Comment l'IA et la robotique contribueront à mettre en œuvre l'Initiative verte saoudienne

Jizan, Arabie Saoudite. (Getty Images)
Jizan, Arabie Saoudite. (Getty Images)
Short Url
Publié le Samedi 23 octobre 2021

Comment l'IA et la robotique contribueront à mettre en œuvre l'Initiative verte saoudienne

  • Le Forum de l'Initiative verte saoudienne (SGI) se tiendra à Riyad les 23 et 24 octobre
  • L'Arabie saoudite prévoit de planter 10 milliards d'arbres

RIYAD: Le prochain Forum de l'Initiative verte saoudienne (SGI), qui se tiendra à Riyad les 23 et 24 octobre, devrait marquer un jalon important dans l'effort historique visant à transformer l'économie pétrolière de l'Arabie saoudite en une économie plus propre et plus durable.

En sus du fait de planter 10 milliards d'arbres (couvrant 30% de la superficie totale des terres), la SGI vise à créer de vastes zones protégées, à préserver la vie marine autour des côtes et à encourager des formes alternatives d'agriculture. Un aspect clé de cette transformation radicale sera la contribution de la technologie au verdissement de l'Arabie saoudite.

L’un des chefs de file dans le domaine de l'agritech est le Dr Nahid Sidki, directeur de la technologie auprès de la Research Products Development Company (RPDC), importante ressource, à but non lucratif, appartenant au Fonds d’investissement public, pour la commercialisation de la recherche et des technologies de pointe basées en Arabie saoudite.

Fort d’une expérience de trente ans dans la Silicon Valley où il était directeur exécutif du Stanford Research Institute, le Dr Sidki est une autorité en matière de robotique et d'intelligence artificielle (IA).

«L'Initiative verte saoudienne est une excellente initiative qui peut aboutir à un avenir propre, réduire les émissions de carbone et avoir un impact sur le changement climatique», a déclaré le Dr Sidki à Arab News. «L'IA et la robotique peuvent jouer un rôle majeur sur ce plan, non seulement ici en Arabie saoudite, mais dans toute la région du Golfe.»

Mais quel est le rapport entre la haute technologie d’une part, et la plantation d'arbres et la production agricole d’autre part? La réponse réside en partie dans l’importance du volume envisagé par l'Initiative verte saoudienne.

«Pour planter 10 milliards d'arbres dans un pays comme l'Arabie saoudite, il faut se demander comment ils seront contrôlés et comment leur santé sera maintenue dans les décennies à venir. Nous ne pouvons pas nous contenter d'espérer le meilleur. Nous devons nous tourner vers l'objectif ultime, puis revenir en arrière en termes de développement et de mise en œuvre de la technologie. C'est comme un écosystème en boucle fermée: planter, contrôler, irriguer et récolter.»

L’une des considérations primordiales de l'Initiative verte saoudienne est l'utilisation (et la mauvaise utilisation) de l'eau, une ressource précieuse dans le Royaume au climat désertique. Les méthodes d'irrigation conventionnelles entraînent souvent un gaspillage important.

Poussières intelligentes

«L'IA peut jouer ici un rôle crucial via des systèmes d'irrigation intelligents et efficaces qui utilisent des capteurs et des analyses de données pour surveiller les conditions climatiques et l'humidité du sol», a indiqué le Dr Sidki. «Si chaque arbre et chaque plante avaient des capteurs pour surveiller la qualité du sol entourant les racines, cela pourrait déterminer exactement quand ils ont besoin d'eau et en quelle quantité.»

De telles solutions basées sur l'IA sont déjà mises en pratique, par exemple sous la forme de «poussières intelligentes», des nanoparticules qui communiquent entre elles, permettant une collecte de données complexes et une prise de décision efficace dans tous les aspects de l'agriculture.

«La surveillance de la santé des terres est également très importante», a indiqué le Dr Sidki. «Tout au long du cycle de vie des cultures, les drones peuvent permettre une pulvérisation de précision et maximiser la pollinisation des graines, le même type de technologie de capteur pouvant être utilisé pour la surveillance du bétail, la pulvérisation des cultures et les récoltes intelligentes.»

Ces technologies, combinées aux avancées locales et mondiales du génie génétique, pourraient bientôt transformer le paysage aride de l'Arabie saoudite en une centrale agricole avec de nombreuses oasis verdoyantes. Ceci dit, le verdissement de l'Arabie saoudite nécessitera non seulement la conservation mais aussi la production d'eau potable.

