La Banque du Liban avait un déficit de $4,7 milliards avant la crise, affirme le FMI

Un membre des forces de sécurité libanaises devant la Banque centrale après la destruction par des manifestants antigouvernementaux d’une barrière de construction. (Photo, Getty Images)
Un membre des forces de sécurité libanaises devant la Banque centrale après la destruction par des manifestants antigouvernementaux d’une barrière de construction. (Photo, Getty Images)
Short Url
Publié le Vendredi 29 octobre 2021

La Banque du Liban avait un déficit de $4,7 milliards avant la crise, affirme le FMI

  • Le pays vit l'une des dépressions les plus profondes de l'histoire moderne, plongeant 74% de la population sous le seuil de pauvreté
  • «L'impact social, qui est déjà désastreux, pourrait devenir catastrophique», a indiqué la Banque mondiale en avril

La banque centrale du Liban (BdL) avait un trou de 4,7 milliards de dollars (1 dollar américain = 0,86 euro) dans ses réserves à la fin de 2015, déficit qui n'a pas été divulgué au public, un signe précurseur de l'effondrement financier qui a depuis pratiquement anéanti les épargnes de nombreuses personnes.

Le chiffre a figuré dans un rapport d'avril 2016, établi par le Fonds monétaire international (FMI) pour les autorités financières libanaises et consulté par Reuters.

Le rapport confidentiel, connu sous le nom d'aide-mémoire, révèle qu’alors que les réserves brutes de la BdL s’élevaient à 36,5 milliards de dollars, «les réserves nettes des créances des banques commerciales sur la BdL et l'or étaient négatives de 4,7 milliards de dollars en décembre 2015».

Riad Salameh est à la tête de la BdL depuis 1993. Fin 2016, elle a commencé ce qu'elle a appelé «l'ingénierie financière» qui signifie le financement d’un déficit budgétaire à la hausse et le maintien de l’activité des banques en payant des taux d'intérêt toujours plus élevés pour le dollar.

Au moment où la confiance des investisseurs s'est dissipée au milieu de manifestations populaires contre l'élite au pouvoir en 2019, les pertes de la BdL s'étaient multipliées.

Trois personnes proches de l'affaire ont révélé que Salameh avait lui-même insisté auprès des responsables du FMI pour que le chiffre ne soit pas publié, indiquant qu'il déstabiliserait le marché financier.

Un porte-parole de la BdL, s’exprimant au nom de Salameh, a déclaré que «la Banque centrale n’a pas le pouvoir de changer les rapports du FMI» lorsqu’il a été interrogé sur la raison pour laquelle le chiffre négatif des réserves nettes n’avait pas été publié dans le rapport du FMI de janvier 2017. Il a de même refuser de s’exprimer davantage sur ce sujet.

«La déformation des causes de la crise pour se concentrer sur (accuser) la BdL n’est pas professionnelle et est utilisée pour faire retomber la responsabilité sur une seule institution; l’unique institution civile permettant au système (financier) de garder la tête hors de l’eau, malgré la crise aigüe», a ajouté le porte-parole.

Un porte-parole du FMI, interrogé par Reuters sur la raison pour laquelle le chiffre a été omis des rapports publiés et si le Fonds aurait dû être plus proactif dans la demande de mesures correctives, a également refusé de discuter spécifiquement de l’omission des 4,7 milliards de dollars, mais a déclaré que le rapport «a fourni des avertissements précoces et des solutions possibles pour renforcer le système financier».

«Il (le rapport) a souligné la nécessité de réduire les risques économiques et financiers, notamment le recours à de nouveaux afflux de dépôts pour couvrir d'importants déficits budgétaires et extérieurs», a-t-il signalé. «Il a aussi cité des ressources importantes qui seraient nécessaires pour le maintien de la capitalisation des banques en cas de de crise grave.»

Lorsque les entrées de devises étrangères se sont épuisées en 2019, les banques, dont beaucoup comptent des politiciens de premier plan parmi leurs actionnaires, ont interdit l’accès des déposants à leurs comptes. Les retraits ont depuis été limités, principalement effectués en livres libanaises, devise qui a perdu 90% de sa valeur.

En 2020, le déficit de la BdL était passé à 50 milliards de dollars et les pertes bancaires totales à 83 milliards de dollars, selon un plan de sauvetage préparé par le ministère des Finances en avril de la même année. La BdL et l'Association des banques contestent ces chiffres mais n'ont pas publiquement proposé d'alternatives.

