Les pro-Iran, grands perdants des élections en Irak selon les résultats préliminaires

Les partisans du mouvement du chef populiste chiite Moqtada al-Sadr célèbrent les résultats préliminaires des élections législatives en Irak, le 11 octobre 2021. (Reuters)
Les partisans du mouvement du chef populiste chiite Moqtada al-Sadr célèbrent les résultats préliminaires des élections législatives en Irak, le 11 octobre 2021. (Reuters)
Short Url
Publié le Mardi 12 octobre 2021

Les pro-Iran, grands perdants des élections en Irak selon les résultats préliminaires

  • Les résultats, publiés en ligne, montrent également que le bloc du chef populiste chiite Moqtada al-Sadr détient le plus grand nombre de sièges au Conseil des représentants
  • Aucun des blocs politiques concurrents ne semble en position de remporter la majorité au Conseil des représentants, ni, par conséquent, de nommer un Premier ministre

BAGDAD: Selon des résultats préliminaires publiés lundi dernier, la grande perdante des élections nationales du pays serait une alliance de candidats irakiens qui représentent des milices chiites soutenues par l’Iran.

photo
Les partisans du mouvement Imtidad célèbrent les résultats préliminaires des élections législatives irakiennes sur la place Al-Haboubi de Nassiriya, en Irak, le 11 octobre 2021. (Reuters)

Les résultats, publiés en ligne, montrent également que le bloc du chef populiste chiite Moqtada al-Sadr détient le plus grand nombre de sièges au Conseil des représentants et qu’il se retrouve en tête du classement dans plusieurs des dix-huit provinces irakiennes, dont la capitale du pays, Bagdad. Le mouvement d’Al-Sadr, leader non conformiste qui a dirigé un mouvement insurrectionnel contre les forces américaines après l’invasion de 2003, semble bénéficier d’un plus grand nombre de sièges au Conseil des représentants – qui en compte 329 au total –, passant de 54 en 2018 à plus de 70.

Avec 94% des bulletins de vote dépouillés, aucun des blocs politiques concurrents ne semble en position de remporter la majorité au Conseil des représentants ni, par conséquent, de nommer un Premier ministre. Mais, à la lumière des résultats, le bloc d’Al-Sadr sera en mesure de jouer un rôle de premier plan dans les négociations politiques destinées à trouver un candidat de compromis et à établir le programme politique des quatre prochaines années.

Les candidats d’Al-Sadr ont battu les candidats favoris de l’Iran, issus de l’Alliance Fatah. Ils sont arrivés en tête de liste, selon les résultats préliminaires.

L’Alliance Fatah, dirigée par le chef paramilitaire Hadi al-Ameri, est composée de plusieurs partis. Elle est affiliée aux Unités de mobilisation populaire, un groupe de coordination de milices chiites majoritairement pro-iraniennes, et a acquis sa réputation au cours de la guerre menée contre Daech, le groupe extrémiste sunnite. Elle comprend certaines factions de la ligne dure soutenues par l’Iran, comme la milice Asaïb Ahl al-Haq.

Si l’Alliance Fatah bénéficiait de 48 sièges en 2018, il était de difficile de savoir lundi dernier combien elle en avait perdu.

Le taux de participation particulièrement bas – 41% – constitue un record dans l’ère post-Saddam Hussein. Encore plus faible que le taux historique de 44% enregistré lors des élections de 2018, il révèle une méfiance généralisée à l’égard des dirigeants du pays et des résultats de ce vote.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, n’en a pas moins félicité le peuple irakien «pour la manière dont les élections se sont tenues». Il a appelé au calme lors de l’annonce des résultats et à la tenue de discussions politiques sur la formation d’un nouveau gouvernement dans «un environnement de paix, de sécurité et de tranquillité».

Les élections de ce week-end ont eu lieu des mois avant la date prévue, en guise de concession à un soulèvement populaire dirigé par des jeunes qui dénonçaient la corruption et la mauvaise gestion du pays. Mais ce vote se caractérise par une apathie globale et par le boycott d’un grand nombre de ces mêmes jeunes militants qui avaient envahi les rues de Bagdad et des provinces de la région sud de l’Irak à la fin de l’année 2019, appelant à des réformes radicales et à de nouvelles élections.

Des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté entre fin 2019 et début 2020. Les forces de sécurité ont répliqué en tirant à balles réelles et en lançant des grenades lacrymogènes. En quelques mois seulement, plus de six cents personnes ont été tuées et des milliers d’autres blessées.

