Ethiopie: les rebelles tigréens rejettent l'éventualité d'un «bain de sang» dans la capitale

Un homme portant un drapeau éthiopien lors d'un rassemblement à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 7 novembre 2021, en soutien aux forces de défense nationale. (Photo, AFP)
Un homme portant un drapeau éthiopien lors d'un rassemblement à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 7 novembre 2021, en soutien aux forces de défense nationale. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 07 novembre 2021

Ethiopie: les rebelles tigréens rejettent l'éventualité d'un «bain de sang» dans la capitale

  • Plusieurs pays ont appelé leurs ressortissants à quitter l'Ethiopie alors que le conflit entre rebelles et forces gouvernementales dans le nord du pays connaît une escalade
  • Le pape François a dit dimanche suivre «avec inquiétude la situation dans le pays, et renouvelé son appel pour que prévalent la concorde fraternelle et la voie pacifique du dialogue»

ADDIS ABEBA: Les rebelles tigréens ont balayé les craintes d'un "bain de sang" à Addis Abeba s'ils devaient entrer dans la capitale éthiopienne pour renverser le gouvernement d'Abiy Ahmed, estimant que la population ne leur est pas "farouchement opposée". 

Plusieurs pays ont appelé ces derniers jours leurs ressortissants à quitter l'Ethiopie et le gouvernement américain a ordonné samedi le départ de son personnel non essentiel, alors que le conflit qui oppose depuis un an rebelles et forces gouvernementales dans le nord du pays connaît une escalade. 

Après avoir revendiqué le week-end dernier la prise de deux villes stratégiques à 400 km de la capitale, le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) et ses alliés de l'Armée de libération oromo (OLA), n'ont pas exclu de marcher sur Addis Abeba. 

Le gouvernement a démenti toute avancée rebelle majeure et toute menace sur la capitale. Il a toutefois déclaré l'état d'urgence et les autorités d'Addis Abeba ont demandé aux habitants de s'organiser pour défendre la ville. 

Dimanche, des dizaines de milliers de personnes se sont réunies sur la place Meskel en soutien au gouvernement et ont juré la perte des rebelles tigréens. 

Mais pour le porte-parole du TPLF Getachew Reda, "dire que la population d'Addis nous est farouchement opposée est totalement exagéré", a-t-il déclaré dans une interview à l'AFP. 

"Addis est un melting pot. Des gens avec toutes sortes d'intérêts y vivent. Dire qu'Addis se transformera en bain de sang si nous entrons est absolument ridicule. Je ne pense pas que cette hypothèse (...) soit crédible", a-t-il affirmé. 

Au Tigré, un émissaire de l'ONU plaide pour l'accès de l'aide humanitaire

Le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires, Martin Griffiths, s'est rendu dimanche au Tigré, région du nord de l'Ethiopie où le conflit avec les forces gouvernementales connaît une escalade, pour appeler à faciliter l'accès de l'aide humanitaire.


Durant sa visite à Mekele, la capitale tigréenne, il s'est entretenu avec "les autorités de facto" et a insisté sur "la nécessité d'accès pour l'aide humanitaire" et sur la "protection des civils dans toutes les zones qu'ils contrôlent", a dit un porte-parole des Nations unies. Il les a exhortées à "respecter les principes humanitaires".


Martin Griffiths a aussi rencontré des "partenaires humanitaires", ainsi que "des femmes affectées par le conflit", avant de regagner Addis Abeba.


Selon des sources concordantes, Martin Griffiths était à Mekele en même temps que le Haut Représentant de l'Union africaine pour la Corne de l'Afrique, Olusegun Obasanjo, pour s'entretenir notamment avec le chef du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) Debretsion Gebremichael.


Le TPLF, longtemps au pouvoir en Ethiopie, en a été écarté par Abiy Ahmed, nommé Premier ministre en 2018 après une contestation antigouvernementale. Il s'est alors replié sur son fief du Tigré, région la plus septentrionale de l'Ethiopie.


