Afghanistan: les chiites enterrent leurs morts après un nouveau vendredi sanglant

Des hommes recouvrent de terre les tombes des victimes après leur inhumation dans un cimetière de Kandahar le 16 octobre 2021. (Photo, AFP)
Des hommes recouvrent de terre les tombes des victimes après leur inhumation dans un cimetière de Kandahar le 16 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 16 octobre 2021

Afghanistan: les chiites enterrent leurs morts après un nouveau vendredi sanglant

  • Pour le deuxième vendredi consécutif, un attentat sanglant a visé une mosquée chiite du pays au moment de la prière hebdomadaire
  • Dans le cimetière chiite de la ville, des dizaines d'hommes sont venus samedi creuser à la hâte des rangées de fosses

 KANDAHAR: La communauté chiite d'Afghanistan enterrait à nouveau samedi ses morts, au lendemain d'un attentat suicide à Kandahar (Sud) revendiqué par le groupe Etat islamique-Khorasan (EI-K), qui a fait 60 morts et fragilisé la promesse des talibans d'assurer un retour à la sécurité dans le pays.   

Pour le deuxième vendredi consécutif, un attentat sanglant a visé une mosquée chiite du pays au moment de la prière hebdomadaire, cette fois-ci à Kandahar, la deuxième plus grande ville d'Afghanistan et le fief historique des talibans.  

Comme souvent en Afghanistan, le bilan de telles attaques meurtrières reste imprécis. Des sources locales, notamment religieuses, évoquent, elles, 60 morts et 70 blessés. 

Dans le cimetière chiite de la ville, des dizaines d'hommes sont venus samedi creuser à la hâte des rangées de fosses, où sont enterrées, les unes après les autres, les victimes recouvertes d'un linceul blanc. 

Mahmmad Agha a perdu son frère, "père de deux enfants, qui avait tout ce que l'on peut souhaiter dans la vie", dit-il. "Je n'ai pas les mots pour décrire la peine que j'ai dans le coeur".

Le groupe djihadiste Etat islamique a revendiqué dans la nuit de vendredi à samedi l'attaque, la première qu'il mène dans le berceau des talibans.

«Menace commune»

Dans un communiqué diffusé sur ses chaînes Telegram, le groupe a indiqué qu'un "premier kamikaze a fait exploser sa veste explosive (...) dans un couloir de la mosquée, tandis que le second kamikaze a fait exploser sa veste explosive au centre de la mosquée".

Cette attaque survient exactement une semaine après un autre attentat suicide meurtrier contre une mosquée chiite, cette fois-ci à Kunduz (Nord-Est), à la même heure et avec le même mode opératoire, également revendiqué par l'EI-K.

Depuis leur arrivée au pouvoir le 15 août, les talibans, qui font du retour de la sécurité dans le pays leur priorité après 20 ans de guerre, sont confrontés à une vague d'attentats sanglants menés par l'EI.

Sa branche locale, l'EI-K, anciennement connue comme ISKP, a ciblé ces dernières semaines les talibans et la minorité chiite afghane.

Washington a condamné l'attaque, par la voix du porte-parole du département d'Etat américain, Ned Price, et réitéré son appel aux "talibans pour qu'ils respectent l'engagement qu'ils ont pris en matière de lutte contre le terrorisme, et en particulier pour qu'ils s'attaquent à la menace commune à laquelle nous sommes confrontés", celle de l'EI-K.

«Assigner des gardes»

Les talibans ont mené ces dernières semaines plusieurs raids contre des cellules de l'EI-K, notamment à Kaboul après un attentat contre une mosquée de la capitale et annoncé la création d'unités spéciales. 

Le chef de la police talibane à Kandahar, Maulvi Mehmood, a assuré lors d'une conférence de presse que "tous les services" de sécurité talibans "sont à l'œuvre pour retrouver les personnes impliquées et les punir". 

Selon lui, la sécurité de la communauté chiite avait été jusqu'à présent assurée, à sa demande, par la communauté elle-même. Mais "à l'avenir, nous comptons prendre la responsabilité de tous ces lieux de culte en leur assignant des gardes", a ajouté M. Mehmood.

