USA: un bébé de 2 ans tue sa mère d'une balle dans la tête en pleine réunion Zoom

Selon Everytown For Gun Safety, une association militant pour un meilleur encadrement des armes à feu, un garçon de 2 ans lui aussi était mort au Texas fin septembre après avoir trouvé une arme à feu chargée dans le sac à dos d'un proche. (Photo, AFP)
Selon Everytown For Gun Safety, une association militant pour un meilleur encadrement des armes à feu, un garçon de 2 ans lui aussi était mort au Texas fin septembre après avoir trouvé une arme à feu chargée dans le sac à dos d'un proche. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 14 octobre 2021

USA: un bébé de 2 ans tue sa mère d'une balle dans la tête en pleine réunion Zoom

  • Le père de l’enfant, 22 ans, est accusé d'homicide involontaire par négligence et de ne pas avoir rangé de manière sécurisée son arme à feu
  • Ce type de drames est tristement courant aux Etats-Unis : les «tirs non-intentionnels» de mineurs ont causé 879 morts depuis 2015 et 114 depuis le 1er janvier

MIAMI : Un enfant de 2 ans a tué sa mère qui assistait à une réunion sur Zoom d'une balle dans la tête, menant à l'arrestation mardi en Floride du père, accusé de n'avoir pas mis son arme hors d'atteinte du bambin.

Veondre Avery, 22 ans, accusé d'homicide involontaire par négligence et de ne pas avoir rangé de manière sécurisée son arme à feu, a été placé en détention, ont annoncé la police et un procureur.

C'est avec son arme, qu'il avait rangée -- chargée et sans le cran de sûreté -- dans un sac à dos Pat' Patrouille, une série télévisée pour enfants, que leur enfant a tué Shamaya Lynn à leur domicile, le 11 août, d'une seule balle et alors que la jeune femme de 21 ans était en pleine réunion sur Zoom.

"Une des filles s'est évanouie, elle saignait. Sa caméra est allumée, son bébé pleure au fond de la pièce", a décrit par téléphone l'une des collègues de Mme Lynn à l'opérateur des services de secours, selon un enregistrement de l'appel rendu public par la police et retranscrit par le journal Orlando Sentinel.

M. Avery, qui s'était absenté lors de l'incident, a lui aussi contacté les secours à son retour, les suppliant de se "dépêcher", selon le Orlando Sentinel.

Les agents de police envoyés sur place avaient alors découvert M. Avery en train d'essayer de réanimer sa compagne dans leur appartement d'Altamonte Springs, une ville au nord d'Orlando, en Floride. Mais le décès avait été prononcé peu après par les ambulanciers.

La date du procès n'a pas encore été déterminée, précise le communiqué du procureur Dan Faggard.

Ce type de drames est tristement courant aux Etats-Unis. Fin septembre, un garçon de 2 ans lui aussi était mort au Texas après avoir trouvé une arme à feu chargée dans le sac à dos d'un proche.

"Chaque année, aux Etats-Unis, des centaines d'enfants accèdent à des armes chargées et non sécurisées" et tirent involontairement, selon un rapport récent d'Everytown For Gun Safety, une association militant pour un meilleur encadrement des armes à feu.

Selon son décompte, ces "tirs non-intentionnels" de mineurs ont causé 879 morts depuis 2015 et 114 depuis le 1er janvier.


La Chine a testé un missile hypersonique en orbite, selon le Financial Times

Les progrès de la Chine dans les armes hypersoniques «ont pris le renseignement américain par surprise» selon le FT. (Photo, AFP)
Les progrès de la Chine dans les armes hypersoniques «ont pris le renseignement américain par surprise» selon le FT. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les missiles hypersoniques, comme les missiles balistiques traditionnels qui peuvent transporter des armes nucléaires, peuvent voler à plus de cinq fois la vitesse du son
  • La Chine a développé la technologie de manière offensive, la considérant comme cruciale pour se défendre contre les avancées américaines dans les technologies hypersoniques et autres

WASHINGTON : La Chine a testé une nouvelle capacité spatiale avec un missile hypersonique en orbite, a rapporté samedi le Financial Times.

