A la COP26, Stella McCartney défend une mode éthique... et rentable

 A la COP26, Stella McCartney défend une mode éthique... et rentable
Short Url
Publié le Vendredi 05 novembre 2021

A la COP26, Stella McCartney défend une mode éthique... et rentable

  • Végétarienne convaincue, la fille de Paul McCartney a déboulé il y a 30 ans dans cette industrie avec un premier credo: ne pas travailler le cuir ou la fourrure. Et elle a - très bien - réussi, malgré le scepticisme initial
  • Le musée Kelvingrove de la métropole écossaise lui rend hommage, exposant notamment des matières sur lesquelles travaille sa griffe depuis des années

GLASGOW: Très engagée pour l'environnement, la créatrice Stella McCartney est venue à Glasgow, où se tient la conférence climat COP26, défendre sa vision d'une mode moins polluante et plus respectueuse de la nature et du bien-être animal.


Végétarienne convaincue, la fille de Paul McCartney a déboulé il y a 30 ans dans cette industrie avec un premier credo: ne pas travailler le cuir ou la fourrure. Et elle a - très bien - réussi, malgré le scepticisme initial.


Le musée Kelvingrove de la métropole écossaise lui rend hommage, exposant notamment des matières sur lesquelles travaille sa griffe depuis des années.


Comme le mycélium, directement extrait de champignons pour remplacer le cuir. Ou NuCycl, une technologie capable, selon ses créateurs, de recycler à l'infini tout type de déchets textiles, naturels comme le coton, ou synthétiques comme le polyester.


"Je suis ici pour montrer ce que peut être l'avenir de la mode," explique la créatrice à l'AFP. "Qu'il y a une autre voie et d'autres solutions, que nous pouvons mettre en avant de nouvelles technologies et de nouvelles marques pour échanger le mal par le bien".


La mode est le troisième secteur manufacturier de la planète, représentant jusqu'à 8% des émissions de carbone, selon le World Resources Institute (WRI).


Mais le grand défi pour ces nouvelles matières est d'habiller des milliards de personnes à des prix raisonnables, loin de ceux de la créatrice britannique.


"Je l'espère", dit Stella McCartney. "Que ce soient des solutions viables et qu'il faut faire connaître".

Mode « sale »

Sur le recyclage par exemple. "Les gens portent des vêtements à la mode au maximum trois fois avant de les jeter. Et cela signifie des milliards de dollars de déchets. Pour moi, c'est une opportunité commerciale", lance-t-elle.


"Ce que je dis, c'est: apportez-moi ces vêtements gaspillés et je vous montrerai comment je peux fabriquer un sweat-shirt entièrement à partir de déchets", poursuit celle dont la marque attire fashionistas et célébrités, comme en témoigne la présence dans le public de Glasgow de l'acteur Leonardo di Caprio, connu pour son engagement en faveur de la cause environnementale.


A ses débuts, Stella McCartney a fait sensation avec une vidéo dénonçant le traitement des animaux pour l'industrie de la fourrure. Même malaise mercredi à la présentation d'extraits de cette vidéo à Glasgow. 


"Vingt-cinq ans plus tard, les choses n'ont pas beaucoup changé", constate-t-elle. "Il faut faire comprendre aux gens que des centaines de millions d'animaux sont tués chaque année pour l'industrie de la mode".


Le groupe français LVMH, numéro un mondial du luxe auquel appartient sa marque, n'a pas généralisé sa pratique, mais une "charte du bien-être animal" encadre les approvisionnements du groupe. Autre géant français du luxe, Kering a annoncé en septembre mettre fin à la fourrure animale dans toutes les collections du groupe.


Stella McCartney, dit "travailler dur pour créer de beaux produits fabriqués de manière éthique". Ce qui peut aussi faire sens économiquement: "je pense que nous avons atteint un point où nous devenons très vite hors de propos et où la génération X, Y ou Z arrêtera d'acheter de la mode +sale+".