L'EI-K, groupe sunnite rival des talibans qui se présente comme le seul garant d'une vision rigoriste de l'islam, a ciblé à de nombreuses reprises ces dernières années la minorité chiite, considérée comme "hérétique" - et en particulier les Hazaras.

Les talibans eux-mêmes s'en sont souvent pris dans le passé aux chiites, qui représentent entre 10% et 20% de la population afghane (environ 40 millions d'habitants au total), avant d'affirmer vouloir désormais garantir leur sécurité.

Dans un communiqué, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres a condamné une "attaque odieuse (...) contre des civils en Afghanistan exerçant leur droit de pratiquer librement leur religion".    


La Turquie va renoncer au système russe de paiement Mir

Sur cette photo prise le 7 décembre 2019, un piéton passe devant la banque publique Vakifbank sur l'avenue Istiklal à Istanbul. (AFP)
Sur cette photo prise le 7 décembre 2019, un piéton passe devant la banque publique Vakifbank sur l'avenue Istiklal à Istanbul. (AFP)
Short Url
  • Ces trois banques publiques - HalkBank, Ziraat et Vakifbank - autorisaient jusqu'ici les transactions avec les cartes Mir
  • Deux des plus grandes banques privées du pays, Denizbank et Isbank, avaient déjà annoncé la semaine dernière qu'elles suspendaient l'utilisation du système de paiement Mir

ISTANBUL: Les trois banques publiques turques qui autorisaient le système russe de paiement Mir vont y renoncer après des mises en garde américaines, a annoncé mercredi à l'AFP un haut responsable turc.

"Il y a des paiements en cours, mais une date future a été fixée" pour la suspension du système Mir, a indiqué cette source à l'AFP, sous couvert d'anonymat et sans préciser de date.

Ces trois banques publiques - HalkBank, Ziraat et Vakifbank - autorisaient jusqu'ici les transactions avec les cartes Mir.

Deux des plus grandes banques privées du pays, Denizbank et Isbank, avaient déjà annoncé la semaine dernière qu'elles suspendaient l'utilisation du système de paiement Mir.

Vendredi, l'Ouzbékistan avait également annoncé avoir interrompu pour des raisons "techniques" le fonctionnement des cartes bancaires Mir, qui ne sont désormais plus utilisables que dans une poignée de pays dont le Bélarus.

Très dépendante des gaz et pétrole russes, la Turquie a refusé de se joindre aux sanctions occidentales décrétées contre la Russie après l'invasion de l'Ukraine. Le pays, destination prisé des touristes russes a vu arriver des milliers de Russes depuis le début de la guerre.

Elle avait annoncé élargir le champ d'application du système Mir après une rencontre début août entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine. Mais Washington avait mis en garde dans la foulée les entreprises et banques turques commerçant avec la Russie contre le risque de possibles sanctions.


Attaque de lundi au Burkina: au moins 11 soldats tués et 50 civils portés disparus

Le convoi a été la cible d'une embuscade, près de la localité de Gaskindé, localité située dans la province du Soum (Photo, AFP).
Le convoi a été la cible d'une embuscade, près de la localité de Gaskindé, localité située dans la province du Soum (Photo, AFP).
Short Url
  • Le 24 janvier dernier, des militaires ont pris le pouvoir au Burkina dans un putsch assurant vouloir faire de la sécurité leur priorité
  • Mais les attaques restent nombreuses

OUAGADOUGOU: Au moins onze soldats ont été tués dans une attaque de jihadistes présumés contre un convoi de ravitaillement lundi dans le nord du Burkina Faso, un bilan qui pourrait toutefois être beaucoup plus lourd, une cinquantaine de civils étant toujours portés disparus.

"Un convoi de ravitaillement à destination de la ville de Djibo a été la cible d'une attaque lâche et barbare. Le bilan provisoire est de 11 corps de militaires retrouvés et 28 blessés", a écrit le porte-parole du gouvernement Lionel Bilgo dans un communiqué.

"Une cinquantaine de civils sont aussi portés disparus et les recherches se poursuivent", poursuit le texte.

Le bilan pourrait toutefois être beaucoup plus lourd, une source sécuritaire évoquant à l'AFP "une soixantaine de victimes". "Pratiquement tout le convoi, véhicules et vivres, a été incendié", a poursuivi cette source.

