AlUla et l’UNESCO: Un partenariat qui ouvre au monde la richesse du patrimoine saoudien

Le Prince Badr ben Abdallah Al-Saoud, gouverneur de la Commission royale pour AlUla et ministre de la Culture d'Arabie saoudite, et Audrey Azoulay, directrice générale de l'UNESCO. (Photo, Commission royale pour AlUla)
Le Prince Badr ben Abdallah Al-Saoud, gouverneur de la Commission royale pour AlUla et ministre de la Culture d'Arabie saoudite, et Audrey Azoulay, directrice générale de l'UNESCO. (Photo, Commission royale pour AlUla)
Short Url
Publié le Mercredi 10 novembre 2021

AlUla et l’UNESCO: Un partenariat qui ouvre au monde la richesse du patrimoine saoudien

  • D’une durée de cinq ans et axé sur dix programmes, le nouveau partenariat prévoit l'inscription de nouveaux sites naturels et culturels à la liste de l'UNESCO
  • Joyau du patrimoine saoudien, AlUla s'inscrit dans le cadre du plan Vision 2030 du Royaume qui vise à exploiter son vaste potentiel culturel, touristique et économique

PARIS: La Commission royale pour AlUla (RCU) a signé mardi un partenariat stratégique à long terme avec l'UNESCO visant à accélérer le projet de renaissance culturelle et socio-économique de la région d’AlUla.

Le partenariat signé à Paris au siège de l’UNESCO, vise "une meilleure préservation des sites historiques, naturels et culturels et de la culture locale de la région d’AlUla", indique un communiqué conjoint de la Commission royale pour AlUla et l'UNESCO.

Cette accélération sera notamment permise par le renforcement des compétences et par le partage des connaissances par des experts du monde entier désireux de participer aux efforts de la Commission Royale, pour faire de la région d'AlUla une référence en matière de préservation du patrimoine, de la nature, des arts et de la culture.

Le site d’AlUla retrace 200 000 ans d'histoire de l’Homme. Des civilisations anciennes, dont les Dadanites, les Lihyanites et les Nabatéens, y ont laissé leurs traces indélébiles, comme les grandes tombes creusées dans les montagnes.

alula
L'UNESCO a déclaré Hegra en AlUla premier site du patrimoine mondial de l'Arabie saoudite en 2008. Photo Commission royale pour AlUla

D’une durée de cinq ans et axé sur dix programmes, le nouveau partenariat prévoit l'inscription de nouveaux sites naturels et culturels à la liste de l'UNESCO afin de protéger et de promouvoir le patrimoine local ainsi que les paysages et écosystèmes naturels. 

Les secteurs clés concernés incluent la conservation du patrimoine, l'éducation et le renforcement des compétences, la nature et la création artistique. Les populations locales seront les principales bénéficiaires du développement d'AlUla.

Ce partenariat a été signé par le Prince Badr ben Abdallah Al-Saoud, gouverneur de la RCU et ministre de la Culture d'Arabie saoudite, Audrey Azoulay, directrice générale de l'UNESCO, la Princesse Haifa AlMogrin, ambassadrice au sein de la délégation permanente de l'Arabie Saoudite auprès de l'UNESCO, et Amr AlMadani, CEO de la RCU.

Le Prince Badr ben Abdallah Al-Saoud, en visite officielle à Paris pour renforcer la coopération culturelle entre les deux pays et participer à la 41ᶱ session de l’Unesco, a déclaré : « Son Altesse Royale, le prince Mohammed ben Salman, prince héritier d'Arabie saoudite, entend faire d’AlUla une destination mondiale de référence dans les domaines du patrimoine, de la nature, de l’art et de la culture. La signature de cet accord, le premier du genre, marque une étape importante vers la concrétisation de ces ambitions et vient consolider les relations durables établies entre l'Arabie saoudite, la RCU et l'UNESCO. Dans la droite ligne du plan Vision 2030 de l'Arabie saoudite et des objectifs de développement durable des Nations unies, ce partenariat fait le lien entre passé, présent et avenir d'AlUla en s’appuyant sur l'éducation, la science et la culture pour promouvoir le développement durable et un changement à long terme».

Pour Audrey Azoulay, Directrice générale de l'UNESCO, tout juste réélue," la relation entre l'Arabie saoudite et l'UNESCO s'appuie sur une longue histoire qui remonte à 1946, lorsque le Royaume est devenu un État membre de notre Organisation", estimant qu'"aujourd'hui, la coopération entre l'UNESCO et le Royaume d'Arabie saoudite franchit une nouvelle étape importante afin d'accompagner une transformation majeure de la région d'AlUla."

Joyau du patrimoine saoudien, AlUla s'inscrit dans le cadre du plan Vision 2030 du Royaume qui vise à exploiter son vaste potentiel culturel, touristique et économique. L'UNESCO et l'Agenda pour le développement durable de la Vision 2030 sont stratégiquement alignés pour promouvoir l'éducation, la culture et la science comme puissant tremplin pour générer des opportunités économiques, notamment de création d'emplois et de croissance.

 L'UNESCO a déclaré Hegra en AlUla premier site du patrimoine mondial de l'Arabie saoudite en 2008.

 


Naufrage d'un bateau de migrants au large de la Tunisie : Six morts et 30 personnes portées disparues

Des migrants secourus au large de Lampedusa, le mardi 25 janvier 2022. (AP)
Des migrants secourus au large de Lampedusa, le mardi 25 janvier 2022. (AP)
Short Url
  • Les 34 survivants ont affirmé aux sauveteurs que le bateau transportait 70 personnes et qu'ils se dirigeaient vers l'Italie
  • Près de 60 000 personnes sont arrivées en Italie par la mer en 2021, et environ 1 200 sont mortes ou ont été portées disparues lors de leur traversée, selon le HCR

TUNIS: Au moins six Africains tentant de migrer vers l'Europe sont morts et une trentaine d'autres sont portés disparus en mer Méditerranée, après le naufrage de leur bateau jeudi au large des côtes tunisiennes, selon le ministère tunisien de la Défense.

