L'industrie européenne chauffée à blanc par la hausse des prix du gaz et de l'électricité

De la multinationale à l'entreprise familiale, les industries européennes consommatrices d'énergie sont chauffées à blanc par l'envolée des prix du gaz et de l'électricité. Fred TANNEAU / AFP
De la multinationale à l'entreprise familiale, les industries européennes consommatrices d'énergie sont chauffées à blanc par l'envolée des prix du gaz et de l'électricité. Fred TANNEAU / AFP
Short Url
Publié le Vendredi 22 octobre 2021

L'industrie européenne chauffée à blanc par la hausse des prix du gaz et de l'électricité

  • «Les prix explosent en dehors du rationnel»
  • de la multinationale à l'entreprise familiale, les industries européennes consommatrices d'énergie sont chauffées à blanc par l'envolée des prix du gaz et de l'électricité

PARIS : "Les prix explosent en dehors du rationnel": de la multinationale à l'entreprise familiale, les industries européennes consommatrices d'énergie sont chauffées à blanc par l'envolée des prix du gaz et de l'électricité, et demandent des mesures d'accompagnement aux chefs de gouvernement européens réunis vendredi à Bruxelles.

Leader mondial du raffinage du zinc, Nyrstar, basé aux Pays-Bas, a averti la semaine dernière qu'il allait réduire sa production "jusqu'à 50%" dans trois usines européennes, aux Pays-Bas, en Belgique, et en France, à Auby, en raison des prix élevés de l'énergie et du carbone en Europe.

"Les hausses significatives du coût de l'électricité ces dernières semaines", et le prix élevé du carbone sur le marché européen "font qu'il n'est plus rentable économiquement d'exploiter les usines à pleine capacité", a indiqué Nyrstar dans un communiqué.

A 30 kilomètres de Vannes (France), Jacques Pidoux, patron de BCF Sciences Life, une PME de 200 salariés qui produit des acides aminés à partir de plumes de volaille, se dit face à une crise "inédite".

Le prix auquel il paie le gaz utilisé pour produire de la chaleur qui permet l'hydrolyse de la kératine des plumes, a été "multiplié par 4,5 depuis janvier 2020" et celui de l'électricité "par 2,5". 

Les yeux rivés chaque jour sur l'indice Peg Nord 2022, qui montre le pic subi par les prix de gros du gaz, M. Pidoux insiste pourtant: "Nous ne sommes pas en difficulté". 

Sa société, seule en Europe sur son secteur, peut en effet se permettre de transférer à ses clients la hausse de 20% en six mois de ses coûts de revient.

Le géant du gaz industriel Air Liquide qui a publié son chiffre d'affaires du 3e trimestre vendredi matin n'a pas non plus été affecté, bénéficiant de contrats "pass through" lui permettant de répercuter les hausses de l'énergie à ses clients de la grande industrie.

"Répercuter la hausse des coûts aux clients, ce n'est possible que si vous êtes leader d'un marché, un faiseur de prix", avertit Nicolas de Warren, président de l'Union des industries utilisatrices d'énergie (Uniden) en France. 

«Pris en sandwich»

Pour ceux qui ne peuvent pas, "il peut y avoir des dégâts", dit-il. "Soit vous vendez à perte, soit vous risquez de perdre des parts de marché" face à des produits importés d'Amérique ou d'Asie.

Un effet de "ciseaux" dangereux, subi par exemple par Aluminium Dunkerque, l'un des plus gros producteurs d'aluminium en Europe.

"L'aluminium a beaucoup monté sur le marché du LME à Londres, mais beaucoup moins que le prix de l'électricité" explique à l'AFP Guillaume de Goÿs, patron de l'usine. "Nous sommes pris en sandwich".

"La part de l'électricité dans nos coûts de revient, qui était de 25% en moyenne ces dernières années, est passée à 40%, c'est un quasi-doublement" ajoute-t-il.

Il craint d'être obligé d'annoncer des réductions de capacité début 2022 "si rien de concret n'est fait côté énergie" pour aider les industriels européens.

En Russie, les industriels bénéficient d'un prix du gaz administré, "aux alentours de 5 euros du megawatt-heure (MWh)"  selon M. de Warren. En Chine, il est aussi contrôlé par l'Etat, "et même dans un certain nombre d'Etats américains" dit-il. "Alors que nous l'achetons plus de 100 euros le MWh".

Les associations représentant les industries de base en Europe ont lancé un cri d'alarme jeudi, en estimant que la reprise post-pandémie de l'industrie européenne était "en danger", tout comme sa capacité "à réaliser ses objectifs climatiques". 

