Sous état d'urgence, la capitale éthiopienne à cran

Des habitants regardent la Une de journaux locaux dans la rue à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 3 novembre 2021. (Photo, AFP)
Des habitants regardent la Une de journaux locaux dans la rue à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 3 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 06 novembre 2021

Sous état d'urgence, la capitale éthiopienne à cran

  • Des milliers de Tigréens sont détenus depuis l'annonce mardi de l'état d'urgence dans l'ensemble du pays, destiné selon le gouvernement à protéger les citoyens contre les rebelles du TPLF
  • Cette mesure, dénoncée par les groupes de défense des droits, a fait monter la tension, notamment parmi les Tigréens, tandis que le TPLF et ses alliés menacent de marcher sur la capitale

ADDIS ABEBA : Depuis mardi, le téléphone de Bisrat n'a cessé de sonner, lui donnant des nouvelles d'autres Tigréens pris dans des arrestations liées à l'état d'urgence décrété par le gouvernement, après le récent regain des combats dans le nord du pays.


La police a d'abord arrêté son ancien partenaire d'affaires dans un magasin du centre de la capitale Addis Abeba. Puis ce fut le tour de son oncle et de son beau-frère. 


Au total, le jeune homme, qui ne souhaite pas donner son nom complet, dit connaître personnellement 15 personnes originaires comme lui du Tigré - région du nord du pays où a débuté un conflit meurtrier il y a un an - qui ont été arrêtées cette semaine.


Selon des avocats, des milliers de Tigréens sont détenus depuis l'annonce mardi de l'état d'urgence dans l'ensemble du pays, destiné selon le gouvernement à protéger les citoyens contre les rebelles du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF).


Cette mesure, dénoncée par les groupes de défense des droits, a fait monter la tension, notamment parmi les Tigréens, tandis que le TPLF et ses alliés menacent de marcher sur la capitale. 


Bisrat a supprimé toutes les chansons en langue tigrinya et toutes les photos du drapeau tigréen de son téléphone. En public, il ne parle plus qu'amharique.


"C'est comme si nous n'avions plus d'air pour respirer", explique-t-il. 

Fouilles d'appartements
Le gouvernement a annoncé l'état d'urgence, après que le TPLF a revendiqué la prise de deux villes situées à environ 400 kilomètres au nord d'Addis Abeba.


Le lendemain, les rebelles ont affirmé  avoir atteint Kemissie, 80 kilomètres plus au sud, où ils ont rejoint des combattants de l'Armée de libération oromo (OLA), groupe armé de l'ethnie oromo avec lequel ils se sont alliés.


Le gouvernement affirme, lui, que le TPLF est "encerclé" et proche de la défaite. 


Les communications sont coupées dans une grande partie du nord de l'Ethiopie et l'accès des journalistes est restreint, rendant difficile de vérifier à quelle distance de la capitale se trouvent les rebelles. 


Addis Abeba ne semblait pas céder à la panique vendredi, mais les forces de sécurité y paraissaient nerveuses, conduisant des recherches poussées à travers la ville. 


Une centaine d'officiers de police ont investi vendredi matin un immeuble de standing du centre d'Addis Abeba, réclamant les pièces d'identité des occupants et fouillant chaque appartement à la recherche d'armes. 


La municipalité a appelé cette semaine les habitants à s'organiser pour défendre leur quartier mais a aussi lancé un processus d'enregistrement de toutes les armes à feu. 


Jeudi, un journaliste de l'AFP a vu des dizaines de personnes - dont beaucoup semblaient travailler pour des sociétés de sécurité - patienter devant un commissariat pour enregistrer des kalashnikovs. 

Dénonciations
Amnesty International s'est inquiété que les appels aux civils à prendre les armes puissent alimenter de nouvelles exactions. 


L'ONG dénonce également l'état d'urgence comme un "plan d'escalade des violations des droits humains".


Ces mesures permettent aux autorités de détenir sans mandat toute personne soupçonnée de soutenir des "groupes terroristes", de suspendre les médias qui "apportent un soutien moral directement ou indirectement" au TPLF et d'enrôler "tout citoyen en âge de combattre qui a des armes".


Déclenchée en novembre 2020, le conflit a connu ces derniers mois un spectaculaire revirement.


Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix 2019, avait proclamé la victoire le 28 novembre après avoir envoyé l'armée au Tigré pour destituer les autorités dissidentes issues du TPLF, qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires fédérales. 


Mais en juin, les partisans du TPLF ont repris l'essentiel de la région, puis ont poursuivi leur offensive dans les régions de l'Afar et de l'Amhara.


Des Tigréens ont confié à l'AFP être de plus en plus inquiets pour leur sécurité, redoutant que des amis ou des voisins les dénoncent aux forces de sécurité en raison de leur appartenance ethnique. 


Le gouvernement répète depuis longtemps que ces dernières ne traquent que les membres du TPLF et leurs partisans. 


Pour Bisrat, tous les Tigréens sont désormais suspects. 


Il y a quelques jours, à bord d'un taxi collectif, il raconte avoir entendu un autre passager se vanter au téléphone d'avoir dénoncé à la police des voisins tigréens, qui ont été "capturés".


"Il était content quand il a dit ça", témoigne-t-il: "Il rigolait".

Guerre du Tigré: le gouvernement appelle à des «sacrifices» pour «sauver» l'Ethiopie

ADDIS ABEBA : L'Ethiopie doit être prête à "des sacrifices" pour "sauver" le pays, a déclaré samedi le Premier ministre Abiy Ahmed, alors que les combats ont redoublé dans le Nord entre forces gouvernementales et rebelles tigréens qui menacent de marcher sur la capitale.


"Il y a des sacrifices à faire, mais ces sacrifices sauveront l'Éthiopie", a écrit Abiy Ahmed dans un bref message sur Twitter.


"Nous avons connu les épreuves et les obstacles et cela nous a rendus plus forts", a-t-il ajouté, en assurant: "Nous avons plus d'alliés que ceux qui se sont tournés contre nous".


"Mourir pour notre souveraineté, notre unité et notre identité est un honneur. Il n'y a pas d'Ethiopianité sans sacrifice", a également exhorté le service de communication du gouvernement sur Twitter.


Ces déclarations interviennent au lendemain de la création d'une alliance entre neuf organisations rebelles issues de diverses régions et ethnies d'Ethiopie, bâtie autour du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) qui combat les forces gouvernementales depuis plus d'un an.


Ce "front uni" a pour but de "renverser le régime" d'Abiy Ahmed, a déclaré Berhane Gebre-Christos, représentant du TPLF lors de la signature de cette alliance à Washington.


Le week-end dernier, le TPLF a revendiqué la prise de deux villes stratégiques dans la région de l'Amhara, où ses combattants ont progressé après avoir repris leur bastion du Tigré en juin.


Le TPLF a affirmé mercredi avoir atteint la localité de Kemissie, à 325 kilomètres au nord de la capitale Addis Abeba, où il a rejoint l'Armée de libération oromo (OLA), groupe armé de l'ethnie oromo.


Les deux organisations n'ont pas exclu de marcher sur Addis Abeba.


Déclaration commune à l'ONU

Le gouvernement, qui a décrété mardi l'état d'urgence dans tout le pays, a démenti toute avancée rebelle majeure et toute menace sur la capitale, assurant qu'il allait gagner cette "guerre existentielle".


La porte-parole du Premier ministre, Billene Seyoum, a fustigé vendredi un "discours alarmiste", alimenté par une "désinformation" du TPLF destinée à créer "un faux sentiment d'insécurité".


Les deux camps restent sourds aux appels internationaux à un cessez-le-feu et à des négociations, relayés par l'émissaire américain pour la Corne de l'Afrique, Jeffrey Feltman, présent dans la capitale éthiopienne.


Face à cette escalade, plusieurs ambassades, dont celles des Etats-Unis, d'Arabie Saoudite, de la Suède et de la Norvège, ont demandé à leurs ressortissants de quitter l'Ethiopie.


Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé vendredi "à mettre fin aux hostilités et à négocier un cessez-le-feu durable", dans une déclaration commune rare depuis le début des combats il y a un an.


Le 4 novembre 2020, Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix 2019, a envoyé l'armée au Tigré pour destituer les autorités régionales issues du TPLF, qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires.


Il a proclamé la victoire le 28 novembre. Mais en juin, les combattants du TPLF ont repris l'essentiel du Tigré et poursuivi leur offensive dans les régions voisines de l'Afar et de l'Amhara.