Les forces navales et les garde-côtes tunisiens ont récupéré les corps, secouru 34 survivants, et recherchent les personnes portées disparues, a indiqué le ministère dans un communiqué. Les survivants ont dit aux sauveteurs que le bateau transportait 70 personnes et qu'ils se dirigeaient vers l'Italie, a indiqué le ministère.

Le bateau, qui était parti de la Libye voisine, a coulé à environ 40 kilomètres (24 miles) au large de la ville tunisienne de Zarzis, près de la frontière libyenne, a-t-il ajouté.

Parmi les survivants figurent des personnes originaires d'Égypte, du Soudan et de Côte d'Ivoire, selon Mongi Slim, directeur du Croissant-Rouge tunisien.

Il s’agit du dernier naufrage de bateaux de migrants parmi tant d’autres dans la région. La route de la Méditerranée centrale, qui relie l'Afrique du Nord au sud de l'Italie, est la voie migratoire la plus fréquentée et la plus meurtrière pour rejoindre l'Europe. Les migrants voyagent depuis la Libye et la Tunisie dans des bateaux bondés, à la merci des passeurs qu'ils paient pour leur faire traverser la mer.

Près de 60 000 personnes sont arrivées en Italie par la mer l'année dernière, et environ 1 200 sont mortes ou ont été portées disparues au cours de leur voyage, selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Le ministère tunisien de la Défense a déclaré que les autorités étaient parvenues à arrêter huit voyages migratoires en bateau ces dernières 48 heures, au large de la ville de Sfax, et que 130 personnes originaires de Tunisie et d'Afrique subsaharienne avaient été arrêtées.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: arrestation d'une femme planifiant un attentat

La franco-tunisienne Umm Yussef, 21 ans, alors qu'elle se dirige vers les Forces démocratiques syriennes (SDF) dirigées par les Kurdes après avoir quitté Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, au nord de la Syrie, le 22 février 2019.(AFP)
La franco-tunisienne Umm Yussef, 21 ans, alors qu'elle se dirige vers les Forces démocratiques syriennes (SDF) dirigées par les Kurdes après avoir quitté Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, au nord de la Syrie, le 22 février 2019.(AFP)
Short Url
  • Agée de 22 ans, cette jihadiste présumée, de nationalité tunisienne, a été arrêtée le 10 janvier à l'aéroport de Tunis-Carthage à son arrivée en provenance de Turquie
  • Lors de son interrogatoire, elle a affirmé avoir quitté la Tunisie à l'été  2020 pour la Turquie avant de se rendre en Syrie en 2021

TUNIS : Le ministère tunisien de l'Intérieur a annoncé vendredi avoir déjoué une opération "terroriste" après l'arrestation d'une jeune femme, de retour de Syrie, qui projetait de se faire exploser dans une zone touristique en Tunisie.

Agée de 22 ans, cette jihadiste présumée, de nationalité tunisienne, a été arrêtée le 10 janvier à l'aéroport de Tunis-Carthage à son arrivée en provenance de Turquie, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Lors de son interrogatoire, elle a affirmé avoir quitté la Tunisie à l'été  2020 pour la Turquie avant de se rendre en Syrie en 2021 où elle a rejoint une "organisation terroriste au sein de laquelle elle s'est préparée à mener un attentat suicide", selon la même source.

L'enquête a aussi révélé l'implication dans ce projet d'attentat d’un autre "élément terroriste" de nationalité tunisienne qui devait fournir une ceinture explosive à la jihadiste présumée, a précisé encore le ministère.

L'homme se trouve déjà en détention pour son implication présumée "dans la préparation d'opérations terroristes qui devaient viser fin 2021 des hauts responsables de l'Etat", selon le communiqué.

Après la chute de la dictature de Ben Ali en 2011, la Tunisie a été frappée par plusieurs attaques menées par des groupes jihadistes qui ont coûté la vie à des dizaines de soldats et de policiers, mais aussi à de nombreux civils et touristes étrangers.

En 2018, la capitale tunisienne a été secouée par un attentat perpétré par une femme kamikaze visant des policiers.


Bahaa, le fils de Rafic Hariri, déterminé à «poursuivre le parcours» de son père

Bahaa Hariri, fils de feu le Premier ministre libanais Rafic Hariri. Fichier/Sawa Li Lubnan)
Bahaa Hariri, fils de feu le Premier ministre libanais Rafic Hariri. Fichier/Sawa Li Lubnan)
Short Url
  • Bahaa Hariri a déclaré dans un discours enregistré qu'il «entrerait dans la bataille pour reprendre» le pays et qu'il se rendrait bientôt au Liban
  • Son frère Saad, trois fois Premier ministre, s'est retiré de la politique libanaise au début de la semaine

BEYROUTH : Bahaa Hariri, frère de Saad Hariri, l’un des chefs de file de la communauté sunnite libanaise et dirigeant du courant du Futur, a déclaré vendredi qu'il poursuivrait le parcours de son père, le Premier ministre décédé Rafic Hariri.

Bahaa a déclaré dans un discours enregistré qu'il «entrerait dans la bataille pour reprendre» le pays et qu'il se rendrait bientôt au Liban.

Son frère Saad, trois fois Premier ministre, s'est retiré de la politique libanaise au début de la  semaine, ouvrant une nouvelle phase dans la politique confessionnelle du Liban.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com