L'article du quotidien économique et financier britannique, citant plusieurs sources ayant eu connaissance du test, indique que Pékin a lancé en août un missile à capacité nucléaire qui a fait le tour de la Terre en orbite basse avant de descendre vers sa cible, ratée de plus de 32 kilomètres selon trois sources.

Les sources du FT ont déclaré que le planeur hypersonique avait été transporté par une fusée Longue Marche, dont les lancements sont généralement annoncés, alors que le test d'août a été gardé secret.

Les progrès de la Chine dans les armes hypersoniques "ont pris le renseignement américain par surprise", selon l'article.

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré qu'il ne ferait aucun commentaire sur les détails de l'article, mais a ajouté: "Nous avons clairement exprimé nos inquiétudes concernant le développement militaire que la Chine continue de poursuivre, qui ne fait qu'accroître les tensions dans la région et au-delà. C'est l'une des raisons pour lesquelles nous considérons la Chine comme notre défi de stimulation numéro un".

Outre Pékin, les Etats-Unis, la Russie et au moins cinq autres pays travaillent sur la technologie hypersonique.

Les missiles hypersoniques, comme les missiles balistiques traditionnels qui peuvent transporter des armes nucléaires, peuvent voler à plus de cinq fois la vitesse du son.

Tensions américano-chinoises

Les missiles balistiques volent haut dans l'espace en faisant un arc pour atteindre leur cible, tandis qu'un missile hypersonique prend une trajectoire basse dans l'atmosphère, atteignant potentiellement plus rapidement sa cible.

Surtout, un missile hypersonique est manoeuvrable (comme un missile de croisière beaucoup plus lent, souvent subsonique), ce qui le rend plus difficile à suivre et à contrer.

Des pays comme les Etats-Unis ont développé des systèmes conçus pour se défendre contre les missiles de croisière et balistiques, mais on ignore la capacité à pister et à abattre un missile hypersonique.

La Chine a développé la technologie de manière offensive, la considérant comme cruciale pour se défendre contre les avancées américaines dans les technologies hypersoniques et autres, selon un récent rapport du Service de recherche du Congrès américain (CRS).

Le test signalé intervient alors que les tensions américano-chinoises se sont accrues et que Pékin a intensifié ses activités militaires près de Taïwan, la démocratie autonome alignée sur Washington que la Chine considère comme une province en attente de réunification.

Le Pentagone n'a pas, dans l'immédiat, répondu à une demande de l'AFP de commenter l'article du Financial Times.


Migrants: au moins 8 morts et 17 disparus au large de l'Espagne

La route vers les Canaries, dans l'Océan atlantique, est particulièrement meurtrière car au moins 785 personnes sont mortes en tentant de rallier cet archipel depuis l'Afrique occidentale entre janvier et août 2021, toujours selon l'OIM. (Photo, Reuters)
La route vers les Canaries, dans l'Océan atlantique, est particulièrement meurtrière car au moins 785 personnes sont mortes en tentant de rallier cet archipel depuis l'Afrique occidentale entre janvier et août 2021, toujours selon l'OIM. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Selon les rescapés, 28 personnes au total se trouvaient initialement dans le bateau sans qu'on connaisse leur nationalité ni leur point de départ
  • L'ONG Caminando Fronteras, qui se base sur les témoignages de migrants ou de leurs familles, estime elle que plus de 2.000 personnes sont mortes ou ont disparu en tentant de rallier les Canaries en 2021

BARCELONE : Les corps sans vie de quatre migrants ont été retrouvés samedi, portant à au moins huit morts et 17 disparus le bilan d'un naufrage au large de Cadix, dans le sud de l'Espagne près du Maroc, a annoncé le secours en mer espagnol.


"Au cours de la journée d'aujourd'hui, quatre corps ont été retrouvés", a précisé un porte-parole du secours en mer espagnol dont les recherches doivent se poursuivre dimanche, dans cette zone proche du Cap de Trafalgar.