"Tendances" Twitter désactivées

Les combats, qui ont fait des milliers morts et des centaines de milliers de déplacés, ont plongé le nord du pays dans une profonde crise humanitaire.


Selon l'ONU, au moins 400.000 personnes sont au bord de la famine au Tigré, où aucune aide n'a pu parvenir depuis le 18 octobre.  


Ce conflit a également exacerbé les rivalités ethniques, notamment sur les réseaux sociaux où essaiment les discours guerriers et les appels à la haine.


Twitter a annoncé samedi avoir "temporairement désactivé" en Ethiopie sa rubrique "Tendances", qui regroupe les tweets les plus viraux sur un sujet, en raison de "la menace imminente d'atteintes physiques".


"Inciter à la violence ou déshumaniser les gens est contraire à nos règles", affirme le réseau social.


Mercredi, Meta, la société-mère de Facebook, avait indiqué avoir supprimé un message d'Abiy Ahmed daté de dimanche appelant à "enterrer" le TPLF. 


L'annonce de l'état d'urgence a également déclenché une vague d'opérations policières. Amnesty a dénoncé ces mesures d'urgence qui constituent, selon elle, un "plan d'escalade des violations des droits humains". 


Des milliers de Tigréens ont été arrêtés depuis mardi, ont affirmé à l'AFP des avocats. Les autorités affirment cibler uniquement les soutiens du TPLF.


Vidéos de l’attentat de Christchurch à nouveau en ligne: défaillances de Twitter pour les détecter

Un porte-parole de la Première ministre du pays, Jacinda Arden, a déclaré que la fonction de signalement automatisé de Twitter n'avait pas identifié le contenu comme préjudiciable. (Fichier/AFP)
Un porte-parole de la Première ministre du pays, Jacinda Arden, a déclaré que la fonction de signalement automatisé de Twitter n'avait pas identifié le contenu comme préjudiciable. (Fichier/AFP)
Short Url
  • La Première ministre, Jacinda Arden, appelle Elon Musk à agir contre l'extrémisme
  • Un suprémaciste blanc avait tué 51 musulmans en 2019 dans la mosquée de Christchurch

DUBAÏ: Le gouvernement néo-zélandais a demandé à Twitter de supprimer les images récemment téléchargées de l'attaque terroriste de Christchurch qui circulaient à nouveau sur la plate-forme de réseaux sociaux.

Les clips vidéo, que Twitter n'a initialement pas reconnus comme préjudiciables, avaient été filmés par un suprémaciste blanc australien qui avait tué 51 fidèles musulmans dans deux mosquées de Christchurch en 2019. Les clips ont refait surface après que certains utilisateurs de Twitter les ont publiés à nouveau samedi, selon le quotidien britannique The Guardian.

Cette décision a incité le gouvernement à soulever la question auprès de la société de réseaux sociaux. Un porte-parole de la Première ministre du pays, Jacinda Arden, a déclaré que la fonction de signalement automatisé de Twitter n'avait pas identifié le contenu comme préjudiciable. Le bureau d'Arden a indiqué que «Twitter nous a soudainement informés que les clips avaient été retirés, affirmant qu’ils procéderaient à d’autres suppressions». 

En 2019, le terroriste avait diffusé ses attaques en direct sur plusieurs plates-formes de réseaux sociaux, parallèlement à ce qu’il avait annoncé.

En réponse, Arden a lancé la campagne de l’Appel de Christchurch après l'attaque, appelant les entreprises de réseaux sociaux à lutter contre l'extrémisme et la désinformation en ligne. Le fondateur de Twitter, Jack Dorsey, avait soutenu l'initiative.

Alors que Twitter avait assuré au gouvernement néo-zélandais qu'elle continuait à soutenir les participants à l’Appel de Christchurch, Arden a déclaré que «l’avenir nous le dira», évoquant l'engagement de l'entreprise à supprimer les contenus préjudiciables.

«Nous continuerons à nous attendre à ce que Twitter fasse tout ce qui est en son pouvoir et quotidiennement pour supprimer ce contenu, mais également pour réduire le contenu terroriste et le contenu extrémiste violent en ligne, comme la compagnie s’y est engagée», a déclaré Arden aux médias lundi après-midi.

