La Commission royale pour AlUla inaugure un institut de langues

La diversité des langues proposées à l’institut met en évidence le désir de la RCU d’accueillir des touristes des quatre coins de la planète. (Fourni)
La diversité des langues proposées à l’institut met en évidence le désir de la RCU d’accueillir des touristes des quatre coins de la planète. (Fourni)
Short Url
Publié le Mercredi 03 novembre 2021

La Commission royale pour AlUla inaugure un institut de langues

  • Grâce à ce nouvel institut, la Commission royale pour AlUla (RCU) vise à développer les compétences des jeunes de la ville en matière de communication
  • L’institut soutiendra le programme de bourses d’études d’AlUla lancé par la RCU, préparant ainsi les candidats à rejoindre les universités et les instituts d’enseignement les plus prestigieux du monde

DJEDDAH: C’est en arabe, en chinois, en anglais, en français et en nabatéen – la langue parlée dans ce lieu il y a des milliers d’années – que les habitants d’AlUla accueilleront les touristes du monde entier.

La Commission royale pour AlUla (RCU) a inauguré mardi dernier l’Institut des langues d’AlUla, qui a pour objectif de développer les compétences en communication des jeunes de la ville. Cet institut fait partie d’autres programmes que la RCU propose aux habitants de la région et s’inscrit dans le cadre de la stratégie de développement durable de la ville historique.

L’institut, un centre d’apprentissage et d’échange culturel, proposera des cours d’arabe, d’anglais, de français, de mandarin, mais aussi de nabatéen, une langue que l’on parlait au cours des premiers siècles d’implantation dans la région nord-ouest de la péninsule Arabique. Dans cette région si riche de références historiques, on trouve un peu partout, en effet, des inscriptions nabatéennes.

  • L’institut donne à ses membres la possibilité de communiquer efficacement avec les visiteurs et de partager le patrimoine d’AlUla.
  • Par ailleurs, il propose des cours de langue arabe aux visiteurs et aux habitants pour leur permettre d’en savoir plus sur la culture saoudienne et les civilisations anciennes.
  • Les étudiants ont le choix entre un programme de cours général de dix heures par semaine pour 58,40 dollars (1 dollar = 0,86 euro) et un cours intensif de trente-deux heures par semaine au prix de 120 dollars.
  • Conformément au plan saoudien qui vise à promouvoir l’enseignement de la langue chinoise, l’institut a lancé un programme linguistique unique pour enseigner le chinois à tous les habitants d’AlUla.

L’institut, qui comprend dix-neuf salles de cours, a pour mission d’améliorer les compétences linguistiques des citoyens d’AlUla.

Il donne à ses membres la possibilité de communiquer avec les visiteurs et de partager ainsi le patrimoine d’AlUla.

Par ailleurs, il propose des cours de langue arabe aux visiteurs et aux habitants pour que ces derniers découvrent la culture saoudienne et les civilisations anciennes. Les étudiants ont le choix entre un programme de cours général de dix heures par semaine, dont le montant s’élève à 58,40 dollars (1 dollar = 0,86 euro) et, pour 120 dollars, un cours intensif de trente-deux heures par semaine.

Conformément au plan saoudien qui vise à promouvoir l’enseignement de la langue chinoise, l’institut a lancé un programme linguistique unique qui permet de donner des leçons de chinois à tous les habitants d’AlUla.

Un cours de chinois de dix heures peut coûter jusqu’à 58,40 dollars par semaine, tandis qu’un candidat peut s’inscrire à des cours de nabatéen de deux à six heures par semaine pour 13,30 ou 40 dollars.

alula
La diversité des langues proposées à l’institut met en évidence le désir de la RCU d’accueillir des touristes des quatre coins de la planète et de permettre aux étudiants de maîtriser les compétences linguistiques nécessaires à la communication. Photo fournie.

La diversité des langues proposées à l’institut met en évidence le désir de la RCU d’accueillir des touristes des quatre coins de la planète et de permettre aux étudiants de maîtriser les compétences linguistiques nécessaires à la communication. Voilà qui contribue efficacement au développement d’AlUla et à l’amélioration de la communication culturelle à l’échelle mondiale.

Le gouverneur de la RCU, le prince Badr ben Abdallah ben Farhan, déclare que la langue sert de passerelle principale pour la communication et le partage de connaissances. «Les langues que l’institut propose sont indispensables pour raconter l’histoire d’AlUla dans les langues internationales d’envergure.»

