«Vivre libres!»: comment aborder les sujets sensibles en classe après le choc Samuel Paty

Le professeur assassiné Samuel Paty a désormais un square à son nom, en face de la Sorbonne à Paris (Photo, AFP).
Le professeur assassiné Samuel Paty a désormais un square à son nom, en face de la Sorbonne à Paris (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 21 octobre 2021

«Vivre libres!»: comment aborder les sujets sensibles en classe après le choc Samuel Paty

  • Que faire quand un élève tient des propos choquants en classe, quand il conteste l'enseignement qu'on lui dispense, interroge cet ouvrage
  • Deux mois après l’assassinat de Samuel Paty, un sondage Ifop pour l'observatoire de l'éducation de la Fondation Jean-Jaurès montrait que près d'un enseignant sur deux s'autocensurait en classe

MARSEILLE: Comment parler des religions aux élèves, réagir à des propos homophobes ou lutter contre les discriminations ? Face à ces questions, un collectif d'enseignants et de formateurs chevronnés publient "Vivre libres !", un ouvrage de bonnes pratiques initié après l'assassinat de Samuel Paty. 

Que faire quand un élève tient des propos choquants en classe, quand il conteste l'enseignement qu'on lui dispense, interroge cet ouvrage qui propose d'aider les enseignants à affronter les situations délicates.

Initié par le rectorat de l'académie Aix-Marseille, le livre propose l'expertise d'une vingtaine d'enseignants et formateurs, auteurs de fiches pratiques conçues à partir "d'expériences de terrain réussies".

Après l'assassinat de Samuel Paty, décapité par un jeune islamiste pour avoir montré en classe des caricatures de Mahomet, "beaucoup de membres de la communauté éducatives (...) se sont sentis démunis, sidérés, incapables de parler avec leurs élèves", rappellent les auteurs dans le préambule. 

Deux mois après le drame, un sondage Ifop pour l'observatoire de l'éducation de la Fondation Jean-Jaurès montrait que près d'un enseignant sur deux s'autocensurait en classe sur les questions religieuse. Mais à 90% les professeurs d'histoire disent ne pas avoir renoncé à enseigner les "sujets difficiles", selon un sondage récent du magazine L’Histoire.

"Beaucoup d'enseignants sont en difficulté sur ces questions et une partie d'entre eux n'osent pas parler de ces sujets en classe", observe Rodrigue Coutouly, chef d'établissement à Marseille et responsable éditorial de l'ouvrage, pour qui il est essentiel de "développer auprès des élèves une lecture critique des événements et des informations (...) si nous voulons défendre les valeurs de la République".

"Si la production éditoriale est riche en livres théoriques, les ouvrages pratiques pour aider les enseignants sont pratiquement inexistants", fait valoir celui qui fut pendant sept ans le référent laïcité et valeurs de la République du rectorat Aix-Marseille.

Construit en trois volets, "Vivre libres !" propose d'abord aux enseignants des pistes de travail sur certaines problématiques actuelles: "Comment valoriser l'irruption de l'actualité dans le déroulement d'un cours, enseigner la liberté d'expression ou comprendre les conflits de loyauté des élèves ?" 

L’ouvrage propose une approche plus collective pour un établissement, par exemple sur la manière de communiquer après un attentat, ou de faire débattre la communauté scolaire autour de sujets clivants. "Né en République démocratique du Congo, pays aux 400 ethnies --400 façons de se faire la guerre!--, je sais la nécessité" de faire dialoguer "les différences", explique Joseph Makutu, proviseur.

Le livre à peine sorti, le département des Bouches-du-Rhône en a commandé 1.500 pour ses collèges, a annoncé Jean-Michel Aupy, directeur artistique et auteur des 50 dessins humoristiques qui illustrent l'ouvrage.

Des discussions sont en cours avec la région PACA pour les lycées et avec l'école supérieure du professorat et de l'éducation (Espe) d'Aix-Marseille pour la formation des enseignants. Il sera également en vente libre sur Internet à partir de novembre (www.agence-horspistes.fr).

L'équipe à l'origine de "Vivre libres !" avait déjà publié en 2018 "Le livre géant de la laïcité" après le choc de l'attentat de Charlie Hebdo en 2015. 


Seine-Saint-Denis: la mère du nouveau-né retrouvé mort dans un sac a été identifiée

A ce stade, les circonstances du décès ne sont pas connues (Photo, AFP).
A ce stade, les circonstances du décès ne sont pas connues (Photo, AFP).
Short Url
  • Il s'agit d'une jeune femme âgée de 19 ans qui réside dans la ville où a eu lieu la découverte du corps du nourrisson
  • L'enquête a été confiée à la sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis

BOBIGNY: La mère du nouveau-né retrouvé mort vendredi, dans un sac sur un trottoir à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) a été identifiée, ont indiqué à l'AFP le parquet de Bobigny et une source policière.

Il s'agit d'une jeune femme âgée de 19 ans qui réside dans la ville où a eu lieu la découverte du corps du nourrisson, a précisé le parquet.