Un audit juricomptable des comptes de la banque centrale est une condition pour que le Liban obtienne un plan de sauvetage urgent du FMI.

L'audit a repris la semaine dernière après une interruption de près d'un an à cause de désaccords sur l'accès à l'information.

La crise, décrite par la Banque mondiale comme l'une des dépressions les plus profondes de l'histoire moderne, a plongé 74% de la population sous le seuil de pauvreté, selon les Nations unies.

«L'impact social, qui est déjà désastreux, pourrait devenir catastrophique», a indiqué la Banque mondiale en avril. Même pendant la guerre civile libanaise de 1975 à 1990, les banques sont restées solvables et fonctionnelles.

Salameh a affirmé à plusieurs reprises qu'il n'agissait que pour gagner du temps afin que les politiciens libanais acceptent des réformes visant à réduire le déficit budgétaire et que ce n'était pas de sa faute s'ils n’y parvenaient pas.

Interrogé sur le fait de savoir si le FMI avait le devoir d'être plus proactif en faisant pression pour que le chiffre de 4,7 milliards de dollars de réserves nettes négatives soit publié, le porte-parole du FMI a renvoyé Reuters aux règles de transparence du Fonds.

Ces règles indiquent qu'un pays peut demander que des informations non publiques soient retirées d'un rapport s'il s'agit: «D’éléments très sensibles pour le marché, principalement les points de vue du Fonds sur les perspectives des taux de change, des taux d'intérêt, du secteur financier et les évaluations de la liquidité et de la solvabilité souveraines.»

Le porte-parole du FMI a refusé de dire si le Liban avait spécifiquement fait cette demande et n'a pas non plus indiqué s'il y avait une limite formelle sur la taille des réserves nettes.

Au début de cette année, les autorités suisses ont lancé une enquête pour «blanchiment d'argent aggravé en lien avec un éventuel détournement de fonds au détriment de la Banque du Liban».

Salameh a nié tout acte répréhensible en affirmant que l'enquête faisait partie d'une campagne contre lui.

Le journal suisse Le Temps a rapporté au début du mois que des informations clés avaient été cachées au public par la banque centrale en 2015. La BdL avait déclaré que le rapport «n'avait rien à voir avec la vérité».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: Le recours au FMI «indispensable», selon la Banque centrale

Marouane El Abassi, gouverneur de la Banque centrale de Tunisie à Tunis le 15 février 2018 (Photo, AFP).
Marouane El Abassi, gouverneur de la Banque centrale de Tunisie à Tunis le 15 février 2018 (Photo, AFP).
Short Url
  • Une nouvelle aide du FMI est un impératif pour la Tunisie a souligné Marouane Abassi, gouverneur de la BCT
  • La Tunisie, secouée aussi par une profonde crise politique demande depuis deux ans une aide d'environ quatre milliards de dollars

TUNIS: Le recours à un prêt du Fonds monétaire international (FMI) devient "indispensable" en Tunisie pour faire face à un gonflement du déficit budgétaire et de l'endettement sous l'effet de la guerre en Ukraine, a estimé vendredi le gouverneur de la Banque centrale (BCT).

Le déficit budgétaire, prévu jusqu'à présent à 6,7% pour 2022, devrait être "de l'ordre de 9,7% du PIB", soit trois points supplémentaires, a déclaré Marouane Abassi, gouverneur de la BCT, lors d'un forum sur la fiscalité à Sfax (centre-est). 

Il a expliqué ce creusement du déficit par "la crise russo-ukrainienne" qui a renchéri le coût des importations énergétiques (en particulier hydrocarbures) et alimentaires (céréales), dont la Tunisie est fortement dépendante.

Pour éviter que ces hausses ne soient répercutées sur les plus fragiles dans un pays où le salaire minimum est très faible (125 euros), l'Etat subventionne ces produits en puisant sur son budget. Mais le pays est déjà surendetté (avec près de 100% de taux d'endettement) et ne parvient plus à se faire prêter de l'argent sur les marchés étrangers.

Une nouvelle aide du FMI est "indispensable" et même "un impératif pour la Tunisie", a souligné M. Abassi, parce qu'elle "permet un financement à des coûts raisonnables" et a "un effet de levier" pour obtenir des prêts "d'autres bailleurs de fonds et du marché financier international".

