JO-2024 de Paris: Macron veut «mettre le sport au coeur de la nation»

Le président français Emmanuel Macron lors d'un match de football dans le cadre de la célébration du cinquantième anniversaire des "Variétés club de France", au stade Léo Lagrange de Poissy, en banlieue parisienne, le 14 octobre 2021. (Photo, AFP)
Le président français Emmanuel Macron lors d'un match de football dans le cadre de la célébration du cinquantième anniversaire des "Variétés club de France", au stade Léo Lagrange de Poissy, en banlieue parisienne, le 14 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 15 octobre 2021

JO-2024 de Paris: Macron veut «mettre le sport au coeur de la nation»

  • Un montant de 200 millions d'euros sera ainsi débloqué, dont 100 en 2022, a confirmé Macron
  • «L'objectif n'est pas simplement d'avoir des médailles, c'est de mettre le sport au coeur de la nation», en vue des JO «mais aussi après», a-t-il lancé

SAINT-DENIS: Avant de chausser lui-même les crampons dans l'après-midi, Emmanuel Macron a annoncé jeudi un "énorme coup d'accélérateur" pour "mettre le sport au coeur de la nation" d'ici aux JO-2024 de Paris avec la construction de 5 000 équipements de proximité.

Un montant de 200 millions d'euros sera ainsi débloqué, dont 100 en 2022, a confirmé le chef de l'Etat, toujours pas candidat déclaré à la présidentielle de 2022, mais qui multiplie ces dernières semaines les annonces d'investissements.

C'est d'ailleurs aux côtés de la candidate déclarée Anne Hidalgo, maire de Paris, et présidente de la Solideo (société de livraison des ouvrages olympiques), qu'il a aussi visité jeudi le chantier du village des athlètes en Seine-Saint-Denis, à l'ombre d'une quinzaine de grues dressées dans le quartier jouxtant le Carrefour Pleyel.  

1
(Photo, AFP)

ll a "salué le travail d'équipe" et échangé avec plusieurs ouvriers de ce chantier qui s'étend sur plus de 50 hectares et doit s'achever en décembre 2023. 

Un peu plus tôt, depuis Tremblay-en-France et le département le plus pauvre de France, il a justement évoqué "un enjeu d'héritage" des JO en terme d'équipements. 

"L'objectif n'est pas simplement d'avoir des médailles, c'est de mettre le sport au coeur de la nation", en vue des JO "mais aussi après", a-t-il lancé, aux côtés de jeunes joueurs de basket 3X3.

Il mouillera lui-même le maillot dans l'après-midi à Poissy (Yvelines) en participant à un match de foot caritatif pour les 50 ans du Variétés Club de France, reçu ensuite à l'Elysée pour dîner.

1
(Photo, AFP)

À ses côtés jeudi matin, l'ex-basketteur professionnel Tony Parker l'a prévenu: "C'est long 90 minutes". "On va voir s'ils me sortent !", a rétorqué le président, qui va "essayer de faire bonne figure" en tant que milieu droit.

Le match sera disputé face à l'équipe des soignants du centre hospitalier intercommunal de Poissy Saint-Germain-en-Laye et sa recette donnée à la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, présidée par Brigitte Macron.

«Un peu rattrapage»

En attendant, Emmanuel Macron a vanté un plan sport "bon pour la nation tout entière", qui va "donner un énorme coup d'accélérateur aux pratiques" d'ici à 2024. 

Seront ainsi construits, avec "au moins 50%" de financements apportés par l'Etat, 1 000 "citystade" (terrain multisports), 1 000 dojos et salles de sport de combat, 500 terrains de basket 3X3 pour en doper la pratique, 500 terrains de tennis padel, 500 skateparks, 200 sites sportifs mobiles comme des bassins, ou encore des équipements "innovants" utilisant le numérique. 

"Ce plan vient un peu tard, il aurait fallu l'initier dès 2018 dans l'optique d'un héritage sportif", a réagi le député Régis Juanico (Génération.s), qui trouve que "cela fait un peu rattrapage". 

