Les Etats-Unis détrônent la Chine et deviennent numéro un du minage de bitcoin

Les mineurs sont attirés par les Etats-Unis car ils cherchent des sources d'énergie au prix peu élevé, et les législateurs sont partagés sur le sujet encore nouveau des cryptomonnaies. (Photo fournie)
Les mineurs sont attirés par les Etats-Unis car ils cherchent des sources d'énergie au prix peu élevé, et les législateurs sont partagés sur le sujet encore nouveau des cryptomonnaies. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Jeudi 14 octobre 2021

Les Etats-Unis détrônent la Chine et deviennent numéro un du minage de bitcoin

  • Les mineurs de bitcoin consomment l'équivalent de 0,45% de la production mondiale d'électricité, soit plus qu'un pays comme les Philippines
  • Une partie importante des mineurs s'est relocalisée aux Etats-Unis, après que la Chine ait interdit complètement cette activité en juin

LONDRES : Les mineurs américains de bitcoin, qui permettent la validation des transactions et la création de la cryptomonnaie, sont désormais les premiers producteurs au monde, alors que l'activité a complètement disparu en Chine, selon une étude publiée mercredi.

"Les nouvelles données, qui courent jusqu'à fin août, montrent que les Etats-Unis concentrent 35,4% (de l'activité, ndlr), contre 16,8% fin avril, suivis par le Kazakhstan avec 18,1% (contre 8,2%) et la Russie 11% (contre 6,8%)", commente dans un article Michel Rauchs, auteur de l'étude de l'Université de Cambridge.

Pour faire fonctionner le réseau décentralisé du bitcoin, des processeurs valident des transactions et prouvent leur participation à l'exercice en cherchant à deviner le résultat d'équations complexes.

Ils reçoivent en échange de nouveaux bitcoins, un processus très énergivore appelé "minage" et qui était jusqu'à présent concentré en Chine.

Mais après plusieurs annonces ces dernières années contre les cryptomonnaies, alors que cette technologie décentralisée et difficile à contrôler pour un Etat inquiète Pékin, qui lance en outre son propre yuan numérique, la Chine a finalement interdit complètement l'activité des mines en juin.

Les mineurs de bitcoin consomment l'équivalent de 0,45% de la production mondiale d'électricité, estime le Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index (CBECI), soit plus qu'un pays comme les Philippines.

"La conséquence directe de l'action du gouvernement chinois a été une baisse mondiale de 38%" de la participation des mineurs au réseau bitcoin, note M. Rauchs.

"Cela représente à peu près la part de la Chine avant les mesures gouvernementales, ce qui suggère que les mineurs ont bien cessé leurs opérations, tous en même temps", ajoute-t-il.

Depuis, le réseau a repris une activité aussi intense, et l'a même dépassée, conclut-il.

Une partie importante des mineurs s'est relocalisée aux Etats-Unis, où ils cherchent des sources d'énergie au prix peu élevé, et où les législateurs sont partagés sur le sujet encore nouveau des cryptomonnaies.

Le président du régulateur des marchés (SEC) Gary Gensler a ainsi qualifié le secteur de "Far West" à plusieurs reprises, même s'il a reconnu fin septembre qu'il n'avait pas le pouvoir d'interdire leur utilisation sans l'appui des parlementaires.

A l'inverse, certains élus, surtout du côté de l'opposition républicaine encouragent cette nouvelle source de revenu à la croissance impressionnante.

Le sénateur texan Ted Cruz, invité à une conférence sur le bitcoin, a incité vendredi les mineurs à s'installer dans son Etat pour profiter du gaz et de l'énergie éolienne produite localement et qui est en partie gaspillée faute de demande.


La livre Sterling au plus bas face au dollar, craintes de récession

Des pièces et des billets en livres sterling exposés sur une table, à Londres (Photo, AFP).
Des pièces et des billets en livres sterling exposés sur une table, à Londres (Photo, AFP).
Short Url
  • Face à un dollar résistant grâce à son statut de valeur refuge, la livre a plongé à 1,0350 dollar vers 01H25 GMT contre 1,0859 dollar vendredi à 21H00 GMT
  • Les investisseurs se sont détournés de la livre après l'annonce des mesures budgétaires du nouveau ministre britannique des Finances Kwasi Kwarteng

HONG KONG: La livre Sterling a atteint lundi un plancher record face au dollar, les annonces budgétaires de Londres inquiétant les investisseurs sur la santé des finances publiques britanniques, dans un pays peut-être déjà en récession.

Face à un dollar résistant grâce à son statut de valeur refuge, la livre a plongé à 1,0350 dollar vers 01H25 GMT contre 1,0859 dollar vendredi à 21H00 GMT, selon des données de Bloomberg, des analystes avertissant qu'elle pourrait même atteindre la parité avec le billet vert.