En novembre, la Première ministre avait pris la parole lors d'un sommet sur la sécurité nationale, la désinformation et l'extrémisme en ligne, affirmant que Twitter avait été étroitement concerné par la campagne de l'Appel de Christchurch «et avait à ce jour été un partenaire vraiment constructif».  Elle a toutefois déclaré que le partenariat était en «territoire inconnu» après le rachat de l'entreprise par Elon Musk.

Arden a appelé Musk, un absolutiste autoproclamé de la liberté d'expression, à «s'en tenir fermement au principe de transparence» car les plates-formes de réseaux sociaux peuvent être «une force pour la démocratie, pour les connexions et  le bien, mais aussi faire énormément de mal si elles ne sont pas bien utilisées». 

Sous la nouvelle direction de Musk, des milliers de modérateurs de contenu et d'équipes de défense des droits humains ont été licenciés, alors que la plate-forme éprouve des difficultés à gérer les contenus préjudiciables et les tweets racistes en pleine Coupe du monde.

Récemment, sur Twitter, Musk a publié un graphique à ses 119 millions de followers, expliquant que les discours de haine étaient en baisse d'un tiers par rapport au pic constaté en octobre. Aucun autre détail n'a été fourni.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Ecoutes en Grèce : l'ancien conseiller du PM entendu par une commission parlementaire

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis prononce un discours lors du sommet des dirigeants de la conférence sur le climat COP27 à Charm el-Cheikh, le 8 novembre 2022 (Photo, AFP).
Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis prononce un discours lors du sommet des dirigeants de la conférence sur le climat COP27 à Charm el-Cheikh, le 8 novembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • A sept mois des élections législatives prévues a priori l'été prochain, Kyriakos Mitsotakis est sous le feu de critiques
  • Le gouvernement ne cesse d'affirmer que l'Etat grec n'a «ni acheté, ni utilisé» le logiciel espion

ATHENES: L'ancien conseiller et neveu du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, qui avait démissionné début août dans la foulée des révélations du scandale du logiciel espion Predator, a été convoqué et entendu lundi par une commission parlementaire, selon une source parlementaire.

Grigoris Dimitriadis est soupçonné par l'opposition de gauche et des médias d'avoir eu des relations avec la société Intellexa qui aurait vendu le Predator à la Grèce.

Il a été entendu pendant trois heures par la commission des Institutions et de la Transparence réunie à huis clos, selon cette source.

Le Predator infecte les téléphones portables et permet d’accéder aux messages, aux photos et même d’activer le micro et la caméra à distance.

La commission parlementaire s'est réunie à la demande du principal parti d'opposition Syriza et du parti socialiste Pasok-Kinal dont le chef et député européen Nikos Androulakis avait été victime d'une surveillance par le Predator.

Outre Nikos Androulakis, de nombreux hommes politiques et journalistes seraient visés par le Predator, selon des révélations des médias d'investigation.

La commission a également convoqué lundi trois entrepreneurs dont un Israélien, responsables présumés des sociétés impliquées dans la commercialisation du Predator, mais ils ne se sont pas présentés, selon la source parlementaire.

Selon des médias, deux d'entre eux habitent à l'étranger et devraient s'adresser par écrit à la commission alors que les autorités n'ont pas pu trouver l'adresse de l'Israélien dont la société basée à Chypre, serait à l'origine de la commercialisation du Predator.

A sept mois des élections législatives prévues a priori l'été prochain, Kyriakos Mitsotakis est sous le feu de critiques, tenu responsable de ce scandale. Car parmi les premières réformes de son gouvernement en 2019 était de placer le renseignement sous son égide.

Le gouvernement ne cesse d'affirmer que l'Etat grec n'a "ni acheté, ni utilisé" le logiciel espion.

"La justice doit examiner tous les aspects de cette affaire", a réitéré lundi le porte-parole du gouvernement Yiannis Oikonomou, lors d'un point de presse indiquant que le gouvernement a élaboré un projet de loi pour interdire la vente des logiciels espions dans le pays.