Et au final, toutes ces technologies doivent permettre de remplacer les pratiques actuelles "par quelque chose de mieux", pour les clients comme pour les producteurs.


Après tout, "qui veut travailler dans un abattoir?"


Lavrov en Turquie, désireuse de réunir à nouveau Moscou et Kiev

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov (Photo, AFP).
Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov (Photo, AFP).
Short Url
  • Le président Erdogan a dit cette semaine vouloir «rétablir la table de négociation» entre Moscou et Kiev
  • La Turquie, qui reste très dépendante de la Russie pour ses approvisionnements énergétiques, ne s'est pas associée aux sanctions occidentales à son encontre

ANTALYA: Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a entamé vendredi une visite de deux jours en Turquie, dont les dirigeants tentent de réunir à nouveau responsables russes et ukrainiens autour d'une table.

Le ministre russe des Affaires étrangères a participé au Forum diplomatique d'Antalya (sud), un rendez-vous annuel auquel sont conviés les pays amis d'Ankara, où il s'est entretenu avec son homologue turc Hakan Fidan.

Depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine en février 2022, la Turquie a conservé des liens étroits avec les deux belligérants, et a accueilli par deux fois des négociations directes entre Moscou et Kiev en mars 2022.

"Nous devons chercher sérieusement des moyens de rapprocher les parties", a déclaré M. Fidan dans son discours d'ouverture du Forum d'Antalya.

"Nous sommes prêts, comme hier, à tout mettre en œuvre pour faciliter les négociations de paix", a-t-il ajouté.

Le président Erdogan a aussi dit cette semaine vouloir "rétablir la table de négociation" entre Moscou et Kiev, affirmant par ailleurs oeuvrer à la création d'un nouveau mécanisme à même de garantir une "navigation sécurisée" en mer Noire, dont la Turquie longe la partie méridionale.

La création d'un tel mécanisme n'a toutefois pas été abordée lors de la rencontre entre MM. Fidan et Lavrov, a indiqué une source diplomatique turque sous couvert d'anonymat.

Le chef de la diplomatie russe a également souligné que les raisons ayant poussé la Russie à envahir son voisin "demeurent inchangées", a ajouté cette même source.

Céréales en mer Noire

Lors des premières semaines de l'invasion de l'Ukraine, la Turquie s'était impliquée très activement dans la création d'un corridor sécurisé en mer Noire associant l'Ukraine et la Russie sous l'égide de l'ONU.

Un accord avait ainsi été signé en juillet 2022 à Istanbul, avant d'être dénoncé un an plus tard par Moscou après avoir permis à l'Ukraine d'exporter près de 33 millions de tonnes de céréales, selon les Nations unies.

Depuis, Kiev utilise avec succès une voie alternative longeant les côtes de la Bulgarie et de la Roumanie, membres de l'Alliance atlantique, avec lesquelles Ankara a signé en janvier un accord de lutte contre les mines.

La Turquie, qui reste très dépendante de la Russie pour ses approvisionnements énergétiques, ne s'est pas associée aux sanctions occidentales à son encontre et se voit régulièrement accusée d'aider à leur contournement.

Seize entités turques sont ainsi désignées dans le dernier train de sanctions annoncé la semaine dernière par la Maison Blanche.

Il s'agit en particulier d'entreprises important pour les réexporter, du matériel contenant des pièces nécessaires à l'industrie militaire russe.

"Vu l'accroissement important du commerce entre la Turquie et la Russie (...), il y a en effet des investigations" sur un contournement des sanctions occidentales par la Russie, confirme Marc Pierini, chercheur associé à l'Institut Carnegie Europe.

Ce dernier souligne aussi "l'intérêt très prononcé de la Russie" pour le secteur énergétique turc avec "la centrale nucléaire d'Akkuyu (sud), les rabais sur le prix du gaz russe et des paiements en roubles, la promotion d'un hub gazier" et l'annonce par Rosatom, le géant russe du nucléaire, de la construction d'une deuxième centrale en Turquie et son intérêt pour une troisième.