Bien que les autorités aient cédé et appelé à des élections anticipées, le nombre de morts et la répression brutale – en plus d’une série d’assassinats ciblés et de tentatives de meurtres – ont incité de nombreux manifestants à appeler par la suite au boycott du vote.

De nombreux jeunes militants qui avaient pris part aux manifestations de 2019 se sont également fermement opposés à l’influence oppressive de l’Iran dans la politique irakienne, y compris les milices armées qui rivalisent avec l’autorité de l’État. Beaucoup d’entre eux ont reproché aux milices d’avoir participé, aux côtés des forces de sécurité, à la répression brutale des manifestations, ce qui a pu contribuer aux piètres résultats du Fatah.

Al-Sadr, le leader nationaliste reconnaissable à son turban noir, est également proche de l’Iran, même s’il rejette publiquement son influence politique.

Cette élection est la sixième depuis la chute de Saddam Hussein après l’invasion de l’Irak par les États-Unis, en 2003. Beaucoup étaient sceptiques quant à la capacité des candidats indépendants du mouvement de protestation à rivaliser avec des partis et des politiciens bien établis – de nombreux d’entre eux étant soutenus par de puissantes milices armées.

Les résultats préliminaires montrent que plusieurs candidats indépendants ont réussi à faire leur entrée au Conseil des représentants, bien que, pour l’heure, le nombre de sièges ne soit pas connu.

On note une véritable réticence chez les jeunes Irakiens, le groupe démographique le plus important du pays, à se rendre aux urnes. Ils sont nombreux à penser que le système est protégé des réformes et que les élections ne servent qu’à favoriser l’arrivée au pouvoir des mêmes personnes et des mêmes partis responsables de la corruption et de la mauvaise gestion qui règnent en Irak depuis des décennies. Les conséquences sont les suivantes: des infrastructures en ruine, une pauvreté croissante et une hausse du taux de chômage.

En vertu des lois irakiennes, le parti qui remporte le plus de sièges peut choisir le prochain Premier ministre du pays, mais il est peu probable que l’une des coalitions concurrentes remporte une nette majorité. C’est un long processus qui nécessite des négociations de couloir pour choisir un Premier ministre de consensus et se mettre d’accord sur un nouveau gouvernement de coalition.

Le Premier ministre irakien, Moustafa al-Kazimi, a joué un rôle clé comme médiateur dans les crises de la région, en particulier entre les rivaux régionaux que sont l’Iran et l’Arabie saoudite. Beaucoup de personnes, dans la région et au-delà, attendent de voir s’il sera élu pour un deuxième mandat.

Le nouveau Conseil des représentants élira également le prochain président irakien.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: jugeant la révolution inachevée, Saied change sa date anniversaire

Une photographie d'un écran de télévision prise à Tunis, le 20 septembre 2021, montre le président tunisien Kais Saied prononçant un discours lors de sa visite à Sidi Bouzid, fief de la révolution tunisienne, et retransmis à la télévision nationale. (AFP)
Une photographie d'un écran de télévision prise à Tunis, le 20 septembre 2021, montre le président tunisien Kais Saied prononçant un discours lors de sa visite à Sidi Bouzid, fief de la révolution tunisienne, et retransmis à la télévision nationale. (AFP)
Short Url
  • Le président tunisien estime que le 14 janvier 2011, jour de la chute de Zine el-Abidine Ben Ali, célébré depuis comme jour anniversaire du premier soulèvement du Printemps arabe, n'était pas approprié
  • Depuis 2011, ce jour est férié en Tunisie sauf à Sidi Bouzid, qui célèbre chaque année la révolution le 17 décembre en hommage au geste de Mohamed Bouazizi

TUNIS: Le président tunisien Kais Saied a décidé jeudi de faire célébrer l'anniversaire de la révolution de 2011 le 17 décembre, jour de son lancement, faisant valoir que la date actuelle du 14 janvier, censée marquer sa fin, n'était pas appropriée.

"Le 17 décembre est le jour de la fête de la révolution et ce n'est pas le 14 janvier comme cela avait été annoncé en 2011", a dit M. Saied à l'ouverture d'un conseil ministériel au palais présidentiel de Carthage.

