A Nice, l'artiste suisse Spoerri expose ses recyclages poétiques

Un visiteur regarde une création intitulée "Alpha-0mega" de l'artiste suisse Daniel Spoerri le 8 février 2017, lors de l'exposition "Autour du Nouveau Réalisme" au Musée des Abattoirs, à Toulouse, dans le cadre des 40 ans du Centre Pompidou. (Remy Gabalda / AFP)
Un visiteur regarde une création intitulée "Alpha-0mega" de l'artiste suisse Daniel Spoerri le 8 février 2017, lors de l'exposition "Autour du Nouveau Réalisme" au Musée des Abattoirs, à Toulouse, dans le cadre des 40 ans du Centre Pompidou. (Remy Gabalda / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 12 novembre 2021

A Nice, l'artiste suisse Spoerri expose ses recyclages poétiques

  • Le Musée d'art moderne et d'art contemporain (Mamac) de Nice, consacre une grande exposition à l'une des figures du Nouveau réalisme, le Suisse Daniel Spoerri
  • Une grande partie des collections du Mamac, ouvert en 1990 sur la Côte d'Azur, est "tournée vers le Nouveau réalisme", ce mouvement fondé en France en 1960

NICE, France : "Tableaux-pièges" où il saisit l'instantané d'un déjeuner, pièges à mots ou autres tapisseries détournées: le Musée d'art moderne et d'art contemporain (Mamac) de Nice, consacre une grande exposition à l'une des figures du Nouveau réalisme, le Suisse Daniel Spoerri.

L'exposition se tiendra jusqu'au 27 mars, date du 92e anniversaire de l'artiste d'origine roumaine, né sur les bords du Danube à Galati (est de la Roumanie) et qui vit et continue de créer entre Vienne (Autriche) et son jardin de 16 hectares en Toscane (Italie).

Une grande partie des collections du Mamac, ouvert en 1990 sur la Côte d'Azur, est "tournée vers le Nouveau réalisme", ce mouvement fondé en France en 1960 par des artistes comme Yves Klein, Arman, Raymond Hains, Daniel Spoerri ou Jean Tinguely, dans le sillage du critique d'art Pierre Restany, explique Rebecca François, commissaire de l'exposition.

Ce mouvement se fonde sur "un recyclage poétique du réel urbain industriel, publicitaire".

Le Mamac qui consacre une salle entière de ses expositions permanentes au Niçois Yves Klein n'avait encore "rien fait sur Spoerri", poursuit Mme François.

C'est désormais chose faite grâce notamment à une pièce maîtresse, qui vient enrichir le fonds du musée niçois, "La Chambre 13", reconstitution réalisée en 1998 par Spoerri de la chambre qu'il occupait à ses débuts à Paris entre 1959 et 1965, à l'Hôtel Carcassonne, au 24 rue Mouffetard.

"Nous la voulions absolument, mais elle était très difficile à déplacer. La galerie bernoise Henze & Ketterer qui la possédait a fait un geste extraordinaire et en a fait don au Mamac", se réjouit Mme François.

- Père du «Eat Art» -

Le musée propose "une déambulation aussi surprenante et fascinante" que celle d'un théâtre forain, plongeant le visiteur dans des pièges et attrapes, cabinets de curiosités et banquets d'un artiste ancien danseur étoile, qui a commencé au côté de son ami suisse Tinguely en collectant pour lui de la ferraille.

C'est avec les "tableaux-pièges", natures mortes tridimensionnelles que Spoerri a rejoint les Nouveaux réalistes en 1960. Le principe est simple: à la fin d'un repas, il fige, en les collant au support, la trace de ce repas (couverts, assiettes, restes de nourriture, emballage...). Il l'appelle le "Eat Art" (des oeuvres et actions mettant en scène la nourriture et nos habitudes alimentaires).

Dans le restaurant réel qu'il a géré à Düsseldorf (Allemagne) entre 1968 et 1972, les clients, qui en avaient les moyens pouvaient repartir à la fin du repas avec leur propre oeuvre.

Mais Spoerri cherchera à se défaire de cette étiquette "d'artiste de la vaisselle sale". Dans sa série de "détrompe-l'oeil", il appose un objet réel sur une toile ou une tapisserie chinée aux puces et s'interroge sur les frontières entre réalité et illusion. Comme cette douche en trois dimensions collée sur un paysage de cascade kitsch.