Après des mois de tensions, Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix 2019, a envoyé l'armée au Tigré en novembre 2020 pour destituer les autorités régionales issues du TPLF, qui défiaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires.


Le chef du gouvernement a rapidement proclamé la victoire, mais les combattants du TPLF ont repris en juin l'essentiel de la région puis avancé dans les régions voisines de l'Afar et de l'Amhara. Le conflit connaît à présent une nouvelle escalade, les rebelles menaçant d'avancer vers Addis Abeba, la capitale, pour renverser le pouvoir d'Abiy Ahmed.


Les belligérants sont restés sourds ces derniers jours aux appels de la communauté internationale en faveur d'un cessez-le-feu, malgré une intense activité diplomatique.

Auto-détermination 

Pour le TPLF, la capitale n'est pas "un objectif": "Nous ne sommes pas particulièrement intéressés par Addis Abeba, nous voulons nous assurer qu'Abiy ne représente plus une menace pour notre peuple" tigréen (6% de la population éthiopienne). 

Mais si le Premier ministre ne part pas, "bien sûr" que les rebelles prendront la ville, a ajouté Getachew Reda. 

Selon lui, ils ont progressé vers le sud et "approchent d'Ataye", à 270 kilomètres au nord de la capitale, ainsi que vers l'est en direction de Mile, située sur la route vers Djibouti cruciale pour l'approvisionnement d'Addis Abeba. 

Le TPLF assure qu'il ne souhaite pas reprendre les rênes du pays, qu'il a tenues d'une main de fer entre 1991 et 2018. 

"Cela ne nous intéresse pas", a déclaré Getachew Reda: "Nous voulons simplement nous assurer que la voix de notre peuple est entendue, qu'il exerce son droit à l'autodétermination notamment en organisant un référendum pour décider s'il doit rester membre de l'Ethiopie ou devenir indépendant". 

Le TPLF a dominé les structures politiques et sécuritaires de l'Ethiopie pendant 27 ans, après avoir pris Addis Abeba et renversé le régime militaro-marxiste du Derg en 1991. 

Ecarté du pouvoir par Abiy Ahmed, nommé Premier ministre en 2018 après une longue contestation antigouvernementale, il s'est replié sur son fief du Tigré, région la plus septentrionale de l'Ethiopie. 

Après des mois de tensions, le prix Nobel de la paix 2019 a envoyé l'armée au Tigré en novembre 2020 pour destituer les autorités régionales issues du TPLF, qui défiaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires. 

Il a proclamé la victoire le 28 novembre. Mais en juin, les combattants pro-TPLF ont repris l'essentiel de la région puis avancé dans les régions voisines de l'Afar et de l'Amhara. 

TPLF "en enfer"  

Sur la place Meskel d'Addis Abeba, l'hostilité au TPLF était affichée dimanche, lors d'un rassemblement progouvernemental.  

La maire Adanech Abebe a accusé "les ennemis" de l'Ethiopie de vouloir "terroriser" la population et a attaqué le gouvernement américain de Joe Biden, très critique sur le conflit. 

"Nous ne sacrifierons pas notre liberté", a-t-elle lancé, "la place du TPLF est en enfer". 

Des manifestants brandissaient des pancartes exhortant les Etats-Unis à "arrêter de nous sucer le sang" ou ciblant les médias occidentaux accusés de diffuser des "fausses nouvelles" sur l'avancée rebelle. 

Pour Kebede Hailu, les rebelles n'oseront pas venir car "l'armée peut les détruire". Ce vendeur de vêtements rejette toute discussion avec les "terroristes": "Ils doivent être enterrés et anéantis". 

La communauté internationale s'emploie à amener les belligérants à la table des négociations, en vain depuis un an. 

Depuis Rome, le pape François a dit suivre "avec inquiétude la situation dans le pays, et renouvelé son appel à "la voie pacifique du dialogue". 