Environ 60% de l'eau douce du Royaume est actuellement fournie par des usines de dessalement d'eau de mer énergivores et dépendantes de combustibles fossiles polluants, une solution non durable au regard de l'Initiative verte saoudienne. Mais de nouvelles techniques de dessalement et de filtration de l'eau émergent rapidement, positionnant le royaume d’Arabie saoudite comme une plaque tournante pour une technologie verte spécifique.

Dans un projet en collaboration avec la Research Products Development Company appelé Red Sea Farm, un groupe de chercheurs de l'Université des sciences et technologies du roi Abdallah (KAUST) a réussi à faire pousser des tomates en utilisant un mélange de 75% d'eau de mer et 25% d'eau douce, une méthode adaptable ayant été reconnue et saluée par l'Assemblée générale des Nations unies en septembre.

«L'idée est de développer une technologie intelligente pour réduire le coût du dessalement», a déclaré le Dr Sidki. «Imaginez que nous puissions utiliser l'énergie solaire pour le dessalement. Nous aurions de l'eau douce illimitée de l'océan dont nous sommes entourés en Arabie saoudite.»

L'Initiative verte saoudienne représente un aspect de la vaste 4e révolution industrielle de l'Arabie saoudite (4IR), la fusion de l'IA, de la robotique, de l'Internet des objets (IoT), du génie génétique et de l'informatique quantique, faisant disparaître les frontières entre les mondes physique, numérique et biologique. Il s'agit d'un mouvement hautement collaboratif impliquant de nombreux organismes gouvernementaux, des entreprises appartenant au Fonds d’investissement public (tant commerciales qu’à but non lucratif), des institutions universitaires, des entreprises, des startups et des petites ou moyennes entreprises.

«La robotique et l'IA joueront un rôle majeur dans tous les secteurs de la société», a affirmé le Dr Sidki. «Nous avons ici en Arabie saoudite d'énormes fonds publics et privés pour renforcer les capacités.»

L'innovation se résume en grande partie au talent et à l'instruction, et le Dr Sidki est encore une fois optimiste à cet égard. «L'Arabie saoudite compte environ 35 millions d'habitants, dont 70% sont âgés de 25 ans ou moins. Le pourcentage de ceux qui ont un diplôme supérieur est très élevé par rapport à la plupart des autres pays. En termes de personnes titulaires d’un doctorat, le Royaume d’Arabie saoudite est probablement le pays ayant le nombre le plus élevé de la région.

L'Arabie saoudite est à l'aube d'une transformation majeure qui nécessitera un travail acharné et beaucoup d'imagination.

«Il existe une infinité de moyens dont les nouvelles formes de technologie peuvent améliorer la qualité de notre vie quotidienne», a déclaré le Dr Sidki. «Les gens doivent être passionnés par ce qu'ils font et être conscients des contributions qu'ils peuvent apporter à la société afin d'avoir un impact important. Je pense que la combinaison de l'instruction et de la passion, ainsi que cet impact, sont les ingrédients nécessaires pour qu'une société réussisse à accomplir tout ce qu'elle souhaite réaliser.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Quatre morts alors que l'armée jordanienne déjoue une tentative de trafic de drogue en provenance de la Syrie

Des soldats jordaniens patrouillent le long de la frontière avec la Syrie pour empêcher le trafic, le 17 février 2022. (Photo, AFP)
Des soldats jordaniens patrouillent le long de la frontière avec la Syrie pour empêcher le trafic, le 17 février 2022. (Photo, AFP)
Poste-frontière de Nasib, sur la ligne de démarcation avec la Jordanie, à Daraa, en Syrie. (Photo, Reuters)
Poste-frontière de Nasib, sur la ligne de démarcation avec la Jordanie, à Daraa, en Syrie. (Photo, Reuters)
Short Url
  • La Jordanie pense que la Syrie devient un narco-État qui lui pose, ainsi qu'à la région et au reste du monde, des menaces transfrontalières
  • Le Hezbollah aurait eu recours au trafic de stupéfiants pour obtenir des fonds après que les États-Unis ont imposé des sanctions à l'Iran

 

AMMAN : L'armée jordanienne a annoncé avoir tué quatre personnes qui essayaient d'introduire clandestinement de «grandes quantités» de drogue dans le pays depuis la Syrie.

Selon une source des forces armées jordaniennes, les troupes qui se trouvent à la frontière orientale de la Jordanie avec la Syrie ont ouvert le feu sur des personnes qui tentaient de s'infiltrer dans le royaume, tuant quatre d'entre elles et en blessant d'autres.