"La Turquie essaie de mener une politique prudente, poursuivant ses relations commerciales avec la Russie tout en veillant à ne pas franchir une ligne rouge qui l'exposerait à des mesures de rétorsion de la part des Occidentaux", résume Sinan Ülgen, directeur du groupe de réflexion Edam à Istanbul.

Le Forum d'Antalya, une grande station balnéaire de la côte sud de la Turquie, réunit chaque année des chefs d'Etat et de gouvernement, des ministres, des diplomates, des hommes d'affaires et des chercheurs.


Le Texas redoute une aggravation du plus grand incendie de son histoire

L'incendie de Windy Deuce dans le comté de Moore, au Texas (Photo, AFP).
L'incendie de Windy Deuce dans le comté de Moore, au Texas (Photo, AFP).
Short Url
  • Quelque 500 maisons et constructions diverses ont disparu dans les flammes, a déclaré vendredi le gouverneur Greg Abbott, en prévenant que ce bilan allait probablement s'alourdir
  • Au Texas, l'incendie géant baptisé «Smokehouse Creek Fire» n'est désormais contenu qu'à 15%

HOUSTON: Les autorités du Texas redoutent une progression inquiétante durant le week-end du plus grand incendie de l'histoire de l'Etat, qui a déjà fait deux morts et ravagé des centaines de milliers d'hectares.

Quelque 500 maisons et constructions diverses ont disparu dans les flammes, a déclaré vendredi le gouverneur Greg Abbott, en prévenant que ce bilan allait probablement s'alourdir.

Dans un pays familier des contrastes aggravés par les dérèglements climatiques, la Californie était elle frappée ce même jour par une rude tempête de neige accompagnée de violentes bourrasques dépassant les 160 km/h sur les sommets de la Sierra Nevada.

Les précipitations de neige pourraient atteindre de 2 à 3,5 mètres de hauteur ces prochains jours en altitude, selon les services météo de cet Etat, le plus peuplé du pays.

Au Texas, l'incendie géant baptisé "Smokehouse Creek Fire" n'est désormais contenu qu'à 15%, même s'il a cessé provisoirement vendredi de s'étendre grâce à des précipitations la veille, selon les autorités locales.

Vents attendus

L'incendie s'étend toujours sur plus de 430 000 hectares, mais il a en grande partie "reçu des précipitations hier et il n'y a pas eu de progression du feu", a écrit l'Office des forêts du Texas vendredi sur X.

"Les équipes vont se concentrer sur la limite nord du feu et les secteurs autour des zones construites", a-t-il ajouté.

Le répit pourrait toutefois n'être que de courte durée.

"Des conditions favorisant une situation critique des feux devraient faire leur retour" en milieu de journée samedi et dimanche, ont déclaré les services météo locaux de la ville d'Amarillo, notamment en raison d'une végétation très sèche et des vents.

Trois autres incendies, plus petits, sont également actifs dans cette région du nord du Texas, située près de la ville d'Amarillo. Le plus grand de ces trois autres feux, le "Windy Deuce Fire", fait environ 57 000 hectares et est contenu à 55%.

Les médias locaux ont rapporté deux morts: une grand-mère de 83 ayant péri dans l'incendie de sa maison dans la petite ville de Stinnett, et une femme de 44 ans décédée après avoir été grièvement blessée quand le camion qu'elle conduisait s'est retrouvé cerné par les flammes.

Aucune évacuation n'était en cours jeudi dans le comté d'Hutchinson, où se trouve la ville de Stinnett, selon les autorités locales.

"Le Texas continue de renforcer ses moyens en hommes et en matériel pour combattre cet incendie très dangereux", a déclaré jeudi Greg Abbott, en remerciant les pompiers qui travaillent "24 heures sur 24 pour protéger les Texans".

