Crise migratoire: les Occidentaux condamnent Minsk

Des policiers et des gardes-frontières arrêtent des réfugiés près de Hajnowka, le 11 novembre 2021. (Photo, AFP)
Des policiers et des gardes-frontières arrêtent des réfugiés près de Hajnowka, le 11 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 12 novembre 2021

Crise migratoire: les Occidentaux condamnent Minsk

  • «Cette tactique est inacceptable et appelle une réaction et une coopération internationales fortes afin de demander des comptes au Belarus»
  • Quelques milliers de migrants, originaires principalement du Proche-Orient, sont bloqués dans des conditions difficiles à la frontière entre le Bélarus et la Pologne

NATIONS UNIES : Les Occidentaux ont condamné jeudi à l'ONU une "instrumentalisation orchestrée d'êtres humains" par le Belarus à la frontière avec la Pologne afin de "déstabiliser la frontière extérieure de l'Union européenne", et appelé à une "réaction internationale forte" en dépit de l'appel au dialogue lancé plus tôt par le président russe Vladimir Poutine.

Quelques milliers de migrants, originaires principalement du Proche-Orient, sont bloqués dans des conditions difficiles à la frontière entre le Bélarus et la Pologne. Les Européens accusent Minsk d'alimenter la crise en délivrant des visas et en affrétant des vols pour se venger de sanctions occidentales imposées au régime de M. Loukachenko l'an dernier après la brutale répression d'opposants.

1
Une photo prise le 11 novembre 2021 montre des migrants dans un camp à la frontière biélorusse-polonaise dans la région de Grodno. (Photo, AFP)

Dans une déclaration conjointe publiée à l'issue d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité, l'Estonie, la France, l'Irlande, les Etats-Unis, la Norvège et le Royaume-Uni ont estimé jeudi soir que l'objectif du Belarus était aussi "de déstabiliser les pays voisins" et "de détourner l'attention de ses propres violations croissantes des droits humains".

"Cette tactique est inacceptable et appelle une réaction et une coopération internationales fortes afin de demander des comptes au Belarus", ont souligné les signataires, sans toutefois évoquer de mesures concrètes.

Non, absolument pas", a affirmé au sujet d'une aide éventuelle aux migrants le diplomate, Dmitry Polyanskiy, avant une réunion d'urgence à huis clos du Conseil de sécurité convoquée à la demande de l'Estonie, de la France et de l'Irlande sur la crise migratoire à la frontière entre le Belarus et la Pologne.

1
Des ambulanciers emmènent un réfugié blessé, le 11 novembre 2021. (Photo, AFP)

Interrogé sur des mouvements d'avions de chasse constatés dans le ciel du Belarus, Dmitry Polyanskiy a expliqué qu'il s'agissait d'une "réponse au déploiement massif" de gardes polonais armés à la frontière polono-bélarusse.

"Nous avons des obligations dans le cadre de l'unité entre la Russie et le Belarus", a-t-il ajouté. "S'il y a une concentration de ressources militaires à la frontière avec le Belarus, nous devons réagir. Ce sont juste des vols de reconnaissance, rien de plus, c'est une activité normale", a-t-il insisté.

Interrogé pour savoir si le déploiement de forces militaires russes à la frontière de la Russie avec l'Ukraine voulait dire que Moscou avait l'intention d'envahir ce pays, Dmitry Polyanskiy a assuré que "cela n'avait jamais été planifié, jamais été fait, et que cela ne se réalisera jamais. Sauf si nous sommes provoqués bien sûr, par l'Ukraine ou par quelqu'un d'autre", a-t-il toutefois ajouté.


Le Kremlin dénonce les remarques «déstabilisatrices» de Biden sur l'Ukraine

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, préside la conférence de presse annuelle du président russe Vladimir Poutine dans le hall d'exposition Manezh, dans le centre de Moscou, le 23 décembre 2021. (Photo, AFP)
Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, préside la conférence de presse annuelle du président russe Vladimir Poutine dans le hall d'exposition Manezh, dans le centre de Moscou, le 23 décembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le président américain Joe Biden a promis «un désastre pour la Russie» en cas d'attaque contre l'Ukraine
  • Il a aussi mis en avant le risque de «lourdes» pertes humaines sur le champ de bataille

MOSCOU : Le Kremlin a dénoncé jeudi les remarques "déstabilisatrices" du président américain Joe Biden sur l'Ukraine, qui a promis à Moscou un "désastre" en cas d'attaque militaire contre l'Ukraine.