Les infiltrés ont été contraints de se réfugier en territoire syrien, confirme la même source.

«Après inspection de la zone, 181 feuilles de haschich de la taille d'une paume, 637 000 pilules de narcotique Captagon et 39 600 pilules de tramadol ont été trouvées et remises aux autorités concernées», a indiqué la source à Arab News.

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme basé à Londres, six personnes ont été blessées lors de l'opération. Certaines d'entre elles sont dans un état critique.

Parmi les personnes tuées par l'armée jordanienne figure le chef d'un groupe impliqué dans le trafic de stupéfiants dans le sud de la Syrie. Il est étroitement lié au Hezbollah chiite libanais, précise l’Observatoire.

L'opération de dimanche est la plus récente depuis que la Jordanie a annoncé une répression de la contrebande de drogue en provenance de Syrie et un changement des règles d'engagement afin de mettre fin à l' «augmentation spectaculaire» du trafic de drogue en provenance de son pays voisin.

La Jordanie pense que la Syrie devient un narco-État qui lui pose, ainsi qu'à la région et au reste du monde, des menaces transfrontalières.

Les forces armées jordaniennes ont récemment déclaré que 361 tentatives de contrebande en provenance de la Syrie avaient été déjouées en 2021, entraînant ainsi la saisie d'environ 15,5 millions de pilules de stupéfiants de différents genres.

Elles ont également déjoué plus de 130 tentatives de contrebande en provenance de la Syrie en 2020 et ont saisi environ 132 millions de pilules de Captagon et plus de 15 000 feuilles de haschisch.

Trouvant ces chiffres «considérablement élevés», une source militaire interrogée par Arab News, a dit sous anonymat: «La culture et la fabrication de drogues illicites sont devenues une industrie en pleine expansion en Syrie.»

D’après le site d'information syrien Enab Baladi, les opérations de contrebande de drogue sont plus actives dans les régions méridionales de Daraa et d’Al-Suwayda.

La plupart des itinéraires de contrebande sont contrôlés par des tribus bédouines armées qui ont des liens avec la Jordanie, selon des sources citées par le site d'information.

Les experts trouvent que la forte présence du Hezbollah en Syrie et l'expansion de ses opérations de trafic de drogue sont les principales raisons pour lesquelles le pays ravagé par la guerre est devenu un narco-État et la contrebande de drogue vers la Jordanie, les États du Golfe et l'Europe a augmenté.

Dans de récentes déclarations qu'il a faites à Arab News, Fayez Dweiri, général de division à la retraite et analyste militaire, a expliqué que le Hezbollah avait eu recours au trafic de stupéfiants pour obtenir des fonds depuis que les États-Unis ont imposé des sanctions à l'Iran.

«Le Hezbollah possède une industrie de drogues illicites bien établie dans la banlieue sud de Beyrouth et dans le bastion chiite de Baalbek», a-t-il déclaré.

Le Hezbollah «a réinstallé certaines de ses usines de fabrication de drogue à Alep et dans d'autres régions contrôlées par le régime syrien», a affirmé Dweiri.

«Les sanctions américaines contre l'Iran ont lourdement frappé le Hezbollah, obligeant le mandataire le mieux financé de Téhéran à chercher d'autres sources de revenus», a-t-il poursuivi.

Selon un rapport de l'Institut de Washington pour la politique du Proche-Orient, le Hezbollah a considérablement développé et institutionnalisé ses entreprises de trafic de drogue, qui génèrent désormais plus d'argent que ses autres sources de financement.

Il semble que l'industrie mondiale des stupéfiants du Hezbollah a commencé dans la vallée de la Bekaa au Liban dans les années 1970, par le biais de routes de contrebande bien établies traversant la frontière israélo-libanaise.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre des Affaires étrangères saoudien reçoit le conseiller à la sécurité du président sud-soudanais

Le ministre des Affaires étrangères saoudien reçoit le conseiller du président du Soudan du Sud. (Photo fournie)
Le ministre des Affaires étrangères saoudien reçoit le conseiller du président du Soudan du Sud. (Photo fournie)
Short Url
  • Au cours de la réunion, les deux parties ont passé en revue les relations bilatérales et les moyens de les renforcer
  • Les deux parties ont également échangé des vues sur des questions régionales et internationales d'intérêt commun

RIYAD : Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a reçu dimanche à Riyad Tut Galwak, conseiller pour les affaires de sécurité du président sud-soudanais Salva Kiir.