Son état actuel ne permet pas aux enquêteurs de l'entendre à ce stade, a ajouté cette source.

Le nourrisson a été découvert par des éboueurs près d'une poubelle, à une centaine de mètres de la mairie, avait relaté vendredi une source proche de l'enquête.

A ce stade, les circonstances du décès ne sont pas connues.

L'enquête a été confiée à la sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis.


Rhône-Alpes: deux jeunes hommes blessés par balles

Des policiers montent la garde à l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle de Roissy, en région parisienne, le 1er janvier 2023 (Photo, AFP).
Des policiers montent la garde à l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle de Roissy, en région parisienne, le 1er janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • A Fontaine, dans la banlieue de Grenoble, un jeune homme de 18 ans se trouvait à proximité d'un arrêt de tramway «lorsque le passager d'un scooter tirait en sa direction à plusieurs reprises»
  • Par ailleurs, à Valence, vers 20 heures vendredi, un adolescent de 16 ans a été blessé par balles aux jambes

DIJON: Deux jeunes hommes, de 16 et 18 ans, ont été blessés par balles vendredi à Valence et Grenoble, a-t-on appris samedi de sources policière et judiciaire.

A Fontaine, dans la banlieue de Grenoble, un jeune homme de 18 ans se trouvait à proximité d'un arrêt de tramway "lorsque le passager d'un scooter tirait en sa direction à plusieurs reprises", aux alentours de 22h30, a indiqué le procureur de la République à Grenoble, Éric Vaillant.

Le jeune homme, touché au niveau de la jambe, a été transporté à l'hôpital. Son pronostic vital n'est pas engagé, selon la même source.

La victime est connue des services de police, a ajouté M. Vaillant, précisant qu'une enquête pour tentative d'homicide a été confiée à la police judiciaire de Grenoble.

De source policière, on précise que deux hommes ont pris la fuite.

Par ailleurs, à Valence, vers 20 heures vendredi, un adolescent de 16 ans a été blessé par balles aux jambes. Selon les premières constatations, le tireur, qui était à pied, a pris la fuite, a-t-on appris de source policière.


Nupes: LFI écrit à ses partenaires pour « franchir une nouvelle étape»

Le député de La France Insoumise (LFI) Manuel Bompard prend la parole lors d'une conférence de presse à l'issue de l'Assemblée représentative du parti de gauche français La France Insoumise (LFI), à Paris le 10 décembre 2022. (Photo, AFP)
Le député de La France Insoumise (LFI) Manuel Bompard prend la parole lors d'une conférence de presse à l'issue de l'Assemblée représentative du parti de gauche français La France Insoumise (LFI), à Paris le 10 décembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • LFI «a sollicité chacune des composantes fondatrices de la Nupes (PS, EELV, Générations, PCF) pour une rencontre afin d’échanger sur sa volonté de franchir une nouvelle étape de la Nupes»
  • LFI propose en outre de « décliner partout en France des assemblées populaires de la Nupes à l’échelle des communes, des cantons et des circonscriptions»

PARIS: La France insoumise a écrit samedi à ses partenaires de l'alliance de gauche pour leur proposer de "franchir une nouvelle étape" avec la Nupes, en vue notamment des prochaines échéances électorales, a indiqué le parti.

LFI "a sollicité chacune des composantes fondatrices de la Nupes (PS, EELV, Générations, PCF) pour une rencontre afin d’échanger sur sa volonté de franchir une nouvelle étape de la Nupes", selon un communiqué.

"Nous proposons de poursuivre et amplifier notre campagne commune sur les retraites, en favorisant partout en France la constitution de collectifs locaux sur le sujet", indique Manuel Bompard, coordinateur de LFI, dans ces messages à chacun de ses alliés, rendus publics.

Concernant la prochaine législative partielle en Ariège, après l'annulation de l'élection de Bénédicte Taurine (LFI), "nous souhaitons vérifier avec vous que nous pourrons compter, comme sur les autres circonscriptions, sur une Nupes entièrement unie derrière sa candidature", ajoute M. Bompard.

Au sein du PS, le numéro un Olivier Faure est bien décidé à soutenir la candidate LFI-Nupes, mais le Premier secrétaire délégué Nicolas Mayer-Rossignol estime lui que la question n'est "pas tranchée" si une candidate PS dissidente se présente.

LFI propose en outre de "décliner partout en France des assemblées populaires de la Nupes à l’échelle des communes, des cantons et des circonscriptions", et d'"avoir des premiers échanges sur la préparation des prochaines échéances électorales", des élections européennes ayant lieu en 2024.

"Dans ce moment de grande intensité où culmine notre confrontation à la politique d'Emmanuel Macron, nos victoires électorales et notre unité dans la lutte valident la stratégie de la Nupes forgée en juin dernier" pour les législatives, affirme M. Bompard, qui souhaite "répondre à la profonde aspiration populaire à une alternative politique dans notre pays".