Au Soudan, les manifestants anti-putsch bravent un imposant déploiement militaire

Des manifestants protestent contre la perspective d'un régime militaire à Khartoum, au Soudan, le 21 octobre 2021. (Photo, Reuters)
Des manifestants protestent contre la perspective d'un régime militaire à Khartoum, au Soudan, le 21 octobre 2021. (Photo, Reuters)
Short Url
Publié le Samedi 13 novembre 2021

Au Soudan, les manifestants anti-putsch bravent un imposant déploiement militaire

  • Tôt le matin, soldats et paramilitaires des Forces de soutien rapide (RSF) se sont déployés en masse à Khartoum et Omdourman, bloquant les ponts reliant la capitale à ses banlieues et quadrillant les principaux axes
  • A Omdourman, banlieue nord-ouest, des centaines de manifestants sont descendus dans la rue, selon des témoins. 

KHARTOUM : Des centaines d'opposants au coup d'Etat ont commencé à manifester samedi dans Khartoum et ses banlieues, bravant un impressionnant déploiement militaire au cours d'une journée test pour les protestataires partisans d'un pouvoir civil comme pour les généraux au pouvoir.

Les manifestants, réduits à s'organiser par SMS ou graffitis sur les murs avec internet coupé depuis trois semaines, veulent montrer qu'ils pèsent encore, alors que les militaires devront faire preuve de retenue pour rassurer la communauté internationale qui a condamné le putsch du 25 octobre au Soudan.

Tôt le matin, soldats et paramilitaires des Forces de soutien rapide (RSF) se sont déployés en masse à Khartoum et Omdourman, bloquant les ponts reliant la capitale à ses banlieues et quadrillant les principaux axes.

Alors qu'il était impossible de se déplacer d'un quartier à l'autre dans le sud de la capitale, "des dizaines de manifestants sont partis pour rejoindre d'autres cortèges", a indiqué à l'AFP Mohieddine Hassan, un protestataire.

"A bas de le Conseil", ont-ils scandé. Le général Abdel Fattah al-Burhane, auteur du coup d'Etat, a réinstallé jeudi le Conseil de souveraineté, plus haute autorité de la transition depuis la chute du dictateur Omar el-Béchir en 2019, écarté par l'armée sous la pression de la rue.

A Omdourman, banlieue nord-ouest, des centaines de manifestants sont descendus dans la rue, selon des témoins. 

"Non au pouvoir militaire" et "Pas de retour en arrière possible" sont les slogans phare de la contestation dont la répression a fait 15 morts et plus de 300 blessés depuis le coup d'Etat, selon des médecins.

«Eclatée»

Le  25 octobre, le général Burhane a rebattu les cartes d'une transition qui battait de l'aile depuis des mois. Il a fait rafler la quasi-totalité des civils au sein du pouvoir et mis un point final à l'union sacrée entre civils et militaires qui avait mis fin à 30 ans de dictature Béchir.

Jeudi, il a acté la rupture: il a reformé le Conseil de souveraineté qu'il avait dissous le 25 octobre, reconduisant les militaires et nommant des civils apolitiques en remplacement des partisans d'un transfert complet du pouvoir aux civils.

Avec son second, le général Mohammed Hamdane Daglo, chef des RSF et accusé d'exactions graves, ils se sont engagés à "des élections libres et transparentes" à l'été 2023.

Des promesses qui n'ont pas apaisé l'opposition minée également par les centaines d'arrestations, assurent les syndicats et autres associations prodémocratie.

Et le retour en arrière est bien visible: lors du putsch, le général Burhane a suspendu plusieurs articles de la déclaration constitutionnelle censée encadrer la transition jusqu'à des élections libres.

Il les a réintroduits jeudi mais après en avoir retiré toutes les mentions faites des Forces de la liberté et du changement (FLC), bloc civil né de la révolte populaire de 2019.

"Maintenant que le coup d'Etat a eu lieu, les militaires veulent consolider leur mainmise sur le pouvoir", décrypte Jonas Horner, chercheur à l'International Crisis Group, alors que chaque jour les médias d'Etat annoncent de nouvelles purges.

Face aux généraux, "l'opposition civile au coup d'Etat est éclatée et divisée", assure ce spécialiste du Soudan.

En outre, les organisations prodémocratie qui étaient parvenues à paralyser le Soudan contre Béchir semblent cette fois-ci incapables de ratisser large dans l'un des pays les plus pauvres au monde.

«Plus difficile»

Pour Volker Perthes, émissaire de l'ONU au Soudan, "la nomination unilatérale du Conseil de souveraineté rend beaucoup plus difficile un retour aux engagements constitutionnels" de 2019.

Mais, la priorité samedi, ajoute M. Perthes sur Twitter, c'est que "les forces de sécurité fassent preuve de la plus grande retenue et respectent la liberté de rassemblement et d'expression".