Après une année 2020 marquée par une chute "sans précédent" du PIB (-8,7%) avec le choc de la pandémie de Covid-19, la reprise a été "modeste" en 2021 avec une croissance de 3,1%, et s'annonce "assez lente" pour 2022 à 2,6%, a souligné M. Abassi, notant que l'Institut des statistiques prévoit seulement 2,4%.

La guerre en Ukraine a fortement affecté la zone euro dont dépend aussi l'activité économique en Tunisie: selon la BCT, une baisse du PIB de 1% en zone euro cette année pourrait se traduire par une baisse d'environ 0,4% en Tunisie.

La Tunisie, secouée aussi par une profonde crise politique après le coup de force du président Saied le 25 juillet dernier, demande depuis deux ans une aide d'environ quatre milliards de dollars, la troisième en 10 ans.

Le FMI a réclamé en contrepartie des réformes "profondes" notamment un gel de l'énorme masse salariale de la fonction publique, une réforme des subventions étatiques et une restructuration des entreprises publiques.


Le G7 promet 19,8 milliards de dollars pour le budget de l'Ukraine

L'Allemagne n'est pas favorable à un nouvel endettement européen commun sur le modèle du plan de relance post-Covid 19 pour financer la reconstruction de l'Ukraine, a affirmé vendredi le ministre des Finances Christian Lindner. (AFP)
L'Allemagne n'est pas favorable à un nouvel endettement européen commun sur le modèle du plan de relance post-Covid 19 pour financer la reconstruction de l'Ukraine, a affirmé vendredi le ministre des Finances Christian Lindner. (AFP)
Short Url
  • Le document ne précise pas la contribution de chaque pays et organisation internationale à l'enveloppe totale, ni la proportion de prêts et aides directes
  • Les États-Unis doivent contribuer à hauteur de 7,5 milliards de dollars, pris sur la colossale enveloppe d'aide de 40 milliards que le Congrès américain a validé jeudi

KONIGSWINTER: Les pays du G7 ont promis vendredi de mobiliser 19,8 milliards (18,7 milliards d'euros) de dollars pour soutenir les finances de l'Ukraine fortement affectées par l'offensive russe, selon leur déclaration à l'issue d'une réunion des ministres des Finances en Allemagne.


"En 2022, nous mobilisons 19,8 milliards de dollars d'aide budgétaire, dont 9,5 milliards de dollars d'engagements récents (...) afin d'aider l'Ukraine à combler son déficit financier et permettre la continuité des services de base au peuple ukrainien", selon cette déclaration conjointe.


Le document ne précise pas la contribution de chaque pays et organisation internationale à l'enveloppe totale, ni la proportion de prêts et aides directes.


Sur la somme de 19,8 milliards de dollars, la part de 9,5 milliards a été sécurisée au terme des discussions qui se sont tenues durant deux jours entre les grands argentiers du G7 réunis près de Bonn (ouest)


"Les liquidités de l'Ukraine sont garanties pour les temps prochains", a précisé le ministre allemand des Finances au cours d'une conférence de presse.


Tunisie: Les enjeux de la transition énergétique

Une part significative de son territoire (plus de 33 %) est couverte par le désert du Sahara, offrant des conditions idéales au développement de la production locale d’énergie solaire. STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP
Une part significative de son territoire (plus de 33 %) est couverte par le désert du Sahara, offrant des conditions idéales au développement de la production locale d’énergie solaire. STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP
Short Url
  • Le pays a affiché des objectifs ambitieux qu’il peine à réaliser
  • Face aux crises mondiales et au réchauffement, le processus semble pourtant nécessaire

PARIS: Énergies renouvelables, climat et efficience énergétique sont les maîtres mots de Louis Boisgibault, professeur à l’International School of Business de Sfax. Ces questions, il y travaille depuis le début de sa carrière, d’abord dans le privé, pour de grands groupes tels que le géant français Engie, puis dans l’enseignement supérieur. Louis Boisgibault a accepté de répondre à Arab News en français sur l’un de ses sujets de prédilection, la transition énergétique en Tunisie.

louis
Louis Boisgibault (Photo fournie).