«À AlUla, les enfants du pays sont les principaux partenaires qui permettront à la région de mener à bien cette vision. L’Institut des langues d’AlUla leur donne la chance de développer leurs compétences pour parler et interagir avec les visiteurs et les touristes afin de raconter l’histoire d’AlUla, le plus grand musée vivant du monde», ajoute-t-il.

Sur Twitter, le prince Badr écrit que le nouvel institut enseignerait «l’arabe, le nabatéen, l’anglais, le français et le chinois» pour renforcer le rôle historique d’AlUla au croisement de plusieurs civilisations et montrer qu’il constitue l’une des destinations culturelles les plus importantes au monde.

Lors de la cérémonie d’inauguration, la directrice générale de l’Alliance française d’Arabie saoudite (Afas), Marguerite Bickel, a dit sa joie d’annoncer l’ouverture officielle de la cinquième branche de l’Afas au sein de l’Institut des langues d’AlUla.

L’ambassadeur britannique en Arabie saoudite, Neil Crompton, s’est quant à lui déclaré ravi d’assister au lancement de l’Institut des langues d’AlUla. «En enseignant l’anglais, le français, le mandarin, l’arabe et le nabatéen, l’institut contribuera à créer des emplois locaux et à améliorer l’expérience des touristes qui viennent visiter les sites somptueux d’AlUla», écrit-il sur Twitter.

L’institut soutiendra le programme de bourses d’études d’AlUla lancé par la RCU, préparant ainsi les candidats à rejoindre les universités et les instituts d’enseignement les plus prestigieux du monde.

Au sujet de l’inauguration de l’institut, le PDG de la commission, Amr ben Saleh al-Madani, affirme que la langue est le fondement même d’une interaction efficace avec les visiteurs, ce qui est indispensable pour le développement du lieu, de manière à convenir à l’histoire d’AlUla, en vue d’accueillir les visiteurs du monde entier au sein du berceau des civilisations.

Saleh al-Ghamdi, professeur d’anglais de Djeddah, déclare à Arab News qu’il s’attend à ce qu’AlUla attire des millions de touristes chaque année.

«Grâce aux cours d’arabe que propose l’institut, les touristes non arabophones auront l’occasion d’en apprendre davantage sur la culture arabe à travers la langue. Les touristes ne sont pas seulement intéressés par la découverte de nouveaux endroits mais aussi de nouvelles langues et cultures», conclut-il.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Attentat contre une synagogue à Jérusalem-Est: sept morts, l'assaillant abattu

Le personnel des services d'urgence israéliens transporte des blessés sur le site d'une attaque signalée dans un quartier de colons de Jérusalem-Est annexée par Israël, le 27 janvier 2023 (Photo, AFP).
Le personnel des services d'urgence israéliens transporte des blessés sur le site d'une attaque signalée dans un quartier de colons de Jérusalem-Est annexée par Israël, le 27 janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon la police, l'auteur de la fusillade, un Palestinien résident de Jérusalem-Est âgé de 21 ans, a été abattu par des policiers après avoir pris la fuite à bord d'une voiture
  • L'attentat, qui survient dans un contexte de nouvel accès de violence entre Israéliens et Palestiniens depuis 36 heures, a été immédiatement condamné par Washington

JERUSALEM: Sept personnes ont été tuées vendredi par un homme armé ayant ouvert le feu près d'une synagogue à Jérusalem-Est pendant les prières du début du shabbat avant d'être lui-même abattu, dernière épisode d'un nouvel accès de violence meurtrière entre Israéliens et Palestiniens.

"Sept civils" ont été tués par un assaillant armé ayant ouvert le feu vers 20H15 (18H15 GMT) dans la rue à proximité de cette synagogue à Neve Yaacov, quartier de colonisation juive à Jérusalem-Est, partie de la Ville sainte annexée par Israël, selon un communiqué de la police israélienne.

Il s'agit "d'une des pires attaques de ces dernières années" contre des Israéliens, a déclaré à la télévision israélienne Kobi Shabtai, le chef de la police.

Selon la police, l'auteur de la fusillade, un Palestinien résident de Jérusalem-Est âgé de 21 ans, a été abattu par des policiers après avoir pris la fuite à bord d'une voiture.