Objectif de médailles

Interrogé par ailleurs sur les critiques concernant ses propos enjoignant les sportifs français au lendemain des JO de Tokyo à "faire beaucoup plus" en 2024 en termes de médailles, Emmanuel Macron a regretté "des commentaires journalistiques": "Je n'ai pas vu beaucoup de sportifs ébranlés par ce que j'avais dit", a-t-il assuré.

"On a tiré le bilan et remobilisé. C'est ce que font tous les coaches chaque jour avec leur équipe, c'est ça le sport de haut niveau", a-t-il défendu. La France n'a rapporté que 33 médailles olympiques de Tokyo, en deça du score de 42 obtenu à Rio.

Pour Paris, il avait évoqué mi-septembre, l'objectif de "Top 5" des nations, soit 70 médailles environ selon le classement de Tokyo.

Un objectif jugé très ambitieux par certains, comme la boxeuse Sarah Ourahmoune, vice-présidente du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) et vice-championne olympique à Rio, pour qui ce doit plutôt être "50/60 médailles", avait-elle lâché mardi soir lors d'un débat à Sciences Po. 

Après sa visite du chantier du village des athlètes, le président a fait un saut au siège du comité d'organisation (Cojo). Dans l’atrium tout neuf et en bois, devant quelque 500 employés et partenaires, le président du Cojo, Tony Estanguet a estimé que les "1016 jours" qui restent avant les Jeux n’allaient "pas être un long fleuve tranquille". 

Pour l’instant,  "nous sommes au rendez-vous, il faut continuer" car "tout doit être parfait en 2024"  pour que ces "Jeux soient exemplaires", a renchéri Emmanuel Macron.


Agression de journalistes de l'AFP : une enquête ouverte à Paris

Des manifestants brandissent des pancartes et des drapeaux français lors d'une manifestation contre le pass Vaccinal contre la  Covid-19, sur la place du Trocadéro à Paris, le 15 janvier 2022.(AFP)
Des manifestants brandissent des pancartes et des drapeaux français lors d'une manifestation contre le pass Vaccinal contre la Covid-19, sur la place du Trocadéro à Paris, le 15 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • L'AFP a déposé plainte pour « violences volontaires en réunion », « menaces de mort » et « entrave à la liberté d'expression »
  • Le responsable du groupuscule d'ultradroite les Zouaves, Marc de Cacqueray-Valmenier, a été incarcéré jeudi soir après sa participation à cette manifestation alors qu'il était sous contrôle judiciaire

PARIS : Une enquête a été ouverte mercredi pour "violences volontaires aggravées" après l'agression le 15 janvier d'une équipe de l'AFP qui couvrait un rassemblement anti-pass vaccinal, a indiqué vendredi le parquet de Paris.

Cette enquête est également ouverte pour "menaces" et "entrave à l'exercice d'une liberté, et a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP).

Lors de cette manifestation organisée par le mouvement des Patriotes du candidat pro-Frexit à la présidentielle Florian Philippot, deux journalistes reporter d'images (JRI) de l'Agence France-Presse et leurs deux gardes de sécurité avaient été violemment pris à partie par un groupe d'une cinquantaine de personnes, identifiées comme d'extrême droite.

Selon les journalistes, ces personnes ont tenté de s'en prendre à la vidéaste de l'AFP, répondant à l'appel d'un individu encagoulé avec un mégaphone.

Les agents de protection se sont interposés, mais ont été frappés à coups de matraque. 

L'équipe a été menacée de mort et l'un des agents de sécurité a reçu une bouteille sur la tête, entraînant une plaie au crâne.

L'AFP a déposé plainte pour "violences volontaires en réunion", "menaces de mort" et "entrave à la liberté d'expression".

"L'AFP dénonce la banalisation des agressions, verbales et maintenant physiques, contre ses équipes et s'inquiète du nouveau degré de violence atteint", avait affirmé dimanche le PDG de l'agence, Fabrice Fries.

Il s'agit de la deuxième agression d'une équipe de l'AFP couvrant des manifestations contre le pass sanitaire en l'espace de quelques mois. En juillet 2021, deux JRI avaient reçu crachats et injures lors d'une précédente manifestation organisée par M. Philippot.

Le responsable du groupuscule d'ultradroite les Zouaves, Marc de Cacqueray-Valmenier, a été incarcéré jeudi soir après sa participation à cette manifestation alors qu'il était sous contrôle judiciaire. Vendredi, il a été condamné à un an de prison ferme.