Le Premier ministre renversé Abdallah Hamdok, lui, est toujours en résidence surveillée. L'armée n'a libéré que quatre ministres, en dépit des appels quasi-quotidiens de la communauté internationale à un retour au gouvernement de transition d'avant-25 octobre.

Le général Burhane annonce depuis plusieurs jours une formation "imminente" d'un nouveau gouvernement en lieu et place de celui de M. Hamdok. Mais rien de concret jusque-là.

De plus, les membres du nouveau Conseil de souveraineté ne présentent pas un front uni.

Les observateurs ont noté que les trois ex-chefs rebelles reconduits au sein de l'instance n'ont pas prêté serment avec les autres. Ils avaient annoncé rejeter le putsch et ne sont pas apparus depuis leur nomination.


Les Tsiganes du Portugal, boucs émissaires de l'extrême droite

José Fernandes, restaurateur de 58 ans et président de l'association Techari, qui œuvre en faveur des quelque 4 000 Tsiganes de la commune de Loures. (Photo, AFP)
José Fernandes, restaurateur de 58 ans et président de l'association Techari, qui œuvre en faveur des quelque 4 000 Tsiganes de la commune de Loures. (Photo, AFP)
Short Url
  • «J'ai peur pour l'avenir... de l'incitation à la haine, de représailles contre nos enfants à l'école, de policiers impliqués dans ces mouvements», témoigne José Fernandes, restaurateur de 58 ans
  • «Les Tsiganes voudraient s'intégrer, mais ceux qui pourraient nous donner du travail ne nous donnent pas d'opportunités», se plaint Maria Cardoso

LOURES: Pointée du doigt par l'extrême droite d'André Ventura et son parti Chega, qui pourrait réaliser une nouvelle percée électorale lors des législatives de dimanche au Portugal, la minorité Rom établie dans ce pays depuis des siècles se dit inquiète. 

« Il y avait beaucoup de racisme caché et André Ventura l'a fait monter », déplore José Fernandes, restaurateur de 58 ans et président de l'association Techari, qui œuvre en faveur des quelque 4 000 Tsiganes de la commune de Loures. 

« J'ai peur pour l'avenir... de l'incitation à la haine, de représailles contre nos enfants à l'école, de policiers impliqués dans ces mouvements », témoigne-t-il. 

C'est dans cette banlieue du nord de Lisbonne que le président de Chega a d'abord fait parler de lui en 2017, en accusant les Tsiganes d'être « accros » aux aides sociales ou de se considérer « au-dessus de la loi ». 

A l'époque, M. Ventura était candidat aux municipales pour la principale formation d'opposition de centre droit, qu'il a quitté peu après afin de créer son propre parti. 

Entré au Parlement lors des législatives d'octobre 2019, l'unique député de Chega a provoqué un tollé en proposant en mai 2020 « un plan spécifique d'approche et de confinement pour les communautés tsiganes face à la pandémie de Covid-19 », selon un communiqué du parti cité par la presse locale. 

« Politiquement incorrect »  

L'homme politique de 39 ans, André Ventura, réitère toutefois les propos qu'il a tenus par le passé au sujet des Tsiganes qui, selon lui, posent «un problème chronique de dépendance aux aides sociales, de marginalité et de violence». (Photo, AFP)
L'homme politique de 39 ans, André Ventura, réitère toutefois les propos qu'il a tenus par le passé au sujet des Tsiganes qui, selon lui, posent «un problème chronique de dépendance aux aides sociales, de marginalité et de violence». (Photo, AFP)

« Il s'agissait de faire comprendre qu'il y avait au Portugal une communauté qui avait beaucoup de mal à respecter les règles de confinement », déclare-t-il dans un entretien. 

Evitant de préciser les mesures qu'il préconisait, M. Ventura reconnaît que sa proposition avait suscité « une certaine incompréhension » et, pour cette raison, elle n'avait finalement pas été soumise au Parlement. 

L'homme politique de 39 ans réitère toutefois les propos qu'il a tenus par le passé au sujet des Tsiganes qui, selon lui, posent « un problème chronique de dépendance aux aides sociales, de marginalité et de violence ». 

M. Ventura rappelle, en outre, que « Chega est né dans une municipalité fortement marquée par la présence de la communauté tsigane » et que c'est à Loures qu'il a décidé de quitter le parti de droite modérée dont il était membre pour, dit-il, pouvoir tenir un discours « politiquement dynamique, et parfois incorrect ». 

Mère de famille de 48 ans vivant dans un taudis avec 512 euros d'aides sociales pour six personnes, « Maria Cardoso ne suit pas la campagne électorale, mais partage volontiers son opinion sur André Ventura: c'est un raciste, il ne devrait pas discriminer les Tsiganes ». 

