Après la mort d'un député, l'examen de conscience de la classe politique britannique

Une photographie publiée par le Parlement britannique montre une Chambre des communes lors d’un hommage à David Amess, à Londres le 18 octobre 2021. Le député conservateur vétéran Amess, qui avait 69 ans, a été poignardé à mort dans une salle paroissiale le 15 octobre alors qu'il rencontrait des électeurs. (Jessica Taylor /AFP/ Parlement Royaume-Uni)
Une photographie publiée par le Parlement britannique montre une Chambre des communes lors d’un hommage à David Amess, à Londres le 18 octobre 2021. Le député conservateur vétéran Amess, qui avait 69 ans, a été poignardé à mort dans une salle paroissiale le 15 octobre alors qu'il rencontrait des électeurs. (Jessica Taylor /AFP/ Parlement Royaume-Uni)
Short Url
Publié le Vendredi 22 octobre 2021

Après la mort d'un député, l'examen de conscience de la classe politique britannique

  • La scène observée devant le palais de Wesminster mercredi, deux jours après les hommages du Parlement au député poignardé David Amess, donnait une idée du climat de ces dernières années
  • Depuis le référendum sur le Brexit en 2016, les esprits s'échauffent et les débats entre politiciens, mais aussi au sein du public, ont gagné en dureté

LONDRES : Après la mort d'un député poignardé à mort, la classe politique britannique endeuillée s'est montrée unanime pour appeler à l'apaisement dans le débat public, devenu pour beaucoup trop agressif. Il n'a pas fallu attendre longtemps pour mesurer l'ampleur de la tâche.

A peine deux jours après les hommages émus du Parlement à David Amess, élu conservateur poignardé en pleine permanence parlementaire dans ce que la police considère comme un acte terroriste, la scène observée devant le palais de Wesminster mercredi donnait une idée du climat de ces dernières années.

Une poignée de manifestants ont érigé une fausse potence pour protester contre la «trahison» des députés ayant imposé des confinements. La veille, des policiers avaient dû protéger Michael Gove, ministre du Logement pris à parti par des anti-vax.

Depuis le référendum sur le Brexit en 2016, les esprits s'échauffent et les débats entre politiciens, mais aussi au sein du public, ont gagné en dureté. Une atmosphère tendue encore renforcée par la pandémie, où chacun campe sur ses certitudes.

C'est donc un examen de conscience qui a suivi la mort de David Amess, pour laquelle un suspect de 25 ans a été arrêté, sans que ses motivations ne soient pour l'heure connues.

«C'est une leçon», a reconnu l'ancien leader du parti conservateur Iain Ducan Smith à la Chambre des communes. «Nous devons faire attention à ce que nous légitimons ici dans ce que nous disons de nos collègues. Ils ne sont pas des personnes maléfiques».

- Menaces -

La mort de David Amess constitue pour la société britannique le deuxième traumatisme en cinq ans, après l'assassinat de la députée travailliste Jo Cox en juin 2016 par un extrémiste de droite, juste avant le référendum du Brexit.

Ces derniers jours, les élus ont raconté avoir reçu des avertissements, parfois très graves. Quelqu'un a ainsi menacé de brûler la maison de la ministre du Commerce international Anne-Marie Trevelyan, avec ses enfants à l'intérieur.

Le renseignement intérieur estime à «substantiel» le niveau de menace visant les députés, a indiqué  la ministre de l'Intérieur Priti Patel mercredi soir, assurant que les forces de sécurité adapteraient leurs procédures en fonction.

Dans leurs hommages à David Amess, certains élus ont pointé du doigts les réseaux sociaux, qu'ils accusent d'agir comme catalyseur de haine, et exhorté le gouvernement à sévir davantage dans sa future législation sur les «délits en ligne».

Lors de son débat hebdomadaire au Parlement avec Boris Johnson mercredi, le leader de l'opposition travailliste Keir Starmer a promis de maintenir un «esprit collégial».

Mais lorsqu'il a insisté pour que la future loi prévoie des «sanctions pénales», le Premier ministre a répliqué dans un ton plus partisan. «Ce que nous espérons, c'est que, quelle que soit la dureté des propositions que nous faisons, l'opposition les soutiendra», s'est-il exclamé, provoquant des soupirs d'exaspération sur les bancs du Labour.

- «Dynamique de polarisation» -

Boris Johnson n'est pas le dernier à électriser les débats avec des propos polémiques. Début octobre encore, lors de la conférence annuelle des conservateurs, il a renouvelé ses offensives à l'encontre du Labour sur le thème des «guerres culturelles» autour de sujets comme le genre et l'histoire.

Remi Adekoya, maître de conférences en politique à l'Université de York, estime que l'apaisement doit venir du sommet de l'Etat. Mais Boris Johnson «jauge ce qui va lui profiter politiquement et lui (permettre de) rester chef dominant de sa tribu, et cela signifie utiliser un langage provocateur», souligne le chercheur interrogé par l'AFP.

Il a pourtant, selon lui, «l'énorme responsabilité d'être aussi civilisé et apaisé que possible».