"Les déclarations se répètent sans cesse et ne contribuent en rien à l'apaisement des tensions actuelles. De plus, elles peuvent contribuer à déstabiliser la situation", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Celles-ci "peuvent susciter des espoirs totalement faux parmi les têtes brûlées de certains représentants ukrainiens (...) qui pourraient tenter de résoudre par la force le problème du sud-est de l'Ukraine", où Kiev fait face depuis 2014 à des séparatistes prorusses armés, a poursuivi M. Peskov.

Le président américain Joe Biden a promis "un désastre pour la Russie" en cas d'attaque contre l'Ukraine, assurant que "s'ils envahissent, ils vont le payer", évoquant des sanctions bancaires sans précédent et l'impossibilité de faire des transactions en dollars.

Il a aussi mis en avant le risque de "lourdes" pertes humaines sur le champ de bataille.

La Russie a déployé ces derniers mois des dizaines de milliers de soldats aux frontières de l'Ukraine, faisant craindre une invasion. Si Moscou dément tout projet en ce sens, le Kremlin insiste sur des garanties écrites pour sa sécurité, y compris sur la promesse que Kiev n'intègrera pas l'Otan.

Après une série de pourparlers diplomatiques en Europe la semaine dernière, Moscou et Washington doivent tenter une nouvelle fois vendredi de désamorcer la menace d'un nouveau conflit en Ukraine lors d'un face-à-face à Genève entre le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et son homologue russe Sergueï Lavrov.


Afghanistan: partir ou rester, le dilemme des derniers Sikhs

Photo prise le 31 décembre 2021 montrant le gardien du temple Gurnam Singh, priant avec d'autres au temple Karte Parwan Gurdwara, à Kaboul. (Photo, AFP)
Photo prise le 31 décembre 2021 montrant le gardien du temple Gurnam Singh, priant avec d'autres au temple Karte Parwan Gurdwara, à Kaboul. (Photo, AFP)
Short Url
  • Responsable du principal temple sikh de Kaboul, Gurnam Singh embrasse du regard l'immense salle qui accueillait autrefois des centaines de fidèles
  • Pieds nus sur le sol recouvert de tapis rouges, les fidèles sont arrivés au compte-gouttes

KABOUL : Responsable du principal temple sikh de Kaboul, Gurnam Singh embrasse du regard l'immense salle qui accueillait autrefois des centaines de fidèles. Seule une poignée d'adeptes y prie: "Tout le monde aime ce pays. Nous sommes Afghans, c'est notre patrie. Mais nous partons par désespoir".

Pieds nus sur le sol recouvert de tapis rouges, les fidèles sont arrivés au compte-gouttes. Les femmes d'un côté, les hommes de l'autre, chaque groupe se réchauffant autour d'un poêle à bois, ils ont écouté des passages du Guru Granth Sahib, le livre saint sikh.

Puis l'ouvrage a été cérémonieusement replacé dans l'autel lui étant consacré. Début novembre, le gurdwara (temple, ndlr) Karte Parwan possédait encore trois exemplaires du livre saint. Mais deux ont été transportés à Delhi pour être "mis à l'abri".

La communauté sikhe d'Afghanistan, qui comptait dans les années 1970 au moins 150 000 membres, n'en a peut-être plus pour longtemps.

Quarante ans de guerre, de pauvreté et de discriminations ont provoqué leur exode. Après l'arrivée des talibans au pouvoir, mi-août, près d'une centaine se sont encore exilés. Selon Gurnam Singh, ils ne sont plus que 140 à travers le pays, la majorité à Kaboul et quelques dizaines à Jalalabad (est).

Manmohan Singh, 60 ans, un ancien respecté de la communauté, fait visiter le gurdwara. Il montre la cuisine partagée, les appartements où sont logées plusieurs familles.

"La joie ou la peine qu'on éprouvait, on la partageait ici. On a d'abord construit le gurdwara, puis les bâtiments autour, puis l'école. Moi aussi j'ai étudié ici", sourit-il.

"Quand ce gurdwara a été construit il y a 60 ans, tout le quartier appartenait aux Sikhs. Il n'y avait pas un seul musulman ici".

De l'extérieur, rien ne distingue le temple des autres bâtiments du quartier. Sa haute porte métallique, ses murs d'enceinte écrus pourraient être ceux de n'importe quelle résidence cossue.

