Le Maroc lance un pass vaccinal malgré des protestations

Des gens font la queue à une station de tramway de la capitale marocaine Rabat le 21 octobre 2021, après que le gouvernement a décidé d'adopter un système de pass obligatoire pour le vaccin Covid-19. (Photo, AFP)
Des gens font la queue à une station de tramway de la capitale marocaine Rabat le 21 octobre 2021, après que le gouvernement a décidé d'adopter un système de pass obligatoire pour le vaccin Covid-19. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 22 octobre 2021

Le Maroc lance un pass vaccinal malgré des protestations

  • Lieux clos, établissements hôteliers et touristiques, restaurants, cafés, commerces, salles de sport et hammams sont désormais soumis à l'obligation du pass
  • Ce dernier est également exigé pour accéder aux administrations publiques, semi-publiques et privées et aux sites touristiques

SALÉ, MAROC: Le Maroc a lancé jeudi un pass vaccinal anti-Covid, le premier dans un pays du Maghreb mais dont le caractère obligatoire pour avoir accès aux espaces publics a soulevé des protestations sur les réseaux sociaux.

Lieux clos, établissements hôteliers et touristiques, restaurants, cafés, commerces, salles de sport et hammams sont désormais soumis à l'obligation du pass.

Ce dernier est également exigé pour accéder aux administrations publiques, semi-publiques et privées et aux sites touristiques. Enfin, le pass est de rigueur pour quitter le Maroc ou pour se déplacer entre les préfectures et les provinces.

Aussi, les retardataires ont afflué dans le plus grand vaccinodrome de l'agglomération de Rabat-Salé pour leurs injections, non sans une certaine confusion, afin de pouvoir se procurer le précieux sésame, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les médias ont également fait état de foules nombreuses dans d'autres centres de vaccination du pays.

"Franchement, j'ai trouvé cette décision difficile car elle est tombée d'un seul coup. Je suis là depuis ce matin et il y a beaucoup de monde. On aurait préféré que cette décision vienne par étape", a confié à l'AFP Fatima Zahra Boutrig, une jeune habitante de Salé. 

"Une obligation et plein de questions!", s'interroge en une le quotidien francophone L'Economiste. 

Annoncée lundi, la décision du gouvernement a suscité une certaine indignation sur les réseaux sociaux, alimentant des débats animés entre pro et antivax.

Un "collectif citoyen", constitué de personnalités de tous bords, a initié une pétition sur internet, qui a recueilli des milliers de signatures, dénonçant la mise en place "arbitraire" du pass sanitaire. 

D'autres internautes, en revanche, approuvent la mesure.

"Le rôle du pass vaccinal est de permettre à l'écrasante majorité des Marocains qui sont vaccinés de reprendre une vie presque normale", a plaidé le docteur Tayeb Hamdi, spécialiste des systèmes de santé, dans un article.     

Le Maroc, où la courbe des contaminations et des décès décroît, a pour objectif d’immuniser 80% de la population (soit 30 millions de personnes).

Plus de 21 millions de Marocains ont déjà reçu leur deuxième dose de vaccin.

Le gouvernement a accéléré début octobre sa campagne de vaccination pour une troisième dose en vue de renforcer l'immunité collective face au risque "probable" d'une quatrième vague de contaminations au coronavirus.


Elections locales en Algérie: victoire étriquée du FLN, percée des indépendants

Le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, vote lors des élections municipales et provinciales, dans un bureau de vote de la capitale Alger. (AFP)
Le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, vote lors des élections municipales et provinciales, dans un bureau de vote de la capitale Alger. (AFP)
Short Url
  • Le RND, qui a conquis 4 584 sièges, obtient la majorité absolue dans 58 Assemblées populaires communales (APC, conseils municipaux) et la majorité relative dans 331 communes
  • Le Hirak réclame le démantèlement du système de gouvernance en place depuis l'indépendance en 1962. Les autorités affirment que les principales revendications du mouvement ont été satisfaites

ALGER: Le Front de libération nationale (FLN), première force politique au Parlement algérien, a obtenu une victoire étriquée aux élections locales de samedi, marquées par une nouvelle percée des candidats indépendants, selon les résultats préliminaires annoncés mardi.


Ces élections étaient présentées par le président Abdelmadjid Tebboune, qui a succédé en 2019 à Abdelaziz Bouteflika, comme la "dernière étape pour l'édification d'un Etat moderne" après la fin de règne mouvementée de son prédécesseur, contraint à la démission sous la pression des manifestations prodémocratie du Hirak, avant de mourir en septembre.


Le Hirak réclame le démantèlement du système de gouvernance en place depuis l'indépendance en 1962. Les autorités affirment que les principales revendications du mouvement ont été satisfaites.


L'ancien parti unique a obtenu 5.978 sièges au niveau national et la majorité absolue dans 124 communes sur les 1.541 que compte le pays, selon les résultats préliminaires divulgués mardi par le président de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi.


Le FLN a ainsi perdu la majorité absolue dans 479 des 603 communes qu'il contrôlait lors du mandat précédent.


Il garde toutefois une confortable majorité relative dans 552 communes, qu'il ne pourra administrer qu'avec le soutien de ses alliés du courant nationaliste, notamment le Rassemblement national démocratique (RND).


Le RND, qui a conquis 4.584 sièges, obtient la majorité absolue dans 58 Assemblées populaires communales (APC, conseils municipaux) et la majorité relative dans 331 communes.


Les candidats indépendants arrivent en troisième position avec 4.430 sièges et une majorité absolue dans 91 APC, confirmant ainsi la percée réalisée lors des législatives anticipées de juin où ils sont arrivés deuxième, derrière le FLN.


