien, Tarek al-Moulla. (Reuters)

«Nous avons fait un grand pas dans la bonne direction, mais il faut en faire davantage», confie à Arab News Laury Haytayan, responsable de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord au Natural Resource Governance Institute (Institut de gouvernance des ressources naturelles), dont le siège se situe à New York. Elle explique la nécessité de former des comités techniques dans chacun de ces pays, dont la mission sera de contrôler l’état de l'oléoduc.

Selon M. Ghajar, le Liban négocie avec la Banque mondiale afin de financer l'importation de gaz naturel égyptien, qui alimentera le pays en électricité à hauteur de 450 MW.

«Pour produire 450 MW d'électricité, l'Égypte devra fournir au Liban près d’1 milliard de mètres cubes ou 670 000 tonnes de gaz», explique à Arab News Marc Ayoub, spécialiste de la politique énergétique à l'Institut Issam Farès de politiques publiques et d’affaires internationales de l'université américaine de Beyrouth (AUB). «L'Égypte peut sans doute fournir ce volume grâce aux grandes quantités de gaz identifiées ces dernières années.»

«Le total de la production d'énergie et la quantité de gaz requise dépendront en outre de la performance des centrales électriques libanaises», précise-t-il.

Au Liban, la production maximale d'électricité ne dépasse pas les 2 000 MW, un chiffre bien inférieur aux 3 400 MW requis lors de l’été 2017, période durant laquelle la demande a atteint son point culminant. Cependant, l'estimation du volume d'électricité produit est trompeuse: l'inefficacité du réseau fait perdre près de 50% de la production.

Le gazoduc arabe se trouve confronté à un autre défi de taille: l'état de l'infrastructure industrielle dans chaque pays concerné.

En Syrie, pays déchiré par la guerre civile depuis dix ans, ces infrastructures doivent être réparées en toute urgence pour que le gaz parvienne au Liban. C’est en 2010 que le gaz égyptien a cessé d’être acheminé par la Syrie.

«Ils ont promis de transporter le gaz dans les plus brefs délais», explique Mme Haytayan. «Mais que signifie exactement cette déclaration et combien de temps faudra-t-il réellement attendre avant que tout soit mis en œuvre?», s’interroge-t-elle.

Washington semble avoir accordé son approbation tacite à la solution du gazoduc arabe, en dépit des sanctions américaines contre la Syrie liées au Caesar Syria Civilian Protection Act (la loi César) de 2019, qui interdit les transactions financières avec les institutions syriennes.

photo
Au mois d’avril, la capitale du Liban, Beyrouth, a été plongée dans l'obscurité après l'arrêt de ses principales centrales électriques, dans un contexte de pénurie de carburant. (AFP)

«Cette démarche a reçu l'appui de l'ambassadeur des États-Unis au Liban. Cependant, la confirmation officielle du Trésor américain est indispensable», fait savoir Mme Haytayan.

Il convient toutefois de convenir des modalités de paiement exactes dans la mesure où chaque pays d'entrée impose des charges au transport du gaz. «Avant la guerre de Syrie, ils prélevaient par exemple un pourcentage du gaz transporté au lieu d'imposer des paiements en espèces», précise-t-elle.

Le gaz était autrefois acheminé vers la centrale électrique de Deir Ammar, au Liban. Si l'accord prend effet, il sera nécessaire de la rénover: elle fonctionne au carburant liquide depuis plusieurs années.

Si cet accord devait être mis en œuvre, ce ne serait pas la première fois que le Liban importe du gaz d'autres pays. «En 2004, année où le gazoduc arabe a été achevé, nous importions du gaz de l'étranger», rappelle Roudi Baroudi, expert en pétrole et en gaz, dans un entretien qu’il a accordé à Arab News.

Si le Liban avait su profiter du partenariat du gazoduc arabe, la trésorerie de l'État aurait économisé près de 5 milliards de dollars (1 dollar = 0,86 euro) sur dix-huit ans. «Si l'on suppose que le prix du baril de pétrole se situe entre 50 et 60 dollars», précise M. Baroudi.

L'Égypte, la Jordanie et la Syrie seraient probablement disposées à accorder des prêts au Liban, du moins à court terme, estime M. Baroudi. Il précise par ailleurs que «le plus important, à présent, est de nouer des liens diplomatiques avec tous ces pays».

Pour tirer parti de l'approvisionnement via le gazoduc, M. Baroudi conseille de convertir les autres centrales électriques du Liban pour qu'elles fonctionnent au gaz. «Les centrales de Zahrani, Jiyé et Zouk doivent être converties et reliées au réseau», préconise-t-il.

photo
«Nous espérons que la communauté internationale financera des projets essentiels dans les secteurs public et privé afin de relancer le processus économique», déclare pour sa part le président libanais, Michel Aoun.