"Daniel Spoerri était l'un des plus jeunes membres du Nouveau réalisme", confie à l'AFP Youri Vincy, directeur de la galerie parisienne Lara Vincy, qui a prêté une oeuvre. "C'est un grand fédérateur. Il a réuni et exposé de nombreux artistes", ajoute-t-il.

A la fin des années 1960, il avait notamment fondé la Eat Art Gallery ou des artistes comme Cesar, Ben ou Arman avaient exposé des créations éphémères comestibles tandis que des peintres comme Pierre Soulages ont participé à certains de ses banquets.


Moselle: l'Algérie à l'honneur du Festival du film arabe de Fameck

L'Algérie est à l'honneur de la 33e édition du Festival du film arabe de Fameck (Photo, Twitter).
L'Algérie est à l'honneur de la 33e édition du Festival du film arabe de Fameck (Photo, Twitter).
Short Url
  • Les organisateurs ont sélectionné neuf films «qui traitent de l'Algérie», notamment «Soula», de Salah Issaad, ou «Nardjes A.», un documentaire de Karim Aïnouz sur une jeune Algérienne qui participe au «hirak»
  • Au total, le festival présente 32 long-métrages, dont huit en avant-première, ainsi que dix court-métrages

UCKANGE, France: L'Algérie est à l'honneur de la 33e édition du Festival du film arabe de Fameck (Moselle), pour marquer les 60 ans de son indépendance proclamée le 5 juillet 1962, après 132 ans de colonisation française, et mettre en lumière les jeunes réalisateurs qui "amènent un nouveau souffle" au cinéma algérien.

"Depuis quelques années, nous avons des propositions fortes de productions algériennes, et surtout des jeunes réalisateurs qui amènent un nouveau souffle dans l'écriture et les thématiques" abordées, souligne Mahjouba Galfout, coordinatrice du festival.

"Nous avions envie de ne pas nous focaliser sur l'histoire, le passé et les moments douloureux: on voulait surtout parler de l'Algérie contemporaine, de la vie quotidienne à travers des histoires simples, poétiques et percutantes" auxquelles "le public peut s'attacher", ajoute-t-elle.

Les organisateurs ont sélectionné neuf films "qui traitent de l'Algérie", notamment "Soula", de Salah Issaad, ou "Nardjes A.", un documentaire de Karim Aïnouz sur une jeune Algérienne qui participe au "hirak", mouvement de contestation qui a secoué le pays en 2019.

Au total, le festival présente 32 long-métrages, dont huit en avant-première, ainsi que dix court-métrages.

Parmi les avant-premières, "La conspiration du Caire", nouveau film du réalisateur suédois d'origine égyptienne Tarik Saleh, primé aux César et au festival de Sundance pour son thriller "Le Caire Confidentiel" sorti en 2017.

Sept conférences avec des cinéastes sont également organisées en marge des films, des "temps de rencontre indispensables" pour "faire revenir les gens au cinéma" après la pandémie de Covid-19, explique Mahjouba Galfout. En 2019, le festival avait accueilli 14 000 personnes.

Fameck décernera aussi cinq prix, parmi lesquels le Grand prix dont le jury est présidé par la réalisatrice franco-algérienne Mounia Meddour, César du Meilleur premier film en 2020 pour le très remarqué "Papicha".

Le réalisateur belge Luc Dardenne est quant à lui l'invité d'honneur de cette édition, où son dernier film, "Tori et Lokita", en salles mercredi et réalisé avec son frère Jean-Pierre, fait partie de la programmation.


Les journalistes déplorent la fermeture prévue des services de la BBC en langue étrangère

Les effectifs seront réduits de manière drastique avec le passage de la station BBC Arabic à la version numérique. Photo fournie.
Les effectifs seront réduits de manière drastique avec le passage de la station BBC Arabic à la version numérique. Photo fournie.
Short Url
  • Au total, trois cent quatre-vingt-deux employés du BBC World Service devraient perdre leur emploi
  • La société propose de mettre fin à ses services radio en arabe, en persan, en kirghize, en ouzbek, en hindi, en bengali, en chinois, en indonésien, en tamoul et en ourdou

DUBAÏ: La BBC a annoncé qu’elle était sur le point de mettre fin à plusieurs de ses services en langue étrangère, comme la station de radio BBC Arabic. Cette décision a entraîné une vague de mécontentement à travers le monde.
Lindsey Hilsum, rédactrice en chef internationale de Channel 4 News, déclare sur Twitter que «les gens comptent sur ces services linguistiques radio pour obtenir des informations justes et équilibrées qu’ils ne peuvent obtenir ailleurs».
Elle ajoute que c’était particulièrement important dans les pays où les gouvernements limitent l’accès aux services Internet.