« Pas d'opportunités »  

Elle habite une frêle bâtisse avec des murs de briques restées à nu et un toit en tôle ondulée recouverte de bâches en plastique. C'est le dernier vestige d'un des bidonvilles que la commune de Loures, ancien fief communiste passé sous contrôle socialiste, a éradiqué en logeant leurs habitants dans des quartiers municipaux. 

« Les Tsiganes voudraient s'intégrer, mais ceux qui pourraient nous donner du travail ne nous donnent pas d'opportunités », se plaint Maria Cardoso, qui n'a fréquenté que l'école primaire et s'est récemment vu refuser un emploi comme femme de ménage. 

« J'ai travaillé à l'essai pendant une journée et, quand ils ont compris que j'étais Tsigane, ils m'ont renvoyée », affirme-t-elle. 

Estimés à plus de dix millions, les Roms représentent la plus importante minorité d'Europe et beaucoup d'entre eux souffrent d'exclusion sociale et d'extrême pauvreté, selon le Conseil de l'Europe. 

Il n'y a pas de statistiques fiables permettant de savoir combien d'entre eux vivent au Portugal, cinq siècles après leur arrivée. Un rapport de 2014 a toutefois recensé quelque 30 000 Tsiganes, sur la base d'estimations des autorités locales. 

Ce chiffre ne représente que les Tsiganes « visibles », vivant dans des campements ou dans des logements sociaux, précise toutefois la sociologue Olga Magano, une des auteurs de l'étude réalisée pour le Haut commissariat aux migrations. 

« Bouc émissaire »  

1
C'est dans cette banlieue du nord de Lisbonne que le président de Chega a d'abord fait parler de lui en 2017, en accusant les Tsiganes d'être «accros» aux aides sociales ou de se considérer «au-dessus de la loi». (Photo, AFP)

Selon cette spécialiste, il y a dans la société portugaise « une grande animosité envers les Tsiganes » et la progression électorale de Chega est « à la fois inquiétante et pas vraiment surprenante ». 

« André Ventura a vraiment bâti sa carrière sur ce thème des Roms », explique le politologue Alexandre Afonso, chercheur à l'Université de Leyde (Pays-Bas), qui a publié un article constatant une corrélation entre la répartition géographique du vote Chega et l'importance de la minorité tsigane locale, ainsi que le nombre de bénéficiaires de minima sociaux. 

« Chega a adapté le discours xénophobe classique de l’extrême droite au contexte portugais », où les Tsiganes représentent « le bouc émissaire le plus pratique », car « l'immigration n'est pas un sujet aussi porteur que dans d'autres contextes nationaux », précise-t-il. 

La stratégie semble efficace, puisque la candidature d'André Ventura à l'élection présidentielle de janvier 2021 a obtenu près de 12% des suffrages, soit presque 500 000 voix sur une population de dix millions d'habitants. 

Et après des scores de 1,3% aux législatives d'octobre 2019, puis de 4,2% aux municipales de septembre dernier, les sondages le créditent actuellement d'environ 7% des intentions de vote. 

José Fernandes, de l'association Techari, espère, pour sa part, que les électeurs se mobiliseront dimanche en faveur « des partis démocratiques qui veulent représenter tous les Portugais sans exception, y compris les Tsiganes ». 


Burkina: réouverture des frontières aériennes à compter de ce mardi

 Un homme achète un journal avec la photo de Paul-Henri Sandaogo Damiba le chef de la mutinerie et du Mouvement patriotique pour la protection et la restauration (MPSR) à Ouagadougou le 25 janvier 2022.(AFP)
Un homme achète un journal avec la photo de Paul-Henri Sandaogo Damiba le chef de la mutinerie et du Mouvement patriotique pour la protection et la restauration (MPSR) à Ouagadougou le 25 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • Les frontières aériennes du Burkina Faso, fermées depuis lundi lors de la prise du pouvoir par une junte militaire, vont rouvrir à compter de ce mardi
  • « Les frontières aériennes sont ouvertes à compter du 25 janvier »

OUAGADOUGOU : Les frontières aériennes du Burkina Faso, fermées depuis lundi lors de la prise du pouvoir par une junte militaire, vont rouvrir à compter de ce mardi, selon un communiqué des militaires lu à la télévision nationale

 


La neige perturbe à Istanbul et Athènes les trafics aérien et routier

En Grèce, la neige a sévit même sur le littoral. (AFP).
En Grèce, la neige a sévit même sur le littoral. (AFP).
Short Url
  • Si deux vols ont été autorisés à atterrir à Istanbul mardi matin, la situation restait chaotique à la mi-journée à l'aéroport
  • En Grèce, le parquet d'Athènes a ouvert une enquête pour rechercher les responsabilités des "perturbations et entrave à la circulation"

ATHENES: D'abondantes chutes de neige en Grèce et en Turquie continuaient de chambouler la vie quotidienne mardi, perturbant le réseau routier d'Athènes et d'Istanbul, ainsi que le trafic aérien de l'aéroport turc, l'un des plus fréquentés d'Europe.