Certains députés, comme la travailliste Rupa Huq, espèrent que les événements de la semaine dernière feront émerger un nouvel état d'esprit, exhortant ses collègues à suivre l'exemple de David Amess, Brexiter dans l'âme dont la gentillesse dépassait les clivages partisans.

Mais Remi Adekoya est sceptique: «Je ne doute pas des bonnes intentions, mais la dynamique est tellement biaisée en faveur de la polarisation que ce genre de trêve ne durera pas».


UE-Ukraine: Zelensky invité à un sommet des 27, attendu jeudi à Bruxelles

Cette photo prise et publiée par le service de presse présidentiel ukrainien le 3 février 2023 montre le président du Conseil européen Charles Michel (à gauche) et le président ukrainien Volodymyr Zelensky (à droite) debout lors d'un sommet UE-Ukraine à Kyiv (Photo, Service de presse présidentiel ukrainien/AFP).
Cette photo prise et publiée par le service de presse présidentiel ukrainien le 3 février 2023 montre le président du Conseil européen Charles Michel (à gauche) et le président ukrainien Volodymyr Zelensky (à droite) debout lors d'un sommet UE-Ukraine à Kyiv (Photo, Service de presse présidentiel ukrainien/AFP).
Short Url
  • Plusieurs sources européennes ont fait état d'une possible visite de Zelensky à Bruxelles jeudi
  • Si elle était confirmée, il s'agirait de la première visite du président ukrainien dans la capitale de l'UE depuis le début de l'offensive militaire russe

BRUXELLES; Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a été invité à participer à "un futur sommet" des Vingt-Sept, a annoncé lundi un porte-parole du président du Conseil européen Charles Michel, sans autres détails, alors que plusieurs sources font état de sa possible venue à Bruxelles jeudi.

Charles Michel "a invité (Volodymyr) Zelensky à participer en personne à un futur sommet (de l'UE). Pour des raisons de sécurité, aucune information supplémentaire ne sera divulguée", a indiqué sur Twitter un porte-parole du dirigeant européen, Barend Leyts.

Or, plusieurs sources européennes ont fait état auprès de l'AFP d'une possible visite de M. Zelensky à Bruxelles jeudi, à l'occasion d'une réunion des chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Sept.

Si elle était confirmée, il s'agirait de la première visite du président ukrainien dans la capitale de l'UE depuis le début de l'offensive militaire russe contre son pays le 24 février 2022.

M. Zelensky pourrait intervenir en personne devant les eurodéputés: une source au Parlement européen a fait part de "la probabilité que se tienne une session plénière extraordinaire jeudi 9 février en présence de Volodymyr Zelensky".

Deux autres sources parlementaires ont confirmé cette information, sous couvert de l'anonymat.

Le dirigeant ukrainien bénéficie d'une "invitation permanente" à Bruxelles, s'était contenté d'indiquer plus tôt lundi le porte-parole de Charles Michel.

La présidence ukrainienne n'a pas non plus confirmé cette visite qui soulève des questions de sécurité.


Somalie: 10 morts dans des affrontements au Somaliland

Des membres de la force militaire somalienne soutenant les dirigeants de l'opposition anti-gouvernementale sont stationnés dans une rue de Mogadiscio, le 25 avril 2021 (Photo, AFP).
Des membres de la force militaire somalienne soutenant les dirigeants de l'opposition anti-gouvernementale sont stationnés dans une rue de Mogadiscio, le 25 avril 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministre de l'Intérieur du Somaliland, Mohamed Kahin Ahmed, a accusé des milices alliées aux chefs coutumiers d'avoir attaqué des camps militaires
  • La localité, Las Anod, est revendiquée à la fois par le Somaliland et par la région semi-autonome du Puntland, loyale à Mogadiscio

MOGADISCIO: Plus de 10 personnes ont été tuées lors d'affrontements entre des milices armées loyales au gouvernement somalien et des forces de la République autoproclamée du Somaliland, dans une ville disputée de cette région (nord), ont annoncé lundi plusieurs sources.

La localité, Las Anod, est revendiquée à la fois par le Somaliland et par la région semi-autonome du Puntland, loyale à Mogadiscio.

Quelques heures avant les affrontements de lundi, des chefs coutumiers du territoire de Sool, où se trouve Las Anod, avaient publié une déclaration s'engageant à soutenir "l'unité et l'intégrité de la République fédérale de Somalie", exhortant les autorités du Somaliland à retirer leurs forces de la région.

Le ministre de l'Intérieur du Somaliland, Mohamed Kahin Ahmed, a accusé des milices alliées aux chefs coutumiers d'avoir attaqué des camps militaires.

"Vers 5h30 ce matin, des forces armées" munies de "mortiers et grenades propulsées par des roquettes ont attaqué des camps des forces armées nationales", a dit M. Ahmed à des journalistes.

"Les assaillants impliqués dans les combats font partie de forces qui ont été organisées par des chefs coutumiers", a-t-il ajouté.

"La mort de 10 personnes a jusqu'à présent été confirmée", a dit à l'AFP un chef coutumier, Hirsi Farah Magan. "J'ai vu les cadavres de trois enfants et de leur mère tués dans la frappe d'un mortier contre leur maison".