Yaser Atrash, journaliste chez Syria TV, déplore sur Twitter que «la mémoire des générations» se soit «éteinte».
Les réactions interviennent après l’annonce faite par la société la semaine dernière. En effet, elle prévoit de fermer sa station BBC Arabic après quatre-vingt-quatre ans d’activité dans le cadre d’une opération de réduction des coûts et de passer à la diffusion numérique, qui causera également la disparition de plusieurs autres services en langue étrangère.


Au total, trois cent quatre-vingt-deux employés du BBC World Service devraient perdre leur emploi dans un contexte de hausse des coûts, de gel des frais de licence et de passage aux plates-formes numériques, indique la société.
Les services internationaux de la société devaient réaliser des économies de 28,5 millions de livres sterling, soit 31 millions de dollars (1 dollar = 1,01 euro) dans le cadre de réductions plus larges de 500 millions de livres sterling, ajoute-t-elle.
Ali al-Ahmed, fondateur et directeur de l’Institut des affaires du Golfe et expert en affaires politiques saoudiennes, déclare sur Twitter: «En mai 2000, j’ai visité #BBCArabicRadio pour la première fois et j’ai dit à son directeur de l’époque, Gamon McLellan, de planifier la fermeture du service radio et de se concentrer sur la télévision.»


Liliane Landor, directrice de BBC World Service, affirme que les réductions d’effectifs et les fermetures n’altéreraient pas la qualité du service.
«Nous continuerons d’offrir le meilleur du journalisme en anglais et dans plus de quarante langues, en plus d’accroître l’incidence et l'influence de notre journalisme en faisant en sorte que nos histoires aient une plus grande portée», précise-t-elle.
Le service mondial opère actuellement dans plus de quarante langues à travers le monde et a une audience hebdomadaire d’environ trois cent soixante-quatre millions de personnes. Mais la société soutient que les habitudes du public changent et que de plus en plus de personnes accèdent aux informations en ligne.
La société propose de mettre fin à ses services radio en arabe, en persan, en kirghize, en ouzbek, en hindi, en bengali, en chinois, en indonésien, en tamoul et en ourdou.
Les services linguistiques qui seront désormais proposés en version numérique uniquement sont: le chinois, le gujarati, l’igbo, l’indonésien, le pidgin, l’ourdou et le yoruba.
Onze services linguistiques – azerbaïdjanais, brésilien, marathi, mundo, pendjabi, russe, serbe, cinghalais, thaï, turc et vietnamien – sont déjà uniquement disponibles en version numérique.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Nobel de physique à un trio franco-austro-américain du monde quantique

Les lauréats du prix Nobel de physique 2022: le physicien expérimental français Alain Aspect, le physicien théoricien et expérimental américain John Francis Clauser et le physicien quantique autrichien Anton Zeilinger, vus sur un écran lors de l'annonce des membres du Comité Nobel de physique, au Royal Académie suédoise des sciences à Stockholm, Suède, le 4 octobre 2022. (Photo, AFP)
Les lauréats du prix Nobel de physique 2022: le physicien expérimental français Alain Aspect, le physicien théoricien et expérimental américain John Francis Clauser et le physicien quantique autrichien Anton Zeilinger, vus sur un écran lors de l'annonce des membres du Comité Nobel de physique, au Royal Académie suédoise des sciences à Stockholm, Suède, le 4 octobre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Alain Aspect a dit sa fierté de rejoindre au palmarès des grands noms de la physique comme Albert Einstein, concédant à ce dernier «une partie du mérite» de la découverte de l'intrication
  • Lundi, le Nobel de médecine ou de physiologie avait sacré le Suédois Svante Pääbo, découvreur de l'ADN de l'homme de Néandertal et de Denisova et fondateur de la paléogénomique

STOCKHOLM: Le prix Nobel de physique a couronné mardi le Français Alain Aspect, l'Américain John Clauser et l'Autrichien Anton Zeilinger, trois pionniers des mécanismes révolutionnaires de la physique quantique. 