Par ailleurs, le Liban envisage de racheter à la Jordanie son surplus d'électricité, ce qui permettrait de fournir près de trois heures d'électricité par jour. «Grâce au recours aux énergies renouvelables, la Jordanie a produit ces dernières années un surplus d'électricité qu'elle cherche à vendre aux pays voisins», indique Mme Haytayan.

Dans ce contexte, le Liban a conclu un accord avec l'Irak au mois de février dernier qui porte sur l'échange d'un million de tonnes de pétrole irakien contre des produits dérivés compatibles avec les centrales électriques du Liban.

On ignore à ce jour quand les Libanais pourront bénéficier de ces échanges. En proie à la crise financière la plus grave de son histoire, le Liban a graduellement augmenté le prix du carburant au cours des derniers mois, la Banque centrale ne possédant plus les moyens de financer les importations de carburant.

Nombreux sont ceux qui estiment que la dernière flambée des prix, qui sera probablement suivie d'autres hausses au cours des prochaines semaines, sera suivie par la suppression définitive des subventions aux carburants accordées par le gouvernement.

Les fortes pénuries de carburant ont placé ce petit pays méditerranéen au bord de l'effondrement sur le plan humanitaire; les hôpitaux peinent à approvisionner en électricité les respirateurs et autres équipements de survie.

Faire le plein d'un véhicule de taille moyenne équivaut au salaire minimum (675 000 livres libanaises, soit environ 385 euros), alors que près de 80% des Libanais vivent en-dessous du seuil de pauvreté.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Maroc: les professionnels du tourisme réclament la réouverture des frontières

Des membres de l'Association nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM) portent des pancartes alors qu'ils manifestent dans la capitale Rabat le 26 janvier 2022, contre la fermeture des frontières alors que le pays tente de lutter contre la flambée des cas de coronavirus Omicron. (Photo, AFP)
Des membres de l'Association nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM) portent des pancartes alors qu'ils manifestent dans la capitale Rabat le 26 janvier 2022, contre la fermeture des frontières alors que le pays tente de lutter contre la flambée des cas de coronavirus Omicron. (Photo, AFP)
Short Url
  • Rassemblés devant le siège du ministère du Tourisme à Rabat, près de 200 voyagistes ont appelé à la réouverture des frontières, fermées depuis le 29 novembre et au moins jusqu'au 31 janvier
  • Le gouvernement doit se prononcer d'ici le 31 janvier sur une possible réouverture des frontières

RABAT : Les professionnels de l'industrie du tourisme au Maroc ont manifesté mercredi pour dénoncer la fermeture des frontières, en vigueur depuis deux mois pour juguler la propagation du variant Omicron mais qui plombe ce secteur vital de l'économie.

Rassemblés devant le siège du ministère du Tourisme à Rabat, près de 200 voyagistes ont appelé à la réouverture des frontières, fermées depuis le 29 novembre et au moins jusqu'au 31 janvier.

"La fermeture nous assène un coup très dur puisque nous sommes maintenant à l'arrêt alors que nos charges sont toujours fixes", a déploré Mimoun Azzouzi, propriétaire d'une agence de voyage à Témara, près de la capitale. 

"Nous avons été obligés de fermer à cause de la pandémie et malgré ça, nous avons maintenu les salaires de nos travailleurs", a-t-il expliqué à l'AFP.

Ces voyagistes se disent "exclus" du plan de soutien au tourisme de deux milliards de dirhams (190 millions d'euros) approuvé le 18 janvier par le gouvernement. 

L'aide prévoit le versement d'une indemnité de 2 000 dirhams (190 EUR) par mois durant le premier trimestre 2022 pour l'ensemble des employés de ce secteur qui pesait près de 7% du PIB marocain en 2019. 

L'Etat a décidé d'allouer également un milliard de dirhams (950 M EUR) en soutien aux hôteliers pour préparer la reprise d'activité (entretien, rénovation, formation, etc.).

Ces mesures n'apaisent pas la colère des opérateurs qui ont aussi manifesté mercredi à Agadir et Marrakech, les deux capitales touristiques du pays, selon les médias locaux.

"Le peuple veut la réouverture des frontières", scandaient quelques centaines de protestataires à Marrakech, selon des vidéos publiées sur Facebook.