Le bateau se trouvait à environ 60 km à l'ouest du Cap de Trafalgar, quand les sauveteurs ont commencé à intervenir, après avoir reçu une alerte jeudi soir.


Trois survivants avaient alors pu être secourus peu avant 21H00 (19H00 GMT) alors que leur embarcation de fortune était en train de couler.


Deux hommes se trouvaient à bord de l'embarcation aux côtés du cadavre d'une troisième personne, tandis qu'une femme était secourue dans l'eau et trois cadavres repêchés.


Selon les rescapés, 28 personnes au total se trouvaient initialement dans le bateau sans qu'on connaisse leur nationalité ni leur point de départ.


Les drames de l'immigration sont récurrents au large des côtes de l'Espagne que les migrants essaient de rejoindre, malgré le danger, depuis les côtes marocaines ou algériennes notamment. L'Espagne n'est en général qu'une étape pour ces migrants dont la destination finale est souvent la France.


Au total, 27.136 migrants sont arrivés par la mer en Espagne continentale ou dans les archipels des Baléares ou des Canaries entre janvier et fin septembre, selon les derniers chiffres du ministère de l'Intérieur. Soit un bond de 53,8% par rapport à la même période de 2020.


Et selon des chiffres communiqués par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) fin septembre, 2021 constitue "l'année la plus meurtrière sur la route migratoire vers l'Espagne" avec au moins 1.025 personnes mortes dans leur tentative de rallier l'Espagne ou ses archipels.


La route vers les Canaries, dans l'Océan atlantique, est particulièrement meurtrière car au moins 785 personnes sont mortes en tentant de rallier cet archipel depuis l'Afrique occidentale entre janvier et août 2021, toujours selon l'OIM.


L'ONG Caminando Fronteras, qui se base sur les témoignages de migrants ou de leurs familles, estime elle que plus de 2.000 personnes sont mortes ou ont disparu en tentant de rallier les Canaries en 2021.


L'Ouzbékistan et les talibans discutent commerce et aide humanitaire

A gauche, Abdul Salam Hanafi. (Photo, AFP)
A gauche, Abdul Salam Hanafi. (Photo, AFP)
Short Url
  • Ces pourparlers ont eu lieu dans la ville frontalière de Termez, en Ouzbékistan
  • L'Ouzbékistan et le Turkménistan, pays voisin, ont adopté une attitude pragmatique face au retour au pouvoir des talibans

TACHKENT: Des émissaires des talibans afghans se sont rendus en Ouzbékistan voisin samedi pour y mener des négociations sur le commerce et sur l'envoi d'aide humanitaire, a indiqué le ministère des Affaires étrangères de ce pays d'Asie centrale.

Ces pourparlers ont eu lieu dans la ville frontalière de Termez, en Ouzbékistan, entre une délégation talibane menée par Abdul Salam Hanafi, numéro deux du nouveau gouvernement de Kaboul, et le vice-Premier ministre ouzbèke Sardor Oumourzakov.

Selon un communiqué du ministère ouzbèke, les discussions ont porté sur "les questions liées au commerce et aux relations économiques, sur la sécurité de la frontière, la coopération dans le domaine de l'énergie, le transport cargo international et le transit".

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a annoncé cette semaine que trois lots d'aide humanitaire seraient prochainement expédiés par avion à Termez avant d'être acheminés par camion en Afghanistan.

L'Ouzbékistan et le Turkménistan, pays voisin, ont adopté une attitude pragmatique face au retour au pouvoir des talibans, les deux gouvernements ayant établi des canaux de discussion directs avec le groupe ces dernières années afin de garantir la sécurité de projets d'infrastructure transfrontaliers.

Un troisième pays d'Asie centrale, le Tadjikistan, a lui évité les pourparlers officiels avec les talibans. 

En début de semaine, les talibans ont tenu des négociations avec une délégation conjointe des États-Unis et de l'Union européenne au Qatar, Bruxelles s'étant engagé à verser un milliard d'euros d'aide à l'Afghanistan.