Les investisseurs se sont détournés de la livre après l'annonce des mesures budgétaires du nouveau ministre britannique des Finances Kwasi Kwarteng, mêlant aides massives aux factures énergétiques et baisses d'impôts tous azimuts, dont le coût vertigineux n'a pas été pleinement dévoilé.

L'ensemble devrait contraindre le Royaume-Uni à emprunter 72 milliards de livres supplémentaires sur les marchés, ce qui inquiète les opérateurs.

Lundi, la tendance était toujours à la baisse, le ministre affirmant que des mesures supplémentaires étaient attendues. Ce qui a précipité les marchés londoniens dans le gouffre, l'indice FTSE perdant autour de 2%.


Budget Sécu: déficit prévu en forte baisse en 2023, à 6,8 milliards d'euros

Un solde qui tient compte d'une "dégradation marquée" du régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL), mais aussi de "l'objectif d’élévation progressive de l'âge effectif de départ", qui devrait continuer à augmenter dans les prochaines années. (AFP).
Un solde qui tient compte d'une "dégradation marquée" du régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL), mais aussi de "l'objectif d’élévation progressive de l'âge effectif de départ", qui devrait continuer à augmenter dans les prochaines années. (AFP).
Short Url
  • Malgré le ralentissement de la croissance, le gouvernement table sur des recettes plus dynamiques que les dépenses, avec des cotisations dopées par l'inflation et la hausse des salaires
  • L'amélioration profitera essentiellement à la branche maladie, dont les pertes vont se réduire d'environ 20 milliards en 2022 à 6,5 milliards en 2023

PARIS : Le déficit de la Sécu va nettement se réduire en 2023, à 6,8 milliards d'euros contre 17,8 milliards attendus cette année, selon l'avant-projet de loi de financement de la sécurité sociale, publié par l'Agence de presse médicale et consulté dimanche par l'AFP.

Ces chiffres, qui couvrent un périmètre plus large que le régime général des caisses de Sécu, confirment néanmoins le spectaculaire redressement des comptes depuis le record abyssal de 2020 (près de 39 milliards).

Malgré le ralentissement de la croissance, le gouvernement table sur des recettes plus dynamiques que les dépenses, avec des cotisations dopées par l'inflation et la hausse des salaires.

L'amélioration profitera essentiellement à la branche maladie, dont les pertes vont se réduire d'environ 20 milliards en 2022 à 6,5 milliards en 2023.

Un résultat toutefois largement dû à la fonte de la facture du Covid, qui passerait de plus de 11 milliards à seulement 1 milliard l'an prochain, bien que cette provision "risque de se révéler très insuffisante", selon l'avis du Haut conseil des finances publiques, cité dans le document.

Au-delà de cette échéance, le déficit de la branche maladie continuerait de se réduire à un rythme beaucoup plus modéré, pour s'établir à 2,6 milliards en 2026.

A l'inverse, la branche vieillesse devrait vite replonger: proche de l'équilibre cette année (-1,7 milliard), elle devrait creuser ses pertes jusqu'à 13,6 milliards en 2026.

Un solde qui tient compte d'une "dégradation marquée" du régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL), mais aussi de "l'objectif d’élévation progressive de l'âge effectif de départ", qui devrait continuer à augmenter dans les prochaines années.

L'avant-projet de loi ne comprend cependant aucune mesure de réforme des retraites, alors que l'exécutif songe à introduire une hausse de l'âge légal ou de la durée de cotisation par un amendement lors des débats au Parlement au mois d'octobre.

Par ailleurs, les branches famille et accidents du travail devraient rester excédentaires au moins jusqu’en 2026, tandis que la branche autonomie, déficitaire en 2023, repasserait ensuite dans le vert.


L’Arabie saoudite favorise l’économie basée sur l’intelligence artificielle

La SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national sur les données et l’IA (fournie)
La SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national sur les données et l’IA (fournie)
Short Url
  • La technologie apportera une contribution de plusieurs milliards au produit intérieur brut
  • De plus, cela pourrait dynamiser l’économie au moyen d’emplois, d’investissements et de possibilités pour le Royaume

RIYAD: L’Autorité saoudienne des données et de l’intelligence artificielle (SDAIA) vise à mettre en place une économie de premier plan axée sur les données et l’intelligence artificielle et à faire de l’Arabie saoudite l’un des meilleurs pays en matière de technologie, déclare le directeur adjoint de l’agence.

Mishari al-Mishari, le directeur adjoint de la SDAIA, déclare à Arab News, en marge du Sommet mondial sur l’intelligence artificielle à Riyad, que la SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national sur les données et l’IA.

«La SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national des données et de l’intelligence artificielle en vue de mettre en place une économie de premier plan axée sur les données et l’IA», dit-il.

La conférence, organisée par la SDAIA, a accueilli jusqu’à 30 000 participants et des représentants de plus de 90 pays, ajoute-t-il.

«Lors de ce sommet, nous ne nous sommes pas limités aux dialogues et à la discussion; nous avons également mis l’accent sur l’expérience», insiste-t-il.