Si deux vols ont été autorisés à atterrir à Istanbul mardi matin, la situation restait chaotique à la mi-journée à l'aéroport, où le trafic aérien restait suspendu depuis la veille.

athenes
L'agglomération d'Athènes ainsi que plusieurs villes du centre du pays se sont réveillées mardi sous un épais manteau blanc. (AFP).


La principale compagnie aérienne turque, Turkish Airlines, a annoncé que ses vols au départ d'Istanbul ne reprendraient pas avant mardi minuit.


Des images partagées sur les réseaux sociaux montraient des passagers dormant sur les fauteuils ou par terre dans les terminaux.


"J’ai vu des femmes âgées de 70 ou 80 ans obligées de passer la nuit sur une chaise en plastique, sans couverture, sans eau ni nourriture et sans savoir où aller", a twitté sandycheeks786 qui se dit "absolument dégoutée".


Les axes routiers dans le sud-ouest de la Turquie vers les provinces d’Antalya et Mugla sont restés fermés au trafic mardi tandis des jours chômés ont été décrétés dans plusieurs provinces, à l'exception des services essentiels.


En Grèce voisine, l'agglomération d'Athènes ainsi que plusieurs villes du centre du pays se sont réveillées mardi sous un épais manteau blanc, contraignant le gouvernement à décréter mardi et mercredi jours chômés en Attique et sur certaines îles enneigées.

3.500 automobilistes piégés près d'Athènes

Dans la nuit de lundi à mardi, "3.500 automobilistes" ont dû être évacués après avoir été piégés sur le périphérique d'Athènes par des chutes de neiges "exceptionnelles", selon le ministre de la Protection civile et du Changement climatique Christos Stylianides.

 

athenes
Des milliers d'arbres cassés ont également entravé la circulation. (AFP). 


Couvertures, nourriture, bouteilles d'eau ont été distribués aux automobilistes dont nombreux ont dû abandonner leurs véhicules sur la chaussée recouverte de neige, alors que la température tombait en dessous de zéro.


Certains automobilistes furieux ont appelé les stations de radio pour exprimer "leur colère" et critiquer le gouvernement et la société de gestion du périphérique pour "ce chaos".


Sur Twitter, le hashtag #AttikiOdos du nom du périphérique à péage a explosé: "il faut porter plainte contre Attiki Odos qui aurait dû fermer l'autoroute". Mais les automobilistes "ont payé le péage et sont restés dans le froid. Pourquoi il n'y a pas eu des chasses-neige?", s'interroge ainsi @Afrodit98675861.

"Les évacuations se poursuivaient sur Attiki Odos" mardi matin, a précisé M. Stylianidis, qui comme la veille s'est "excusé" pour les incidents sur le périphérique de 70 km, qui dessert notamment l'aéroport d'Athènes.


Or le ministre a imputé la responsabilité à la société de gestion qui "n'a pas réussi à laisser ouvert cet axe très fréquenté".


De son côté, la société d'Attiki Odos s'est également excusée pour ces "incidents inédits" sur ce grand axe à péage, mais a souligné que "les problèmes de circulation (...) étaient dus soit à des pannes de véhicules, soit au manque d'expérience des automobilistes dont certains ont eu peur".


Sous la pression du gouvernement, elle a promis "2.000 euros" de dommages-intérêts par voiture bloquée sur l'autoroute qu'elle gère.

« C'est la honte »

Le parquet d'Athènes a ouvert une enquête pour rechercher les responsabilités des "perturbations et entrave à la circulation", selon une source judiciaire.


Le périphérique ainsi que d'autres axes majeurs de la capitale restaient mardi fermés à la circulation. 


Le courant a été coupé dans plusieurs coins de l'Attique. 


"Je n'ai pas d'électricité depuis hier soir (lundi), c'est la honte, si j'étais plus jeune, je quitterais la Grèce", s'est indigné auprès de l'AFP Dionyssis Kiourkakis, un Athénien de 79 ans.


La circulation des bus et les trolleys a elle aussi été suspendue dans les rues d'Athènes, jonchées de branches d'arbres et de voitures enneigées.


"Athènes n'est pas habitué à un tel volume de neige", a indiqué à l'AFP Alexia, une quinquagénaire de Néo Psychiko, dans le nord d'Athènes.


Le transport maritime était également perturbé et les liaisons du Pirée, principal port d'Athènes, avec les îles ont été suspendues en raison des vents forts.