A quelques semaines de la COP26 à Glasgow en Ecosse, le cri d'alarme résonnera d'autant que les industries lourdes -sidérurgie, chimie notamment- fortement émettrices de gaz à effet de serre, ont fini par engager de lourds investissements pour décarboner leur production, tout en se plaignant du renchérissement de leurs coûts qui affectent leur compétitivité internationale. 

Alors que les chefs d'Etat des 27 sont réunis à Bruxelles vendredi, les industriels européens de la chimie, du papier, céramique, aluminium, argile expansée, verre, métallurgie, sidérurgie, ont ainsi demandé à l'UE la mise en place de "règles ad-hoc en matière d'aides d'Etat pour permettre aux Etats membres de réagir plus clairement que ce qui est actuellement autorisé pendant les périodes de tension sur le marché de l'Energie".

Ils ont aussi appelé l'Europe à "utiliser pleinement sa pression commerciale et diplomatique sur les principaux fournisseurs de gaz".


Fortnum & Mason cherche à étendre ses activités au Qatar à temps pour la Coupe du monde

Fortnum & Mason, une boutique haut de gamme de Piccadilly qui compte parmi ses clients la reine Elizabeth II et le prince Charles, souhaite s'implanter au Qatar. (Shutterstock)
Fortnum & Mason, une boutique haut de gamme de Piccadilly qui compte parmi ses clients la reine Elizabeth II et le prince Charles, souhaite s'implanter au Qatar. (Shutterstock)
Short Url
  • Le magasin de trois-cent-quinze ans compte la reine Elizabeth et le prince Charles parmi ses clients
  • L’entreprise espère que l'expansion au Qatar avant la Coupe du monde en novembre augmentera la visibilité de la marque à l’international

LONDRES: L'un des grands magasins les plus appréciés de Londres est en pourparlers pour ouvrir une succursale au Qatar avant la Coupe du monde de football cet hiver, selon un rapport de Sky News

Fortnum & Mason, un magasin haut de gamme de Piccadilly, qui compte la reine Elizabeth II et le prince Charles parmi ses clients, discuterait d'une opportunité de franchise avec des partenaires dans ce pays. 

Le directeur général de la société, Tom Athron, souhaite poursuivre l'expansion de la marque qui avait eu lieu sous la direction son prédécesseur, Ewan Venters, et qui comprenait un premier point de vente dans le Golfe, à Dubaï, lequel a fermé en 2017. 

Le magasin vieux de trois-cent-quinze ans, qui appartient à une branche de la famille Weston, possède déjà un magasin à Hong Kong et des partenariats en Australie et au Japon. 

«Dans le cadre de notre stratégie, nous examinons les opportunités d'expansion à la fois en ligne et à l'international, la région du Golfe étant un marché que nous aimerions reconsidérer», a indiqué un porte-parole de Fortnum & Mason. 

Fortnum a été durement touché au début de la pandémie de la Covid-19, mais ses ventes en ligne ont depuis connu une forte croissance. L’entreprise espère que l'expansion au Qatar avant la Coupe du monde en novembre augmentera la visibilité de la marque à l’international.  

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


France: baisse record en 2021 du chômage, effaçant la crise du Covid

Logo de l'organisme public Pôle emploi dans la ville de Flamanville, le 18 janvier 2022. (Photo, AFP)
Logo de l'organisme public Pôle emploi dans la ville de Flamanville, le 18 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité a enregistré une nette baisse de 5,9% au quatrième trimestre
  • «2021 a été une année exceptionnelle pour l'emploi», a commenté sur Twitter la ministre française du Travail, Elisabeth Borne

PARIS: Le nombre de chômeurs a atteint au quatrième trimestre son plus bas niveau en France depuis près de dix ans, clôturant l'année 2021 par une baisse record qui a plus qu'effacé la hausse provoquée par la pandémie de Covid en 2020. 

Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité a enregistré une nette baisse de 5,9% au quatrième trimestre, soit 208 500 inscrits en moins par rapport au trimestre précédent, pour atteindre 3,336 millions fin 2021, selon les chiffres publiés mercredi par l'organisme public Pôle emploi. 

Sur un an, la baisse atteint 12,6%, soit 479 600 chômeurs en moins. Cette diminution record fait plus qu'effacer la hausse spectaculaire de 7,5% de 2020 due à la Covid. Le nombre de chômeurs atteint fin 2021 son plus bas niveau depuis le troisième trimestre 2012. 