Le chef de la diplomatie israélienne au Soudan, une première

Le chef de l'armée soudanaise Abdel Fattah al-Burhan a accueilli jeudi le ministre israélien des Affaires étrangères Eli Cohen à Khartoum, lors de la première visite officielle d'un haut diplomate israélien. (Photo, AFP)
Le chef de l'armée soudanaise Abdel Fattah al-Burhan a accueilli jeudi le ministre israélien des Affaires étrangères Eli Cohen à Khartoum, lors de la première visite officielle d'un haut diplomate israélien. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le ministère israélien des Affaires étrangères a évoqué un «voyage politique historique» et annoncé que M. Cohen tiendrait en Israël une conférence de presse à 19H30 locales
  • En janvier 2021, alors que civils et militaires se partageaient le pouvoir au Soudan, Khartoum avait annoncé son adhésion aux accords d'Abraham

KHARTOUM: Le général Abdel Fattah al-Burhane, chef de facto du Soudan depuis son putsch en 2021, a reçu jeudi à Khartoum Eli Cohen pour la première visite officielle d'un chef de la diplomatie israélienne dans le pays.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a évoqué un "voyage politique historique" et annoncé que M. Cohen tiendrait en Israël une conférence de presse à 19H30 locales (17H30 GMT) à ce sujet.

Selon le Conseil souverain soudanais, que le général Burhane préside, les deux hommes ont discuté des "moyens d'établir des relations fructueuses" et des "projets possibles de coopération" dans des domaines aussi variés que la sécurité, l'agriculture, l'énergie, la santé, l'eau et l'éducation.

En janvier 2021, alors que civils et militaires se partageaient le pouvoir au Soudan, Khartoum avait annoncé son adhésion aux accords d'Abraham --par lesquels trois autres Etat arabes ont reconnu Israël.

Le pays rompait ainsi avec la position inflexible du dictateur Omar el-Béchir, déchu en 2019, grand ennemi de l'Etat hébreu et longtemps proche du mouvement palestinien Hamas.

Mais en signant les Accords d'Abraham, le Soudan, au ban de la communauté internationale durant un long embargo sous Béchir, avait obtenu une aide financière des Etats-Unis, quelques semaines après son retrait de la liste américaine des Etats accusés de financer le terrorisme.

Depuis, la communauté internationale a interrompu au lendemain du coup d'Etat son aide --deux milliards de dollars annuels--. Une manne précieuse pour le pays, l'un des plus pauvres au monde.

Normalisation, «trahison»

Régulièrement, la presse israélienne se fait l'écho de visites "secrètes" de responsables israéliens au Soudan, sans que les deux Etats n'infirment ou ne confirment ces rencontres.

Lors de son putsch du 25 octobre 2021, le général Burhane a limogé les civils et suspendu la transition vers la démocratie. Mais dès son tout premier discours, quelques heures après son coup d'Etat, il a assuré que son pays resterait lié par les accords internationaux qu'il avait signés.

En novembre, le général Burhane a envoyé un message de félicitations au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui venait de remporter les législatives israéliennes avec ses alliés d'extrême droite et ultra-orthodoxes.

Les Emirats arabes unis, Bahreïn, et le Maroc ont normalisé leurs relations avec l'Etat hébreu sous l'égide de Washington dans le cadre des accords d'Abraham.

Ces accords de normalisation, qui ont brisé le consensus arabe selon lequel aucune entente n'est possible avec l'Etat hébreu sans résolution du conflit israélo-palestinien, ont été dénoncés comme une "trahison" par les Palestiniens.

Contrairement aux Emirats arabes unis, à Bahreïn et au Maroc, le Soudan n'a pas fait suivre l'accord de mesures concrètes pour approfondir les liens. Et la ratification formelle par des institutions élues n'a toujours pas eu lieu, le pays nageant en plein marasme politique avant même le putsch.

Autre pays africain, le Tchad a inauguré jeudi une ambassade en Israël, quatre ans après la reprise des relations diplomatiques entre les deux Etats.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a participé à l'inauguration de l'ambassade à Ramat Gan près de Tel-Aviv, avec le président tchadien Mahamat Idriss Déby Itno, a salué "un moment historique", d'après son bureau.