Un autre chef coutumier, Mohamed Cheikh Adan, a dit au téléphone à l'AFP avoir la confirmation du décès de "13 personnes, dont six civils, avec des enfants parmi eux".

Muse Bihi, le président du Somaliland dont l'administration se trouve à Hargeisa, à environ 380 km à l'ouest, a convoqué une réunion de son gouvernement lundi après-midi, pour évaluer la situation à Las Anod.

Le gouvernement est ouvert "au dialogue et à la médiation" mais n'hésitera pas à intervenir "contre tout groupe armé ayant l'intention de créer de l'instabilité", selon une déclaration diffusée à l'issue de la réunion.

"L'armée nationale de la République du Somaliland a réussi aujourd'hui à déjouer une attaque terroriste contre une base militaire", a-t-il assuré, sans plus de détails. "Nous appelons tous les chefs coutumiers, les savants, les hommes d'affaires, les femmes, les jeunes... à contribuer au retour de la paix dans la ville", a-t-il ajouté.

Le contrôle de Las Anod, ville située sur un axe commercial, a changé de mains plusieurs fois ces dernières décennies.

En janvier, des manifestations, déclenchées par le meurtre fin 2022 d'un politicien local, ont secoué la ville, où les partis d'opposition et des groupes de défense des droits humains accusent les forces du Somaliland d'avoir tué plusieurs manifestants.

Ancien protectorat britannique, le Somaliland imprime sa propre monnaie, délivre ses passeports et élit son gouvernement, mais l'absence de reconnaissance internationale le maintient dans l'isolement.

Cette région, relativement stable par rapport au reste de la Somalie, est secouée depuis plusieurs mois par des violentes manifestations et des crises politiques.

En août, des manifestants ont été tués lors de manifestations antigouvernementales, et en octobre, une décision du conseil des sages de prolonger le mandat du président après le report des élections a provoqué un tollé de l'opposition.


Burkina: 25 morts dans l'attaque djihadiste présumée de samedi dans le nord

Le Burkina Faso est secoué depuis 2015 par des attaques de groupes liés à Al-Qaïda et à l'Etat islamique, et leurs affrontements avec les forces armées (Photo, AFP).
Le Burkina Faso est secoué depuis 2015 par des attaques de groupes liés à Al-Qaïda et à l'Etat islamique, et leurs affrontements avec les forces armées (Photo, AFP).
Short Url
  • Un précédent bilan donné dimanche par deux habitants avait fait état d'au moins douze morts
  • Un habitant avait précisé que les hommes armés «ont ciblé le commissariat de police, la mairie et une école»

OUAGADOUGOU: Au moins 25 personnes, dont 22 civils et 3 policiers, ont été tuées dans une attaque de djihadistes présumés dans le nord du Burkina Faso samedi, selon un nouveau bilan annoncé lundi par le gouverneur de la région du Sahel.

"La commune de Bani dans la province du Séno (nord) a été la cible d'une violente attaque perpétrée par des groupes armés terroristes", a expliqué le gouverneur et lieutenant-colonel Rodolphe Sorgho, dans un communiqué.

"Le bilan provisoire de cette attaque ignoble et barbare fait état de vingt-cinq personnes tuées dont vingt-deux civils et trois policiers, des blessés et des dégâts matériels", a-t-il précisé.

Un précédent bilan donné dimanche par deux habitants avait fait état d'au moins douze morts.

M. Sorgho a affirmé dans le communiqué que des actions pour sécuriser "la localité sont en cours" et invite la population à "plus de collaboration pour qu'ensemble nous puissions venir à bout de l'hydre terroriste".

Dimanche, un habitant avait précisé que les hommes armés "ont ciblé le commissariat de police, la mairie et une école". "Des concessions (habitations) et une mosquée ont été touchées par les tirs des assaillants avant la riposte de forces de défense et de sécurité", avait-il ajouté.

Un deuxième habitant avait lui indiqué que "des hommes à moto" ont "attaqué la ville" avec "plusieurs cibles", en redoutant un bilan plus lourd au vu du nombre de portés disparus et de blessés.

"Plusieurs individus armés ont été neutralisés dans la riposte et la traque qui a suivi", avait de son côté indiqué une source sécuritaire.

Samedi également dans la région de l'Est, six soldats ont été tués dans l'explosion d'une bombe artisanale, selon deux sources sécuritaires.

"Des éléments du détachement militaire de Diapaga effectuaient une mission de patrouille" lorsque leur véhicule "a sauté sur une mine sur l'axe Diapaga-Partiaga", avait précisé l'une d'elles.

Le Burkina Faso est secoué depuis 2015 par des attaques de groupes liés à Al-Qaïda et à l'Etat islamique, et leurs affrontements avec les forces armées. Les violences ont fait des milliers de morts et quelque deux millions de déplacés.

Le capitaine Ibrahim Traoré, président de transition issu d'un coup d'Etat militaire le 30 septembre 2022 - le deuxième en huit mois - s'est donné pour objectif "la reconquête du territoire occupé par ces hordes de terroristes".