Des vidéos reçues de sources sécuritaires par l'AFP montrent plusieurs camions incendiés et éventrés sur le bord d'une route.

Un précédent bilan, de sources sécuritaires à l'AFP, faisait état d'une "dizaine de morts" et de "nombreux blessés".

Le convoi a été la cible d'une embuscade, près de la localité de Gaskindé, localité située dans la province du Soum, avait indiqué l'état-major lundi soir dans un communiqué.

"L'attaque a également causé d'importants dégâts matériels", a souligné M. Bilgo.

«Nous restons debout»

"Certes, nous sommes affligés par la tragédie actuelle et les pertes cruelles que nous enregistrons, mais nous restons debout, unis et solidaires pour libérer notre cher pays le Burkina Faso", a-t-il affirmé, rappelant l'engagement des "forces patriotiques en lutte contre le terrorisme à tenir le serment de défendre et de libérer notre peuple de l'emprise des forces obscurantistes qui veulent l'asservir par la violence aveugle et la terreur".

Une autre attaque particulièrement meurtrière avait visé début septembre un convoi de ravitaillement dans le nord du pays. L'explosion d'un engin artisanal entre Djibo et Bourzanga avait causé la mort d'au moins 35 civils dont plusieurs enfants.

Ces convois, escortés par l'armée, ravitaillent des villes du nord, notamment Djibo, soumises à un blocus de groupes jihadistes qui ont récemment dynamité des ponts sur des grands axes routiers.

Le Burkina Faso - en particulier le nord et l'est - est confronté comme plusieurs de ses voisins à la violence de mouvements armés affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique, qui y ont fait depuis 2015 des milliers de morts et quelque deux millions de déplacés.

Le 24 janvier dernier, des militaires ont pris le pouvoir au Burkina dans un putsch assurant vouloir faire de la sécurité leur priorité. Mais les attaques restent nombreuses.

Dimanche, un autre convoi escorté par l'armée, parti la veille de Dori, chef-lieu de la région du Sahel, pour ravitailler la ville de Sebba, a été la cible d'une attaque à l'engin explosif improvisé, selon des sources sécuritaires.

Quatre personnes ont été blessées lors de cet incident, et le convoi est tout de même arrivé ce lundi, accueilli par une liesse populaire.

Samedi, deux soldats et deux supplétifs civils de l'armée ont été tués lors d'une attaque "terroriste" contre une patrouille dans la province de la Tapoa, une région de l'est du Burkina, frontalière du Niger et du Bénin, selon l'armée.


Cuba plongé dans le noir après le passage de l'ouragan Ian

Des gens marchent dans une rue inondée à Batabano, Cuba, le 27 septembre 2022, lors du passage de l'ouragan Ian. (AFP)
Des gens marchent dans une rue inondée à Batabano, Cuba, le 27 septembre 2022, lors du passage de l'ouragan Ian. (AFP)
Short Url
  • Le pays se trouve «sans service électrique», a tweeté la compagnie d'électricité étatique Union Eléctrica, expliquant cette panne nationale par le passage de l'ouragan de catégorie 3 qui a ravagé l'ouest de l'île
  • Il faut se préparer à des «vagues potentiellement mortelles, des vents catastrophiques et des inondations» dans la péninsule de Floride, a aussi averti le NHC

CONSOLACION DEL SUR: Cuba était plongé dans le noir mardi soir en raison d'une coupure de courant généralisée due aux dégâts sur son réseau électrique occasionnés par l'ouragan Ian, qui n'a pas fait de victimes, et menace désormais la Floride.

Le pays se trouve "sans service électrique", a tweeté compagnie d'électricité étatique Union Eléctrica, expliquant cette panne nationale par le passage de l'ouragan de catégorie 3 qui a ravagé l'ouest de l'île.

"Il n'y a actuellement aucun service d'électricité nulle part dans le pays", a abondé Lázaro Guerra, directeur technique d'Union Eléctrica, sur la télévision cubaine.

Seules les quelques personnes disposant d'un générateur à essence à domicile ou au bureau avaient accès au courant, dans ce pays de 11,2 millions d'habitants.