Au cours de la réunion, les deux parties ont passé en revue les relations bilatérales et les moyens de les renforcer, de les développer et de les faire progresser vers des horizons plus larges dans divers domaines.

Les deux parties ont également échangé des vues sur des questions régionales et internationales d'intérêt commun.

La réception s'est déroulée en présence du sous-ministre d'État saoudien pour les affaires des pays africains, le Dr Sami Al-Saleh.


Le chef du Conseil présidentiel du Yémen soutient la prolongation de la trêve négociée par l'ONU

Rashad Al-Alimi. (AFP)
Rashad Al-Alimi. (AFP)
Short Url
  • Des manifestants bloquent la route sortant de Taïz pour souligner l'implacable siège des Houthis
  • Al-Alimi : L'initiative saoudienne de 2021 visant à mettre fin à la guerre au Yémen sera la pierre angulaire des plans pour parvenir à la paix au Yémen

 

AL-MUKALLA : Le président du Conseil présidentiel du Yémen, Rashad Al-Alimi, a promis samedi de soutenir les efforts actuels des médiateurs internationaux pour prolonger la trêve négociée par l'ONU, lutter contre la corruption et unifier les unités militaires et de sécurité.  

Dans un discours télévisé prononcé à la veille du 32e anniversaire de la Journée de l'unification, M. Al-Alimi a déclaré que le Conseil soutenait les actions continues de l'ONU et de l'envoyé américain pour le Yémen en vue de renouveler la trêve qui doit expirer le 2 juin. Il a appelé le monde à faire pression sur les Houthis pour qu'ils cessent de violer la trêve et qu'ils en appliquent les dispositions, notamment en levant le siège de la ville de Taïz.

« Au nom des membres du Conseil des dirigeants, nous affirmons notre soutien continu aux efforts inlassables des envoyés de l'ONU et des États-Unis pour prolonger la trêve humanitaire », a déclaré Al-Alimi, soulignant qu’elle ouvrirait la voie à la paix, sauverait des vies et le pays de la famine.

Il a précisé que l'initiative saoudienne de 2021 visant à mettre fin à la guerre au Yémen serait la pierre angulaire des plans pour parvenir à la paix au Yémen.

« Nous renouvelons également notre adhésion à l'initiative des frères du Royaume d'Arabie saoudite que nous considérons comme une base juste pour un processus de paix global. »

Al-Alimi est arrivé au pouvoir en avril lorsque l'ancien président du Yémen, Abed Rabbo Mansour Hadi, a cédé son autorité au Conseil présidentiel de leadership, composé de huit membres, chargé de diriger le pays et d'entamer des pourparlers de paix avec les Houthis.

Samedi, le nouveau président s'est engagé à résoudre les problèmes économiques à Aden et dans les autres provinces, à lutter contre la corruption, à augmenter les revenus et à rassembler les différents groupes armés sous le commandement du conseil sur la base de l'accord de Riyad.

« Nous allons fermement avancer pour unifier l'establishment militaire et sécuritaire ».

La trêve entrée en vigueur le 2 avril a largement réduit les violences et le nombre de victimes dans tout le pays, malgré des centaines de violations par les Houthis, et a permis aux vols commerciaux de décoller de l'aéroport de Sanaa avec l’arrivée d’au moins une douzaine de navires de carburant dans le port de Hodeidah.

La promesse du président yéménite de soutenir la prolongation de la trêve est intervenue alors que le gouvernement yéménite et les Houthis se préparent à participer à des discussions sur l'ouverture de routes à Taïz et dans les autres provinces.

Les médias des Houthis ont déclaré dimanche que leur délégation avait quitté Sanaa pour la capitale jordanienne à bord d'un avion de l'ONU.

Un responsable gouvernemental a déclaré samedi à Arab News que leurs négociateurs avaient reçu l'ordre de se préparer à se rendre à Amman pour la réunion.  

Dans la ville assiégée de Taïz, des dizaines de personnes ont organisé dimanche une rare manifestation près d'une route bloquée qui relie la province de Hodeidah, à l'ouest de la ville, pour attirer l'attention sur le siège des Houthis.

Ces personnes se sont tenues en file sur la route, portant des affiches qui appelaient à mettre fin à l'assaut des Houthis.

« Taïz a payé une lourde facture humanitaire en raison du siège de la milice houthie », pouvait-on lire sur l'une des affiches.

Les Houthis assiègent la ville de Taïz depuis 2015 pour forcer les troupes gouvernementales qui défendent la ville à se rendre.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com