Selon M. Saied, "l'explosion révolutionnaire est partie de Sidi Bouzid" dans le centre-ouest de la Tunisie le 17 décembre 2010, jour de l'immolation par le feu du vendeur ambulant Mohamed Bouazizi. Cet acte a provoqué un soulèvement populaire ayant mis fin au règne sans partage du président Zine el-Abidine Ben Ali après 23 ans de pouvoir.

Le président tunisien estime en effet que le 14 janvier 2011, jour de la chute de Zine el-Abidine Ben Ali, célébré depuis comme jour anniversaire du premier soulèvement du Printemps arabe, n'était pas approprié car la révolution est selon lui toujours en marche. 

Le 14 janvier, "malheureusement la révolution a été détournée pour exclure le peuple et l'empêcher d'exprimer sa volonté et les slogans qu'il avait brandis" lors de sa révolution, a-t-il dit jeudi.

Depuis 2011, ce jour est férié en Tunisie sauf à Sidi Bouzid, qui célèbre chaque année la révolution le 17 décembre en hommage au geste de Mohamed Bouazizi.

Cette décision intervient dans un climat politique tendu après le coup de force du président Saied, qui s'était arrogé les pleins pouvoirs le 25 juillet en invoquant un "péril imminent" sur fond de crise politique. 


Libye: un tribunal rétablit la candidature du fils Kadhafi à la présidentielle

Une photo publiée par la page Facebook du Haut-Comité national libyen le 14 novembre 2021 montre Seif al-Islam Kadhafi (à gauche), fils du dirigeant libyen assassiné Mouammar Kadhafi, s’inscrivant pour se présenter aux élections présidentielles de décembre, dans la ville de Sebha, dans le sud de la Libye. ( Haut Conseil électoral national libyen FB Page / AFP)
Une photo publiée par la page Facebook du Haut-Comité national libyen le 14 novembre 2021 montre Seif al-Islam Kadhafi (à gauche), fils du dirigeant libyen assassiné Mouammar Kadhafi, s’inscrivant pour se présenter aux élections présidentielles de décembre, dans la ville de Sebha, dans le sud de la Libye. ( Haut Conseil électoral national libyen FB Page / AFP)
Short Url
  • La décision de justice a donné lieu à des scènes de liesse devant le tribunal à Sebha, ville semi-désertique située à quelque 650 kilomètres au sud de Tripoli
  • Disparu de la vie publique, il avait déposé sa candidature mi-novembre, misant sur le soutien des nostalgiques de l'ancien régime déçus par une interminable transition politique sur fond de chaos

TRIPOLI: La cour d'appel de Sebha, dans le sud de la Libye, a ordonné jeudi le rétablissement de Seif al-Islam Kadhafi, fils de l'ex-dirigeant libyen, comme candidat à l'élection présidentielle du 24 décembre, ont indiqué des médias locaux.

Le fils de Mouammar Kadhafi avait fait appel plus tôt dans la journée devant cette cour contre la décision de l'Autorité électorale de rejeter sa candidature pour non conformité avec les dispositions de la loi.

La décision de justice a donné lieu à des scènes de liesse devant le tribunal à Sebha, ville semi-désertique située à quelque 650 kilomètres au sud de Tripoli, où des dizaines de partisans du candidat étaient réunis, selon des images diffusées par les médias. 

Elle intervient après une série d'incidents qui avaient empêché plusieurs jours durant le fils Kadhafi de faire appel du rejet de sa candidature, annoncé le 24 novembre.

Des partisans de l'homme fort de l'Est, Khalifa Haftar, lui-même candidat à la présidentielle, ont bloqué depuis une semaine l'accès au tribunal, suscitant "une grande inquiétude" chez le gouvernement intérimaire. 

Ces hommes armés se sont finalement retirés jeudi du périmètre du tribunal, permettant aux trois magistrats et à l'avocat de Seif al-Islam d'entrer dans le bâtiment.

Mardi, la commission judiciaire chargée d'examiner son recours avait annoncé le report sine die de ses conclusions, en raison de ces incidents.

La veille, plusieurs dizaines de personnes avaient manifesté à Sebha dans un climat de tensions pour dénoncer cette "atteinte au travail de la justice".   

La Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) avait pour sa part déclaré "suivre avec une grande inquiétude la fermeture continue de la cour d'appel de Sebha", où des juges ont été "empêchés physiquement d'exercer leurs fonctions, entravant directement le processus électoral". 