Alors que les effets de l'ouragan se faisaient encore sentir sur la côte, dans la nuit, les habitants marchaient dans les rues en se guidant avec leur téléphone portable, et certaines maisons étaient éclairées par des bougies ou des lampes de poche.

"L'#HuracanIan s'éloigne du territoire national, mais ses effets destructeurs persistent", a tweeté la Défense civile cubaine, dans un appel à la prudence, après le passage de l'ouragan. Son centre a quitté le territoire cubain à 09H50 (13H50 GMT) aux environs de Puerto Esperanza, selon l'Institut de météorologie de Cuba (Insmet).

«Vagues potentiellement mortelles»

Le "centre de Ian devrait se déplacer sur le sud-est du golfe du Mexique dans quelques heures, passer à l'ouest de l'archipel des Keys" au sud de la Floride, "puis s'approcher de la côte ouest de la Floride (...) mercredi et mercredi soir", a précisé le Centre national des ouragans (NHC) américain. Il avait auparavant prévenu que le phénomène était considéré comme un "ouragan intense extrêmement dangereux".

Il faut se préparer à des "vagues potentiellement mortelles, des vents catastrophiques et des inondations" dans la péninsule de Floride, a aussi averti le NHC.

A Cuba, aucune victime n'est pour l'heure à déplorer, selon les autorités, mais les vents violents et les pluies intenses persistaient dans l'ouest de l'île où l'ouragan a semé la désolation dans plusieurs localités, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Sur la route de San Juan y Martinez, à 190 km de La Havane, la province de Pinar del Rio, où se trouvent la plupart des plantations de tabac du pays, a été durement touchée. Les cultures ont été inondées, des arbres déracinés et des fils électriques jonchaient le sol.

"Je ne sais pas ce que nous allons faire cette saison", se lamente Yuslan Rodriguez, un cultivateur de tabac de 37 ans, dont la plantation, tout comme d'autres, a été détruite.

Des rafales de vent ont atteint 208 km/h à San Juan y Martinez.

Le président Miguel Diaz-Canel a visité mardi la zone la plus touchée à Pinar del Rio. "Les dégâts sont importants", a-t-il déclaré sur Twitter, assurant que de l'aide avait été envoyée.

Quelque 40.000 personnes ont été évacuées dans la province de Pinar del Rio et "les dégâts sont considérables", a indiqué la responsable du Parti communiste local, Yamilé Ramos.

Dans la capitale, où vivent 2,1 millions de personnes, deux maisons se sont partiellement effondrées, selon Alexis Acosta, l'intendant du quartier de la vieille Havane.

Préparatifs en Floride 

L'état d'urgence a été décrété dans toute la Floride et les autorités multipliaient les préparatifs. Certaines des modélisations effectuées prévoient maintenant un atterrissage au sud de la baie de Tampa (...) Dans certaines zones, il y aura des inondations catastrophiques et des vagues de tempête mortelles", a prévenu le gouverneur Ron DeSantis.

Il a demandé aux habitants de faire des provisions et se préparer à des coupures de courant, tout en mobilisant 7 000 membres de la Garde nationale.

Le président américain Joe Biden, qui a approuvé une aide d'urgence fédérale pour 24 des 67 comtés de Floride, a déclaré que Ian "pourrait être un ouragan très violent, dont l'impact serait dévastateur et mettrait des vies en danger".

Des moyens aériens tels que des hélicoptères sont notamment prêts à intervenir, a précisé le porte-parole du Pentagone, le général Pat Ryder.

La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a précisé que M. Biden s'était entretenu mardi soir avec M. DeSantis - potentiel rival aux élections de 2024 - pour parler préparatifs.

A Tampa, des employés de la mairie remplissaient mardi des sacs de sable qu'ils distribuaient gratuitement à travers la ville. Les autorités ont ordonné des évacuations dans les zones les plus vulnérables, situés à proximité de l'océan.

La Nasa, l'agence spatiale américaine, a renoncé au décollage prévu mardi de sa nouvelle méga-fusée pour la Lune, depuis le centre spatial Kennedy situé dans cet Etat du sud des Etats-Unis.

Ian succède à l'ouragan Fiona, qui a ravagé samedi la côte atlantique du Canada, faisant trois morts, après les Caraïbes la semaine dernière où sept personnes avaient péri.