Total était au courant des conséquences de ses activités sur le climat dès 1971

Comme pour les autres groupes pétroliers, Total n'échappe pas aux campagnes de sensibilisation des organisations écologistes, comme en témoigne cette photo prise en 2019 à Rio de Janeiro montrant deux activistes de Greenpeace maculés de pétrole pour dénoncer les activités du groupe français dans la forêt amazonienne. (Photo, AFP)
Comme pour les autres groupes pétroliers, Total n'échappe pas aux campagnes de sensibilisation des organisations écologistes, comme en témoigne cette photo prise en 2019 à Rio de Janeiro montrant deux activistes de Greenpeace maculés de pétrole pour dénoncer les activités du groupe français dans la forêt amazonienne. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 20 octobre 2021

Total était au courant des conséquences de ses activités sur le climat dès 1971

  • «La nouveauté est qu'on pensait que seuls les groupes US étaient dans la duplicité. On s'aperçoit que les français ont aussi participé à ce phénomène»
  • ExxonMobil savait depuis les années 80 que le changement climatique était réel, mais s'est évertué à entretenir le doute, trompant ainsi ses actionnaires et les citoyens

PARIS : Total avait connaissance des conséquences néfastes de ses activités pour le climat dès 1971 mais a entretenu le doute à la fin des années 1980 et cherché ensuite à contrecarrer les efforts pour limiter le recours à ces énergies fossiles, selon un article scientifique paru mercredi.

Christophe Bonneuil, directeur de recherche au CNRS, Pierre-Louis Choquet, sociologue à Sciences po, et Benjamin Franta, chercheur en histoire à l'université américaine de Stanford, ont étudié les archives du groupe pétrolier, devenu TotalEnergies, ainsi que des revues internes et des interviews, selon cet article paru dans la revue Global Environmental Change.

Une publication dans la revue de Total, en 1971, expliquait que la combustion d'énergies fossiles conduit "à la libération de quantités énormes de gaz carbonique" et à une augmentation de la quantité de gaz carbonique dans l'atmosphère. Une "augmentation (...) assez préoccupante", notait le texte de 1971. Pour autant, le groupe a passé ce sujet sous silence, relèvent les chercheurs.

Au milieu des années 1980, le géant américain Exxon, via l'Association environnementale de l'industrie pétrolière (IPIECA), prend la tête d'une campagne internationale des groupes pétroliers pour "contester la science climatique et affaiblir les contrôles sur les énergies fossiles", poursuivent les chercheurs.

Bernard Tramier, directeur de l'environnement chez Elf puis Total de 1983 à 2003, cité dans l'article, raconte avoir été informé de l'importance du réchauffement climatique lors d'une réunion de l'IPIECA en 1984. Deux ans plus tard, il alerte le comité d'exécutif d'Elf, disant : "il est donc évident que l’industrie pétrolière devra une nouvelle fois se préparer à se défendre".

"La nouveauté est qu'on pensait que seul Exxon et les groupes américains étaient dans la duplicité. On s'aperçoit que nos champions pétroliers français ont participé à ce phénomène au moins entre 1987 et 1994", explique à l'AFP Christophe Bonneuil, parlant d'une "fabrique de l'ignorance".

Parallèlement Total et Elf ont fait "pression, avec succès, contre les politiques qui visaient à réduire les émissions de gaz à effet de serre", tout en cherchant à se doter d'une crédibilité environnementale à travers des engagements volontaires, avance l'étude de mercredi.

A la fin des années 1990, l'approche change. Les experts climat de l'ONU, le GIEC, publient leur premier rapport en 1990. Le sommet de la Terre à Rio en 1992 débouche sur l'adoption de la Convention cadre des Nations-unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Le protocole de Kyoto est adopté en 1997.

"L'industrie pétrolière française cesse de remettre en cause publiquement les sciences climatiques, mais continue à augmenter ses investissements dans la production pétrolière et gazière", à insister sur "l'incertitude, minimisant l'urgence (climatique) et à détourner l'attention des énergies fossiles comme cause première du réchauffement" climatique mondial, poursuivent les chercheurs.

Vers le milieu des années 2000, nouvelle stratégie. Le groupe Total, qui a absorbé Elf en 1999, accueille une conférence sur le changement climatique en septembre 2006. Son PDG de l'époque, Thierry Desmaret, reconnaît la réalité du changement climatique et les conclusions du Giec.

Total "commence à promouvoir une division des rôles entre la science et les affaires, où la science décrit le changement climatique et les entreprises prétendent le résoudre", revendiquant ainsi sa légitimité à influer sur les politiques publiques et des entreprises et mettant en avant sa "transition énergétique".

Dans une réponse transmise à l'AFP avant la publication de l'article scientifique, le groupe déclare: "La connaissance qu’avait TotalEnergies du risque climatique n’était en rien différente de la connaissance émanant de publications scientifiques de l’époque (les années 70: ndlr)".

"Les dirigeants de Total (...) reconnaissaient l’existence du changement climatique et le lien avec les activités de l’industrie pétrolière" et depuis 2015, la société a pour objectif "d’être un acteur majeur de la transition énergétique", poursuit-il.