Seif al-Islam Kadhafi, 49 ans, a été condamné à mort en 2015 à l'issue d'un procès expéditif, avant de bénéficier d'une amnistie. 

Disparu de la vie publique, il avait déposé sa candidature mi-novembre, misant sur le soutien des nostalgiques de l'ancien régime déçus par une interminable transition politique sur fond de chaos.   

Aboutissement d'un processus laborieux parrainé par l'ONU, la présidentielle du 24 décembre et le scrutin législatif prévu un mois plus tard sont censés tourner la page d'une décennie de conflit depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi.


L'Iran remet des avant-projets aux Européens sur la levée des sanctions et les questions nucléaires

L'Iran a remis aux puissances européennes concernées par son accord nucléaire de 2015 deux avant-projets sur la levée des sanctions et les engagements nucléaires, ont rapporté jeudi les médias officiels iraniens. (Fichier/AFP)
L'Iran a remis aux puissances européennes concernées par son accord nucléaire de 2015 deux avant-projets sur la levée des sanctions et les engagements nucléaires, ont rapporté jeudi les médias officiels iraniens. (Fichier/AFP)
Short Url
  • Un diplomate européen a confirmé que des documents de travail avaient bien été remis aux parties européennes concernées par l’accord nucléaire iranien
  • L'annonce a été faite au quatrième jour des pourparlers indirects entre l'Iran et les États-Unis pour un retour des deux pays à l'accord

VIENNE: L'Iran a remis aux puissances européennes concernées par son accord nucléaire tombé en désuétude des projets relatifs à la suppression des sanctions et aux engagements nucléaires, a déclaré jeudi le négociateur en chef du nucléaire iranien, tandis que les puissances mondiales et Téhéran tentent de rétablir l’accord. 

L'annonce a été faite au quatrième jour des pourparlers indirects entre l'Iran et les États-Unis pour un retour des deux pays à l'accord. Les pourparlers ont repris après une interruption de cinq mois provoquée par l'élection en juin du président iranien, Ebrahim Raïssi, partisan d’une ligne dure antioccidentale. 

«Nous leur avons remis deux avant-projets... Bien sûr, ils ont besoin d’étudier les textes que nous leur avons soumis. S'ils sont prêts à poursuivre les négociations, nous sommes présents à Vienne pour continuer le processus», a déclaré Ali Bagheri Kani aux journalistes. 

Un diplomate européen à Vienne a confirmé que des documents de travail avaient bien été remis. 

En vertu de l’accord sur le nucléaire de 2015, Téhéran a limité son programme d'enrichissement d'uranium, voie potentielle vers les armes nucléaires, bien que l'Iran affirme qu'il ne recherche que l'énergie atomique civile, et ce en échange d'un allégement des sanctions économiques américaines, européennes et onusiennes. 

Mais en 2018, le président américain alors en fonction, Donald Trump, a abandonné l'accord, le qualifiant de trop mou à l'égard de l'Iran, et a imposé à nouveau des sanctions américaines sévères, incitant Téhéran à violer les limites nucléaires de l’accord. 

Estimant que 70 à 80 % d'un projet d'accord avaient été finalisés lors de la dernière rencontre entre l'Iran et les puissances mondiales en juin, un haut diplomate européen a indiqué mardi qu'il n'était pas certain que Téhéran reprenne les pourparlers là où ils s'étaient arrêtés. 

Alors que Bagheri Kani avait déclaré que tout ce qui avait été négocié au cours des six séries de pourparlers entre avril et juin était ouvert à discussion, un membre de la délégation iranienne a soutenu que «les éléments du précédent projet non approuvé qui étaient en contradiction avec l'accord nucléaire ont été revus et les lacunes comblées» dans les avant-projets soumis par l'Iran. 

Israël, qui s'était opposé à l’accord initial de 2015, le considérant comme étant trop limité dans la portée et la durée, a appelé  jeudi les puissances mondiales à arrêter immédiatement les pourparlers. Il a cité un rapport de surveillance nucléaire de l'ONU selon lequel Téhéran a commencé à enrichir de l'uranium avec des centrifugeuses plus avancées dans son usine souterraine de Fordo, où tout enrichissement avait été interdit en vertu de l'accord. 

L'Iran avait commencé à Fordo le processus de raffinage de l'uranium enrichi à hauteur de 20%  avec une cascade, ou un groupe, de 166 machines IR-6 avancées. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com