La Banque du Liban avait un déficit de $4,7 milliards avant la crise, affirme le FMI

Un membre des forces de sécurité libanaises devant la Banque centrale après la destruction par des manifestants antigouvernementaux d’une barrière de construction. (Photo, Getty Images)
Un membre des forces de sécurité libanaises devant la Banque centrale après la destruction par des manifestants antigouvernementaux d’une barrière de construction. (Photo, Getty Images)
Short Url
Publié le Vendredi 29 octobre 2021

La Banque du Liban avait un déficit de $4,7 milliards avant la crise, affirme le FMI

  • Le pays vit l'une des dépressions les plus profondes de l'histoire moderne, plongeant 74% de la population sous le seuil de pauvreté
  • «L'impact social, qui est déjà désastreux, pourrait devenir catastrophique», a indiqué la Banque mondiale en avril

La banque centrale du Liban (BdL) avait un trou de 4,7 milliards de dollars (1 dollar américain = 0,86 euro) dans ses réserves à la fin de 2015, déficit qui n'a pas été divulgué au public, un signe précurseur de l'effondrement financier qui a depuis pratiquement anéanti les épargnes de nombreuses personnes.

Le chiffre a figuré dans un rapport d'avril 2016, établi par le Fonds monétaire international (FMI) pour les autorités financières libanaises et consulté par Reuters.

Le rapport confidentiel, connu sous le nom d'aide-mémoire, révèle qu’alors que les réserves brutes de la BdL s’élevaient à 36,5 milliards de dollars, «les réserves nettes des créances des banques commerciales sur la BdL et l'or étaient négatives de 4,7 milliards de dollars en décembre 2015».

Riad Salameh est à la tête de la BdL depuis 1993. Fin 2016, elle a commencé ce qu'elle a appelé «l'ingénierie financière» qui signifie le financement d’un déficit budgétaire à la hausse et le maintien de l’activité des banques en payant des taux d'intérêt toujours plus élevés pour le dollar.

Au moment où la confiance des investisseurs s'est dissipée au milieu de manifestations populaires contre l'élite au pouvoir en 2019, les pertes de la BdL s'étaient multipliées.

Trois personnes proches de l'affaire ont révélé que Salameh avait lui-même insisté auprès des responsables du FMI pour que le chiffre ne soit pas publié, indiquant qu'il déstabiliserait le marché financier.

Un porte-parole de la BdL, s’exprimant au nom de Salameh, a déclaré que «la Banque centrale n’a pas le pouvoir de changer les rapports du FMI» lorsqu’il a été interrogé sur la raison pour laquelle le chiffre négatif des réserves nettes n’avait pas été publié dans le rapport du FMI de janvier 2017. Il a de même refuser de s’exprimer davantage sur ce sujet.

«La déformation des causes de la crise pour se concentrer sur (accuser) la BdL n’est pas professionnelle et est utilisée pour faire retomber la responsabilité sur une seule institution; l’unique institution civile permettant au système (financier) de garder la tête hors de l’eau, malgré la crise aigüe», a ajouté le porte-parole.

Un porte-parole du FMI, interrogé par Reuters sur la raison pour laquelle le chiffre a été omis des rapports publiés et si le Fonds aurait dû être plus proactif dans la demande de mesures correctives, a également refusé de discuter spécifiquement de l’omission des 4,7 milliards de dollars, mais a déclaré que le rapport «a fourni des avertissements précoces et des solutions possibles pour renforcer le système financier».

«Il (le rapport) a souligné la nécessité de réduire les risques économiques et financiers, notamment le recours à de nouveaux afflux de dépôts pour couvrir d'importants déficits budgétaires et extérieurs», a-t-il signalé. «Il a aussi cité des ressources importantes qui seraient nécessaires pour le maintien de la capitalisation des banques en cas de de crise grave.»

