Washington fait planer la menace militaire contre l'Iran si la diplomatie échoue

Le secrétaire d'État Antony Blinken, (centre gauche), accompagné du ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, (centre droite), lors de leur réunion bilatérale au département d'État à Washington, DC, le 13 octobre 2021. (Photo, AFP)
Le secrétaire d'État Antony Blinken, (centre gauche), accompagné du ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, (centre droite), lors de leur réunion bilatérale au département d'État à Washington, DC, le 13 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 15 octobre 2021

Washington fait planer la menace militaire contre l'Iran si la diplomatie échoue

  • Au moment d'une visite cruciale du négociateur de l'UE à Téhéran, l'impatience monte côté américain et européen, et le changement de ton est manifeste
  • Dans un contexte où le pessimisme semble s'imposer, Yaïr Lapid s’est rendu à Washington pour réclamer au gouvernement Biden un «plan B alternatif»

WASHINGTON : Les Etats-Unis ont fait planer mercredi la menace d'un recours à l'option militaire contre l'Iran en cas d'échec de la diplomatie pour empêcher Téhéran de se doter de l'arme atomique, faisant pour la première fois clairement écho aux avertissements israéliens.

A la veille d'une visite cruciale du négociateur de l'Union européenne jeudi à Téhéran, l'impatience monte côté américain mais aussi européen, et le changement de ton est manifeste.

Washington pense "qu'une solution diplomatique est la meilleure manière" d'éviter que la République islamique devienne une puissance nucléaire, a déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken lors d'une conférence de presse avec son homologue israélien Yaïr Lapid dans la capitale américaine.

Mais il a jugé peu "encourageants" les signaux émanant de Téhéran, qui n'a toujours pas fixé de date pour la reprise des négociations visant à sauver l'accord international de 2015 sur le nucléaire iranien, à l'arrêt depuis juin.

"Il faut être deux pour dialoguer et nous n'avons pas constaté, à ce stade, de volonté d'en faire autant de la part de l'Iran", a déploré le secrétaire d'Etat, estimant une nouvelle fois que la "fenêtre de tir" se refermait à grand pas.

"Nous sommes prêts à nous tourner vers d'autres options si l'Iran ne change pas de direction", a-t-il prévenu alors qu'il était interrogé sur la possibilité du recours à la force. "Nous envisagerons toutes les options."

A ses côtés, le ministre israélien a enfoncé le clou, sans être contredit. "En disant d'autres options, je pense que tout le monde comprend", a-t-il lancé, dans une allusion claire à l'option militaire.

Yaïr Lapid a d'ailleurs été encore plus explicite au nom de l'Etat hébreu, opposé de longue date à l'accord de 2015 qu'il juge insuffisant.

"Le secrétaire d'Etat Blinken et moi sommes des enfants de survivants de l'Holocauste. Nous savons qu'il y a des moments où les nations doivent avoir recours à la force pour protéger le monde du Mal", a-t-il déclaré. "Israël se réserve le droit d'agir à tout moment, et quels que soient les moyens", a-t-il martelé.

L'ex-président américain Donald Trump a claqué la porte en 2018 de cet accord conclu entre l'Iran et les grandes puissances, et a rétabli les sanctions américaines qu'il avait permis de lever. En retour, Téhéran s'est de plus en plus affranchi des restrictions censées empêcher que son programme nucléaire aboutisse à la fabrication de la bombe.

Le président Biden s'est lui dit prêt à revenir dans l'accord à condition que l'Iran renoue parallèlement avec ses engagements.

Des négociations indirectes entre Washington et Téhéran, par l'intermédiaire des autres signataires, ont démarré en avril à Vienne pour sauver cette entente, mais sont suspendues depuis l'élection en juin d'un nouveau président iranien.

Le négociateur européen Enrique Mora, coordonnateur du texte de 2015, est attendu jeudi à Téhéran.

"Je vais insister sur l'urgence de reprendre les négociations", a-t-il tweeté mercredi.

Même frustration côté français, où l'on regrette l'absence de "clarté" iranienne, un "refus de négocier" et les "faits accomplis sur le terrain qui compliquent encore plus le retour" à l'accord.

Dans ce contexte où le pessimisme semble s'imposer, Yaïr Lapid était venu à Washington pour réclamer au gouvernement Biden un "plan B alternatif".

Et les Américains, longtemps réticents à évoquer autre chose qu'un retour à l'accord, ont changé de stratégie en évoquant eux-mêmes ouvertement l'hypothèse d'un échec.

"Nous sommes réalistes. Nous savons qu'il existe au moins une forte possibilité que l'Iran choisisse une autre voie" qu'un rétablissement de l'accord, a aussi déclaré mercredi l'émissaire américain pour l'Iran, Rob Malley.

Le négociateur américain a annoncé qu'il se rendrait dans les prochains jours en Arabie saoudite, aux Emirats arabes unis et au Qatar pour évoquer notamment les "options" pour "contrôler le programme nucléaire iranien" si les négociations n'aboutissent pas.