Ce pays, situé au nord-est de l’Afrique, dispose de maigres réserves d’hydrocarbures, contrairement à son voisin algérien. Les réserves de pétrole et de gaz de la Tunisie sont évaluées à cent mille barils équivalent pétrole par jour, «une petite production donc», explique Louis Boisgibault, «mais qui existe». Ces ressources limitées ne permettent pas au pays d’être autosuffisant, l’obligeant à recourir aux importations pour subvenir à ses besoins énergétiques.

Ambitions non réalisées

Dès 1985, retrace M. Boisgibault, la Tunisie crée sa propre agence nationale de maîtrise de l’énergie, «affichant une politique volontariste en matière d’efficacité énergétique», estime-t-il. Ce départ aussi précoce que prometteur n’a pourtant pas vraiment été suivi d’effet. Une tendance qui se poursuit jusqu’à notre époque récente: en 2008, dans le cadre du Plan solaire méditerranéen (visant à réduire la dépendance énergétique des pays signataires), la Tunisie s’était engagée à ce que 12 % de sa production électrique provienne des énergies renouvelables à l’horizon 2020. Aujourd’hui, ce chiffre peine pourtant à attendre 5 %, explique Louis Boisgibault, qui s’avoue «désolé» que la politique énergétique tunisienne «ne se soit pas développée plus rapidement».

La tendance demeure: en 2014, une nouvelle Constitution mentionne pour la première fois le climat et les enjeux environnementaux. Lors de la COP21, la Tunisie s’engage également à réduire ses émissions de dioxyde carbone (CO2). Beaucoup de bonne volonté donc, mais avec peu de résultats.

Cette inaction, M. Boisgibault l’explique notamment par l’instabilité politique qui règne dans le pays «depuis la chute de Ben Ali en 2011». La transition énergétique est forcément un processus à long terme qui requiert une certaine continuité de la part des décideurs. L’incertitude qui règne dans le pays freine aussi l’investissement fourni par secteur privé, déjà refroidi par les attentats terroristes de 2015. La toute récente dissolution du Parlement tunisien décidée par le président Kaïs Saïed confirme cet état des lieux. À cela s’ajoute «un contexte juridique et administratif complexe» qui complique encore la mise en place d’ambitieuses politiques de réduction des émissions de carbone.


Une transition inéluctable

La Tunisie tirerait pourtant profit de telles réformes. Une part significative de son territoire (plus de 33 %) est en effet couverte par le désert du Sahara, offrant des conditions idéales au développement de la production locale d’énergie solaire.
Le secteur énergétique est actuellement le plus grand émetteur de CO2 dans le pays. Les émissions engendrées participent à l’accélération du réchauffement climatique, qui risque d’après l’expert d’accentuer l’érosion des côtes tunisiennes et la progression de la désertification des sols. L’impact de cette dernière sur l’agriculture tunisienne serait «dramatique si ce réchauffement était trop important», avertit Louis Boisgibault, dans un pays qui importe déjà une quantité significative de céréales. L’augmentation des prix des matières premières liée à l’épidémie de coronavirus et à la guerre en Ukraine renforce encore l’idée de viser une certaine autosuffisance. «On prend conscience que la production locale est importante, et c’est vrai aussi pour la production électrique», résume-t-il.

Le gouvernement tunisien semble en avoir pleinement pris conscience. L’exécutif vise désormais le seuil de 30 % de sa production énergétique qui devra provenir du renouvelable d’ici à 2030. Énième ambition creuse? Louis Boisgibault reste optimiste: «Un Conseil des ministres fin 2021 a été entièrement consacré aux énergies renouvelables, au cours duquel a été décidée la construction de cinq centrales solaires», se réjouit-il. «Dans l’objectif 2030, le solaire représente deux tiers (l’éolien, un tiers), et il va forcément se développer.» Le retard pris par le pays en matière de transition énergétique pourrait également lui permettre de profiter des expériences de ses voisins comme le Maroc, bon élève en la matière. La Tunisie éviterait ainsi de reproduire «les mêmes erreurs» et elle pourrait acquérir «des équipements meilleur marché» à mesure que les technologies deviennent plus accessibles.

L’optimisme est donc de rigueur pour Louis Boisgibault, qui compte «à son petit niveau» former la jeunesse tunisienne, déjà sensibilisée aux enjeux climatiques, à redéfinir la production énergétique de demain.