Une étude de 2017 a montré que le groupe pétrolier américain ExxonMobil savait depuis les années 80 que le changement climatique était réel et causé par des activités humaines. Mais le groupe s'est évertué pendant des années à entretenir le doute sur cette réalité, trompant ainsi ses actionnaires et les citoyens.


Ukraine: Biden alerte sur un risque d'«apocalypse» nucléaire, Kiev regagne du terrain

Vladimir Poutine «ne plaisante pas quand il parle d'un usage potentiel d'armes nucléaires», a jugé le président américain (Photo, AFP).
Vladimir Poutine «ne plaisante pas quand il parle d'un usage potentiel d'armes nucléaires», a jugé le président américain (Photo, AFP).
Short Url
  • «Nous n'avons pas été confrontés à la perspective d'une apocalypse depuis Kennedy et la crise des missiles cubains» en 1962, a alerté jeudi le président américain
  • Biden a dit s'interroger sur une porte de sortie pour son homologue russe Vladimir Poutine

KIEV: Le président américain Joe Biden a mis en garde jeudi contre un risque d'"apocalypse", pour la première fois depuis la guerre froide, en raison des menaces d'employer l'arme nucléaire par la Russie, dont les troupes sont mises sous pression par la contre-offensive ukrainienne.

M. Biden a dit s'interroger sur une porte de sortie pour son homologue russe Vladimir Poutine. "Comment peut-il s'en sortir? Comment peut-il se positionner de façon à ni perdre la face, ni perdre une portion significative de son pouvoir en Russie?" s'est questionné le président américain lors d'une collecte de fonds à New York.

Confronté à une résistance ukrainienne tenace alimentée par l'aide militaire occidentale, M. Poutine a fait une allusion à la bombe atomique dans un discours télévisé le 21 septembre.

Il s'était dit prêt à utiliser "tous les moyens" dans son arsenal face à l'Occident, qu'il avait accusé de vouloir "détruire" la Russie. "Ce n'est pas du bluff", avait-il assuré.

"Nous n'avons pas été confrontés à la perspective d'une apocalypse depuis Kennedy et la crise des missiles cubains" en 1962, a alerté jeudi le président américain.

Selon les experts, une attaque atomique emploierait probablement des armes nucléaires tactiques -- plus petites en charge explosive qu'une arme nucléaire stratégique.

Mais Washington considère que même une frappe nucléaire tactique pourrait déclencher une conflagration plus large.

Vladimir Poutine "ne plaisante pas quand il parle d'un usage potentiel d'armes nucléaires tactiques ou d'armes biologiques ou chimiques, car son armée, on pourrait le dire, est très peu performante", a encore jugé le président américain.

Kiev chiffre ses gains

Les troupes ukrainiennes sont à l'offensive sur tous les fronts depuis début septembre et ont déjà repris l'essentiel de la région de Kharkiv, dans le nord-est, et d'importants nœuds logistiques tels qu'Izioum, Koupiansk et Lyman (Est).

"Rien que depuis le 1er octobre et rien que dans la région de Kherson, plus de 500 km2 de territoire et des dizaines de localités ont été libérées", a déclaré jeudi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

S'exprimant quelques heures plus tôt devant les dirigeants européens réunis en sommet, M. Zelensky a réclamé la poursuite de l'aide militaire à Kiev afin que "les chars russes n'avancent pas sur Varsovie ou encore sur Prague".

Signe de l'agacement du Kremlin, l'ambassadeur français à Moscou Pierre Lévy a été convoqué jeudi à cause des livraisons d'armes à l'Ukraine par Paris.

L'armée de Moscou a de son côté assuré dans son rapport quotidien avoir "repoussé l'ennemi" dans la même région de Kherson où Kiev revendique ses nouveaux succès.

Selon elle, les forces ukrainiennes ont déployé quatre bataillons tactiques sur ce front, soit plusieurs centaines d'hommes, et "tenté à plusieurs reprises de percer les défenses" russes près de Doudtchany, Soukhanové, Sadok et Brouskinskoïé.

«Nouvelle guerre mondiale»

Face aux revers de l'armée russe en Ukraine et à une mobilisation chaotique en Russie qui a poussé des centaines de milliers de ses compatriotes à l'exil, le président russe a assuré mercredi que la situation militaire allait se "stabiliser".

Alors que Moscou ne contrôle que partiellement ces zones et y est en difficulté sur le plan militaire, M. Poutine a signé mercredi une loi consacrant l'annexion de quatre régions ukrainiennes après la tenue de "référendums" d'autodétermination sans "aucune valeur légale" aux yeux de l'ONU, et dénoncés comme des "simulacres" par Kiev et ses alliés.

Autre point de friction, Moscou a fustigé jeudi des propos de M. Zelensky qui a évoqué lors d'une interview des "frappes préventives" de l'Otan contre la Russie, poussant le Kremlin à dénoncer un "appel à débuter une nouvelle guerre mondiale avec des conséquences monstrueuses et imprévisibles".