Le "Smokehouse Creek Fire" s'étend par ailleurs désormais également dans l'Etat voisin de l'Oklahoma.

Le président Joe Biden, en visite électorale au Texas jeudi, a affirmé à la presse qu'environ 500 fonctionnaires fédéraux s'activaient pour lutter contre les incendies, en plus des pompiers locaux.

Vu la sécheresse, le chef de la division forestière de l'université Texas A&M, Wes Moorehead, a exhorté les habitants à redoubler d'attention samedi 2 mars, jour où les Texans célèbrent l'anniversaire de la proclamation de leur indépendance du Mexique en 1836. Cette indépendance a duré jusqu'à l'annexion du territoire par les Etats-Unis, en 1845.

La tradition veut qu'on marque cette fête avec des feux de joie et des barbecues. Soyez "prudents avec toute activité qui pourrait causer une étincelle", a-t-il insisté.


Un ancien conseiller gouvernemental appelle Rishi Sunak à présenter ses excuses au maire de Londres concernant l’islamophobie

Un député conservateur a laissé entendre que le maire de Londres avait «cédé» Londres aux islamistes qui avaient «pris le contrôle» du maire. (AFP)
Un député conservateur a laissé entendre que le maire de Londres avait «cédé» Londres aux islamistes qui avaient «pris le contrôle» du maire. (AFP)
Short Url
  • Le député conservateur Lee Anderson a été suspendu de ses fonctions pour avoir refusé de s'excuser après avoir déclaré que le maire de Londres avait «cédé» la ville aux islamistes
  • L’expert religieux Colin Bloom a indiqué que le Premier ministre britannique devait présenter ses excuses à Sadiq Khan, et «qu’il ne faisait pas preuve du leadership dont le pays a besoin» en restant silencieux

LONDRES: Un ancien conseiller du gouvernement a appelé le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, à présenter ses excuses au maire de Londres Sadiq Khan pour les propos tenus par Lee Anderson, un député conservateur suspendu de ses fonctions.

Colin Bloom, qui a été conseiller des Conservateurs sur les questions religieuses, a déclaré à la BBC que les remarques de Lee Anderson étaient «insultantes» et «révoltantes», ajoutant que Sunak «ne faisait pas preuve du leadership dont le pays avait besoin».

Lee Anderson a été suspendu de ses fonctions la semaine dernière pour avoir refusé de s'excuser après avoir déclaré dans une interview télévisée que le maire de Londres avait «cédé» la ville aux islamistes qui avaient «pris le contrôle» du maire.

Tout en admettant que ses propos étaient «un peu maladroits», Anderson a indiqué qu’il avait reçu «beaucoup de soutien en privé dans les groupes et messages WhatsApp» de la part de ses collègues conservateurs. Il nie que ses propos soient racistes ou islamophobes.

Colin Bloom, ancien directeur général du Conservative Christian Fellowship, et directeur de Christians in Politics, avait été nommé conseiller gouvernemental par l'ancien Premier ministre Boris Johnson en 2019.

Bloom a affirmé à l’émission Newsnight de la BBC que la «grande majorité» des musulmans britanniques étaient «des personnes aimables, honnêtes, généreuses et pacifiques», et que le discours d’Anderson et la réaction contenue du gouvernement mettaient les gens en danger.

Bloom a indiqué que Sunak devait s'excuser auprès de Khan, et qu'il était «tout à fait incorrect»  qu'Anderson ait assimilé le maire musulman à un extrémiste religieux.

Khan a publiquement appelé Sunak à dénoncer les propos d’Anderson comme islamophobes, mais tout en admettant qu’ils étaient «incorrects», le Premier ministre ne l’a jusqu’à présent pas fait.

Un porte-parole du gouvernement a déclaré à Newsnight que Sunak était «catégorique sur le fait qu’il devait y avoir une tolérance zéro pour toute forme d’extrémisme, de racisme ou de haine» dans la politique britannique.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com