Les mesures de sécurité sont drastiques: plusieurs attaques ont visé les Sikhs -- membres d'une religion hindouiste comptant 25 millions de fidèles surtout présents au Penjab, dans le nord-ouest de l'Inde -- ces dernières années.

Début octobre encore, des hommes armés, non identifiés, ont pénétré de force dans le gurdwara qu'ils ont vandalisé.

Pour aller où?

Manjit Singh, 40 ans, fait partie des quelques-uns ayant choisi de rester. Comme nombre de Sikhs, il tient une échoppe de produits pharmaceutiques et médicinaux.

Les affaires vont mal, plus à cause de la crise économique que des mauvaises relations avec les talibans ou les autres Afghans. "Ce sont nos amis. Nous sommes là les uns pour les autres", insiste-t-il.

Mais dans son quartier de Shor Bazar, dans le sud de Kaboul, "il reste à peine deux ou trois familles (...) Tous les autres sont partis".

L'an passé, sa fille a épousé un autre Sikh afghan puis a émigré à Delhi. L'Inde a offert son aide aux Sikhs, facilitant leur installation sans pour autant leur donner la nationalité.

Manjit Singh est resté. Partir, pour aller où? "Pas en Inde. Qu'est-ce que je ferais en Inde? Il n'y a pas de travail ou de maison là-bas".

Autrefois, Shor Bazar était un haut lieu sikh. Il en reste une rue, "Hindu Street", où se trouve le plus ancien gurdwara de Kaboul, vieux de "presque 400 ou 500 ans" selon Manjit Singh.

Entretenu par la communauté, il semble presque neuf mais reste vide. Pourtant "avant, beaucoup de gens venaient ici. Nous avions des prières collectives deux fois par semaine, le dimanche et le mercredi".

«Trop de pauvreté»

"Avant", c'était avant l'attaque de mars 2020 contre un autre gurdwara de Shor Bazar. L'assaut par plusieurs hommes, revendiqué par l'EI-K, la branche afghane de l'organisation Etat islamique, avait duré six heures, un jour de prière.

Vingt-cinq personnes étaient mortes, dont la sœur de Parmajeet Kaur. Cette mère de trois enfants, âgée de 30 ans, avait elle reçu un éclat dans l'œil gauche. Comme beaucoup d'autres après cette attaque, elle a fait ses valises, direction Delhi.

Mais dans la capitale indienne, "nous n'avions pas de travail et c'était cher alors nous sommes rentrés", raconte Parmajeet Kaur. C'était en juillet, quelques semaines avant le retour au pouvoir des talibans.

Depuis, Parmajeet et sa famille sont nourris et hébergés au gurdwara Karte Parwan. Leur logement, une pièce aux murs nus d'environ 20 m2, est seulement meublée d'un poêle, d'une immense télé et de couchettes posées le long des murs.

Les enfants ne vont pas à l'école et Parmajeet Kaur ne sort pas du gurdwara, rare endroit où elle se sent en sécurité. Elle pense à repartir mais pas en Inde, évoque le Canada ou les Etats-Unis.

"Il y a trop de pauvreté ici. Mon fils et mes filles sont encore petits. Si nous partons, nous pourrons faire quelque chose de notre vie".


Pandémie ou endémie? L'Espagne lance le débat sur l'avenir de la Covid-19

Vendredi, des personnes âgées participent à un cours de danse en pleine pandémie de coronavirus à Barcelone. (Reuters)
Vendredi, des personnes âgées participent à un cours de danse en pleine pandémie de coronavirus à Barcelone. (Reuters)
Short Url
  • «Endémique en soi ne signifie pas que c'est bien; endémique signifie simplement que c'est là pour toujours», a souligné le directeur des urgences de l'OMS
  • Lorsque le coronavirus sera véritablement endémique, «la plupart des gens auront des symptômes bénins» et seul quelques uns décèderont de complications, estime le Dr Garcia

PARIS: En faisant part de sa volonté de traiter la Covid-19 comme une maladie "endémique", l'Espagne a lancé le débat entre des gouvernements qui aspirent à un retour à la normalité et une communauté médicale qui estime cette évolution prématurée et appelle à la prudence.