Les trio de septuagénaires est récompensé pour ses découvertes sur "l'intrication quantique", un phénomène où deux particules quantiques sont parfaitement corrélées, quelle que soit la distance qui les sépare, a annoncé le jury Nobel. 

La mise en évidence de cette propriété a ouvert la voie à de nouvelles technologies dans l'informatique quantique et des communications ultra-sécurisées, ou encore les capteurs quantiques ultra-sensibles qui permettraient des mesures extrêmement précises, comme celle de la gravité dans l'espace. 

Cette mécanique était prédite par la théorie quantique. Pourtant même Einstein, qui avait soulevé en premier le problème en 1935, n’y croyait pas, qualifiant l'intrication de "mouvement à distance qui fait froid dans le dos". 

Alain Aspect a dit sa fierté de rejoindre au palmarès des grands noms de la physique comme Albert Einstein, concédant à ce dernier "une partie du mérite" de la découverte de l'intrication. 

"Tous ces grands noms... Bien sûr, je suis très impressionné parce que je ne suis certainement pas au niveau de ces gens qui ont complètement changé la science physique. Mais je suis fier d'être sur la même liste, bien sûr !", a expliqué le professeur de 75 ans rattaché à l'université de Paris-Saclay et à la très prestigieuse Ecole polytechnique. 

Malgré le nom de "téléportation quantique" utilisé pour le mécanisme de l'intrication, "ce n'est pas comme dans Star Trek" avec des téléportations d'objets ou a fortiori de personnes, a de son côté souligné Anton Zeilinger, joint par téléphone par le jury. 

En revanche, avec l'intrication, "on peut transférer l'information sans même connaître l'information", a souligné le scientifique de 77 ans. 

La mécanique quantique est une science contre-intuitive qui décrit le monde à l'échelle de l'infiniment petit, où les choses peuvent simultanément exister, ne pas exister et être quelque part entre les deux. 

Sur la base de cette science, des géants de l'économie mondiale comme Google mobilisent actuellement un grand nombre de chercheurs pour façonner une prochaine génération d'ordinateurs dits "quantiques", surpuissants en calcul. 

Ordinateurs quantiques 

"La première révolution quantique nous a donné les transistors, les semi-conducteurs, les ordinateurs et les lasers", explique Mohamed Bourennane, professeur d'informatique quantique à l'Université de Stockholm. 

"Mais la deuxième, fondée sur la superposition et l'intrication, va nous permettre à l'avenir d'avoir des ordinateurs quantiques, ou des inscriptions quantiques utiles pour l'imagerie ou les capteurs". 

Aspect, Clauser et Zeilinger, qui avaient déjà gagné ensemble le prestigieux prix Wolf en 2010, sont récompensés pour leurs "expériences avec des photons intriqués, établissant les violations des inégalités de Bell et ouvrant une voie pionnière vers l'informatique quantique", selon la motivation officielle du jury Nobel. 

Dans une expérience restée célèbre, Alain Aspect était parvenu à intriquer pour la première fois deux photons à 12 mètres de distance, en 1981. 

Les travaux de Clauser remontent eux aux années 1960, tandis que Zeilinger a nourri le domaine à partir des années 90, selon l'institut Clarivate spécialisé dans la prédiction des Nobel scientifiques. 

Le prix est doté de 10 millions de couronnes suédoises (environ 920 000 euros) dans chaque discipline, à partager en cas de colauréats. 

Une récompense pour la mécanique quantique était attendue depuis nombre d'années, avec les noms des vainqueurs du jour parmi les favoris en cas de sacre dans ce domaine. 

Lundi, le Nobel de médecine ou de physiologie avait sacré le Suédois Svante Pääbo, découvreur de l'ADN de l'homme de Néandertal et de Denisova et fondateur de la paléogénomique. 

Les Nobel de sciences se terminent mercredi avec le prix Nobel de chimie, pour ensuite laisser la place aux très attendus prix de littérature jeudi et de la paix vendredi, le seul à être décerné à Oslo. 

Le prix d'économie, de création plus récente, fermera le bal lundi prochain.