L'attentat, qui survient dans un contexte de nouvel accès de violence entre Israéliens et Palestiniens depuis 36 heures, a été immédiatement condamné par Washington.

"C'est absolument épouvantable", a déclaré à la presse le porte-parole adjoint du département d'Etat, Vedant Patel.

"Nous condamnons cette apparente attaque terroriste dans les termes les plus forts", a-t-il ajouté en précisant qu'il n'y avait aucun changement dans le programme du chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, qui doit se rendre à partir de dimanche en Egypte puis lundi et mardi à Jérusalem et Ramallah.

Il y discutera "de mesures à prendre pour une désescalade des tensions", a-t-il ajouté.

Le Magen David Adom (MDA), équivalent israélien de la Croix-Rouge, a dit avoir recensé au total dix victimes touchées par balles, parmi lesquelles un homme de 70 ans et un adolescent de 14 ans.

Désamorcer l'escalade? 

Le ministre israélien de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, figure de l'extrême droite, s'est rendu sur les lieux de l'attaque, où des journalistes de l'AFP ont pu voir trois cadavres étendus dans la rue.

"J'ai entendu beaucoup de tirs de balles", a déclaré à l'AFP Matanel Almalem, un étudiant de 18 ans vivant à côté de la  synagogue.

La fusillade intervient au lendemain de la mort de neuf Palestiniens dans un raid des forces armées israéliennes dans le camp de Jénine, ville du nord de la Cisjordanie occupée.

Le raid, qui a également fait des dizaines de blessés, ciblait le groupe Jihad islamique qui planifiait une attaque en Israël, d'après des sources israéliennes.

Un dixième Palestinien a été tué jeudi par des tirs israéliens à Al-Ram, près de Ramallah, selon le ministère palestinien de la Santé.

Les Nations unies n'ont pas recensé un bilan aussi élevé en une seule opération israélienne en Cisjordanie depuis qu'elles ont commencé à comptabiliser en 2005 les victimes du conflit israélo-palestinien.

En représailles, des roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza, sous le contrôle du mouvement du Hamas.

Israël a répliqué dans la foulée par des frappes contre le micro-territoire palestinien. Aucune victime n'a été recensée dans cette passe d'armes.

En réaction au raid israélien à Jénine, l'Autorité palestinienne a décidé de mettre fin à la coopération sécuritaire avec Israël, une première depuis 2020.

La France a exhorté Israël et les Palestiniens "à s'abstenir d'alimenter l'escalade" et les Etats-Unis se sont dits "profondément préoccupés par l'escalade de violence".

De son côté, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a déclaré jeudi dans un communiqué que son pays "ne cherchait pas l'escalade" mais se préparait "à tous les scénarios".


Syrie: l'ONU met en garde contre un risque de famine inégalé

Le 14 janvier 2016,, un convoi d'une cinquantaine de camions d'aide quitte Damas pour la ville syrienne de Madaya, frappée par la faim, où 40 000 habitants ont subi un siège gouvernemental paralysant qui a suscité une vive condamnation de l'ONU. (Photo de Louai BESHARA / AFP)
Le 14 janvier 2016,, un convoi d'une cinquantaine de camions d'aide quitte Damas pour la ville syrienne de Madaya, frappée par la faim, où 40 000 habitants ont subi un siège gouvernemental paralysant qui a suscité une vive condamnation de l'ONU. (Photo de Louai BESHARA / AFP)
Short Url
  • «La faim a atteint un niveau inégalé depuis 12 ans en Syrie», a déclaré le Programme alimentaire mondial (PAM) dans un communiqué
  • Selon l'ONU, plus de 90% de la population syrienne vit sous le seuil de la pauvreté depuis le début, en 2011, d'un conflit sanglant ayant tué près d'un demi-million de personnes et dévasté les infrastructures du pays

BEYROUTH : Le nombre de Syriens souffrant de la faim a atteint un nouveau record après 12 ans de guerre civile, a averti vendredi l'ONU qui a mis en garde contre «une nouvelle vague d'émigration de masse».

«La faim a atteint un niveau inégalé depuis 12 ans en Syrie», a déclaré le Programme alimentaire mondial (PAM) dans un communiqué.

«Douze millions de personnes ne savent pas comment elles se procureront leur prochain repas», a ajouté le PAM, auxquelles s'ajoutent «2,9 millions de personnes qui risquent de souffrir de la faim».