La pandémie va-t-elle pouvoir être traitée à terme comme une simple grippe? Si plusieurs responsables politiques ont évoqué cette hypothèse, le gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sanchez a été le plus explicite dans sa volonté de faire évoluer sa stratégie sanitaire dans cette direction.


L'Espagne "travaille avec la communauté scientifique" pour, le moment venu, "passer d'une gestion de pandémie à une gestion d'une maladie dont nous espérons qu'elle soit rendue endémique par la science", a affirmé lundi M. Sanchez.


Cette étape, selon le gouvernement espagnol, serait rendue possible par les progrès réalisés en matière de vaccination, mais aussi par le nouveau contexte épidémique, marqué par l'omniprésence du variant Omicron.


Ce dernier a entraîné une explosion des contaminations dans de nombreux pays, mais avec des effets plus limités sur les hospitalisations et les décès, ce qui a amené plusieurs pays à alléger les restrictions sanitaires.


"Alors que la Covid devient endémique, nous devons remplacer les obligations légales par des conseils et recommandations", a ainsi affirmé le Premier ministre britannique Boris Johnson en annonçant mercredi la prochaine levée de l'essentiel des restrictions anti-Covid.


Mais des voix se sont élevées pour avertir qu'une telle évolution était prématurée. La pandémie "est loin d'être terminée", a mis en garde mardi le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, en rappelant que "de nouveaux variants" étaient "susceptibles d'émerger".


Pour l'agence onusienne, une éventuelle transformation de la Covid-19 en "endémie", à savoir une maladie infectieuse présente de façon latente, ne devrait d'ailleurs pas se traduire par un relâchement sanitaire.


"Endémique en soi ne signifie pas que c'est bien; endémique signifie simplement que c'est là pour toujours", a souligné mardi le directeur des urgences de l'OMS, Michael Ryan, en rappelant que "le paludisme endémique" tuait chaque année "des centaines de milliers" de personnes.

«Fausses illusions»
L'Espagne est bien placée pour lancer ce débat, car elle a l'un des taux de vaccination les plus élevés au monde, avec 90,5% des plus de 12 ans entièrement immunisés.


Mais pour Fernando Garcia, chercheur au Centre national d'épidémiologie en Espagne et porte-parole de l'Association madrilène de santé publique, parler de fin de la pandémie à ce stade revient à "créer de fausses illusions".


"Nous nous dirigeons effectivement vers une endémie accrue du virus, mais je pense que nous ne pouvons pas dire que nous avons déjà atteint cette situation", a souligné Marco Cavaleri, responsable de la stratégie de vaccination de l'Agence européenne des médicaments (EMA).


En ce qui concerne le nombre de cas, il n'existe pas de frontière claire entre l'épidémie et l'endémie.


"L'épidémie, c'est quand il y a une flambée de cas très importante, au-dessus de la normale, ce que nous vivons depuis le début de l'année 2020. Et l'endémie, ce sont les maladies qui peuvent avoir un comportement saisonnier, mais qui ne mettent pas le système de santé sous tension", explique à l'AFP le Dr Garcia.


Pour les spécialistes, il n'est pas non plus acquis qu'un virus soit amené à causer moins de dégâts en évoluant.


"La gravité future reste une grande inconnue. Il n'y a pas de loi qui stipule qu'un virus s'atténue avec le temps. Il est très difficile de prédire l'évolution de la virulence", a prévenu Antoine Flahault, directeur de l'Institut de santé globale de Genève, sur Twitter.

Symptômes bénins 
Lorsque le coronavirus sera véritablement endémique, "la plupart des gens auront des symptômes bénins" et seul quelques uns décéderont de complications, estime le Dr Garcia.


Dans une telle situation, "il n'arrivera jamais qu'un quart des lits dans les unités de soins intensifs soient occupés par des malades de la Covid, même pas 5%", poursuit-il.


Actuellement, plus de 23% des lits en unité de soins intensifs en Espagne sont occupés par des patients Covid. Plus de 91.000 personnes dans le pays sont décédées du Covid-19 depuis le début de la pandémie, dont 2.610 entre le 17 décembre et le 18 janvier.


A l'instar du gouvernement espagnol, certains professionnels ont également appelé à un changement de stratégie.


"Arrêtons de tester les personnes en bonne santé présentant des symptômes mineurs, arrêtons de tracer et de tester leurs contacts, abandonnons l'isolement et la quarantaine", a ainsi réclamé début janvier la Société espagnole de médecine familiale et communautaire (Semfyc).