La présidence ukrainienne s'est fendue d'un message expliquant que les propos de M. Zelensky ont été mal compris et qu'il parlait de sanctions et non de frappes nucléaires.

Sur le front, des soldats ukrainiens interrogés par l'AFP ont assuré voir enfin "la lumière au bout du tunnel", grâce à leurs récents succès, après plus de sept mois d'une guerre éreintante.


La cheffe de la diplomatie belge se coupe une mèche de cheveux

La ministre belge des Affaires étrangères Hadja Lahbib (Photo, AFP).
La ministre belge des Affaires étrangères Hadja Lahbib (Photo, AFP).
Short Url
  • La ministre belge francophone, issue d'une famille d'origine algérienne, a saisi une paire de ciseaux et exécuté ce geste
  • Mme Lahbib s'est dite «bouleversée» par la mort «révoltante» de Mahsa Amini le mois dernier à Téhéran

BRUXELLES: La ministre belge des Affaires étrangères Hadja Lahbib s'est coupé une mèche de cheveux jeudi en séance à la Chambre des députés en soutien aux femmes iraniennes, dénonçant la répression "intolérable" par le régime de Téhéran des manifestations.

La ministre belge francophone, issue d'une famille d'origine algérienne, a saisi une paire de ciseaux et exécuté ce geste en imitant une députée d'opposition d'origine iranienne assise à ses côtés, lors de la séance de questions au gouvernement à la Chambre.

Mme Lahbib s'est dite "bouleversée" par la mort "révoltante" de Mahsa Amini le mois dernier à Téhéran.

Cette Kurde iranienne de 22 ans est décédée trois jours après son arrestation pour infraction au code vestimentaire strict de la République islamique qui oblige notamment les femmes à porter le voile. Le drame a entraîné en Iran une vague de manifestations qui s'est heurtée à une répression meurtrière.

"La répression aurait déjà fait plus de 150 morts sans compter les centaines de blessés et les arrestations", a affirmé devant les députés belges Hadja Lahbib, disant se fier à "des sources indépendantes".

Comme les Etats-Unis - qui ont annoncé jeudi des sanctions économiques contre sept hauts responsables iraniens pour leur rôle dans cette répression-, l'Union européenne pourrait prochainement sanctionner les Iraniens qu'elle juge responsables.

La question sera au menu de la réunion des ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept prévue le 17 octobre.

Selon Mme Lahbib, huit pays de l'UE (France, Allemagne, Italie, Espagne, Danemark, Belgique, République tchèque et Luxembourg) réclament conjointement des sanctions contre les responsables des services de sécurité ayant ordonné cette répression.


Ebola: Washington renforce les contrôles pour les voyageurs en provenance d'Ouganda

Les CDC, la principale agence sanitaire fédérale du pays, ont émis un avertissement concernant Ebola après la déclaration le 20 septembre de l'état d'épidémie par le ministère ougandais de la Santé dans le district de Mubende (Photo, AFP).
Les CDC, la principale agence sanitaire fédérale du pays, ont émis un avertissement concernant Ebola après la déclaration le 20 septembre de l'état d'épidémie par le ministère ougandais de la Santé dans le district de Mubende (Photo, AFP).
Short Url
  • L'OMS recensait mercredi 63 cas confirmés et probables d'Ebola en Ouganda, dont 29 décès
  • Selon les CDC, l'épidémie semble limitée à cinq districts du centre de l'Ouganda

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont annoncé jeudi renforcer les procédures de contrôles imposées aux voyageurs en provenance d'Ouganda face à l'épidémie d'Ebola qui y sévit.

À partir de vendredi, a annoncé le département d'Etat, tous les voyageurs entrant par avion dans le pays et étant passés par l'Ouganda dans les 21 jours devront transiter par l'un des cinq aéroports -- New York, Newark, Atlanta, Chicago et Washington -- où les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) et la police des frontières assureront des contrôles.

Les CDC, la principale agence sanitaire fédérale du pays, ont émis un avertissement concernant Ebola après la déclaration le 20 septembre de l'état d'épidémie par le ministère ougandais de la Santé dans le district de Mubende.

L'OMS recensait mercredi 63 cas confirmés et probables d'Ebola en Ouganda, dont 29 décès.

Selon les CDC, l'épidémie semble limitée à cinq districts du centre de l'Ouganda.

À la date de jeudi, "aucun cas suspecté, probable ou confirmé (d'Ebola) lié à cette épidémie n'a été rapporté aux Etats-Unis ou dans d'autres pays en dehors de l'Ouganda", selon les CDC.

Aucun vol direct ne relie l'Ouganda aux Etats-Unis, mais l'agence sanitaire a indiqué qu'il était crucial de contrôler tous les voyageurs s'y étant rendus pour prévenir la propagation de la maladie.

Les Etats-Unis avaient instauré de strictes procédures de contrôle en 2014 après une grave épidémie d'Ebola en Afrique.

Onze personnes avaient dû être soignées de la maladie aux Etats-Unis, deux étaient mortes.