Homme tué par un policier à Nice: la thèse accidentelle retenue par le parquet

Cette photographie prise le 19 janvier 2022 montre une scène de crime où un homme d'une vingtaine d'années a été abattu par un policier lors de son interpellation à Nice, dans le sud-est de la France. (AFP)
Cette photographie prise le 19 janvier 2022 montre une scène de crime où un homme d'une vingtaine d'années a été abattu par un policier lors de son interpellation à Nice, dans le sud-est de la France. (AFP)
Short Url
  • Le fonctionnaire de police, membre de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de la police judiciaire de Nice, avait été mercredi placé en garde à vue pour homicide volontaire
  • La victime, née en 1999 et originaire de Marseille, a été touchée par le tir «au niveau de l'arrière du lobe inférieur de l'oreille droite» et est décédée «des suites de ses blessures»

NICE: Le commandant de police qui a tué mercredi à Nice un homme d'une vingtaine d'années lors d'une interpellation a été déféré vendredi "en vue de l'ouverture d'une information judiciaire du chef d'homicide involontaire", a annoncé le parquet de Nice.

"Le parquet requerra le placement sous contrôle judiciaire strict du policier", a-t-il ajouté.

"Les investigations menées, notamment les exploitations vidéo de la scène des faits, les auditions de témoins, le recueil de données techniques sur l'arme utilisée, ne permettent pas à ce jour de contredire la thèse accidentelle avancée par le mis en cause", a indiqué le parquet de Nice.

Le fonctionnaire de police, membre de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de la police judiciaire de Nice, avait été mercredi placé en garde à vue pour homicide volontaire dans le cadre d'une enquête de flagrance confiée à l'Inspection Générale de la police nationale (IGPN) de Nice.

Il "affirme n'avoir eu aucunement l'intention d'attenter à la vie de la victime et fait état, lors de ses auditions, d'un tir accidentel lié aux circonstances de l'interpellation", selon le communiqué du parquet.

Mercredi, une série d'interpellations avait été organisée dans le quartier niçois de Las Planas, une cité située dans le nord de la ville, où avait eu lieu dans la nuit du 24 au 25 décembre l'homicide d'un jeune homme de 24 ans, Ermelindo Goncalves Fontes, mort d'une balle dans la poitrine. Une information judiciaire avait été ouverte pour assassinat en bande organisée.

Lors d'une de ces interpellations, rue de la Buffa à Nice, à quelque 500 m de la Promenade des Anglais, le fonctionnaire de police, décrit par le procureur de Nice, Xavier Bonhomme, comme un commandant "expérimenté", a "fait usage de son arme et a atteint la tête de l'un des individus ciblés alors par l'opération de police", a souligné le parquet.

La victime, née en 1999 et originaire de Marseille, a été touchée par le tir "au niveau de l'arrière du lobe inférieur de l'oreille droite" et est décédée "des suites de ses blessures" alors qu'elle était prise en charge par les services de secours, a-t-il poursuivi.

L'information judiciaire ouverte pour "homicide involontaire par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence" devra "s'attacher à poursuivre, notamment au travers d'examens techniques non réalisés dans le cadre de l'enquête de flagrance, les investigations pour déterminer précisément les circonstances de ce décès", selon le parquet.


«Génocide» des Ouïghours: la Chine fustige les députés français

L'artiste de rue français Mahn Kloix peint une fresque représentant Tursunay Ziawudum, une ancienne détenue ouïghoure qui a quitté la Chine et a parlé publiquement de son expérience d'internement, à Marseille, dans le sud de la France, le 7 octobre 2021. (Nicolas Tucat/AFP)
L'artiste de rue français Mahn Kloix peint une fresque représentant Tursunay Ziawudum, une ancienne détenue ouïghoure qui a quitté la Chine et a parlé publiquement de son expérience d'internement, à Marseille, dans le sud de la France, le 7 octobre 2021. (Nicolas Tucat/AFP)
Short Url
  • L’Assemblée nationale française «reconnaît officiellement les violences perpétrées par les autorités de la République populaire de Chine à l'encontre des Ouïghours comme constitutives de crimes contre l'humanité et d'un génocide»
  • Des études occidentales accusent Pékin d'avoir interné dans des «camps» au moins un million de personnes, majoritairement ouïghoures

PÉKIN : Une résolution qui «fait fi de la réalité»: la Chine s'est dite vendredi «fermement opposée» au texte adopté la veille par l'Assemblée nationale française, qui a qualifié de «génocide» le traitement par Pékin des Ouïghours.