Selon l'ONU, plus de 90% de la population syrienne vit sous le seuil de la pauvreté depuis le début, en 2011, d'un conflit sanglant ayant tué près d'un demi-million de personnes et dévasté les infrastructures du pays.

La Syrie, dont l'économie s'est effondrée, est désormais au sixième rang des pays comptant le plus de personnes menacées d'insécurité alimentaire.

Les prix des denrées alimentaires ont été multipliés par 12 au cours des trois dernières années dans ce pays frappé en outre par la sécheresse, le choléra et le Covid-19.

La malnutrition infantile et des mères «augmente également à une vitesse sans précédent», selon le communiqué.

Si la communauté internationale n'intervient pas pour aider la Syrie, le pays risque d'être confronté à «une autre vague de d'émigration massive», a déclaré le directeur du PAM, David Beasley, lors d'une visite en Syrie cette semaine.

«Est-ce ce que veut la communauté internationale?», a-t-il ajouté, exhortant les pays donateurs à redoubler d'efforts pour «éviter cette catastrophe imminente».

Déclenchée par la répression de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie a également provoqué le déplacement de millions de personnes.

Au cours de la «crise migratoire» de 2015, l'Europe avait vu arriver sur son sol 1,2 million de personnes, dont de nombreux Syriens fuyant la guerre.


Liban: deux députés indépendants poursuivent leur sit-in au Parlement

Cette photo fournie par le bureau de presse du Parlement libanais le 19 janvier 2023 montre les parlementaires Melhem Khalaf (à gauche) et Najat Saliba faisant une déclaration à la presse à la fin d'une session dans le bâtiment du Parlement, dans le quartier du centre-ville de la capitale Beyrouth. (Photo par Stringer / Parlement Libanais / AFP)
Cette photo fournie par le bureau de presse du Parlement libanais le 19 janvier 2023 montre les parlementaires Melhem Khalaf (à gauche) et Najat Saliba faisant une déclaration à la presse à la fin d'une session dans le bâtiment du Parlement, dans le quartier du centre-ville de la capitale Beyrouth. (Photo par Stringer / Parlement Libanais / AFP)
Short Url
  • «L'Etat se délite complètement, nous voulons préserver ce qu'il en reste, à savoir le Parlement», a ajouté la députée qui dit dormir dans un salon de l'hémicycle, comme son collègue
  • La décision lundi du juge indépendant Tarek Bitar de reprendre l'enquête sur l'explosion meurtrière au port de Beyrouth en 2020 a déclenché une véritable guerre au sein de la justice

BEYROUTH : Une élue indépendante a promis vendredi à Beyrouth de poursuivre son sit-in au Parlement jusqu'à ce que les députés élisent un chef de l'Etat au Liban, pays sans président depuis près de trois mois et où la crise socio-économique s'aggrave.

Cette députée, l'écologiste Najat Saliba, et un collègue, l'ancien bâtonnier de Beyrouth Melhem Khalaf, entament vendredi leur deuxième semaine de sit-in pour protester contre les profonds différends politiques empêchant l'élection d'un successeur à Michel Aoun.

A l'issue d'une onzième session du Parlement le 19 janvier, qui a échoué à élire un chef de l'Etat, ils étaient restés dans l'hémicycle.

«Nous restons ici, que personne ne pense que nous allons partir» avant l'élection d'un président, a déclaré vendredi à l'AFP Najat Saliba.

«L'Etat se délite complètement, nous voulons préserver ce qu'il en reste, à savoir le Parlement», a ajouté la députée qui dit dormir dans un salon de l'hémicycle, comme son collègue.

«Nous sommes sans gouvernement, sans système financier et sans justice», a encore déploré Mme Saliba.

Parallèlement à la crise politique et économique, la décision lundi du juge indépendant Tarek Bitar de reprendre l'enquête sur l'explosion meurtrière au port de Beyrouth en 2020 a déclenché une véritable guerre au sein de la justice.

Le mandat du président Michel Aoun a expiré le 31 octobre et les députés, profondément divisés entre le camp du puissant Hezbollah pro-iranien et celui de leurs adversaires, n'arrivent pas à désigner un successeur.

Aucun camp ne dispose d'une claire majorité pour imposer un candidat dans un pays où l'élection d'un président prend souvent des mois.