Lorsque les entrées de devises étrangères se sont épuisées en 2019, les banques, dont beaucoup comptent des politiciens de premier plan parmi leurs actionnaires, ont interdit l’accès des déposants à leurs comptes. Les retraits ont depuis été limités, principalement effectués en livres libanaises, devise qui a perdu 90% de sa valeur.

En 2020, le déficit de la BdL était passé à 50 milliards de dollars et les pertes bancaires totales à 83 milliards de dollars, selon un plan de sauvetage préparé par le ministère des Finances en avril de la même année. La BdL et l'Association des banques contestent ces chiffres mais n'ont pas publiquement proposé d'alternatives.

Un audit juricomptable des comptes de la banque centrale est une condition pour que le Liban obtienne un plan de sauvetage urgent du FMI.

L'audit a repris la semaine dernière après une interruption de près d'un an à cause de désaccords sur l'accès à l'information.

La crise, décrite par la Banque mondiale comme l'une des dépressions les plus profondes de l'histoire moderne, a plongé 74% de la population sous le seuil de pauvreté, selon les Nations unies.

«L'impact social, qui est déjà désastreux, pourrait devenir catastrophique», a indiqué la Banque mondiale en avril. Même pendant la guerre civile libanaise de 1975 à 1990, les banques sont restées solvables et fonctionnelles.

Salameh a affirmé à plusieurs reprises qu'il n'agissait que pour gagner du temps afin que les politiciens libanais acceptent des réformes visant à réduire le déficit budgétaire et que ce n'était pas de sa faute s'ils n’y parvenaient pas.

Interrogé sur le fait de savoir si le FMI avait le devoir d'être plus proactif en faisant pression pour que le chiffre de 4,7 milliards de dollars de réserves nettes négatives soit publié, le porte-parole du FMI a renvoyé Reuters aux règles de transparence du Fonds.

Ces règles indiquent qu'un pays peut demander que des informations non publiques soient retirées d'un rapport s'il s'agit: «D’éléments très sensibles pour le marché, principalement les points de vue du Fonds sur les perspectives des taux de change, des taux d'intérêt, du secteur financier et les évaluations de la liquidité et de la solvabilité souveraines.»

Le porte-parole du FMI a refusé de dire si le Liban avait spécifiquement fait cette demande et n'a pas non plus indiqué s'il y avait une limite formelle sur la taille des réserves nettes.

Au début de cette année, les autorités suisses ont lancé une enquête pour «blanchiment d'argent aggravé en lien avec un éventuel détournement de fonds au détriment de la Banque du Liban».

Salameh a nié tout acte répréhensible en affirmant que l'enquête faisait partie d'une campagne contre lui.

Le journal suisse Le Temps a rapporté au début du mois que des informations clés avaient été cachées au public par la banque centrale en 2015. La BdL avait déclaré que le rapport «n'avait rien à voir avec la vérité».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le budget saoudien sera annoncé mercredi

Le Cabinet saoudien tiendra une réunion mercredi pour approuver le budget général de l'État pour le nouvel exercice. (SPA/Fichier Photo)
Le Cabinet saoudien tiendra une réunion mercredi pour approuver le budget général de l'État pour le nouvel exercice. (SPA/Fichier Photo)
Short Url
  • Le Royaume a enregistré un excédent budgétaire de 149,6 milliards de riyals saoudiens au cours des neuf premiers mois de 2022
  • Ces données ont montré des revenus s'élevant à 950,2 milliards de riyals saoudiens, contre des dépenses de 800,7 milliards de riyals

RIYAD: Le Cabinet saoudien tiendra une réunion mercredi pour approuver le budget général de l'État pour le nouvel exercice, a rapporté l’agence de presse officielle saoudienne.

Le Royaume a enregistré un excédent budgétaire de 149,6 milliards de riyals saoudiens (1 riyal saoudien = 0,25 euro) au cours des neuf premiers mois de 2022, selon les données du ministère des Finances publiées en octobre.