Pour la plupart musulmans sunnites, les Ouïghours constituent le principal groupe ethnique du Xinjiang (nord-ouest de la Chine), une région longtemps meurtrie par des attentats et qui fait désormais l'objet d'une surveillance policière draconienne.

Les députés français ont adopté jeudi une résolution stipulant que l'Assemblée nationale «reconnaît officiellement les violences perpétrées par les autorités de la République populaire de Chine à l'encontre des Ouïghours comme constitutives de crimes contre l'humanité et d'un génocide», et qu'elle les «condamne».

Le texte «invite le gouvernement français» à faire de même.

Sans portée contraignante, la résolution défendue à la tribune par le premier secrétaire du Parti socialiste (PS), Olivier Faure, a reçu le soutien des députés du parti présidentiel LREM et a été adopté à la quasi-unanimité des présents (169 votes pour, un contre et cinq abstentions).

«La résolution de l'Assemblée nationale française (...) fait fi de la réalité et du bon sens en matière de droit», a déclaré Zhao Lijian, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

«Cela constitue une ingérence grossière dans les affaires intérieures chinoises. La Chine y est fermement opposée», a-t-il souligné lors d'une conférence de presse régulière.

- Surveillance au Xinjiang -

Le Xinjiang et d'autres provinces de Chine ont été frappés pendant plusieurs décennies, et notamment de 2009 à 2014, par des attentats attribués à des islamistes ou des séparatistes ouïghours.

Depuis plusieurs années, la région fait ainsi l'objet d'une intense surveillance: caméras omniprésentes, portiques de sécurité dans les bâtiments, forces armées très visibles dans les rues, restrictions à la délivrance des passeports...

Des études occidentales, fondées sur des interprétations de documents officiels, des témoignages de victimes présumées et des extrapolations statistiques, accusent Pékin d'avoir interné dans des «camps» au moins un million de personnes, majoritairement ouïghoures, d'effectuer des stérilisations et avortements «forcés» ou encore d'imposer du «travail forcé».

La Chine dément ces accusations. Elle réfute toute idée de «stérilisation forcée» mais concède appliquer au Xinjiang, comme partout ailleurs dans le pays, sa politique de limitation des naissances, pendant longtemps mise en oeuvre avec laxisme dans la région.

Pékin présente en outre les «camps» comme des «centres de formation professionnelle» destinés à éloigner les habitants de l'extrémisme religieux et qui seraient désormais fermés car tous les «étudiants» auraient «achevé leur formation».

- «Démagogie» -

«Si un génocide était véritablement perpétré au Xinjiang, comment se fait-il que la population ouïghoure connait toujours un taux de croissance démographique aussi important?», a déclaré le porte-parole Zhao Lijian, statistiques à l'appui.

«A ceux qui feignent (de ne pas voir les faits) ou qui font de la démagogie pour plaire du grand public, je leur dis ceci: vos paroles et vos actes ne méritent aucune attention», a-t-il assuré. «Un mensonge répété même 1.000 fois reste un mensonge».

Avant l'Assemblée nationale française, les députés de plusieurs pays occidentaux (Belgique, Royaume-Uni, Pays-Bas, Canada) avaient qualifié de «génocide» le traitement des Ouïghours par la Chine.

Le gouvernement américain utilise le même qualificatif.

Les journalistes étrangers peuvent se rendre au Xinjiang mais y sont systématiquement suivis. Il leur est donc difficile d'infirmer ou de confirmer les affirmations des différentes parties.

Amnesty International a appelé mercredi la communauté internationale à ne pas laisser la Chine utiliser les Jeux olympiques d'hiver, organisés à Pékin du 4 au 20 février, pour détourner l'attention de la situation des Ouïghours.