Au Soudan, il faut faire rendre des comptes et réformer la sécurité

Le nouvel expert des droits de l'homme de l'ONU, Radhouane Nouicer, tient une conférence de presse lors de sa visite au Soudan, à Khartoum, le 2 février 2023. (Photo, AFP)
Le nouvel expert des droits de l'homme de l'ONU, Radhouane Nouicer, tient une conférence de presse lors de sa visite au Soudan, à Khartoum, le 2 février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le diplomate tunisien a remplacé en décembre le Sénégalais Adama Dieng, démissionnaire après avoir plaidé lui aussi pour des procès et la fin de la répression
  • Lors d'une conférence de presse jeudi, le diplomate a dit leur avoir «recommandé» d'amener devant la justice «au plus vite» les membres des forces de sécurité responsables de la mort de manifestants

KHARTOUM: Le nouvel expert de l'ONU pour les droits humains Radhouane Nouicer a plaidé jeudi à Khartoum pour la levée de l'immunité des responsables de violences au Soudan, pays dans l'impasse politique plus d'un an après un putsch qui a interrompu la transition démocratique.

Le diplomate tunisien a remplacé en décembre le Sénégalais Adama Dieng, démissionnaire après avoir plaidé lui aussi pour des procès et la fin de la répression qui a tué plus de 120 militants opposés au coup d'Etat mené le 25 octobre 2021 par le général Abdel Fattah al-Burhane.

Depuis samedi, M. Nouicer a rencontré des représentants civils et militaires au Soudan, dont Abdel Fattah al-Burhane --devenu de facto le dirigeant du pays depuis son putsch-- et son adjoint le général Mohammed Hamdan Daglo, patron des très redoutés paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR).

Lors d'une conférence de presse jeudi, le diplomate a dit leur avoir "recommandé" d'amener devant la justice "au plus vite" les membres des forces de sécurité responsables de la mort de manifestants.

Il a aussi plaidé pour que soit levée "l'immunité des forces de sécurité impliquées dans des violations des droits humains".

Et cela, a-t-il dit, passera "par une feuille de route claire pour la réforme du secteur de la sécurité", la principale pomme de discorde entre civils et militaires au Soudan.

Les représentants de la société civile, a-t-il ajouté, se sont plaints de "restrictions de plus en plus strictes" et, note-t-il, "le manque de confiance grandit".

En janvier, le dialogue politique au Soudan est entré dans sa deuxième phase sans qu'aucun calendrier ni ordre du jour formel ne soit donné pour la mise en oeuvre de l'accord qui l'encadre.


​​Le président tchèque élu appelle à une aide «sans limite» à l'Ukraine

Selon le président élu tchèque Petr Pavel, l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN n'est qu'«une question de volonté politique» une fois la guerre terminée. (Photo, AFP)
Selon le président élu tchèque Petr Pavel, l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN n'est qu'«une question de volonté politique» une fois la guerre terminée. (Photo, AFP)
Short Url
  • M. Pavel, qui a dirigé le comité militaire de l'OTAN de 2015 à 2018, a remporté l'élection présidentielle samedi et prêtera serment le 9 mars
  • Il a déclaré que l'Occident devrait fournir à l'Ukraine, qui lutte contre une invasion russe, tous les types d'armes, à l'exception du nucléaire

PRAGUE: Le président élu tchèque Petr Pavel, un ancien général de l'OTAN, a déclaré jeudi à l'AFP qu'il ne devrait y avoir "aucune limite" à l'aide militaire de l'Occident à l'Ukraine ravagée par la guerre, exhortant les alliés à faire preuve de plus de courage.

M. Pavel, qui a dirigé le comité militaire de l'OTAN de 2015 à 2018, a remporté l'élection présidentielle samedi et prêtera serment le 9 mars.