Ces données ont montré des revenus s'élevant à 950,2 milliards de riyals saoudiens, contre des dépenses de 800,7 milliards de riyals.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


USA et UE tentent de trouver des convergences sur le commerce et la technologie

La représentante américaine au Commerce Katherine Tai, le secrétaire d'État américain Antony Blinken, la secrétaire américaine au Commerce Gina Raimondo, la vice-présidente exécutive de la Commission européenne Margrethe Vestager et le vice-président exécutif de la Commission européenne Valdis Dombrovskis participent à un dialogue des parties prenantes USA - UE lors de la réunion ministérielle du Conseil du commerce et de la technologie (TTC) à l'Université du Maryland à College Park, Maryland, le 5 décembre 2022 (Photo, AFP).
La représentante américaine au Commerce Katherine Tai, le secrétaire d'État américain Antony Blinken, la secrétaire américaine au Commerce Gina Raimondo, la vice-présidente exécutive de la Commission européenne Margrethe Vestager et le vice-président exécutif de la Commission européenne Valdis Dombrovskis participent à un dialogue des parties prenantes USA - UE lors de la réunion ministérielle du Conseil du commerce et de la technologie (TTC) à l'Université du Maryland à College Park, Maryland, le 5 décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette troisième réunion du Conseil pour le commerce et les technologies (TTC), à l'Université du Maryland près de la capitale américaine, doit «lancer de nouvelles initiatives concrètes»
  • Le TTC avait été lancé par le président américain Joe Biden et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen en juin 2021

COLLEGE PARK, Etats-Unis: L'administration américaine et une délégation de la Commission européenne se retrouvent lundi près de Washington afin de tenter de rapprocher les deux premières économies mondiales sur les questions du commerce et des nouvelles technologies, mais peu d'avancées concrètes sont attendues.

Cette troisième réunion du Conseil pour le commerce et les technologies (TTC), à l'Université du Maryland près de la capitale américaine, doit "lancer de nouvelles initiatives concrètes" permettant de renforcer "notre coopération", selon des officiels américains.

Le TTC avait été lancé par le président américain Joe Biden et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen en juin 2021.

Les discussions rassemblent le secrétaire d'Etat Antony Blinken, la ministre du Commerce Gina Raimondo et l'ambassadrice au Commerce Katherine Tai côté américain, et côté européen, les commissaires Valdis Dombrovskis, en charge du commerce, et Margrethe Vestager, pour la concurrence.

Les conséquences du grand plan américain pour le climat et l'emploi (IRA) doivent faire partie des sujets de discussion, a-t-on assuré côté européen. Cela suscite en effet des inquiétudes tant à Bruxelles que dans les capitales européennes.

Le président français Emmanuel Macron en avait discuté avec son homologue américain Joe Biden la semaine dernière lors de sa visite d'Etat à Washington. La délégation française s'est dite satisfaite d'avoir été entendue par l'administration américaine.

"Le président a fait prendre conscience à M. Biden et son administration des conséquences possibles de l'IRA sur l'industrie européenne, qui est déjà fragilisée par la guerre en Ukraine et par les prix de l'énergie", a ainsi assuré vendredi le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, lors d'un entretien à l'AFP.

Pour autant, peu d'avancées concrètes sont attendues des discussions lundi. Les marges de manœuvres américaines sont réduites sur l'IRA, entre perte de la majorité démocrate à la Chambre des représentants début janvier, conséquence des élections de mi-mandat, et l'aspect hautement symbolique du plan pour Joe Biden.

"Il y a une volonté de prendre en compte nos inquiétudes sans entrer en confrontation", a précisé à la presse un responsable européen présent sur place, tout en soulignant qu'il y avait toujours côté européen "l'attente d'une réponse plus solide" de la part des Etats-Unis.

La volonté européenne est de s'appuyer sur les précédentes discussions relatives aux semi-conducteurs, qualifiées de "coopération très positive" et vues comme "un bon point de départ" pour avancer sur les préoccupations liées à l'IRA, a-t-on expliqué de même source.