Le Front des forces socialistes, plus vieux parti d'opposition, s'est assuré la majorité absolue dans 47 communes, notamment en Kabylie, son fief, et la majorité relative dans 65 autres communes.


Aux Assemblées départementales, le FLN est arrivé en tête avec 471 sièges dans 25 des 58 wilayas (préfectures) que compte le pays, mais avec une majorité relative. Il est talonné de près par les candidats indépendants qui ont arraché 443 sièges dans 10 wilayas et le RND qui a obtenu 336 sièges dans 13 wilayas.


Le taux de participation à ces élections, lors desquelles quelque 24 millions d'Algériens étaient appelés à voter, a plafonné autour des 35%.


Il est néanmoins en nette hausse par rapport aux taux de participation enregistré lors des législatives anticipées de juin, quand seuls 23% des inscrits avaient voté.


Le ministère égyptien de la Santé dément la détection du variant Omicron dans le pays

Un agent de police au Sphinx International Airport, dans l'ouest du Caire, le 26 janvier 2019. (Reuters)
Un agent de police au Sphinx International Airport, dans l'ouest du Caire, le 26 janvier 2019. (Reuters)
Short Url
  • Ce commentaire fait suite à la présence de deux personnes contaminées par le nouveau variant du coronavirus sur un vol en provenance d'Éthiopie
  • Le ministère de la Santé a ordonné des tests rapides pour toutes les personnes arrivant en Égypte en provenance d'Afrique du Sud, du Lesotho, du Botswana, du Zimbabwe, du Mozambique, de Namibie et d'Eswatini

LE CAIRE: Le ministère égyptien de la Santé a rejeté mardi des rumeurs selon lesquelles deux personnes contaminées par le variant du coronavirus Omicron, récemment découvert, étaient présentes sur un vol en provenance d'Éthiopie. 

Le porte-parole Hossam Abdel Ghaffar a déclaré: «Ce n'est pas vrai. L'Égypte n’a pas été touchée par le nouveau variant du coronavirus.» 

Le ministère de la Santé a ordonné des tests rapides pour toutes les personnes arrivant en Égypte en provenance d'Afrique du Sud, du Lesotho, du Botswana, du Zimbabwe, du Mozambique, de Namibie et d'Eswatini. Tous les passagers testés positifs doivent retourner au pays de provenance sur les mêmes avions dans lesquels ils sont arrivés. Ceux dont le test est négatif doivent se mettre en quarantaine pendant sept jours et passer un test PCR à la fin de cette période. 

Abdel Ghaffar a souligné l'importance du respect des mesures de prévention mises en œuvre par les autorités égyptiennes pour empêcher la propagation du virus. Il a affirmé que ces mesures étaient conçues pour empêcher le variant Omicron d'entrer dans le pays, et a ajouté que bien qu'aucun cas de contamination par le nouveau variant n'ait été découvert, «si cela se produisait, il serait annoncé en toute transparence». 

Mohammed al-Nadi, membre du comité scientifique chargé de la lutte contre le coronavirus, a déclaré que bien que l'Égypte n’ait pas été jusqu'à présent touchée par le variant Omicron, ce n'est qu'une question de temps avant que des cas ne soient découverts dans le pays. Il a ajouté que même si de nombreux pays tentaient d'empêcher ou de ralentir l'arrivée du variant, celui-ci finirait probablement par arriver. 

Jusqu'à présent, les autorités égyptiennes ont fait du bon travail, selon Al-Nadi, en isolant les personnes en provenance de lieux où le variant a été détecté, afin de réduire les risques de propagation, tandis que les informations à son sujet – comme les symptômes spécifiques, son degré de contagion, et sa possible résistance aux vaccins ou aux traitements — sont encore incertaines. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Journée mondiale contre le sida : le Maroc veut éradiquer le virus d’ici 2030

Capture d’écran du site du Fonds mondial de lutte contre le sida
Capture d’écran du site du Fonds mondial de lutte contre le sida
Short Url
  • L'objectif du nouveau plan national 2020-2023 est de réduire de 50% les nouvelles infections et taux de mortalité liés au VIH
  • Environ 22 000 personnes vivaient avec le VIH au Maroc (adultes et enfants) fin 2020, année au cours de laquelle ont été enregistrés 730 nouvelles contaminations et 420 décès dus au sida

MONTRÉAL: À la veille de la Journée mondiale de lutte contre le sida, le ministère de la Santé et de la Protection sociale marocain a présenté le Plan stratégique national (PSN) de lutte contre le Sida 2020-2023. L'objectif étant de réduire de 50% les nouvelles infections et taux de mortalité liés au VIH. 

L’année 2021 marque le 20ᵉ anniversaire de la création du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, qui a accompli des progrès remarquables dans la lutte contre ces maladies. 

Le Maroc a été le premier pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mena) et le septième au monde à recevoir des subventions successives du Fonds mondial de plus de 130 millions de dollars (un dollar = 0,88 euros) pour lutter contre le sida et la tuberculose, indique le ministère de la Santé dans un communiqué.

La même source ajoute que cet appui complémentaire aux investissements nationaux, en termes d’infrastructures, d’équipements et de ressources humaines, et la mobilisation des différents partenaires ont permis d’éviter plus de 27 000 décès et de 50 000 nouvelles infections au sida.

Vaincre le sida d'ici à 2030  : le Plan stratégique du ministère de la Santé

Le Plan stratégique national de lutte contre le sida 2020-2023 consiste à accélérer la riposte nationale au sida pour atteindre, d’ici à 2030, zéro nouvelle infection au VIH, zéro décès lié au sida et zéro discrimination. Différents axes sont privilégiés:  

  • La réduction de la discrimination des PVVIH (personnes vivant avec le VIH)  
  • L’accès à l’appui psychologique 
  • L’équité dans l’accès aux services VIH