Des artistes iraniens appellent au boycott des organisations artistiques liées au régime de Téhéran

Shirin Neshat fait partie des artistes iraniens qui ont utilisé leur art comme une forme de protestation contre le régime. (Photo d'archives AFP)
Shirin Neshat fait partie des artistes iraniens qui ont utilisé leur art comme une forme de protestation contre le régime. (Photo d'archives AFP)
Short Url
  • Une déclaration, signée par 6 000 créateurs appelle à soutenir les étudiants en art poursuivis en raison de leurs protestations
  • Les signataires dénoncent «une répression de l’État de plus en plus sauvage, violente et meurtrière»

LONDRES: Un groupe de créateurs iraniens a publié une déclaration à l’adresse de la communauté internationale, lui demandant de cesser de travailler avec des groupes culturels et des institutions ayant des liens avec le régime de Téhéran.

La déclaration, signée par plus de 6 000 artistes, universitaires, écrivains et réalisateurs, basés en Iran et à l'étranger, a été publiée à la suite de l'arrestation en masse et de l'incarcération d'étudiants dans tout le pays, pour leur rôle dans les manifestations antirégime, à la suite de la mort en septembre de la jeune femme kurde âgée de 22 ans, Mahsa Amini, aux mains de la police des mœurs.

La déclaration appelle la communauté internationale à «boycotter les institutions gouvernementales de l'État islamique d'Iran et leurs affiliations secrètes, et à les empêcher d'être présentes sur toute scène artistique, culturelle et éducationnelle», face à la politique de répression «de plus en plus sauvage, violente et meurtrière de l'État» qui a provoqué au moins 300 morts ainsi que la mise en détention de près de 14 000 personnes.

L'un des signataires, le conservateur Vali Mahlouji, basé à Londres, a également appelé à une action directe des protestataires contre les organisations artistiques qui reçoivent de l'argent de l'Iran.

«Nous savons que certaines galeries privées iraniennes sont connectées aux systèmes monétaires de l'État iranien, notamment le Conseil des gardiens de la révolution islamique. Il faut les boycotter», a affirmé Mahlouji.

Depuis le début des manifestations, les manifestants ont recouru à l’art pour exprimer leur colère contre le régime, notamment avec l’utilisation de colorants rouges versés dans les fontaines et de nœuds rouges accrochés aux arbres.

«C'est une société qui dit: nous sommes terrorisés», a soutenu Mahlouji. «Il y a une importante réaction de défi: les gens s'attachent, de l'encre rouge est jetée sur des photos du fondateur de la République islamique, de même que de la peinture rouge sur des bâtiments. Les gens vont même jusqu’à uriner à l'extérieur des galeries d'art qui sont restées ouvertes alors que les artistes avaient exigé qu'elles ferment.»

L'artiste canadienne Jinoos Taghizadeh a déclaré au Guardian que certaines galeries d'art «avaient servi pour blanchir l'argent du gouvernement» et avaient «essayé de dépolitiser les artistes (iraniens)».

Elle a ajouté que les étudiants en art en Iran qui défiaient le régime «étaient constamment menacés par la police et les organismes de sécurité universitaires», mais «qu’ils avaient été très courageux et créatifs malgré la répression, les arrestations et enlèvements», et que «leur musique et leurs chansons de protestations, leurs publications sur les réseaux sociaux ont à la fois encouragé les manifestants et porté la voix de la protestation dans d'autres villes et à l’étranger». 

L'art a également été utilisé comme une forme de protestation contre le régime à l'étranger: en octobre, un groupe appelé le «Collectif d'artistes anonymes pour l'Iran» a monté une exposition de 12 bannières rouges avec des images d'Amini et le slogan «Femme, vie, liberté» au musée Guggenheim à New York.

À Piccadilly Circus, à Londres, l'artiste iranienne en exil, Shirin Neshat, a présenté une pièce de protestation numérique portant le même slogan, la montrant également à Pendry West Hollywood, à Los Angeles.

 «Nous ne sommes pas seulement un groupe d'artistes opprimés essayant de faire en sorte que la culture occidentale ait de la compassion pour nous», a expliqué Neshat. «Nous leur enseignons qu'il est temps de se réveiller et de comprendre que la culture joue un rôle important dans le tissu politique de notre monde.»

«Nous voyons ces jeunes armés d’un immense courage face à la tyrannie. Vous vous interrogez vraiment sur votre propre état d'esprit en tant qu'Iranienne qui n'a jamais pu vivre sans peur pendant tant d'années. Il est réellement encourageant d'avoir ces jeunes qui disent ne plus avoir peur.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com