Incendie à Djebel Ali à Dubaï, rapidement maîtrisé

Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination des déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali. (Twitter: @DXBMediaOffice)
Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination des déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali. (Twitter: @DXBMediaOffice)
Short Url
  • Aucune victime n’a été signalée
  • Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination des déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali

DUBAÏ: Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination de déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali, située loin des usines de la zone, a indiqué le bureau des médias de Dubaï.

Sur le site, une forte fumée due à la combustion de déchets pétroliers a été observée dans une partie déserte de la zone industrielle.

Aucune victime n’a été signalée.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le pavillon saoudien à l’Expo 2020 de Dubaï accueille 23 000 visiteurs en une journée

Le pavillon propose aux visiteurs un contenu diversifié reposant sur quatre piliers principaux: la nature, le patrimoine, la biocommunauté et les opportunités économiques que le pays offre au monde. (AN, Farah Heiba)
Le pavillon propose aux visiteurs un contenu diversifié reposant sur quatre piliers principaux: la nature, le patrimoine, la biocommunauté et les opportunités économiques que le pays offre au monde. (AN, Farah Heiba)
Short Url
  • Le nombre total de visites du pavillon saoudien est à plus de 200 000
  • Le Dr Khaled ben Hussein al-Biyari, ministre adjoint de la Défense pour les affaires exécutives, a visité les pavillons saoudien et émirati

DUBAÏ: Le pavillon saoudien à l’Expo 2020 de Dubaï a accueilli 23 000 visiteurs en une journée, ce qui porte le nombre total de visites à plus de 200 000, a rapporté l’agence de presse saoudienne officielle SPA.

Le commissaire général du pavillon saoudien, l’ingénieur Hussein Hanbaza, a remarqué que le pavillon a attiré l’attention des visiteurs grâce à ses sections et activités qui reflètent la richesse humanitaire ainsi que les composantes civiles et de développement du Royaume. 

Le pavillon propose aux visiteurs un contenu diversifié reposant sur quatre piliers principaux: la nature, le patrimoine, la biocommunauté et les opportunités économiques que le pays offre au monde. Des spectacles de folklore populaire ont également eu lieu dans le deuxième plus grand pavillon du site de l’exposition.

Par ailleurs, le Dr Khaled ben Hussein al-Biyari, ministre adjoint de la Défense pour les affaires exécutives, a visité les pavillons saoudien et émirati. Il a été reçu par l’ambassadeur saoudien aux Émirats arabes unis, Turki ben Abdallah al-Dakhil, et le chef du pavillon saoudien, M. Hanbaza.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com   


La Force aérienne saoudienne participe à un exercice militaire aux EAU

Cet exercice comprenait également des forces aériennes d’autres pays amis. (SPA)
Cet exercice comprenait également des forces aériennes d’autres pays amis. (SPA)
Les forces armées saoudiennes ont bénéficié de leurs expériences antérieures dans des exercices similaires. (SPA)
Les forces armées saoudiennes ont bénéficié de leurs expériences antérieures dans des exercices similaires. (SPA)
Les forces armées saoudiennes ont bénéficié de leurs expériences antérieures dans des exercices similaires. (SPA)
Les forces armées saoudiennes ont bénéficié de leurs expériences antérieures dans des exercices similaires. (SPA)
Short Url
  • Cet exercice comprenait également des forces aériennes d’autres pays amis
  • La participation des forces aériennes de plusieurs pays à l’exercice a permis de préparer des scénarios simulant ce qui pourrait se passer sur le terrain

ABU DHABI: La Force aérienne royale saoudienne a participé dimanche à l’exercice Missile Air War Center 2021 dans la base aérienne d’Al-Dhafra aux Émirats arabes unis (EAU). Cet exercice comprenait également des forces aériennes d’autres pays amis.

Le commandant de l’exercice, le colonel pilote Ayedh ben Saïd al-Qahtani, a déclaré que les exercices ont démarré avec les plus hauts niveaux de professionnalisme et de mesures de sécurité.

Les forces armées saoudiennes ont bénéficié de leurs expériences antérieures dans des exercices similaires, a-t-il indiqué, ajoutant que l’exercice se déroulait en plusieurs étapes et avait était précédé par la formation de groupes de travail et de réunions préparatoires.

Le colonel Al-Qahtani a expliqué que cet exercice avait pour but d’augmenter le niveau de préparation au combat de la Force aérienne royale saoudienne, et de renforcer les liens opérationnels entre elle et ses homologues participants.

Il a précisé que l’exercice consistait en des activités allant du ciblage des défenses aériennes ennemies aux opérations aériennes tactiques, en passant par la frappe de cibles hostiles, la détection et la destruction de stations radar ennemies, l’interception d’avions ennemis et l’exécution d’opérations d’attaque stratégique et d’opérations d’appui aérien pour les forces terrestres.

Il a noté que la participation des forces aériennes de plusieurs pays à l’exercice a permis de préparer des scénarios simulant ce qui pourrait se passer sur le terrain, car cela donne aux participants la possibilité de communiquer et d’améliorer leurs expériences pratiques.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com