Cependant, la délégation européenne reconnaît qu'une évolution éventuelle de la législation sera "très difficile", tout en soulignant qu'il y a aussi "ce qu'ils peuvent faire en terme de mise en place".

Le commissaire européen Thierry Breton, chargé du marché intérieur, a pour sa part choisi de ne pas accompagner ses collègues aux Etats-Unis du fait du peu d'avancées attendues sur ce sujet.

"L'agenda du TTC ne laisse pas suffisamment d'espace pour répondre aux inquiétudes de nombreux ministres et industriels européens, le commissaire a donc décidé de ne pas y assister", expliquait-on à son bureau à Bruxelles vendredi.

Les discussions traiteront également notamment des conséquences de la guerre russe en Ukraine sur l'économie mondiale ainsi que des politiques économiques chinoises et des défis qu'elles représentent tant pour les Etats-Unis que l'Europe.


Allemagne : le rebond des ventes de voitures se poursuit en novembre

Des voitures sont exposées lors de la pré-nuit Mercedes-Benz du Salon international de l'automobile (IAA) Allemagne, le 5 septembre 2021, à Munich (Photo, AFP).
Des voitures sont exposées lors de la pré-nuit Mercedes-Benz du Salon international de l'automobile (IAA) Allemagne, le 5 septembre 2021, à Munich (Photo, AFP).
Short Url
  • Au total, 260 512 automobiles ont été immatriculées dans la première économie européenne
  • Les autres marchés européens comme la France, l'Autriche, l'Espagne, l'Italie et la Suisse ont connu des hausses en novembre, moins importantes toutefois qu'en Allemagne

BERLIN: Le marché automobile allemand a poursuivi sa hausse en novembre, confirmant une embellie pour la fin de l'année, malgré une moyenne annuelle qui reste toujours à un niveau historiquement bas, selon des chiffres publiés lundi.

Au total, 260 512 automobiles ont été immatriculées dans la première économie européenne, soit une hausse de 31,4% sur un an, a indiqué dans un communiqué lundi l'Agence fédérale pour l'automobile (KBA).

C'est la quatrième hausse consécutive pour cet indicateur.

"À la fin d’une année automobile globalement décevante, l’espoir d’un petit sprint final apparaît", relève Reinhard Zirpel, président de la fédération des importateurs automobiles VDIK, cité dans un communiqué.

Le bilan depuis janvier reste toutefois sous son niveau de l'année 2021, déjà historiquement bas. L'écart annuel se réduit avec une différence de -2,4% en novembre, contre -5% en octobre.

L'industrie automobile a été durement touchée en 2020 et en 2021 par les restrictions sanitaires pendant la pandémie de coronavirus, qui ont eu des conséquences sur l'approvisionnement des industriels en semi-conducteurs.

"La croissance actuelle montre que la disponibilité" de ces éléments "s'améliore après avoir conduit à de massives chutes de production l'an dernier", affirme Peter Fuss, expert pour EY.

Mais la branche fait désormais face aux conséquences de la crise énergétique, de la guerre en Ukraine et de la politique zéro Covid en Chine, qui plombe l'ensemble de l'industrie allemande.

Les perspectives sont donc "mitigées" pour 2023, selon EY.

Dans le détail, les voitures 100% électriques ont représenté en novembre 22,3% des immatriculations, devant le diesel (15,3%), mais derrière l'essence (27,9%).

"Pour la première fois, plus de 100 000 véhicules électriques ont été immatriculés sur un mois", s'est félicitée la fédération de constructeurs VDA dans un communiqué.

Les automobiles de la marque Volkswagen sont restées en novembre à la tête du marché, avec une part de 18,0%, devant Mercedes (10,6%).

Les autres marchés européens comme la France, l'Autriche, l'Espagne, l'Italie et la Suisse ont connu des hausses en novembre, moins importantes toutefois qu'en Allemagne, selon EY.