Interrogé lundi au parlement, le chef de la diplomatie Nasser Bourita a estimé qu'il était "important de rouvrir les frontières aériennes comme il est important de suivre l'évolution de la pandémie". 

La fermeture de l'espace aérien soulève les protestations de l'importante diaspora marocaine, d'autant que des compagnies de jets privés opèrent à des prix exorbitants -- plus de 10.000 euros par passager pour un aller simple vers le Maroc --, selon des sites d'information et des témoignages sur les réseaux sociaux.

Si le pic des contaminations au variant Omicron semble avoir été atteint pendant la semaine du 17 au 23 janvier, selon le ministère de la Santé, les autorités s'inquiètent d'une hausse des décès et des cas en réanimation.

Le gouvernement doit se prononcer d'ici le 31 janvier sur une possible réouverture des frontières.


Blinken: les États-Unis apprécient le soutien du Koweït en faveur d’un retour mutuel au respect de l’accord sur le nucléaire iranien

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et le ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammed al-Sabah, tiennent une conférence de presse conjointe à Washington, DC. (Photo, AFP)
Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et le ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammed al-Sabah, tiennent une conférence de presse conjointe à Washington, DC. (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon M. Blinken, le PAGC est «le moyen le plus efficace de garantir que l’Iran ne puisse pas développer une arme nucléaire»
  • Cheikh Ahmad a remercié les États-Unis pour leur engagement en faveur de la stabilité et de la sécurité du Koweït et de la région

LONDRES: Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a déclaré que les États-Unis appréciaient le soutien du Koweït en faveur d’un retour mutuel au respect de l’accord sur le nucléaire iranien. 

Lors d’une conférence conjointe organisée à l’occasion de la visite aux États-Unis du ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammed al-Sabah, M. Blinken a précisé qu’ils avaient discuté de l’Iran et que le Plan d'action global commun (PAGC) était «le moyen le plus efficace d’empêcher l’Iran de développer une arme nucléaire». 

«Nous sommes très reconnaissants au Koweït pour son étroite coordination dans le cadre d’instances telles que le groupe de travail du Conseil de coopération du Golfe (CCG) sur l’Iran, où nous avons fait front commun contre les actions déstabilisatrices de l’Iran dans la région», a indiqué le secrétaire d’État. 

M. Blinken a remercié le Koweït pour avoir contribué à «réduire considérablement la menace que représente Daech pour la sécurité internationale, même si nous restons très vigilants face à la menace permanente». 

Il a également rappelé que le pays du Golfe a soutenu les États-Unis lors de l’évacuation de l’Afghanistan en août 2021, alors que la population fuyait le régime des talibans. 

Le Koweït a aidé les États-Unis à évacuer des milliers de personnes d’Afghanistan, dont des citoyens américains, des ressortissants étrangers et des Afghans, a mentionné M. Blinken. 

«Grâce à l’aide du Koweït, des milliers de personnes ont trouvé refuge, et des familles afghanes ont pu commencer une nouvelle vie aux quatre coins du monde. Ce geste témoigne de la générosité du Koweït et de son engagement envers l’humanitarisme et la stabilité internationale.» 

«Nous pouvons le constater dans le rôle de leader que joue le Koweït dans des institutions telles que le CCG et la Ligue arabe», a-t-il ajouté. 

Quant au cheikh Ahmad, il a remercié les États-Unis pour leur engagement en faveur de la stabilité et de la sécurité du Koweït et de la région. 

«Les États-Unis et le Koweït sont des partenaires solides et de grands amis, et nous apprécions cette relation historiquement forte», a affirmé le ministre. 

«Nous sommes partenaires dans la lutte contre le terrorisme depuis les attentats du 11 septembre 2001 et nous avons également été partenaires dans la libération de l’Irak, a-t-il souligné, ajoutant que le Koweït a également fourni des couloirs de transit sûrs aux personnes craignant le régime taliban dans le pays. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Le prince Khaled ben Salmane discute de la coopération avec le ministre chinois de la Défense

Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane. (@kbsalsaud)
Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane. (@kbsalsaud)
Short Url
  • Le prince Khaled et Wei Fenghe ont évoqué les liens historiques entre l’Arabie saoudite et la Chine
  • Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane, et le ministre chinois de la Défense nationale ont discuté mercredi de la coopération en matière de défense

RIYAD: Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane, et le ministre chinois de la Défense nationale ont discuté mercredi de la coopération en matière de défense. Lors d’une réunion virtuelle, le prince Khaled et Wei Fenghe ont évoqué les liens historiques entre l’Arabie saoudite et la Chine et ont étudié les moyens de renforcer leur coordination militaire. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com