En incluant l'activité réduite, le nombre de demandeurs d'emploi est en baisse au quatrième trimestre de 3,6% et s'établit à 5,659 millions, selon la Direction des statistiques (Dares) du ministère du Travail. Sur un an, la baisse est de 5,8%. 

« 2021 a été une année exceptionnelle pour l'emploi », a commenté sur Twitter la ministre française du Travail, Elisabeth Borne.  

La baisse a été surtout marquée au deuxième semestre, grâce aux créations d'emplois record intervenues après les réouvertures en juin dans les services (hébergement-restauration, services culturels...) à la sortie du troisième confinement. 

« 2021 a été une année atypique, très marquée par la crise sanitaire et par une reprise économique forte, plus forte qu'estimée », a résumé le directeur général de Pôle Emploi Jean Bassères. 

Fin 2021, les offres d'emplois déposées chez l'opérateur public ont ainsi progressé de 28% par rapport à fin 2019, dernière année « normale » avant l'épidémie de Covid.  

L'an passé, le chômage des jeunes, une des faiblesses françaises, a reculé de 17,8%, soit 87 400 inscrits en moins. 

Sur le front du chômage longue durée, autre point noir dans l’Hexagone, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits depuis un an ou plus diminue aussi, mais plus modestement de 4,1% au 4e trimestre (-6,2% sur un an) à 2,805 millions. Ils représentent encore 49,6% du total des demandeurs d'emploi. 


Mini propose de convertir ses modèles historiques à l'électrique

Un modèle de voiture électrique Mini Cooper SE est exposé sur le stand du constructeur automobile allemand BMW sur la place Max-Joseph-Platz à Munich, dans le sud de l'Allemagne, le 9 septembre 2021, lors du salon international de l'automobile (IAA). (Photo, AFP)
Un modèle de voiture électrique Mini Cooper SE est exposé sur le stand du constructeur automobile allemand BMW sur la place Max-Joseph-Platz à Munich, dans le sud de l'Allemagne, le 9 septembre 2021, lors du salon international de l'automobile (IAA). (Photo, AFP)
Short Url
  • Après avoir présenté un concept électrique en 2018, le constructeur a mis en place une offre officielle de retrofit dans son usine d'Oxford (Royaume-Uni) appelée « Mini Recharged» et présentée mardi dans un communiqué
  • Le montant de la conversion n'a pas été communiqué, mais il faut compter une dizaine de milliers d'euros au minimum pour le retrofit d'une Mini ou d'une Citroën 2CV par un professionnel

PARIS : La marque britannique Mini a annoncé qu'elle allait proposer aux propriétaires de son petit modèle historique, produit entre 1959 et 2000, de les convertir à l'électrique, un service dit de "retrofit", payant.

Après avoir présenté un concept électrique en 2018, le constructeur a mis en place une offre officielle de retrofit dans son usine d'Oxford (Royaume-Uni) appelée "Mini Recharged" et présentée mardi dans un communiqué.

L'équipe du constructeur remplace le moteur thermique par un électrique, adapte quelques éléments techniques et modifie le compteur central classique des Mini, qui indique désormais le niveau de batterie à la place de la pression de l'huile.

Mais "seules des modifications réversibles sont apportées", précise le constructeur, et le moteur d'origine est stocké "pour pouvoir être réutilisé en cas de transformation inverse". 

La nouvelle motorisation promet une autonomie de 160 kilomètres et le 0 à 100 kilomètres/heure en 9 secondes, soit bien plus vite que les Minis historiques.

Le montant de la conversion n'a pas été communiqué, mais il faut compter une dizaine de milliers d'euros au minimum pour le retrofit d'une Mini ou d'une Citroën 2CV par un professionnel. 

Le retrofit est vu comme une option alternative à l'achat d'une voiture électrique neuve par plusieurs petites sociétés qui essaient de le développer. Mais le coût de la conversion, qui atteint souvent le prix d'une petite voiture, fait q'elle est  réservée pour l'instant à des véhicules lourds ou de collection. Aucun constructeur n'avait encore proposé de programme officiel de retrofit.

La cote de cette petite bombe, peu encombrante, très connue et assez répandue, ne cesse de monter, et certains exemplaires dépassent les 30 000 euros. 

Du côté des voitures neuves, le constructeur britannique, racheté par BMW en 1994, a lancé son premier modèle électrique sur le marché en 2019 et compte devenir 100% électrique en 2030.