Dans un entretien accordé à l'AFP, M. Pavel, 61 ans, a déclaré que l'Occident devrait fournir à l'Ukraine, qui lutte contre une invasion russe, tous les types d'armes, à l'exception du nucléaire.

"En ce qui concerne les armes conventionnelles, je ne vois vraiment aucune raison de fixer des limites", a-t-il déclaré.

"L'Ukraine ne peut pas combattre un adversaire aussi dur sans des blindés, des drones, une artillerie et des missiles à plus longue portée, ni sans, peut-être, des avions supersoniques", a-t-il ajouté.

Les alliés occidentaux, dont la République tchèque, ont fourni à l'Ukraine une aide militaire substantielle depuis le début de l'invasion le 24 février 2022.

Selon M. Pavel il fallait faire preuve de plus de courage car "certains pays ont une position un peu réservée" sur les livraison d'armes modernes.

"Si nous voulons adopter une position unique, qui nous donne les meilleures chances de succès, nous devrions agir de manière unie sur ces questions", a-t-il déclaré à l'AFP, faisant écho à la proposition de la Pologne d'envoyer des avions de combat F-16 en Ukraine, si cette initiative était soutenue par l'ensemble de l'OTAN.

Tous les moyens

"Nous devrions fournir à l'Ukraine tous les moyens pour l'aider à repousser l'armée russe hors de son territoire par ses propres moyens", a dit M. Pavel.

Au lendemain du scrutin, le président élu s'est entretenu au téléphone avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky pour l'assurer du soutien de son pays.

Il a également déclaré qu'il prévoyait de se rendre en Ukraine avec son homologue slovaque Zuzana Caputova au printemps.

"Il est important de montrer un soutien continu à l'Ukraine, de souligner toutes les bonnes choses et la volonté de poursuivre notre initiative vis-à-vis de l'Ukraine. Je pense que c'est ce que l'Ukraine a besoin d'entendre", a déclaré M. Pavel.

La République tchèque, membre de l'UE et de l'OTAN de 10,5 millions d'habitants, a jusqu'à présent fourni à l'Ukraine une aide militaire d'une valeur de 217 millions de dollars, a indiqué jeudi à l'AFP le ministère de la Défense.

M. Pavel a également soutenu la candidature de l'Ukraine à l'UE et à l'OTAN une fois la guerre terminée.

"Si nous percevons l'OTAN et l'UE comme une zone de stabilité, de coopération, de bonnes relations, alors nous devrions permettre à un autre grand pays européen de nous rejoindre", a déclaré M. Pavel.

"Et ce n'est pas seulement qu'elle mérite d'y adhérer, mais nous en profiterons également, tout comme la Russie lorsqu'elle sera en mesure de rétablir à nouveau des relations normales avec l'Occident."

Volonté politique

Selon lui, l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN n'est qu'"une question de volonté politique" une fois la guerre terminée.

"En termes d'accord sur les valeurs, d'intérêts stratégiques à long terme, d'interopérabilité technologique entre l'OTAN et l'armée ukrainienne, je pense que l'Ukraine a déjà rempli les conditions."

En outre, "en ce qui concerne le conflit qui s'éternise et la dernière phase de cette guerre vraiment chaude, l'Ukraine et son armée seront l'armée la plus expérimentée, la mieux préparée en Europe", a ajouté M. Pavel.

Selon lui, la guerre doit prendre fin avec le retrait de la Russie, des pourparlers de paix, la reconstruction de l'Ukraine et des enquêtes sur les crimes de guerre.

"Nous devrons amener la Russie à cela, non seulement en poursuivant le soutien à l'Ukraine, mais aussi en étant très strict dans la mise en oeuvre des sanctions contre la Russie", a-t-il indiqué.

"C'est le seul moyen de faire comprendre à la Russie qu'elle a agi à l'encontre des normes, et que dans le monde civilisé du 21e siècle, même un grand pays comme la Russie ne peut ignorer les normes de la communauté mondiale."